AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

[Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




Invité
« Invité »

MessageSujet: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 17.04.14 20:06

An 298 | Lune 12 | Semaine 1 | Jour 1

Le soleil se couchait lentement sur les feuilles des arbres de Port-Réal. Assis, dans le couché du soleil, je laissai mes mains courirrent sur les cordes d’un instrument de musique qui ne me quittait plus depuis quelque temps. L’ambiance de la capitale était jouissive. J’étais bien ici, même si les nuits froides du Conflant et ses montagnes de richesses me manquait. J’avais l’impression que les femmes étaient toutes semblables à ma mère et qu’elles étaient comme de harpies voulant attraper entre leur griffe le cœur d’un malheureux. Je n’étais pas l’un d’eux. Je savais me méfier d’elles. Et pourtant, je les voyais, user de leur parfum étouffant, de leurs magnifiques visages pour obtenir ce qu’elles avaient de mieux à offrir. Elles me faisaient sourire. Elles n’avaient aucun pouvoir sur moi, et pourtant, bon nombre c’était essayer à la séduction. C’était moi qui menais la danse. Toujours. Je ne laissais personne décider à ma place. Personne d’autre que ma mère qui m’appelait, pourquoi je revienne à la maison, que je revienne entre ses bras et que le poison de ses mots affirme toute sa puissance.

Je secouai mes trop longs cheveux bruns, cachant un instant mes yeux aux regards. Il n’y avait personne au alentour, et je m’étais bien méfier. Je ne voulais pas qu’on sache que je goutais la musique. Que parfois, je mêlais ma voix aux douces notes d’un rossignol. Non, moi, j’étais l’héritier de la famille Desdaings, un homme charmeur, doux, mais qui ne se laissait pas aller à des occupations aussi futiles

« Comme il gisait à terre entouré de ténèbres,
Avec sur la langue le goût du sang,
Et qu'à deux genoux priaient pour lui ses frères,
Il se mit à sourire et à rire…
»


Ma voix mourut brusquement dans le silence qui m’entourait. C’était trop calme. Je sentais que quelque chose clochait. Les oiseaux s’étaient tus et les paroles de « L’épouse du Dormien » ne les ramenaient pas à la raison. Je fronçai un instant les sourcils, puis posais l’instrument de musique à côté de moi, tirant dans un souffle la lame de ma famille. Sur son pommeau, le rouge des yeux du cygne semblait de feu dans la fin de la journée. Mes yeux n’étaient plus que des fentes. Je n’aimais pas qu’on m’observe. Cela éveillait trop de souvenir en moi. Port Réal était peuplé de petits oiseaux qui ne perdraient pas trente secondes pour murmurer les phrases à des oreilles qui n’avaient pas besoin d’entendre la vérité sur ma personne. Sans un bruit, j’avançais, mettant de mon côté des années d’entrainements. Je ne faisais craquer aucune branche, je ne faisais frémir aucune feuille.

Ma lame trouva la gorge fine d’une fleur de l’Ouest. Je reconnu dans ce regard et ses cheveux si blonds la force d’une Lannister. Une lionne qui m’avait surement écouté. Je penchais la tête sur le côté, surpris et interrogateur, mais ne rangeais pas mon arme pour autant. Je ne savais rien sur cette jeune fille devant moi. Elle pouvait être une oiselle de la reine comme de l’eunuque. Et je n’avais aucune confiance en cette engeance capable de tout pour un peu de pouvoir. Alors ma belle ? Qu’est ce que tu veux ?

Puis-je me permettre de savoir ce qui a porté vos pas jusqu’ici myLady ?

La curiosité est un vilain défaut. Mais je voulais être savoir à qui j’avais l’honneur avant de prendre la moindre décision sur son sort. Elle était sous le joug de mon arme, et je laissai la blancheur de sa gorge mettre dévoilée. Alors ma petite ? Ta beauté et ton savoir te sauveront-ils la mise aujourd’hui ? Et pis que tout, m’as-tu entendu joindre ma voix à celles de mon instrument ? Je sais jouer d’autres chansons du tranchant de ma lame si ta réponse ne me plait guère. J’étais un héritier d’une importante maison et je pouvais avoir du sang sur les mains. Sauf s’il était celui d’une fille de bonne famille. Mais aux yeux de sa tenue, elle n’était pas une lavandière. Qui es-tu parfaite inconnu ? Et plus que tout, que me veux-tu ?


Dernière édition par Alessander Desdaings le 05.10.14 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 18.04.14 19:14



Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols
FEAT Alessander Desaings

Les oiseaux chantaient de bien étrange choses en ce matin.. Myrielle avait à coeur dans découvrir la cause. Fraîchement habillée de ses couleurs, il devait être dit combien la capitale l'avait rendu envieuse de découverte et de réponses. (Elle dont la curiosité semblait ne jamais s'affaiblir...) Un détour, puis un autre, quelques saluts peut courtois, un sourire faussement joviale et voilà que la douce enfant s'en retrouve perdu au beau milieu de nul part.. Seul un banc encadrait l'espace, aussi en fut t-elle ravie et décida de s'y installer. Se préparant à son activité quotidienne de méditation, Myrielle éveilla ses sens. Elle ferma ses prunelles grises, profitant de l'air pure. Un petit rayon de lumière avait d'ailleurs choisit de poursuivre sa course sur son visage, illuminant celui ci avec un éclat peut comparable. La brise s'apaisa, mais Myrielle crut y voir un mauvais présage.. Elle tandis alors l'oreille croyant, non sans quelques craintes, entendre la voix des sept murmurer à son esprit.

