AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« A Feast for Crows »

Copyright : jjfwh - Deviant Art
Corbeaux : 53
à Westeros depuis : 24/12/2012
MessageSujet: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 02.03.13 16:05


Fuite pour Westeros
Event

Le soleil déclinait petit à petit dans le ciel d’Essos, il descendait derrière la mer, le détroit séparant ce continent sauvage à la terre civilisé. Le calme revenait petit à petit dans la cité libre qu’était Pentos. Le mariage du plus grand Khal de Vaes Dothrak n’était pas passé inaperçu dans la ville. Les festivités avaient pris fin après plus d’une journée. Les habitants de la cité reprenaient petit à petit leur habitude sans peur de croisé un dothrakis ivre car il fallait bien l’avouer, la boisson avait coulé à flot durant ce mariage et les meurtres, viols avaient sensiblement augmenté dans la ville. Le bilan de ce mariage avait autant de point positif que de négatif.
Mais ce soir-là, une autre agitation régnait sur le port de Pentos. Une révolte, une rébellion, une conquête se dessinait peu à peu. Des bateaux étaient apprêtés prêt à prendre le large, direction Westeros. Une jeune princesse, descendante de l’antique Valyria accompagné d’une troupe qui n’était pas là moins original devait se regrouper ce soir sur le port. Ils avaient décidé d’agir dans le plus grand secret sous l’initiative d’un jeune cerf, également héritier passé pour mort depuis bien des années. Leur quête commençait ce soir. Allaient-ils pouvoir s’échapper de cette cité où de nombreuses oreilles indiscrète rôdent ? Où de nombreux traitres sont de passage ? Et où un Khal puissant ne souhaite pas voir sa nouvelle épouse s’enfuir par-delà la mer.

© Belzébuth


Seuls les personnages sur Essos peuvent répondre !
Votre fuite sera semée d'embuche ! Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Daenerys Targaryen
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 02.03.13 23:21


Fuite pour Westeros
Event
Daenerys était allongée dans le lit conjugal. Drogo était à côté profondément endormit depuis quelques heures. Mais la jeune Khaleesi n’arrivait pas à dormir. C’était la nuit où aucune erreur ne devait être faite. Elle allait fuir Essos, fuir Drogo et par conséquent fuir Viserys. La princesse de Westeros avait réellement peur. Elle risquait gros si cela ne fonctionnait pas. Elle attendait. Elle attendait quoi ? Elle l’ignorait mais elle attendait. Elle finit par décider de se lever doucement. Elle se glissa hors du lit faisait le moins de bruit possible et créant le moins de vibration possible dans le matelas. Elle attrapa une robe, qu’elle enfila. Et rassembla en silence et tremblante quelques affaires. Elle vérifiait constamment que le Khal était profondément endormis. Elle allait partir mais quelque chose l’arrêta. Elle se retourna et regarda un coffre. A l’intérieur quelque chose l’appelait. Elle avança vers lui et l’ouvrit. Là se trouvait les trois œufs de Dragon offert par maître Illyrio. Elle prit un sac et les glissa dedans. Ils lui semblèrent tièdes sous ses doigts. Puis elle partit réellement vérifiant une dernière fois que Drogo était bien endormis.

La jeune fille alla jusqu’à la tente d’Illyria, la tueuse qui la protégeait. Elle la secoua doucement pour la réveiller. Elle ne voulait pas partir sans elle. Elle laissa la jeune femme se préparer puis elles partirent silencieusement. La plupart des dothrakis étaient endormis et ceux qui surveillaient le camp avait plus d’yeux sur les chevaux qu’autre chose. Elles se glissèrent sans difficulté dans la cité de Pentos. Maintenant il fallait qu’elles se dirigent vers le port. Durran avait donné rendez-vous à la jeune princesse à cet endroit pour fuir. La ville était bien effrayante pour Daenerys qui était soulagée d’avoir Illyria à ses côtés. Elle ne s’était jamais déplacé de la sorte la nuit et encore moins pour fuir. De plus il faisait frais, et la jeune princesse n’était pas énormément vêtu ce qui la faisait frissonner. A chaque bruit suspect elle sursautait et se retournait pour voir ce qu’il se passait. Cela frôlait la paranoïa. Mais c’était de la peur que ressentait la Khaleesi. Elle serait surement plus détendue une fois qu’elle aura quitté Pentos et Essos.

