AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Héritière de Tertre-bourg

« La fille du Loup »

Copyright : Reign
Corbeaux : 497
à Westeros depuis : 25/05/2014
MessageSujet: Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia] 11.08.15 13:54

An 299 - Lune 6 - Semaine 1 - Jour 6
Port-Réal
La bibliothèque du Donjon Rouge



Elhenna Dustin et Thyra Volmark étaient assises, silencieuses. Elles se trouvaient dans la bibliothèque du Donjon Rouge, déserte à cette heure tardive.
Près de la porte se tenait Orys, qui observait de temps à autres les deux jeunes femmes d'un air serein. Les savoir ici, tranquillement occupées à étudier des livres sous sa garde, voilà qui le rassurait. Des semaines déjà qu'elles ne s'étaient plus livrées à des excursions inconsidérées – du moins à sa connaissance. Et si la contrepartie était de les voir se coucher bien plus tard que ce que Barbrey aurait voulu, il la préférait de loin à celle de découvrir que l'une ou l'autre était encore sortie à son insu.
Son regard s'attarda sur Elhenna. Elle avait bien grandi depuis leur arrivée à la capitale, six lunes plus tôt. C'était à présent une vraie jeune femme. Seul son tempérament fougueux l'inquiétait parfois encore. Mais lui n'y pouvait rien et s'il n'hésitait plus à sermonner la fille de William Dustin lorsqu'elle s'illustrait par quelques exploits irréfléchis et – de l'avis du soldat – même dangereux, il savait bien qu'il n'avait pas de véritable emprise sur elle et qu'elle ne l'écoutait jamais vraiment.

- Lenna, arrête de froncer les sourcils. Thyra adressa une œillade complice à son amie en continuant : Pense à ton futur époux, il ne voudra certainement pas d'une femme à l'air aussi sérieux.

La louve releva la tête du livre qu'elle étudiait assidûment depuis le début de la soirée. Cela faisait des semaines, des lunes même qu'elles passaient la plupart de leur temps ici. Elhenna lisait tout ce qu'elle pouvait trouver qui parle, de près ou de loin des Autres. Depuis quelques vieux contes oubliés en passant pas des manuels poussés d'alchimie mais aussi un grand nombre d'ouvrages traitant de l'histoire des familles de Westeros ; rien n'échappait à ses lectures avides. Thyra pour sa part parcourait encore et encore tout ce qu'elle pouvait trouver de livres touchant de près ou de loin à la navigation.
Si l'attaque de Port-Lannis par les fer-nés avait conduit les deux jeunes femmes à faire preuve de discrétion quant à l'identité de la pupille de Barbrey Dustin, ce qui s'était plus récemment produit dans tout l'Ouest et le Conflans les obligeait à ne point relâcher cette réserve.

Elhenna lui répondit en souriant :

- Crois-moi, mon air sérieux sera bien le cadet de ses soucis !

Elle s'accouda alors à la table qui les séparait et, la tête dans les mains, elle regarda sa sœur de cœur en poursuivant, l'air taquin :

- Et toi ? Tu pourras bientôt me construire une flotte de guerre ?

Le visage de Thyra sembla un instant s'assombrir avant qu'elle ne réponde, d'un air solennel :

- J'y travaille.

Un court silence s'installa, bientôt brisé par les rires étouffés des deux jeunes femmes. Elles reprenaient tout juste leur sérieux lorsque des bruits de pas résonnèrent doucement dans le couloir qui menait à la bibliothèque
Orys se redressa tandis qu'Elhenna posait son regard sur la porte, prête à saluer d'un signe de tête poli la personne qui entrerait. Thyra pour sa part avait pris soin de dissimuler son livre de navigation fer-née sous un autre, plus anodin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Silith / la Colombe / la demoiselle aux trois bateaux
Métier/Titre(s): Fille de Lord Farman, Seconde héritière de la Maison Farman

« Colombe tachée de noir »

Copyright : Insuline (Echo des Plaines)
Citation : La Houle nous emporte !
Corbeaux : 529
à Westeros depuis : 15/07/2014
MessageSujet: Re: Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia] 12.08.15 4:20

-Tu te sens mieux ?

