AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

298 - Lune 13 - Semaine 2 - Jour 7 - PORT REAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Le Boiteux
Métier/Titre(s): Héritier Overton

« Esprit aiguisé »

Copyright : Luna
Citation : A player disguised as a pawn
Pseudo : Boiteux
Corbeaux : 1533
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: 298 - Lune 13 - Semaine 2 - Jour 7 - PORT REAL 10.09.14 21:24

298 - Lune 13 - Semaine 2 - Jour 7 - Au soir

Ades Overton et Robert Baratheon by Bleeding Star


La première journée du procès de Lysa Arryn venait de s'achever. La salle du trône dans laquelle se déroulait l'évènement désemplissait progressivement et Ades rentrait dans ses quartiers, suivit de près par le Fer-né qui lui servait de garde du corps, quand il fut interrompu par un manteau d'or. L'homme lui demanda simplement son identité et, une fois sûr que c'était bien Ades Overton, lui tendit un parchemin, en l'avertissant qu'il était convoqué dans l'heure qui suivait.

Le jeune homme eut beau poser quelques questions, le garde repartit comme il était venu, et ce n'est qu'en ouvrant le parchemin qu'Ades découvrit l'identité de celui qui le convoquait. Le sceau était celui du cerf couronné et la signature celle du Roi Robert Barathéon, Seigneur des Sept Couronnes et Protecteur du Royaume. L'héritier Overton déglutit et roula le parchemin sans rien dire à Vasgard, l'immense garde qui le pressait lui aussi de question. La journée avait été riche en évènement et elle semblait ne pas vouloir s'achever. Avait-il fait quelque chose qui l'ait fait remarquer au procès ? Ou s'agissait-il de toute autre chose ? A défaut de le savoir, il rentra dans ses quartiers pour s'assurer que sa tenue était toujours correcte, nettoya sa canne et ressortit quelques minutes plus tard. Il connaissait l'endroit où il était appelé mais il ne voulait pas rester dans sa chambre en attendant.

Ades déambula donc dans les couloirs du château, expliquant simplement à son garde du corps qu'il ne pouvait rien lui dire pour le moment. Lui-même n'avait pas la moindre idée de la raison qui avait poussé le Roi à le faire convoquer lui. Cela ne pouvait pas être à cause du banquet royal, c'était une histoire trop ancienne. Il y avait forcément autre chose. Le jeune homme se repassa en tête ce qui s'était déroulé durant le procès d'aujourd'hui, mais il ne voyait pas ce qu'il avait put faire pour être remarqué.

Lorsqu'il prit enfin la direction du bureau du Roi, il espérait simplement que ce ne soit pas une de ces lubies, ou une envie presque cataméniale, dont semblaient être parfois affublés ceux qui posaient leurs fesses sur le trône. Nerveux, il demanda à Vasgard de l'attendre dehors tandis qu'il s'avançait vers le garde à l'armure blanche qui attendait devant la porte. Ce n'est que face à lui qu'il reconnut le jeune Ser Arys du Rouvre et qu'il s'annonça.


"Ades, de la famille Overton. Je suis convoqué" expliqua-t-il en tendant le parchemin

Le chevalier ne tendit même pas la main pour prendre le papier et se retourna simplement pour ouvrir la porte. Ades entra en boitillant et s'inclina profondément dès qu'il aperçut la silhouette du Roi.

"Votre Majesté, c'est un honneur"

Le Roi étant assit à son bureau. Les documents s'étaient amoncelés comme à son habitude. Par le Dieux s'il s'était douté que la couronne brassait autant de papelard. Sa coupe de vin toujours dans sa main. Mais contrairement à la comédie qu'il faisait pendant le procès, celle-ci était bien rempli d'un vin épais.

Il observa le jeune Overton de pied et cape alors qu'il pénétrait dans son office


"Bien sûr que c'est un honneur, ser, bien sûr. Personne n'osera dire le contraire!"