"Bêtise car les dieux ne parlaient pas aux mortels.." Se dit t-elle. " Bien peu d'importance qu'une jeune jouvencelle à leur yeux, fut t-elle de sang noble ou non .." Néanmoins, ce chant si beau, si intense, réussit à l'émouvoir..

Le soleil disparu, mais Myrielle en profita pour se redresser d'avantage, affichant désormais un port de tête élégant et soigné. Elle marchait en suivant les notes, comme appelée par cette musique. Au détour de feuillages, un homme, seul et sans doute heureux de cela marmonnait quelques divines phrases. Myrielle laissa maladroitement échappée un soupire d'émotions et releva lentement la fine arcade qui encadrait son regard. Point de doute que la magie venait à cette instant de venir à ses oreilles.

Il fut d'ailleurs établie que le coeur était le receptacle attentif de bien des formes de magie comme .."le bonheur". Néanmoins, un étrange silence venait à l'instant de déposer ses émotions à terre. Myrielle recula un instant, faisant craquer quelques brindilles sur son passages. Le bellâtre devait d'évidence l'avoir perçu ..

Aussitôt dévoilée et prise en grippe par une tige de fer menaçant son colle de cygne délicat, Myrielle resta neutre. Son visage n'était ni menaçant, ni craintif, un sourire subtile semblant même s'être dessiné à ses premier mots .. " Prenez gardes messires, une arme aussi tranchante pourrait en divisez votre honneur si elle venais à être utilisée sur la mauvaise victime. " Myrielle garda ses mains croisées. Elle était étonnement calme..

Abaisserais t-elle les ardeurs du bel homme dont le regard semblait comparable à celui d'un serpent enjoleur ? Un silence étonnant s'installa alors et la Lannister reprit de nouveau: " L'usage voudrais que je me présente à mon futur bourreau.. Sans doute fut t-il plus doué dans l'art de la chanson que dans celui la mise à mort utile , fit t-elle reculant pour une révérence subtile, voici devant vous Myrielle Lannister, votre futur cadavre. Sir ? .."

Myrielle attendait, la tige de fer toujours garder au dessous de son jolie cou blanc. Elle scruta le bellâtre inconnu, y voyant la un homme bien avisé et emprunt à la crainte des complots de la capitale. L'araignée avait décidément eu à raison de penser que " prévenir valait toujours mieux que guérir..".


.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 19.04.14 3:07

" Prenez gardes messires, une arme aussi tranchante pourrait en divisez votre honneur si elle venais à être utilisée sur la mauvaise victime. "

La jeune fille savait parler, mais je ne rompais pas la fougue de ma lame pour autant. Je n'avais confiance en personne ici. Nous etions dans la capitale de Setp Couronnes que je préférai nommer le nid des vipères. Elles y étaient toutes, à concocter leur poison pendant que leur époux mourraient dans les bras des catins. L'ambiance qui était maîtresse ici était douce, mais pour une nuit ou un bref séjour. Je préférai la quiétude du Confluant. Plutôt casagnier pour un aventurier. Mais je n'avais que faire de leur stupide querelles de pouvoir. Je ne l'aurai pas comme eux tous. Ils étaient bien trop visibles, à se masser en grappes aux pieds du roi. L'ombre est le domaine des forts et des puissants.

Je laissai le silence s'installer. Ma mère m'avait apprit que le premier qui détournait le regard ou ouvrait la bouche avant perdu un combat mental de coq entre deux adversaires redoutables. Je jugeai la jeune femme du regard, ne perdant pas une miette de sa gorge rebondie, de ses yeux grands ouverts dans lesquels bon nombre aurait voulu se perdre. Et ma poigne sur mon arme ne se faisait pas plus douce. Je n'avais pas pour habitude de laisser les autres contrôler ma vie. Encore moins une femme. Une seule avait ce privilège entre toutes et elle se l'était octroyé par son bon vouloir, me faisant cher payer les neuf mois passé en elle et les cris que je lui avais fait émettre à ma naissance.

" L'usage voudrais que je me présente à mon futur bourreau.. Sans doute fut t-il plus doué dans l'art de la chanson que dans celui la mise à mort utile , fit t-elle reculant pour une révérence subtile, voici devant vous Myrielle Lannister, votre futur cadavre. Sir ? .."

Mes lèvres se tendirent sur un sourire froid. J'avais vu juste, elle était une Lannister. Leur chevelure blonde ne trompait jamais. Myrielle Lannister. Une fille d'une branche cadette dont je n'avais jusqu'ici jamais eu d'échos, si ce n'est les paroles d'une grande beauté. Ma propre perception me dévoilerai ce que cette jouvencelle cachait dans ses mensonges. Ici, tous ont un secret. Et lorsque vous l'avez fait votre, vous avez le pouvoir. Elle connaissait le mien, restait à agir de même tout en étant méticuleux dans le moindre détail. Je ranguenai mon épée puis pris sa main pour l'effleurer de mes lèvres, plongeant mon regard si charmeur dans le sien. Je savais mes prunelles amènent de faire flancher bon nombre de valeurs chez les jouvencelles. Mais n'ayez crainte ma demoiselle, je n'en ai pas après votre honneur.

Veuillez m'excuser my Lady, je me suis laissé emporter par les rumeurs que j'ai pu entendre à propos des petits oiseaux carnivores de cette belle ville. Je manque à tout mes devoirs. Ser Alessander Desdaings pour vous servir. L'honneur est mien de rencontrer aujourd'hui une si belle demoiselle. Vous portez haut le noble nom Lannister.