Silithia leva la tête vers sa cousine, le visage fermé et les traits légèrement tirés. Voilà des nuits entières qu'Alayne venait la réconforter, l'entendant souvent pleurer à chaudes larmes. La lettre qu'elle avait écrite pour Alessander et qu'elle n'avait jamais envoyée, apprenant sa mort, se trouvait sous l'un des coussins. La nouvelle lionne ne dormait presque plus, depuis trois nuits, le visage du cygne noir s'imposant à elle et la hantant.
Elle hocha lentement la tête, et son regard se posa sur le livre d'astronomie sur lequel elle était penchée l'instant d'avant. Elle avait cessé d'en tourner les pages depuis plus d'une demi heure, ses yeux s'étant bloqués sur la constellation du Cygne. Elle en avait caressé la représentation du bout des doigts, cherchant à se rappeler de son aimé ; la douceur de sa peau, son odeur...

-Silithia, tu m'entends ?

La blonde releva brusquement la tête, sursautant tandis qu'une main se posait sur son épaule. Elle entrouvrit la bouche, reprenant son souffle.

-Je disais que tu devrais sortir. Viens, allons à la bibliothèque, ça ne peut pas te faire de mal !
-Oui, pourquoi pas, répondit la Lannister d'un ton détaché.

Elle se leva lentement de sa chaise, et s'avança vers sa maquilleuse, sur laquelle trônait un grand miroir. Elle s'y observa, se trouvant plus pâle que d'habitude, les yeux encore un peu rouges. Apposant un peu de rose sur ses joues, elle se maquilla très légèrement les yeux. Personne ne doit savoir, se répétait-elle intérieurement, regrettant encore et toujours d'avoir aimé, souffert, pleuré. Non, personne ne devrait jamais rien savoir, à part Alayne.

La lionne regarda sa cousine et esquissa un sourire crispé.

-Allons-y.

Les deux jeunes femmes de l'Ouest quittèrent les appartements de la plus âgée des deux, et traversèrent les couloirs du Donjon Rouge -suivies des deux manteaux rouges- jusqu'à rejoindre la bibliothèque. En s'en approchant, Alayne entendit des voix, et elle s'arrêta alors brusquement, saisissant le bras de sa presque-sœur et confidente pour la faire s'arrêter aussi.

-Qu'est-ce que tu fais ?

La fille Clifton posa son index sur ses lèvres ourlées d'un sourire mystérieux, indiquant à Silithia de se taire, et d'un geste de la main, elle lui indiqua d'écouter.

-...flotte de guerre, entendirent-elles seulement.

Alayne fit la moue. Toujours à la recherche de ragots en tous genres à se mettre sous la dent, elle n'avait ici rien appris. Silithia, elle, fronça les sourcils ; une flotte de guerre ? Cela l'intéressait, mais pas pour les même raisons que sa cousine. Tirant d'ailleurs celle-ci par le bras, avide d'en savoir plus, elle acheva de parcourir les derniers mètres qui la séparaient de la porte de la bibliothèque, percevant des rires de jeunes femmes. Elle poussa la porte avec toute la délicatesse d'une lady de son rang -elle n'était plus une simple Farman, dès à présent- et sourit un instant en entrant.

-Mesdemoiselles, messire, dit poliment Silithia en regardant les demoiselles, puis l'homme posté près de la porte. Elle fit quelques pas dans la pièce, tout sourire ayant disparu de son visage tandis qu'elle observait les deux jeunes femmes. L'une d'elles lui disait vaguement quelque chose, et elle se demanda un instant s'il ne s'agissait pas d'une Stark ; les cheveux noirs et les yeux gris, tout chez elle lui rappelait les caractéristiques propres à ces sauvages. Mais en fouillant dans sa mémoire, elle se souvint avoir déjà vu la louve aux côtés d'Eddard Stark ; elle était sa pupille, mais son nom ne lui revenait pas, bien qu'elle se souvint qu'il s'agissait là d'une nordienne. Elle inclina respectueusement la tête. Je suis lady Silithia Farman.