Les deux jeunes femmes arrivèrent enfin sur le port désert mais où de nombreux bateaux étaient amarrés. Daenerys adorait la mer, elle avait souvent voyagé par bateau et c’était un moyen de transport qu’elle adorait. Elle ne savait pas monter à cheval, du coup ce n’était pas simple de se déplacer sur des miles à pieds. Mais là elle était inquiète. Le port était désert. Durran aurait-il oublié, où laisser tomber ? La jeune fille espérait que cela soit faux. Elle attendit donc le cœur battant au côté d’Illyria.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Illyria
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 03.03.13 12:35

Le réveil fut facile. Quasiment instantané à la vérité. Il avait suffit que la princesse pose la main sur la jeune femme pour que les yeux sombres s'ouvrent d'un seul coup. La tueuse ne dormait jamais que d'une oreille ; on ne savait jamais qui pouvait rentrer chez vous la nuit pour vous égorger, elle était bien placée pour le savoir. Instinctivement, sa main se referma sur le poignard avec lequel elle dormait, mais elle ne le dégaina pas ; elle savait que c'était Daenerys et elle savait pourquoi elle était là. La Princesse avait eu la bonté, et l'intelligence, de la prévenir auparavant : en effet, réveiller par surprise une tueuse n'était pas fondamentalement une bonne idée, toute héritière du trône qu'on était. De plus, cela avait permis à la garde du corps de préparer ses affaires, et tout le monde gagnait ainsi du temps.

Sitôt les yeux sombres allumés dans la nuit, la jeune femme se releva, déjà habillée, apparemment elle s'était préparée avec le plus grand soin. Sa tenue était d'un noir de nuit et lui collait assez à la peau pour lui permettre la plus grande liberté de mouvement possible. Elle accrocha deux autres poignards à sa ceinture, en plus de celui qui était fait de métal valyrien. Sans compter les armes dissimulées dans ses vêtements ; elle était armée bien plus lourdement qu'elle le laissait paraître. Mais elle avait tout de même revenu une grande partie de son arsenal auparavant. En fait, elle avait vendue un bonne parti de ses possessions ; elle n'en aurait pas besoin à Westeros, et elle devait voyager léger. Voilà pourquoi elle n'embarqua qu'une large baluchon, contenant quelques vêtements, quelques produits d'hygiène et, bien évidemment, toutes les pièces d'or qu'elle avait amassée au cours des années, de quoi se refaire une garde robe une fois arrivée.

Une fois prête, elle emboîta le pas de la princesse sans mot dire ; elle n'était pas particulièrement heureuse de partir, et trouvait même que c'était là une folie sans borne. La Princesse allait mettre en rage le Khal le plus dangereux du continent, tout ça pour rejoindre un homme qui, semblait-il, ne parlait que par promesse. Illyria avait appris très tôt que faire confiance à un homme de cette façon pouvait s'avérer très décevant, et elle ne s'était pas gênée pour faire part de ses doutes à sa nouvelle maîtresse. Après tout, c'était son rôle de la protéger, contre tout le monde, même ceux dont elle ne se méfiait pas assez. Évidemment, cela ne l'avait pas fait changer d'avis, mais au moins elle était prévenue à présent.

Elles arrivèrent au port assez rapidement, malgré la discrétion et la lenteur dont elle durent faire preuve pour cela. Sa compagne de voyage semblait sursauter à chaque bruit suspect, tandis qu'Ilyria ne réagissait qu'à certains sons en particulier. Elle connaissait les rues de Pentos, elle savait ce qui était normal et anormal, et ne s'inquiétait pas outre mesure. Cependant, en voyant à quel point la Princesse était perturbée, la jeune femme fit un effort pour être encore plus attentive. Toujours est-il que rien ne se passa jusqu'à l'arrivée au port, de là il suffisait d'attendre, en espérant que celui qui devait venir tiendrait sa promesse. A ses côtés, Daenerys semblait partagée entre la peur et l'attente, n'ayant jamais été douée pour consoler ses semblables, la tueuse mit un certain temps avant de murmurer.