Je savais me montrer charmeur. Je savais mon sourire faire sombrer n'importe qui. Elle était vraiment très jolie. De doux cheveux blonds qui encadraient un visage aux proportions parfaites, une bouche en bouton de rose. Elle avait dut inspirer bien des chants dans l'Ouest. Je l'avais bien souvent dit. Les femmes du Roc sont parmi les plus belles. Et les plus dangereuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 21.04.14 19:31



Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols
FEAT Alessander Desaings

" En effet je suis née chanceuse, fit Myrielle en reprenant les talents de son complice Tyrion, mais il semble qu'être née Lannister ne m'en garde pas des risque d'une mort atroce., La jeune femme fit quelques pas engageant une petite promenade matinal et sympathique, C'est étrange.. je ne suis jamais aller au Conflans, mais l'on ma dit grand bien de ces gens et de leur manières, gardez cependant votre langue de compliments mon bon ami, les femmes d'ici on apprit à les contourner et je ne suis pas de celles qui les apprécies lorsqu'ils son faussement livrés. Elle sourit alors, quoique qu'avec un si beau minois que le votre, je comprenne également votre démarche. "Myrielle avait frappée fort, mais elle voulait que l'ont sache qu'elle n'était pas de celles à se laisser faire. Le nom des Lannister en tirais de cela, l'avantage d'être craint et d'être garder de soupçons bien qu'il ne fut pas le plus honorable des noms.

"Allons.. , continua Myrielle aussitôt, Nous rugissons, mais mordons peu croyez le bien. Je suis seulement surprise par l'idée que l'on puisse tuer par crainte de ces oiseaux que je me pousse moi même à évité lorsque cela est de mise. Néanmoins, j'aime à penser que Varys n'irait pas mettre le nez autre que dans la vie de ceux qui on quelques chose à ce repprocher.. " Myrielle marqua une pause, elle regarda Alessander d'un regard emplie d'intrigue, "Est-ce votre cas my lord ?, Avez vous quelques chose à vous reprochez ?, ou êtes vous, comme moi, soucieux de garder votre jardin secret .."

Myrielle inclina sa tête attendant sa réponse. Elle aimait à penser que ce genre d'homme aimaient les jeux, si tel était le cas, nul doute que Myrielle allait jouer avec lui. Pourtant, l'on aurait pu se demander ou en était passée le désir et l'illusion de la femme fleur bleu, Myrielle croyait en l'amour, mais sa croyance en la duperie et la haine était bien plus forte pour l'ignorer devant un si beau jeune homme. Peut être voulais t-il des informations lui même pour parler de petits oiseaux ? mais pour être honnête la Lannister était un peut trop sur ses gardes pour de tels affirmations ouvertes. Il y avait tout au plus ce chant venu de sa bouche, cet énigme diront nous. Myrielle resta ainsi intriguée et fine de vertu en écoutant le vent remplir cette soudaine vague de silence.

" Nous avons tous nos secrets après tout.. "
Myrielle se savait immaculée de tout tord et mauvaises pensées, mais s'il s'agissait de méfiance, mieux valait t-il vendre de la crainte plutôt que de la compassion. " Varys lui même doit en avoir plus que quiconque, il dispose seulement de l'art et la manière de savoir les garder secret.. Mais pas de mauvais genres entre nous, vous verrez que je ne suis pas de celles à chercher la mauvaise affaire ou à vouloir le malheur de ceux qui ne m'ont rien fait. Hors vous m'avez menacée et je m'interroge de ce fait.. ".

Myrielle campa sur une pose raffinée et regarda le beau jeune homme une fois encore.
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 21.04.14 22:24

" En effet je suis née chanceuse, mais il semble qu'être née Lannister ne m'en garde pas des risque d'une mort atroce. C'est étrange.. je ne suis jamais aller au Conflans, mais l'on ma dit grand bien de ces gens et de leur manières, gardez cependant votre langue de compliments mon bon ami, les femmes d'ici on apprit à les contourner et je ne suis pas de celles qui les apprécies lorsqu'ils sont faussement livrés. Quoique qu'avec un si beau minois que le votre, je comprenne également votre démarche. "

Je suivis son pas, mes lèvres lui offrant un sourire énigmatique qui ne laissait rien paraître de mes pensées. Je réfléchissai à ses mots, à la soit disante force des femmes qui savaient se parer de mensonges et ne croire en nos mots trop enjoliveur. Il n'en était rien. La langue est larme d'une vipère et est celle des humains. Si nous sommes doter de la parole c'est pour que nos mots de miel n'en soit que plus fort à contrôler les coeurs. Je l'accompagnai, suivant la courbe fine de ses reins d'un regard discret. Cette sublime créature était une lionne mais je ne craignais pas leur griffes fragiles. Elle n'était qu'un lionceau et j'étais né des agissements d'un vipère. C'est ce serpent qui aurait dut siffler sur notre blason et non un cygne immaculé. J'étais le noir de la porté, l'aîné, la vengeance.

"Allons.. Nous rugissons, mais mordons peu croyez le bien. Je suis seulement surprise par l'idée que l'on puisse tuer par crainte de ces oiseaux que je me pousse moi même à évité lorsque cela est de mise. Néanmoins, j'aime à penser que Varys n'irait pas mettre le nez autre que dans la vie de ceux qui on quelques chose à ce repprocher.. " Je laissai mon regard plonger dans le sien, brillant de cette malice qu'elles étaient nombreuses à vouloir conquérir "Est-ce votre cas my lord ?, Avez vous quelques chose à vous reprochez ?, ou êtes vous, comme moi, soucieux de garder votre jardin secret .."