Alayne osa une œillade vers les deux manteaux rouge qui se postaient près de la porte, près de l'homme qui accompagnait les deux jeunes inconnues, et leva un peu le menton, orgueilleuse comme elle l'était, disant d'une voix pleine d'assurance :

-Lady Alayne Farman-Clifton, enchantée.

Elle s'inclina doucement, observant un instant sa cousine déjà vêtue comme une lionne, de rouge et d'or, puis adressant un sourire poli aux deux jeunes femmes, contrairement à Silithia, qui croyait voir là une Stark -et qu'elle les haïssait, ces barbares du Nord- et qui restait donc de marbre.



Silithia`Lannister
"Belle, comme un lever de soleil à l'aurore, Sur les monts enneigés de blanc, touchés par l'or Des rayons de cet astre, tel dans un trésor, Tu es la pierre qui luit, de l'ensemble ressort." - P. Andrée.
© Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Héritière de Tertre-bourg

« La fille du Loup »

Copyright : Reign
Corbeaux : 497
à Westeros depuis : 25/05/2014
MessageSujet: Re: Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia] 12.08.15 12:27

Elhenna avait observé les deux jeunes femmes d'un œil inquisiteur. Elle pensait avoir déjà vu la blonde quelques fois et, tandis que celle-ci se présentait, la louve se remémorait ce qu'elle savait des Farman. Et ce qui lui vint tout de suite à l'esprit, c'était leur flotte, complètement détruite par les fer-nés il y avait quelques lunes de cela. Avec Thyra à ses côtés, la rencontre ne pouvait pas plus mal tomber.
Il y avait aussi des rumeurs de mariage... Et si Elhenna n'y avait guère été attentive, en voyant les deux manteaux rouges et la mise de Silithia, elle eut la confirmation que cette dernière était très certainement la promise du nouveau Lord Lannister.
La fille de Barbrey pensa un bref instant qu'elle-même ne se serait certainement jamais déguisée de la sorte. Hors de question de prendre des couleurs qui n'étaient pas les siennes. Et aujourd’hui encore, elle était parée de Nord. Une robe simple qui soulignait sa silhouette bien galbée. A son cou le collier portant le blason de sa famille maternelle et celui de son père de nom. Nul besoin de se parer d'avantage lorsque l'on exhalait déjà l'orgueil.

Après un bref regard à l'autre jeune fille, Elhenna planta ses yeux gris dans ceux de Silithia. Elle devait bien l'avouer : il y avait chez elle quelque chose qui ne lui plaisait résolument pas. Si la Farman était sans conteste belle, son air suffisant ne revenait pas à la fille de Barbrey.
La louve s'était néanmoins levée et avait salué poliment les deux cousines d'une voix claire :

- Je suis Elhenna Dustin.

Elle jeta un bref regard à sa sœur de cœur. Je suis Thyra Stout, c'est pas compliqué. Allez Thyra, juste quatre mots pour être tranquilles. Elles en avaient parlé pendant des semaines, de la façon dont elles feraient en sorte de cacher les origines fer-nées de la jeune femme. La présenter comme la fille de l'une des maisons vassales des Dustin, c'était la solution la plus simple. Mais c'était sans compter sur la profonde inaptitude de Thyra au mensonge. Et cette dernière s'était donc contentée d'un bref mouvement de tête en grommelant un vague salut sans même se présenter.
La fer-née s'était aussitôt replongée dans sa lecture, sans plus adresser un regard aux deux filles de l'ouest. Déjà qu'elle était obligée de porter des robes depuis son arrivée à Port-Réal, elle n'allait pas non plus faire la causette à toutes les ladys de la capitale, songea-t-elle en s'accoudant à la table, sans plus de cérémonie.