Cette journée à siroter du vin plus que dilué lui avait monté sur les nerfs

Appuyé sur sa canne, le jeune homme fit quelques pas dans la direction du roi et profita du mouvement pour balader son regard sur la coupe de vin. Le roi buvait comme pendant tout le procès mais vu la teneur du procès en question, il ne pouvait pas vraiment lui en tenir rigueur. S'arrêtant à quelques mètres de lui, il baissa les yeux et hésita à reprendre le Roi sur l'usage du "Ser" dont on affublait les chevaliers dans le Sud. Ades choisit finalement de n'en rien dire et préféra plutôt continuer humblement.


"Vous avez demandé à me voir ?"

"Assieds toi, j'ai pas envie de passer toute cet entretien à me dévisser le cou pour te parler en face. Ades Overton... la première fois qu'on m'a parlé de toi j'ai pas fait le rapprochement, mais une bonne nuit de sommeil et l'aide de ton Lord Suzerain m'ont remis dans le bain. Bien sûr, cet Ades sans qui ma fille ne serait plus de ce monde." Un léger rictus passa sur son visage à cette dernière phrase. "Ma douce Myrcella..."

"L'ont m'a dit beaucoup de bien de ta personne et je crois ces gens."

"Oui, j'ai confiance en des gens, moi le Roi au milieu de ce nid de vipère qu'est le Donjon Rouge. Heureusement sinon, j'aurais perdu la raison depuis un long moment."


Un échanson servi une coupe à Overton.

"Avant tout, cela fait longtemps que je n'ai pas eu quelqu'un pour passer du temps en toute quiétude. Et j'ai besoin de connaitre les personnes conseillée par mes amis."

"Si tu veux que je te donne l'ordre de me parler de toi et de ta famille, je te le donne, mais je ne préférerais pas."


"Tout homme du Royaume aurait agi de même à ma place, Votre Majesté." répondit le jeune homme en s'avançant pour prendre un siège face au roi, déposant sa canne contre le repose-bras.

Il laissa le Roi parler, se demandant tout de même qui avait pu faire revenir son nom aux oreilles du Roi, et pour quel raison. Lord Eddard sûrement, il était la seule personne à la cour qui devait bien connaître Ades, mais pourquoi exactement ?

Saisissant la coupe qu'on lui tendait, le jeune homme fit comprendre à l'échanson qu'il désirait qu'on coupe son vin avec au moins autant d'eau. Une habitude empruntée à Roose Bolton qui permettait de boire bien plus tout en gardant un esprit bien plus alerte. Il prit une gorgée et sourit doucement en posant son regard vairon sur le Roi.


"Ce ne sera pas nécessaire, Votre Majesté. Par quoi dois-je commencer ?" Sans attendre de réponse, il entama d'une voix claire, où il tâchait de ne pas laisser paraître la nervosité qui l'agitait - après tout, il parlait au Roi. "Je suis le fils de Lord William Overton et mon père se vante d'être un des plus fidèles vassals des Stark. Il fut l'un des premier à lever sa bannière lors de votre Conquête et il vous accompagna aussi quand les Krakens se levèrent à l'ouest. Ma famille n'est pas très grande mais elle est aussi vieille que le Nord lui-même." D'un ton plus triste, il poursuivit. "Les Overton ont une vieille épée et un vieux château que nous ne pouvions même plus entretenir correctement. Voyez-vous, il fut un temps où ma famille était importante."

Il eut un soupir et reposa sa coupe devant lui, cachant sa main tremblante sur ses genoux. Il hésitait manifestement à ajouter quelque chose. "Je suis le seul héritier de mon père, mon dernier cousin a pris le noir et rejoint la Garde de Nuit." commença-t-il, avant de finalement se décider à dire la vérité au Roi. "Lord William Overton ne gouverne plus ses terres, Votre Majesté. Mon père est malade, pas... physiquement mais ici." Il se tapota la tempe et si sa voix était toujours claire, son ton exprimait un calme trop bien feint pour être réel. "Dans les pires jours, il ne me reconnaît même plus, son fils. C'est moi qui m'occupe de ma maison et qui ait décidé de lui... redonner un peu de sa gloire d'antan."