- Ne vous en faites pas, Madame. Ils viendront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Jorah
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 05.03.13 23:49

Jorah ouvrit les yeux lentement, s'assurant que tout était calme dans les environs, avant de se lever avec prudence. Il ne craignait pas vraiment d'être surpris en pleine nuit, mais le fait qu'il soit debout à une heure aussi tardive ferait naitre bien des questions. Questions dont les réponses déplairaient à plus d'une personnes. Et donc ces mêmes réponses ne devaient surtout pas parvenir aux oreilles de Khal Drogo, et encore moins jusqu'à celles du prince Viserys. Si ce dernier l'apprenait, ça ne faisait aucuns doutes que Jorah serait tué sur-le-champ.
Le chevalier n'avait pas mis longtemps avant de se décider à abandonner Viserys au sort misérable qui l'attendait sûrement. Il s’était fait le serment de protéger la princesse Daenerys jusqu'à son dernier souffle, et c'était ce qu'il ferait. Même si il devait pour cela retourner à Westeros avec l'étiquette du traitre et du criminel. Il avait choisit sa voie, et désormais, plus rien ne l'en détournerait.
Ses affaires étaient déjà prêtes, et son armure avait été emballée avec soin dans des chiffons, afin de ne pas faire de bruit. Il attrapa donc le baluchon posé à côté de l'entrée de sa tente, releva le pan de tissu qui servait de porte, avant de sortir.

Il traversa rapidement le camp des Dothrakis, prenant bien soin d'éviter les quelques sentinelles, avant de se diriger vers la ville. Les portes était toujours ouvertes, et il lui fut donc facile d'entrer dans la cité. Jorah traversa d'un pas vit les rues de la villes, sans cesse aux aguets et la main posée sur la poignée de son épée. Il ne craignait pas une attaque, mais des années de fuites et d'errances lui avaient appris à rester prudent en toutes circonstances. Après quelques minutes de marche rapide, il arriva enfin en vue du port. Tous les bateaux amassés là réveillèrent en lui une petite fibre nostalgique. C'était sur un bateau identique à celui-ci qu'il avait quitté Westeros pour Essos et d'ici quelques heures, il reprendrait de nouveau la mer.
Il longea l'un des embarcadères, apercevant enfin la princesse Daenerys. Par chance, elle n'était pas seule, vu qu'Illyria l'accompagnait. Au moins, avec cette jeune femme à ses côtés, la princesse ne craignait rien. Mais un surcroit de protection ne lui serait que bénéfique, étant donné le caractère de leur petite entreprise. Il s'approcha d'eux de telle façon qu'elle ne puissent que le remarquer, avant de dire:

-Majesté. Mademoiselle. Content que vous soyez arrivés sans peines jusqu'ici. Il n'y a personne d'autres à part nous?

Jorah se posta près de la princesse, avant de se résoudre à attendre. Il espérait simplement que cette attente ne serait pas trop longue.[/size][/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 443
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 06.03.13 19:13

Fuite pour Westeros
- Event -

Cela faisait plusieurs semaines que Durran avait échafaudé minutieusement chaque étape de leur départ. Ayant pris soin d'acheter un bateau et d'engager un équipage auquel il pourrait se fier, au moins le temps de la traversée, le jeune homme avait laissé suffisamment de faux indices aux abords du camp Dothraki pour que les espions de Varys cherchent la princesse dans toutes les directions, à l'exception de celle qu'elle allait prendre. Il redoutait bien davantage les agents de celui qu'on surnommait l'araignée que les guerriers Dothraki. Autant le prince était en mesure d'affronter ces guerriers en combat singulier, autant il lui serait remarquablement plus difficile de lutter contre les espions de Varys. En effet, l'eunuque choisissait souvent des enfants très jeunes pour lui servir d'espions mais aussi d'assassins.