Orys était pour sa part aux aguets. Il s'était encore d'avantage redressé et suivait d'un œil soucieux les échanges entre les demoiselles ; saisissant déjà la tension diffuse qui émanait de cette rencontre. Bon sang, Barbrey ne lui avait pas fait de cadeau en lui envoyant Thyra à la capitale. Veiller sur Elhenna était déjà une tâche compliquée alors si on lui ajoutait une fer-née qui se souciait autant des bonnes manières que de se coiffer le matin... A ce moment là, il avait hâte de rentrer pour le Nord afin d'y retrouver la tranquillité des Tertres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Silith / la Colombe / la demoiselle aux trois bateaux
Métier/Titre(s): Fille de Lord Farman, Seconde héritière de la Maison Farman

« Colombe tachée de noir »

Copyright : Insuline (Echo des Plaines)
Citation : La Houle nous emporte !
Corbeaux : 529
à Westeros depuis : 15/07/2014
MessageSujet: Re: Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia] 08.11.15 23:29

Elhenna Dustin. Un immense sourire dévoila les dents de Silithia, tandis qu'elle affrontait sans la moindre crainte le regard de la nordienne. La blonde n'aimait pas son regard, similaire à celui des loups de Winterfell, et elle suintait l'orgueil. Pourtant, elle ne l'impressionnait pas le moins du monde, et c'est pour cette raison que Silithia soutint son regard un long moment, laissant un blanc s'installer, ainsi qu'une certaine tension qui régnait déjà entre les deux jeunes femmes. Tandis que la louve se levait, la blonde en profita pour la détailler sans la moindre gêne.
Elle observa les couleurs du Nord dont s'était parée la Dustin, ce qui ne la dégoûta que plus. Comment pouvait-on oser porter en permanence des couleurs si ternes ? La fille Farman haussa simplement les sourcils, faisant quelques pas de plus dans la bibliothèque jusqu'à passer derrière l'amie de la nordienne. Celle-ci s'était contentée d'un mouvement de tête et d'un salut lancé en grommelant. Bien qu'étonnée par cette attitude, Silithia eut un sourire moqueur, et un regard vers Alayne suffit à lui confirmer que l'impolie était bien en-dessous d'elles, et qu'elle était presque pitoyable. S'adresser ainsi à une dame, quelle idée.

-Enchantée, dit la blonde, toujours souriante malgré la tension palpable.

Elle détailla quelque peu celle qui restait silencieuse, songeant qu'elle aussi devait être une de ces barbares venus de l'autre bout du continent. Elle les exécrait plus que tout, sales sauvages qu'ils étaient, avec leurs dieux et leur manie de se confier à des arbres, avec leurs vêtements sombres et laids, la presque-absence de chevaliers sur leurs terres et leur neige, leur froid, leur sobriété. Ils n'étaient pas comme elle, attachés au luxe et à la beauté, ils n'étaient rien de plus que des êtres primitifs, reclus dans leurs terres uniquement faites de froid et de neige.
Comment pouvait-on vivre ainsi ?

Malgré la haine qu'elle portait aux gens du Nord et qu'elle n'avait aucune crainte à montrer ouvertement, Silithia choisit de continuer l'échange. Cela lui permettrait de tuer son ennui, de ne plus penser à Alessander et surtout de se distraire un peu -peut-être parviendrait-elle à trouver les limites des sauvages qui se trouvaient là.

-Quel plaisir de voir d'autres ladies préférant réfléchir plutôt que de s'échanger diverses rumeurs insipides dans les jardins. N'est-ce pas ?

Elle s'avança vers l'une des étagères de livres, laissant ses doigts courir sur le dos des livres, tandis qu'elle en tirait quelques un, lisant les titres en se murant dans un étrange silence. Tirant un livre concernant l'histoire de l'Ouest et des Lannister, elle alla s'installer à une table voisine à celle des deux nordiennes. Ouvrant le livre, elle en tourna tranquillement quelques pages tandis que sa cousine s'asseyait face à elle. La future lionne arriva bientôt au chapitre qui l'intéressait, et elle le lut attentivement, un sourire au coin des lèvres.
Les Pluies de Castamere... Elle se souvenait mieux que quiconque de cette chanson, qu'un luthiste était venu jouer à Belcastel. Elle ne comptait plus le nombre d'années qui s'étaient écoulées depuis cet événement, mais se souvenait d'avoir haï les Lannister durant tout ce temps. Et elle était désormais fiancée à l'un d'entre eux -qu'elle appréciait beaucoup, par chance.