Il sourit d'un air amer. "Un peu prétentieux, je vous l'accorde. D'autant que je ne croulerai jamais sous les hauts faits militaires ou les victoires de tournoi. Je discute simplement, je négocie. Avec beaucoup de gens, raison pour laquelle je me trouvais à Port-Réal lors du tournoi." Il s'interrompit là, jugeant qu'il en avait assez dit, si le Roi voulait lui demander une précision sur un point précis.

Robert écouta attentivement, la coupe à mi-chemin de ses lèvres. *Voilà comment s'élévent ceux pour qui la loyauté est un guide. L'abnégation de nombreuses petites familles les ont mené à la ruine par devoir. Le gens les plus dévoués finissent les premiers démunis. Ici seul s'en sortent les plus avisés et non les plus fidèles.*

Ce 'gamin' semblait franc et humble à Robert et le Roi aimait cela. Mais bon sang, tant de gens se sont joués de lui.

*Il va falloir que tu apprennent à refaire confiance à certaines personnes, ma vieille caboche. Mais à qui bordel, à qui?*


"Mon jeune Overton, si Port-Réal devait recracher tout les prétentieux qui peuplent ses rues, les portes en vomiraient à grand flot jusqu'au prochain printemps."

"J'en ai plus qu'assez des renifleurs de cul qui ne pensent qu'à leurs gueules. Oui, c'est peut-être ton cas, tu veux te faire une place au soleil pour redorer le blason des Overton."

"Si l'on doit encore parler un moment ensemble, tu vs me faire le plaisir de passer outre mes écarts de langage et ne pas faire le choqué si un te déplait. Ca c'est un foutu ordre!"

"Le tournoi dis-tu? C'est ainsi que tu t'es estropié?"


Le gamin se fendit d'un sourire franc aux mots de Robert Barathéon, il parlait mal mais ce qu'il disait était loin d'être faux. "A vos ordres, votre Majesté."

La question le surprit et il haussa un sourcil. "Estropié ? Oh non. Ceci..." Il leva sa canne. "... m'est de naissance. La grossesse de ma mère a eu des complications. C'est aussi à cela que je dois ceci." continua-t-il en désignant de l'index son iris pâle. "Mon mestre pensait que je ne passerais jamais mon premier hiver mais... il semblerait que je sois plus tenace qu'il n'y paraît. J'ai toujours marché avec une canne."

"Ton regard a dut faire s'inquiéter plus d'un pécore, mon jeune compagnon. Bon sang, certains tirent les mauvaises cartes à la naissance. Toi, t'as eu droit à une pioche offerte en sus. Boiteux, le mauvais œil, une famille qui part en biberine... Te voilà bien parti pour passer l'hiver!"

Le Roi parti d'un rire tonitruant, se renversant en arrière sur son fauteuil, se tenant son large ventre qui oscillait à chaque éclats. Du vin se renversa sur certains papiers dont importance passait, à cet instant, bien au dessus de sa tête.

Certaines personnes vous paraissent sympathique au premier abord. Robert avait eu peur de voir débarquer un petit nobliaux de province tout... tout, sauf comme celui-ci.


"Tu ne semble pas trop abattu par les coups de putes que t'a fait la vie. C'est bien mon gars. Tu te bats, à ta foutue manière, mais tu te bats et tu essais de faire ton trou dans ce Royaume à l'affection négociable."