Je réfléchis quelques secondes. J'avais bien des secrets, mais je ne m'étais pas encore fait connaitre de l'araignée. La famille Desdaings était une puissance du Conflant et la pureté de notre sang n'avait d'égal que notre réputation riche. Nous avions toujours eu un honneur et une dignité irréprochable et notre allégeance aux Tully était connu de tous. Mais je n'étais pas un Desdaings. J'étais le fils de ma mère et n'avait rien à voir avec mon géniteur. Je lui ressemblai à elle, mon bâtard de demi frère avait tout de mon père quand j'avais les yeux bleus et le cheveux noir de jais de Cerrena. J'avais son poison sur mes lèvres, son regard ensorcelant dans la tête. Avais-je des secrets ? Oui. Mais peut me pensaient assez important pour qu'ils pèsent cher dans la balance. C'était rire car je serai le futur roi des sept couronnes. Je tuerai ce gros porc de Robert et nombreux seront ceux qui me suivront. Elle avait bien fait son devoir. Et, une fois que je serai roi, personne ne m'interdirait de la faire mienne pour toujours.

" Nous avons tous nos secrets après tout.. " Je souris ses paroles. J'allais répondre à sa question mais elle m'avait coupée dans ma réflexion. " Varys lui même doit en avoir plus que quiconque, il dispose seulement de l'art et la manière de savoir les garder secret.. Mais pas de mauvais genres entre nous, vous verrez que je ne suis pas de celles à chercher la mauvaise affaire ou à vouloir le malheur de ceux qui ne m'ont rien fait. Hors vous m'avez menacée et je m'interroge de ce fait.. ".
Je ne sais comment me faire pardonner mademoiselle. Je n'aurai pas du vous menacer de la sorte. Quoi que je puisse faire pour vous je le ferai si vous me le demandez, j'ai de ce jour une dette envers vous. Je n'ai aucun secrets mais je goûte la tranquillité des jardins et je dois avouer ne pas aimer être déranger. Un chevalier chantant des mots d'amour perd toute crédibilité mais vous m'avez surpris et j'en vous serai grès de garder cela comme... Notre petit secret"

C'était dit, et appuyé d'un magnifique sourire. J'étais en son pouvoir. Mais qu'elle ne rêve pas. Oui, je tenais mes promesses à l'instar d'un Lannister. Mais je n'en étais pas un. Je payais mes dettes et j'avais la rancune longue, comme ma mère me l'avait toujours apprit. J'avais envie de la voir aujourd'hui. Et les plus belles de mes paroles, celles qui faisaient rêver tant de femmes d'en être la muse ne lui sont qu'offerte. Elle est ma muse et le sera toujours. Je sentais mon coeur se serrer dans ma poitrine. Oui, j'allais rentrer à la maison.

Sachez que je ne cherchai pas à vous mentir dans mes paroles. Je suis sur que votre beauté a inspirée bien des chants et j'en déplore qu'ils n'aient été rapportée a mes oreilles

De mes yeux si bleus, je ne la lâchai pas, rendant mes mots enchanteurs. Je ne t'ai pas séduite ? Tu te méfie et tu en as raison. Je ne suis pas un aussi gentil chevalier que mes mots et mon visage voudraient le faire croire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 15.05.14 1:35



Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols
FEAT Alessander Desaings

Myrielle fit profil de convenance. Il allait de soit que cet homme parlait aussi bien qu'il n'était beau. La jolie blonde en arrivait même à trouver cela suspect.. Une si belle parure pour des mots aussi miel ? Myrielle, bien que sa beauté fut à la hauteur de tout cela, se mit à douter de ses belles paroles même si elle appréciait, à l'inverse, de voir son nom glorifier sur le dos de ce que le beau jeune homme semblait désirer..

En soit, Myrielle se laissa prendre au jeux.. Il fallait ma foie prendre le temps d'occuper les noble gens et ce bellâtre lui rappelais également son frère Daven, si semblable dans son allure et son élégance. Pour l'heure, la lionne se m'y à arborer son plus beau sourire. Faisant ainsi mine de changer courtoisement de ressentit et de passer pour femme facile..

Elle passa une main timide dans sa tignasse blonde puis scruta le Desdaings " Sachez que je ne cherchai pas à vous mentir dans mes paroles. Je suis sur que votre beauté a inspirée bien des chants et j'en déplore qu'ils n'aient été rapportée a mes oreilles" Horreur des horreur.. C'était bien là tout ce dons Myrielle ne croyait pas : Le compliment facile ...

Mais à défaut d'être toujours résonnable, il lui paraissait sympathique, aussi n'en accorda t-elle que peut d'intérêt en poursuivant son petit jeux d'extase.

" bien dommage qu'il soit coureur, il chante pourtant si bien .." Se dit t-elle. Myrielle s'enticha d'un autre sourire, croyant que cela lui plairait de voir que son petit jeux marchait..


" Qu'elle dommage que le monde soit fait de menteur.. , pensa t-elle tout haut, Au pardonner moi.. , se reprit Myrielle, mais j'était justement entrain de penser que vos mots contre la beauté de votre chant ce laissait bien plus apprécier que vos flatteries !, Myrielle se reprit alors, par respect. Il avait toujours été dans ses gênes de ce méfier, de scruter et de voir les gens. Mais quel triste constat pour elle de voir un homme ainsi talentueux se résinier aux mensonges et aux flatteries des nobles dames qui d'évidence, en devenait au même point que lui en donnant raison à ses vices..