Relevant nonchalamment les yeux vers Elhenna, elle doutait que celle-ci veuille converser avec elle. Pourtant, elle avait besoin d'une distraction, et celle-ci était idéale.

-Cela n'est-il pas étrange de quitter un endroit... tel que le Nord, pour découvrir les merveilles de la capitale ? La richesse, le luxe, la beauté... Cela doit vous changer, non ?

Alayne eut un immense sourire, amusée par l'attitude désinvolte de sa cousine, bien cachée derrière de belles paroles et de belles tournures. Le regard de Silithia, lui, brûlait d'une lueur de défi. Elle et Elhenna ne s'entendraient pas, elle en était sûre. Et cette idée l'amusait.



Silithia`Lannister
"Belle, comme un lever de soleil à l'aurore, Sur les monts enneigés de blanc, touchés par l'or Des rayons de cet astre, tel dans un trésor, Tu es la pierre qui luit, de l'ensemble ressort." - P. Andrée.
© Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Héritière de Tertre-bourg

« La fille du Loup »

Copyright : Reign
Corbeaux : 497
à Westeros depuis : 25/05/2014
MessageSujet: Re: Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia] 11.11.15 19:14

L'ambiance était électrique et quiconque serait entré dans la bibliothèque à ce moment là aurait été pris d'un malaise soudain tandis qu'un long silence s'était installé et que les jeunes femmes se jaugeaient les unes et les autres.
Elhenna laissa la blonde la regarder de bas en haut comme si elle détaillait une jument capricieuse. Elle pouvait bien penser ce qu'elle voulait et hausser les sourcils. La seule peur que la fille de Barbrey éprouvait, c'était que Thyra ne révèle malencontreusement ses origines fer-nées. A part cela, il n'était pas dit que la Stark de sang éprouve la moindre crainte face à la fausse lionne.

La louve observa le petit manège de la Farman tandis qu'elle glissait derrière Thyra. Elle ne dit rien mais serra fermement les poings, saisissant les œillades et les sourires complices des deux cousines. A quoi jouaient-elles ? Décidément, Elhenna détestait Port-Réal, ses vipères et ses faux-semblants. S'il n'y avait eu qu'elle, elle aurait bondi et exigé que la blonde parle clairement. Mais il n'y avait pas qu'elle. Il y avait Thyra. Et la louve en était sûre : si elle s'emportait, sa sœur de cœur suivrait le mouvement. Et à partir de ce moment là... Elle serait peut-être perdue. Hors de question que la fille de Brandon Stark laisse cela arriver.

Elle resta de marbre à la première question de Silithia. De ce qu'elle devinait, les deux jeunes femmes n'avaient nul besoin de jardins pour s'échanger quelques rumeurs. Elhenna se demanda un instant si c'était un jeu auquel elles se prêtaient régulièrement. Les filles du Sud étaient-elles sottes ou soumises au points de soit ne jamais relever l'ironie soit ne jamais répliquer ? Son sang de loup bouillonnait furieusement.

L'héritière des Tertres chercha le regard de Thyra tandis que la blonde s'asseyait à une table voisine de la leur. Dans ses yeux gris, la fer-née pourrait aisément lire que ce n'était pas le moment de se laisser aller à quelque démonstration de colère. Écouterait-elle, seulement ? La louve prit une lente inspiration avant de répondre d'une voix à la fois claire et froide à la nouvelle question que la blonde venait de leur poser :

- Sans doute n'êtes-vous pas beaucoup sortie du Donjon Rouge pour n'avoir vu, à Port-Réal, que richesse, luxe et beauté, Lady Farman.

Savait-elle comment vivaient les gens de la Capitale ? Si les siens étaient contraints de mener pareille existence, la louve en serait morte de honte. Avait-elle ne serait-ce que senti la puanteur de cette ville ? Comment pouvait-elle en vanter les atouts tandis que tout autour, on vivait dans la merde et la pourriture ?