Le rire du Roi était particulièrement impressionnant, la voix était bien tout ce qu'il avait gardé de la glorieuse époque où il combattait dans les Sept Couronnes. Un peu timidement, le jeune homme sourit. "C'est ce que nous faisons tous. Chacun se bat avec ses cartes..." Il releva les yeux sur Robert Barathéon et hésita à demander pourquoi il était en train de parler de cela avec le Roi des Sept Couronnes, il choisit finalement une option plus prudente. "Pour autant, lorsqu'on se bat pour faire son trou, je ne veux pas oublier mes devoirs. Ceux que mon père m'a appris. Mon allégeance à la famille Stark et au trône, ce pourquoi un boiteux au mauvais œil à fait l'imbécile pour aider la princesse Myrcella... de son mieux." Il eu un sourire presque nostalgique. "Une petite tentative pathétique, mais je suis content que ça ait été utile."

"Tu apprendras, mon jeune ami, qu'il n'y a pas de foutu petits actes."

"Le moindre regard, la moindre attention peuvent déclencher des guerres."

"Je pourrais passer la journée à boire ici et discuté avec toi, tu me semble vreiment de bonne compagnie... et au moins, avec ta patte folle, tu n'es pas à me faire des courbettes à longueur de temps. J'ai ai mon compte des flagorneurs."

"Mais j'en ai assez du décorum. "

"Je crois savoir au moins quand quelqu'un est ce qu'il parait. Enfin, j'espére vraiment ne pas me tromper sur toi."


Le Roi posa sa coupe sur le bureau et sembla l'oublier aussitôt. Toute son attention sur le Nordien. Il se leva et s'avança vers lui. Le visage soudain sérieux.

Ades avait reprit sa coupe et siroter un peu de vin. Étonnamment, il trouvait aussi que le Roi était de bonne compagnie, loin d'être aussi stupidement brutal qu'il ne le laissait paraître, comme au procès. Il semblait lucide, un peu dépité des habitudes de la politique de Port-Réal, mais étrangement lucide. Il ouvrit la bouche pour faire un bon mot mais l'air soudain sérieux du Roi l'en dissuada. Son visage se ferma sur un air sérieux et il s'avança sur sa chaise pour reposer son verre avant de retourner son regard au Roi.

"J'espère aussi alors, votre Majesté. Que me vaut cette convocation alors ?" Ils avaient déviés le sujet pendant assez longtemps et à voir l'air affiché par Robert Barathéon, il était temps de passer aux choses sérieuses.

"Certains croiront que c'est dut au fait que tu ai sauvé la vie de..." il ferma les yuex et dans un souffle au travers de ses lévres maintenant pincées "ma fille, mais il en ai tout autrement."

Il se leva et marcha de long en large, traversant de multiples fois son office en quelques enjambées.

"J'ai besoin de quelqu'un qui ne soit pas encore pourri par cette ville et par ses intrigues. Et aussi quelqu'un qui fera grincer les dents de tout ces peines à jouir qui tentent de me conseiller."

Il s'arrêta dans sa déambulation dos à l'Overton et tourna sa tête pour le fixer droit dans les yeux.

"Et oui, je te veux avec moi au Conseil. Tu te dis pauvre, viens diriger mes finances. J'ai encore confiance en quelques trop rares personnes et celles-ci se portent garant de toi."

Ades fronçait les sourcils depuis le début du bref discours. Il avait compris que le Roi allait lui proposer quelque chose, peut-être pour ce qu'il avait fait pour sa fille, mais apparemment il en était tout autrement. Le jeune Overton était prêt à entendre à peu près tout, sauf ça. Il hoqueta de surprise et tâtonna de la main, sans quitter le roi des yeux, pour prendre sa coupe. Mais elle était vide. "Le Conseil Restreint" murmura-t-il. "Ce serait... un immense honneur, votre Majesté." Il sourit, avec un rire sec et surpris. "Une immense responsabilité aussi. Je m'en pense... Capable."

Après quelques secondes à réfléchir, il sourit de nouveau, plus joyeusement. "Vous avez raison, ça fera grincer des dents."

S'approchant maintenant de lui, le dominant toujours de sa large présence, le Roi reprit la parole.