Habilement dissimulé dans l'ombre, l'homme aux cheveux bruns et aux yeux noisette observa Daenerys arriver au port en compagnie d'une femme qu'il supposa être l'assassin qui lui servait de garde du corps. Il ne fut pas surpris de voir un homme les rejoindre par la suite, qu'il reconnût comme étant Jorah Mormont, un seigneur du Nord qui avait été contraint à l'exil par Lord Eddard Stark pour avoir vendu des esclaves. C'était peut-être un homme à la moralité douteuse mais il paraissait sincèrement dévoué à la princesse.

Vêtu d'une armure de cuir bouilli, en grande partie dissimulée par la longue cape sombre qu'il portait sur ses épaules, le jeune Baratheon quitta l'obscurité pour apparaître sous la lumière argentée de la lune. S'inclinant respectueusement devant la princesse, il ne tarda pas à s'adresser aux trois arrivants.


- Majesté, je tiens à vous remercier de m'avoir fait confiance et d'être venue. Mademoiselle, ser Jorah, vous êtes naturellement les bienvenus si vous désirez être des nôtres. Le Soleil de Dorne sera prêt à appareiller d'ici une dizaine de minutes, si vous voulez bien monter à bord. C'est un bateau peu spacieux mais très rapide, qui nous permettra de rejoindre Lancehélion en deux voire peut-être trois jours tout au plus. Pour des raisons pratiques autant que de sécurité, je vous recommanderais de partager votre cabine avec votre protectrice. Je sais que ce n'est pas ce qu'il y a de plus confortable, et j'accorde une confiance relative aux membres de l'équipage mais il paraît imprudent de prendre des risques inutiles.

Durran plongea sa main dans la poche de sa cape et en sortit deux petites clés de bronze, qu'il tendit respectivement à Illyria et Jorah avant d'expliquer ce à quoi elles servaient.

- Dans vos cabines respectives, vous trouverez chacun un coffre. Celui de la cabine de sa majesté contient des vêtements et accessoires qui permettront à la princesse et à sa protectrice de passer inaperçues une fois arrivés à Westeros. Dans le vôtre, ser Jorah, vous trouverez de quoi huiler et polir votre armure ainsi que des vêtements westerosi à votre taille. Si vous avez besoin d'autre chose, n'hésitez pas à me le faire savoir, la soute regorge de vivres mais aussi d'objets utiles à notre entreprise.

Grâce aux gains qu'il avait réunis en pariant sur les combats d'esclaves à Meereen et dans les autres cités réputées pour leurs esclaves, le chevalier avait amassé suffisamment d'argent pour payer le bateau et tout le matériel dont ils pourraient avoir besoin sans même recourir à ses fonds personnels. Il lui restait une dernière préconisation à faire avant de les laisser embarquer.

- Par mesure de sécurité, la princesse ne devra pas être appelée par son nom ou son titre au cours de la traversée. Elle sera appelée Ella, comme diminutif du prénom de la reine. Cela peut vous paraître absurde mais les espions de Varys sont partout, j'en ai tué deux depuis mon arrivée à Pentos. Il nous reste un peu de temps donc si vous avez des questions au sujet du voyage, c'est maintenant qu'il faut les poser.




Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Daenerys Targaryen
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 07.04.13 14:47


Fuite pour Westeros
Event
Daenerys regardait le port désert. Son cœur battait la chamade. Elle avait vraiment peur que le chevalier lui pose un lapin et qu’elle doive retourner au camp dothrak. Illyria tenta de rassurer la princesse, et Daenerys sourit timidement à la jeune femme. La princesse avait de plus en plus confiance en cette jeune femme spécialisée dans le meurtre. Et bizarrement elle n’avait pas peur d’être attaqué lorsqu’elle était avec elle. La jeune princesse s’était entourée de gens d’arme expérimenté pour son retour à Westeros. Elle espérait juste que Durran allait venir.
La Khaleesi aperçut une silhouette sortir de l’ombre et se diriger vers eux. Ser Jorah Mormont. Lui aussi avait souhaité protéger la jeune Targaryen et lui prêter son épée. En le voyant arriver, Daenerys fut légèrement soulagé. Il ne manquait plus que Durran. Il était l’élément le plus important de sa fuite. Elle espérait qu’il allait venir et qu’il n’avait pas eu d’ennuie. Lors de leur premier rencontre il semblait bien déterminé à mettre la jeune fille sur le Trône de Fer. Elle ne savait de quelle maison de Westeros il venait mais elle avait décidé de lui accorder sa confiance. Elle espérait juste qu’il n’allait pas la trahir.