Décidément, Myrielle ne faisait pas partie de la basse cour et elle n'avait nul envie de la rejoindre pour le peu que les yeux d'Alessander ne l'en dissuade un jour..
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 28.05.14 15:21

" Qu'elle dommage que le monde soit fait de menteur. Oh pardonner moi.. mais j'étais justement entrain de penser que vos mots contre la beauté de votre chant ce laissait bien plus apprécier que vos flatteries !

Je ne lâchais pas des deux gouffres qu’étaient mes prunelles. Ses paroles firent naitre sur mes lèvres un sourire un rien moqueur. C’était jeune femme était décidément vide de tout intérêt. Elle ne maitrisait pas les règles qui entrainent une lady sur le jeu de la séduction. Un brin de miel, beaucoup de velours et même si vous ne cherchez à arriver jusqu’à la fin du jeu et coucher dans un lit les idées qui vous avez pu obtenir, il n’était rien de plus drôle. C’était un coin de ma bouche qui s’était relevé sur un sourire alors que mes yeux ne le faisaient plus. Ne brillait plus dans mon regard cette petite teinte de malice que fait naitre un franc sourire pour la moindre personne. Plus d’Alessander charmeur. J’avais bien fait de ne pas la tuer car je me serais mordu les doigts d’avoir mis fin aux jours d’une Lannister. Mais sa présence qui se dérobait à mes beaux yeux m’étaient pénibles. J’avais déjà suffisamment à faire avec Nyméria qui se refusait à mes avances. Je n’avais pas besoin d’une autre pimbêche qui me pensait menteur. Je ne l’avais pas été dans mes compliments. Elle était particulièrement belle et je ne pouvais dire l’inverse. Ses cheveux blonds, ses yeux gris, sa chute de rein capable de déclencher des guerres pour un instant en sa compagnie. Oui, la jeune Lannister était d’une beauté envoutante. Mais ses paroles m’empêchaient de m’attarder sur son cas.

Mes mots n’étaient pas mensonge ma dame. Vous êtes belle et vous devez être fière du reflet que vous renvoie votre miroir. Il ne faut se mentir lorsque notre héritage nous à fait le don de la beauté. C’est un atout notable dans ce monde fait de beau parleur et d’apparence trompeuse.

Je parlais bien semblait-il. J’avais appris des mots de ma mère. Lady Desdaings était ma maitresse dans chacun des plans qu’apporte ce mot. Elle me refusait encore une dernière faveur mais je savais pouvoir l’obtenir. Elle avait le total contrôle sur ma personne de par son statut de mère et celui que je voulais d’amante. Si mon père n’était là, elle ne pourrait me refuser mes rêves. Elle avait créé cet attachement de toute pièce et il était celui contre lequel je pouvais le moins lutter. J’aurais aimé être un jeune homme normal, de ceux qui font rêver les femmes et peuvent rêver avec elle à un amour impossible. Le mien l’était, mais dans un autre discours, dans un autre rêve. L’amour d’une mère peut devenir un véritable poison. Surtout lorsqu’il s’agissait de la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 25.06.14 23:30

Myrielle riait dans son esprit. Elle se doutait bien qu'avec le nom de Lannister en face de lui, le bellâtre ne dénigrerait pas son image.. Mais pour être tout à fait honnête, ce petit jeux avait de quoi lui plaire ! Leyïa lui avait d'ailleurs de nombreuses fois dictée l'idée que ces charmes invincibles puisse être aussi source d'amusement passager.. Hors donc, la Lannister ne répondit rien et suiva l'instinct de son amie. Elle sourit mielleusement puis replaça avec élégance, quelques mèches de ses cheveux d'or.

Néanmoins, Myrielle avait à coeur de retrouver la voix du jeune homme, car ma foie, même s'il était trop galant, il fallait reconnaître son talent. Myrielle plissa ses yeux, elle semblait avoir une petite idée derrière la tête.. Elle regarda le jeune homme de haut en bas puis, comme en accord avec l'idée de jeux, esquissa un petit sourire coquin. " Vous devez aimez les jeux je présume, que dite vous de celui-ci ? Je vous offre l'acceptation de vos compliments contre une chanson.. " Myrielle désigna alors l'instrument tandis qu'une petite brise se leva.

" Vous à t'on apprit cet art ? Il est plutôt rare que les hommes cherche ce genre de passe temps, tout du moins, ..la poésie et le chant reste dans ma mémoires réservée au jeunes jouvencelles...

Mais soyez sans crainte, .. je ne vous en ferait nullement le reproche. Je trouve moi même une idée novatrice et charmante venant de ce principe..
" Myrielle se frotta légèrement les mains et croisa les bras élégante et raffinée. On aura pu déceler chez elle toute l'allure de ses lionnes légendaires qui se dressent pour vous conquérir.. Comme il était plaisant d'avoir un nom, de savoir s'en servir et de s'en nourrir.. La jeune Lannister appréciait cette optique et laissait aller au vent les rayons du soleil étincelant sur sa peau blanche..Finalement, ce jeux lui plaisait et elle remerciait intimement Leyïa de lui avoir fait goûter à ce plaisir..