Sans rien ajouter, la Dustin se réinstalla à sa table, face à Thyra. Et si la future Lannister ne trouvait rien à redire, elle comptait bien reprendre sa lecture là où elle l'avait interrompue, sans plus lui prêter d'avantage attention. Ce serait dur mais elle le ferait. Pour Thyra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Silith / la Colombe / la demoiselle aux trois bateaux
Métier/Titre(s): Fille de Lord Farman, Seconde héritière de la Maison Farman

« Colombe tachée de noir »

Copyright : Insuline (Echo des Plaines)
Citation : La Houle nous emporte !
Corbeaux : 529
à Westeros depuis : 15/07/2014
MessageSujet: Re: Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia] 14.12.15 16:21

-Sans doute n'êtes-vous pas beaucoup sortie du Donjon Rouge pour n'avoir vu, à Port-Réal, que richesse, luxe et beauté, Lady Farman.

Alayne tourna la tête vers Silithia, se demandant sans doute comment celle-ci réagirait. La lionne ne s'était pas départie de son sourire, et elle gardait son attitude assurée et hautaine. Oui, elle était sortie du Donjon Rouge, et oui elle avait vu la laideur de la capitale. Combien de personnes pauvres et misérables avait-elle vu ? Elle ne les avait pas compté. Mais elle avait préféré éviter ces lieux pour se rendre, à plusieurs reprises, au port. Qu'y avait-il de plus beau que le port, la mer ?

-Oh, excusez-moi, je ne souhaitais point vous offenser. Son sourire sembla s'adoucir, avant qu'elle ne reprenne. Il est vrai que vous autres, nordiens, n'avez pas la même notion de la richesse, du luxe et de la beauté que nous. Avoir un toit, même de fortune, au-dessus de votre tête doit être symbole de la plus grande des richesses, chez vous.

Ayant dit cela, elle caressa du bout des doigts la page de son livre. Elle avait finalement gagné, et Tywin avait perdu, son frère aussi avait perdu ; une fierté sans nom l'envahit à cette simple pensée, et la conforta dans l'idée qui lui était venue à la vue de cette nordienne à l'orgueil déplacé. Elle gagnerait, une fois encore. Elle tourna donc nonchalamment les pages, sans but précis. Sans relever la tête -à quoi bon être polie envers une barbare ?-, elle reprit la parole d'une voix d'où pointait toujours une certaine moquerie.

-Mais dîtes-moi, qu'êtes-vous donc venue faire à la capitale ? Vous êtes si loin de chez vous, le froid, la neige... Tout cela ne vous manque-t-il pas ?

Les deux cousines échangèrent une œillade amusée, et Alayne s'assit à son tour à la table, un livre en main. Elle l'ouvrit à une page et se plongea dans sa lecture, écoutant d'une oreille le semblant de joute verbale qui se déroulait face à elle.



Silithia`Lannister
"Belle, comme un lever de soleil à l'aurore, Sur les monts enneigés de blanc, touchés par l'or Des rayons de cet astre, tel dans un trésor, Tu es la pierre qui luit, de l'ensemble ressort." - P. Andrée.
© Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia] 05.01.16 11:42

Thyra releva la tête de son livre, l'air exaspéré. Son regard noir s'était d'abord posé dans le vide, droit devant elle, avant de trouver son chemin jusque dans les yeux de la Farman dans un léger mouvement de tête. La Fier-née avait très significativement réduit ses entraînements au combat depuis qu'elle était arrivée à Port-Réal à cause de tous les évènements concernant les Îles de Fer, et cela lui manquait terriblement. Pire, elle avait été réduite à prendre le nom d'une autre pour se cacher et éviter les ennuis, tout en étant obligé de se tenir à carreau. Autant dire qu'elle avait les nerfs à vif, et le petit jeu de la blonde n'arrangeait pas la colère qui grondait en elle depuis quelques jours. La lecture était peut-être le seul et unique moyen qu'il lui restait pour se calmer, et voilà qu'une minette sans scrupule venait gâcher ce moment. Thyra vit rouge, et alors qu'elle avait espéré que l'échange entre les nouvelles venues et Elhenna ne durent pas, maintenant, elle n'avait qu'une seule envie : y participer. Elle ne prit pas la peine de jeter un regard à Lenna, et dès lors que la Farman eut fini sa phrase, Thyra enchaîna.