"Je t'aime bien gamin. J'ai besoin de sang frais dans mon entourage. Viens, aide-moi et ta famille sera élevée bien au-delà de ce qu'elle n'a jamais connue."

"Je vais être direct, jeune Overton, j'ai un enfant de putain qui vient de se faire la malle en étant accusé d'avoir fait tuer mon mentor. Donc, j'ai un siège pour toi, encore tout chaud du fondement de cet étron. Vire moi cette odeur du Conseil. Rejoins moi et fait montre de ce qu'un vrai noble doit faire."

"Ta présence va être, à certains, pire qu'une épine coincée dans leurs fondements."
Robert savourai déjà cet instant

"Et oui, bien sûr que c'est un honneur et bla et bla... Bong sang, pas de flagornerie. Du respect, oui. Mais je t'en prie, j'ai ai assez de ces gens qui rampent sur le sol devant moi comme si j'étais sensible à leurs courbettes."

"Soit honnête et droit."


Le Roi baissa sa tête à son niveau, leurs visages se faisant face à quelques pouces.

"Par contre, ne t'avise jamais de trahir ma confiance. Je préfére que ce soit clair entre nous. Ne trahi jamais ton Roi. Mais pire que tout, surtout en ce moment, ne me trahi pas moi. Sinon..."

Il se redressa

"Sinon, je ne sais pas. J'en ai assez du sang."

A présent, c'était à Ades de se dévisser le coup pour deviser avec le Roi mais il n'allait surtout pas se lever pendant que le Seigneur des Sept Couronnes parlait, et après tout il paraîtrait toujours petit même debout. Il soutient son regard son regard durant l'avertissement, sans même ciller. Et ce malgré son coeur qui battait fort dans sa poitrine et son cerveau qui cliquetait presque tant il travaillait. Tout ce qui l'amenait ici repassait dans sa tête, la défection de Littlefinger, le banquet sanglant, le procès de Lady Arryn. Qui avait parlé de lui à Robert ? Lord Eddard sans doute. Oui, cela devait être son Suzerain qui avait donné son nom à Robert Barathéon.

"Je ne vous trahirai jamais, Votre Majesté. Ma famille a prêté serment de servir Lord Eddard et il a prêté serment de vous servir. Je rejoindrai votre Conseil, auprès de lui et vous n'aurez pas à vous défier de moi."


Déjà en train de réfléchir, il murmura presque pour lui-même. "J'aurais besoin des livres de compte de l'enfant de putain, pas seulement sur le Royaume. Les livres de son domaine, et des maisons de putain que je sais qu'il détient. S'il a osé assassiner la Main du Roi, qui sait depuis quand il trahissait le Royaume."

Le visage de Robert s'éclaira. D'un grand sourire franc. Il semblait là plus détendu. Enfin depuis un trop long moment maintenant le Roi se permis d'être, pour un instant au moins, plus léger de ses soucis. Il souhaitait que le zèle et l'entrain du jeune Overton ne le quitte jamais.

L'échanson s'occupa de leurs coupes. Robert prit la sienne et la leva vers son nouvel Grand Argentier.


"Bienvenue dans le pire endroit de Westeros, Ades Overton."

Le Grand Argentier fraîchement nommé pris sa propre coupe et, contrôlant les tremblements de sa main, la fit teinter contre celle du Roi. "Merci de l'invitation, votre Majesté. Ce sera un plaisir."



"De Glace et d'Acier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

298 - Lune 13 - Semaine 2 - Jour 7 - PORT REAL

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 298 - Lune 13 - Semaine 2 - Jour 7 - PORT REAL
» 298 - Lune 12 - Semaine 3 - Jour 3 - PORT REAL
» 299 - Lune 7 - Semaine 4 - Jour 5 - PORT REAL
» Péril à Port Réal - Aide memoire
» Event 1, sujet 2: Le siège de Port-Réal (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Sothoryos :: Ruines de Zamettar :: Intrigues Terminées :: Archives RP Flashs-