" Allons.. faite moi plaisir , fit t-elle le ton plus doux, Vous devez connaître notre hymne ? L'hymne maudit des Lannister ..? Je suis sur que votre voix donnera éclat et prestige à notre malédiction.." Myrielle voulait bien sûr parler de la célèbre chanson des Rains.. Celle qui parfois, la rendait fiévreuse et mélancolique de devoir un jour prononcer ou croiser un homme du nom de Martell..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 26.06.14 20:07

" Vous devez aimez les jeux je présume, que dite vous de celui-ci ? Je vous offre l'acceptation de vos compliments contre une chanson.. Vous à t'on apprit cet art ? Il est plutot rare que les hommes cherche ce genre de passe temps, tout du moins, ..la poésie et le chant reste dans ma mémoires réservée au jeunes jouvencelles...

Mais soyez sans crainte, .. je ne vous en ferait nullement le reproche. Je trouve moi meme une idée novatrice et charmante venant de ce principe..
"

J'aurais pu l'étrangler. Réservé aux demoiselles. Ne t'as -t-on jamais parlé du prince Targaryen. Non bien sûr. On oublie pour une Lannister. Décidément, je ne l'aimais pas. Mais mère avait plantée trop profondément ses serres dans mon coeur. Je savais à merveille me comporter avec une Lady, fut telle exaspérante. Je lui fis un doux sourire qui voulait dire oui. Après tout, même si je savais ne pas lui faire confiance, je ne perdais rien à chanter devant elle. La lionne m'avait déjà entendu alors si elle voulait parler, elle le ferait, que j'accepte sa requête ou non. Je m'approchai du luth, conscient que si mes paroles n'avaient pas d'effet, j'avais hérité de ma mère une belle voix. N'aurais je rien hérité de père que ça n'aurait surpris personne. Même mes yeux bleus étaient loin de ceux d'Isendre et de père mais de la couleur si tendre de ceux de ma mère. Ils étaient ma plus belles voix. Je ne pouvais que plaire alors quand une jeune fille osait me refuser la moindre chose. J'aurais dût le savoir pourtant. Mes traits étaient un rien androgynes mais je laissais toujours un reste de barbe sur mes joues. Un duvet brun qui offrait enfin la virilité à mon visage. Mon corps, ma voix, mon regard, je puais le sex apel et elle ne faisait rien pour me prouver que j'exerçai mon charme sur elle. Si une simple Lannister pouvait me refuser, quen serait-il de ma mère. Je la fuyais comme le diable et pourtant, elle s'impatientai. On ne s'échappe pas de ses fillets dangereux. Le pouvoir d'une femme est ce qui devrait nous pousser à la méfiance avec elles. Mais rien. Rien d'autre que cette envie qui nous dirigeait tous, d'être le meilleur, d'être celui qui séduira la demoiselle en premier...

" Allons.. faite moi plaisir , fit t-elle le ton plus doux, Vous devez connaitre notre hymne ? L'hymne maudit des Lannister ..? Je suis sur que votre voix donnera éclat et prestige à notre malédiction.."

Les pluies de Castamere. Voilà un choix bien étrange venant d'une Lannister. Mais je n'étais pas en position pour dire non à sa demande. Je faisais ce que j'aimais et avec ses applaudissements. Mais j'en avais fini de la charmer. Oh bien sur, je resterai galant avec elle, comme on le doit à une femme de haut rang. Mais notre relation s'arrêtera là. Je n'aimais pas ses jeunes filles qui se croient trop puissantes pour garder à l'oeil les jeux qui faisaient frémir la cour. Aucune n'étaient assez bien pour moi. Aucune n'égalaient la maîtresse de mon coeur que je fuyais avec fureur. Je n'étais pas retourné à Beaumarché depuis des années pour disparaître de ses pensées. Mais sa plus belle oeuvre d'art, je savais qu'elle ne saurait l'oublier...

Mais ce sera avec plaisir. Laissez moi quelques secondes que les paroles reviennent à mes pensées comme les accords.

Je laissais mes doigts glisser, attraper une corde et la faire claquer dans l'atmosphère que seul le chant des oiseaux emplissait. Nous étions totalement seuls dans les jardins j'avais l'impression. Un moment de quiétude avant de se remettre à chasser et de reprendre un masque que nous gardions en chaque instant par peur de laisser transparaître nos faiblesses. Je levais les yeux vers la jeune femme, m'attardant quelques secondes sur ses cheveux blonds. Non, j'étais définitivement fixé. Je n'aimais pas les blondes.

And who are you, the proud lord said,
that I must bow so low?
Only a cat of a different coat,
that's all the truth I know.
In a coat of gold or a coat of red,
a lion still has claws,
And mine are long and sharp, my lord,
as long and sharp as yours.
And so he spoke, and so he spoke,
that lord of Castamere,
But now the rains weep o'er his hall,
with no one there to hear.
Yes now the rains weep o'er his hall,
and not a soul to hear.