« Oh non, Lady Farman, ce n'est pas le froid qui nous manque. Voyez-vous, nous regrettons les nordiens, plutôt que le climat. Des gens francs, qui ont de l'honneur, qui vivent leur vie sans essayer de nuire à celle des autres. C'est peut-être cela, que l'on appelle richesse, par chez-nous. En fait, ce qu'il manque vraiment ici, ce sont des hommes et des femmes avec de la dignité et de l'éducation. Vous n'imaginez pas le nombre de pleutres maubecs, de gouges et de renégats que l'on peut trouver à travers toute la capitale. Et bien souvent, ceux-ci n'ont pas plus de charme et de grâce que des mollusques desséchés. »

Son regard noir n'avait pas quitté une seule seconde Silithia, mais sa voix était demeurée douce et aucun mot n'avait été plus haut que l'autre, malgré l'amertume qu'elle éprouvait pour la blonde. Est-ce qu'elle pensait vraiment ce qu'elle disait à propos des Nordiens ? Pas tout à fait. Ou plutôt, cela n'était vrai que pour les Dustin. Du reste, elle n'en pensait rien, mais les rares nordiens présents actuellement à la capitale entraient parfaitement dans cette description.

« Du reste, nous sommes ici pour affaires personnelles. Thyra ferma son livre avec lenteur, prenant soin de noter la page, avant d'adresser un faux sourire aux jeunes femmes. Thyra Stout, enchantée, mesdemoiselles. »

Une pointe de mélancolie filtrait à travers son regard. Tout aurait été plus simple, si elle avait grandi sur Harloi. La pointe d'une dague sur la gorge de la blonde aurait stoppé la conversation bien avant qu'elle ne dérape. Ici, elle ne pouvait se servir que de ses mots. Lady Dustin pouvait être fière d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Héritière de Tertre-bourg

« La fille du Loup »

Copyright : Reign
Corbeaux : 497
à Westeros depuis : 25/05/2014
MessageSujet: Re: Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia] 23.02.16 14:23

Elhenna allait bondir. Cette peste de Farman mettait son sang-froid à rude épreuve. Comment osait-elle ? Mais c'était sans compter sur Thyra qui ne lui en laissa pas le temps. En effet, déjà, la Volmark prenait la parole.
Le cœur de la louve se serra. Qu'allait-elle dire ? L'héritière de Tertre-Bourg ne se faisait pas d'illusions : sa fer-née allait s'énerver. Et quoi de plus normal ? Elle-même peinait à ne point gifler la blonde pour son outrecuidance.

Son regard gris se figea de surprise un infime moment aux mots de son amie. Elle retint un sourire tandis que sa poitrine se soulevait de fierté et d'amour mélangés. Ce que sa Thyra avait changé ! Barbrey aussi aurait été fière d'elle en cet instant. Bien plus que de sa propre fille qui, quelques secondes plus tôt, luttait avec son sang pour ne point en venir aux mains. Cela ne faisait aucun doute.
Et ce qu'elle avait dit ! Même si elle avait exagéré ses propos pour se moquer de la Farman, cela importait peu. Elhenna l'aurait bien embrassée pour la peine mais ce n'était certes pas le bon moment.

Alors que la Dustin redoutait par-dessus tout que la fer-née en vienne à prendre la parole, finalement, ses mots avaient eu le don de calmer la louve. Si un jour on lui avait dit que leurs habituels rôles seraient inversés ! Elle n'y aurait jamais cru.