On dit souvent que les seuls moments où transparaître mon véritable coeur, c'est lorsque je chante comme je venais de le faire. Perdu dans les accords, j'avais quitté des yeux la demoiselle pour vibrer avec la musique. J'étais entier. Père avait voulu m'enlever mon amour des chants, jurant que j'allais devenir faible ou pire, que je ne gouterai que la chaire des hommes. Finalement, c'était celle de ma mère qui me rendait fou de désir des que j'avais le malheur de croiser ses yeux ou la chaire de son épaule dénudée. Mon chant fini, je ne regardai pas tout de suite la jeune femme, laissant mon regard se perdre dans l'herbe. C'était un bien triste chant que celui de Castamere. Il me rendait mélancolique. Un petit soupir triste m'échappa mais je me reconstuis rapidement mon masque d'orgueil qui ne me quittait jamais. Personne ne voyait sous l'arrogance. J'étais une ordure qu'on aimait à détester et je le resterai. De la pitié, je ne voulais pas. J'étais aussi glacial que l'était ma mère et comme elle, je n'ouvrai jamais mon coeur et mon âme. Un guerrier secret, armé d'une épée gravée et de chants au pouvoir vénéneux. Le fils d'un vipère, aussi imprévisible qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 30.06.14 0:30

Le jeune homme laissait glisser ses doigts sur l'instrument avec merveille. Il était à coup sur enivré d'une chose mystérieuse et divine faisant ressortir chacune de ses notes avec un infini délice. Myrielle s'en délecta, fermant un instant les yeux pour se régaler de sa voix. Pour vous dire, Myrielle voyait bien mieux le jeune homme sans le voir, il était de ses rares personnes que l'on aime à percevoir en instinct .. La beauté fut t-elle que Myrielle se demandait pourquoi ce chant ne lui révélait pas l'autre nature de ce qu'il semblait avidement démontrer. Celle d'un homme sur, conquérant, mais au combien talentueux pour vous enivrer les sens. Il soupira, sans doute comme Myrielle avait t-il ressentit cette petite brise triste et froide allant à merveille avec l'hymne maudit.. La Lannister sourit néanmoins, enticher d'une jolie vision de son être à présent. C'était pour le moins étrange de le percevoir autrement que beau parleur et Myrielle se doutait que ce jeune homme aurait pu inspirer à bien plus que cela..

Le coeur lourd, presque brisé, Myrielle repensa à se chant si beau et nourrit quelques bon sentiments pour ce jeune homme. Après tout, un homme devient ce que ses géniteur lui dicte et il était d'évidence que quelqu'un avait toucher à ce qu'il avait de plus beau, pour le transformer en plus mauvais. Triste constat, mais perle rare, que de pouvoir tout de même assister à la véritable nature de quelqu'un d'une si belle manière..

Le coeur repentit, Myrielle reprit une bouffer d'air, masquant à son tour la mélancolie emprunt à la malédiction des Lannister. Elle avait à coeur de conseiller ce jeune garçon pour ce qu'il pourrait être au delà de qu'il semblait farouchement lui démontrer..

- Je voit en vous désormais.. Fit Myrielle le sourire sincère et transporter. Je croit que c'est ici que je voit le mieux, sans masque, sans parure, vous êtes un jeune homme acquis de bien des talents Messire Desdaings et pour cela je vous admire. La jeune fille se redressa légèrement, elle était encore séduite et semblant ailleurs .. Vous m'avez cacher ce que vous êtes, mais je ne vous en veut pas de ce fait, nous jouons tous un rôle ici, fusse t-il moins ou plus utile que d'autre, néanmoins je viens de voir dans ce chant toute votre beauté, tout ce que vous aspiré à être réellement. En cela, croyez bien que nombres de demoiselles se battent pour obtenir pareil privilège de votre part.

Je suis moi même fière de pouvoir constater tout votre éclat..


Myrielle espérait que ses mots lui jouissent à une utilité résonnable, même si elle savait parallèlement que les gens étaient difficilement changeant ou même ouvert à ce genre chose. Elle le trouvait néanmoins bien plus intéressant et vivant maintenant car il venait, pour la première fois depuis longtemps, d'apaiser Myrielle face à cette malédiction..

-Croyez bien en ma sincérité quand je dit cela messire,.. je n'est nulle intérêts à vous mentir de ce fait. Votre talent est aussi louable que les dieux, puissiez vous en être conscient si vous choisissez d'être ce que vous êtes pleinement
Termina t-elle d'un sourire amicale et sincère..

La jeune Lannister se redressa à nouveau, peinant cette fois à retirer se teint mélancolique inscrit sur son teint. Cette chanson avait de ses airs de chansons funèbre qui vous glace le sang et pourtant malgré cette peine, Myrielle se sentait heureuse..
La jouvencelle sentait néanmoins le jeune non libre de ce qu'il était se disant peut être que quelque chose ou quelqu'un, avait influencé ce fait..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols 02.07.14 13:11


- Je voit en vous désormais.. Fit Myrielle le sourire sincère et transporter. Je croit que c'est ici que je voit le mieux, sans masque, sans parure, vous êtes un jeune homme acquis de bien des talents Messire Desdaings et pour cela je vous admire. La jeune fille se redressa légèrement, elle était encore séduite et semblant ailleurs .. Vous m'avez cacher ce que vous êtes, mais je ne vous en veut pas de ce fait, nous jouons tous un rôle ici, fusse t-il moins ou plus utile que d'autre, néanmoins je viens de voir dans ce chant toute votre beauté, tout ce que vous aspiré à être réellement. En cela, croyez bien que nombres de demoiselles se battent pour obtenir pareil privilège de votre part.

Je suis moi même fière de pouvoir constater tout votre éclat..


La voix de la jeune Lannister me ramena les pieds sur terre plus vite qu’un claquement de fouet. Je redressais la tête dans sa direction, posant mon instrument, aucun sourire charmeur sur les lèvres. Je n’aimais pas ça. Ce sentiment de faiblesse qui vous possède lorsque vous laissez voir un soupir derrière votre masque quotidien. Lorsque l’autre croit avoir compris vos actions, vos moindres gestes alors que vous êtes un véritable secret. Un cygne noir ne se laisse pas approcher au milieu des blancs nourri par la main de l’homme. Il est sauvage et intrépide mais surtout dangereux pour quiconque voudrait le faire sien. N’obéissant à aucune règle, il choisit sa destinée. Mon unique différence avec cet animal. Je ne choisissais rien. J’avais été dressé et contrairement au cygne, je n’avais jamais été le vilain petit canard. On m’avait adulé dès ma naissance, fondant sur moi je ne savais quel empire, rêvant la grandeur pour mon cœur et mon âme. Je n’aimais pas les compliments venant d’une autre bouche que celle de ma mère. Les hommes et les femmes n’étaient que mensonges. Ne faire confiance à personne, agir, vivre, mais toujours seul. Sans quoi, même votre plus proche ami serait avisé de se retourner et planter la lame d’un couteau dans votre dos découvert. Même cette idée de famille n’est que mensonge. Combien furent ceux, trahit par leur frère ou leur sœur, qui perdirent tout et, dans leur dernier soupirs, comprennent que seul l’argent guide ce monde avide ?

Elle avait vu un fantôme d’une vie passée que le goût métallique d’un acier imaginaire avait vu grandir mais surtout changer. Je n’étais plus ce petit garçon qui rêvait de sa voix angélique de devenir un troubadour, de jouer et chanter en compagnie des plus grands. Je revoyais le visage de chaque homme que j’avais tué quand venait la nuit tombée. Faire couler le sang était facile. La culpabilité l’était un peu moins. Faisait fit du protocole, je ne répondis rien à la demoiselle. Mon silence était éloquent. Je ne voulais plus rien avoir à voir avec elle. Je voulais redevenir ce petit garçon qui rêvait qu’il deviendrait parfait pour sa mère, qu’il la défendrait de son père. Au lieu de cela, j’avais fuis. J’avais oublié tout ce que père m’avait dit. J’avais renié toute ma famille. J’étais un… un lâche…

-Croyez bien en ma sincérité quand je dit cela messire,.. je n'est nulle intérêts à vous mentir de ce fait. Votre talent est aussi louable que les dieux, puissiez vous en être conscient si vous choisissez d'être ce que vous êtes pleinement Termina t-elle d'un sourire amicale et sincère..

Je sais ce qui est le meilleur pour moi milady. Je suis enchanté que le spectacle vous ait plus. Mais vous ne savez rien de moi. Vous croyez vous baser sur une simple chanson mais vous n’imaginez pas le pouvoir qu’une femme peut exercer en vingt-quatre longues années. Le temps n’est rien pour un serpent. Il glisse sur sa peau trop lise sans marquer de son empreinte ses pensées. Je vous souhaite donc une bonne journée. Oubliez ce que vous croyez savoir. Ce n’est que mensonges.

Je m’étais relevé à mes paroles. Leur violence n’était qu’à peine sous entendue. Si la Lannister croyait pouvoir mettre un mot sur ce que j’étais, elle se trompait à merveille. Cette enfant se croyait suffisamment grande pour quitter le nid mais elle n’imaginait pas les dangers qui la guettaient. Un cygne noir ne brille pas au soleil contrairement à son cousin le blanc. Il se tapie dans l’ombre pour mieux frapper quand vient le moment opportun. Sans que personne ne le sache, un serpent avait rencontré un cygne sur la berge et lui avait soufflé son venin pour devenir le seul maitre de son étang. Pour qu’il puisse tuer son père aussi blanc que neige. Pour que sur le noir de ses plumes se mêle l’écarlate du sang. Pour les yeux si bleus d’une vipère aussi dangereuse que la Mort qui l’avait vu naitre et dans Laquelle elle avait trempé ses crocs. Le cygne noir, allié au reptile, devenait la Mort dans un habit de ténèbres, jurant allégeance à chacun, capable de plier l’échine pour qu’on ne perçoive pas le reflet de rubis dans ses prunelles avant qu’il ne frappe.

L’heure de frapper se rapprochait pour moi. Les lettres de ma mère se faisaient plus présentes. Je sentais que le destin auquel j’étais promis n’était plus fabulation mais devenait bien réel. Cette jeune femme n’était rien qu’une ombre sur un chemin plus grandiose. Le nom Lannister, bien que devant être tenu à l’œil, aurait dut lui offrir un statut de lion, puissant et dangereux, au lieu de créer un petit chat apeuré. Le cygne et le chat ne sont pas faits pour se côtoyer. Je ne craignais pas les félins car dans l’eau qui m’entourait, ils devenaient apeurés. Ma mère aurait pu rivaliser avec leur reine. Elle gardait une partie du dragon de son blason dans son âme. On ne marie pas un dragon, dangereux, avec un cygne, paisible oiseau, uniquement connu pour la beauté de ses plumes immaculées et son cou gracile. Si ce n’était pas la beauté mais la soif du combat qui hurlait dans les veines de mon père, il n’était pourtant rien face à un dragon. Epoustouflant sur un champ de bataille, il était faible jusque dans sa couche qu’un serpent gardait jalousement depuis tant d’années. Mais qui étais-je pour lui jeter la pierre ? Face à cette vipère, j’étais moi-même faible. Elle avait su faire de moi sa parfaite vengeance.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

[Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Port Réal] Myrielle ¤ Les nuits d'or, où le chant des oiseaux se mêle aux pépiements des rossignols
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Mes jours sont plus sombres que vos nuits [commentaires]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Zone Hors RPG :: Archives du forum :: RP terminés-