Un court instant, elle songea que bientôt, il lui faudrait apprendre à la fer-née qu'elle était engagée à un homme et que leur retour pour le Nord était imminent. Et il ne s'agissait point de n'importe quel fils de Lord.
En effet, en début de semaine, Eddard Stark avait écrit à Barbrey pour lui proposer de marier Elhenna à son propre héritier. La louve ne se faisait point d'illusions : cette fois-ci, sa mère accepterait, trop heureuse de voir son sang régner un jour sur le Nord.
Mais comment Thyra réagirait-elle ? Car si la fer-née avait du se faire à l'idée que son amie soit bientôt mariée, il lui faudrait à présent se résigner à la savoir à Winterfell et non plus à Tertre-Bourg, à ses côtés. Mais la fille de Barbrey était résolue à lui demander de l'accompagner. Elle aurait besoin de sa sœur de cœur auprès d'elle, dans ce monde nouveau.

Le regard gris d'Elhenna toisa la blonde. Elle aussi serait un jour Suzeraine, ça, la future Lannister l'ignorait. Et si quitter la Tertrée serait pour elle une triste épreuve, elle savait que c'était son devoir. Et à dire vrai, cela lui plaisait de plus en plus.
La fille au sang de Stark replongea la tête dans son livre, en ajoutant, d'un ton à la fois sec et détaché :

- C'est bien cela. Et si vous n'avez point d'autres considérations ô combien intéressantes à partager avec nous, arrêtons là ces bavardages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Silith / la Colombe / la demoiselle aux trois bateaux
Métier/Titre(s): Fille de Lord Farman, Seconde héritière de la Maison Farman

« Colombe tachée de noir »

Copyright : Insuline (Echo des Plaines)
Citation : La Houle nous emporte !
Corbeaux : 529
à Westeros depuis : 15/07/2014
MessageSujet: Re: Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia] 28.05.16 14:08

La jeune femme jusqu'ici silencieuse fut la première à répondre à Silithia. Malgré les paroles piquantes qui lui étaient adressées, elle ne laissa paraître aucun signe de faiblesse. Bien au contraire, elle resta souriante tout en affrontant sans relâche le regard sombre de celle qui se présenta sous le nom de Thyra Stout. La fille Farman hocha lentement la tête, et reprit d'une voix plus douce.

-Il est vrai que l'honneur semble être le mot d'ordre des nordiens.

Disant cela, elle se détourna des deux jeunes femmes pour chercher quelques livres à ramener à ses appartements. Elle s'empara de quelques livres concernant l'histoire et les légendes d'Essos, toujours passionnée par ce sujet, et s'avança vers la sortie de la bibliothèque.

-C'est bien cela. Et si vous n'avez point d'autres considérations ô combien intéressantes à partager avec nous, arrêtons là ces bavardages.

La lionne leva les yeux au ciel, exaspérée par l'impolitesse et le mépris non voilés de la louve, elle tourna finalement la tête vers celle-ci, ses lèvres se parant d'un sourire radieux. Jamais elle ne perdrait son sang-froid face à quiconque, surtout pas face à une barbare nordienne. Elle haussa légèrement les épaules.

-Je crains que l'éloignement avec le Nord ne vous ait rendue aigrie et peu propice aux discussions. Soit, je vous laisse donc à votre lecture. Peut-être nous reverrons-nous, souffla-t-elle avec un sourire moqueur.

Disant cela, elle indiqua d'un mouvement de tête à Alayne qu'elles partaient. Celle-ci la rejoignit rapidement, et toutes deux quittèrent la bibliothèque d'une démarche fière. Tandis qu'elles s'éloignaient, Alayne ne cessa de répéter ô combien les nordiens étaient étranges, ce que Silithia approuvait totalement ; elle les haïssait tous, Eddard et Elhenna les premiers.



Silithia`Lannister
"Belle, comme un lever de soleil à l'aurore, Sur les monts enneigés de blanc, touchés par l'or Des rayons de cet astre, tel dans un trésor, Tu es la pierre qui luit, de l'ensemble ressort." - P. Andrée.
© Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia] Aujourd'hui à 5:53

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Quand les opposés se rencontrent [PV Silithia]

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand j'ai trouvé mon opposé...
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Westeros :: Les Terres de la Couronne :: Port-Réal-