Finalement elle vit arriver dans une armure de cuir bouilli. Il s’inclina devant Daenerys qui avait décidément du mal à s’habituer à cette marque de respect ayant vécu toute sa vie dans l’ombre de son frère. Rapidement il leur donna des instructions. Il avait un bateau rapide qui allait les amener à Dorne rapidement. Daenerys espérait que les Martell allaient se joindre à eux. Sa tante était l’une des leur et elle espérait qu’ils voudraient venger la mort de leur princesse. Durran sortit deux clés qu’il donna à Illyria et Jorah les informant ce qu’elles ouvraient. Daenerys prenait de plus en plus conscience que son voyage n’allait pas être simple et serait surement très dangereux. L’Usurpateur voulait sa mort ainsi que de nombreuses autres maisons de Westeros. Elle allait devoir faire attention.

Daenerys allait devoir prendre un faux nom le temps de leur aventure. Le diminutif de Rhaella. Sa mère, la Reine de Westeros. Elle aurait aimé la connaître et grandir à ses côtés, et devoir prendre le diminutif de son prénom ne laissait pas la jeune princesse indifférente. Elle avait un cœur d’enfant et elle allait devoir prendre plus d’assurance durant son aventure si elle voulait espérer un jour pouvoir monter sur le Trône de Fer. Durran leur informa que s’ils avaient des questions c’étaient maintenant ou jamais. Daenerys en avait plein, mais se reteint de l’assaillir de question. Mais elle en lâcha une…
« Que se passera-t-il si Viserys nous retrouve ? »

C’était la question qui la tracassait le plus. Son frère. Elle aimait autant qu’elle le craignait.


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 443
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 07.04.13 17:31

Fuite pour Westeros
- Event -

« Que se passera-t-il si Viserys nous retrouve ? »

C'était une question à laquelle il aurait pu se contenter de répondre évasivement, de sorte à ne pas alarmer la jeune femme, qui ne paraissait déjà pas très rassurée à l'idée du long périple qui l'attendait. Toutefois, Durran avait conscience que s'il voulait nouer une relation de confiance avec la princesse, il lui faudrait se montrer complètement honnête, c'est pourquoi il prit la parole d'un ton calme et ferme, la regardant dans les yeux tout en lui répondant.

- J'ai déjà porté la main sur votre frère et je serais prêt à le refaire s'il le faut. Je vous ai juré de vous protéger contre vos ennemis et à voir la manière dont il vous traitait, Viserys Targaryen en faisait partie. S'il tente de vous faire le moindre mal, je ferai en sorte qu'il ne puisse plus lever la main sur personne.

Pour être tout à fait honnête, le jeune Baratheon méprisait le roi gueux avec passion. Non seulement Viserys était aussi fou que son cinglé de père mais en plus, il s'était permis de lever sa main sur sa sœur, l'une des femmes les plus douces et aimables qu'il lui ait été donné de rencontrer. En dehors de sa volonté de ne pas choquer la princesse, la seule raison pour laquelle il avait épargné le prince Targaryen résidait dans le fait qu'il constituait une cible de choix pour les assassins envoyés par l'actuel roi de Westeros, Robert Baratheon, son père. Après tout, pourquoi considérer sérieusement une jeune princesse alors qu'il y avait encore un prétendant Targaryen mâle ?

Tel était le raisonnement du Conseil restreint d'après ses sources et il espérait que cela continue ainsi, au moins le temps nécessaire pour mettre Daenerys en lieu sûr. Le véritable danger se trouvait en Lord Varys, dont le réseau d'espions s'étendait dans tout Westeros et même jusqu'à Essos. A deux reprises, il s'était rendu compte qu'il était surveillé et avait dû tuer les espions avant qu'ils ne puissent rapporter la moindre information à leur maître.


- Viserys est seul, sans alliés et sans argent. A ce titre, il ne représente pas un danger significatif pour nous. Je serais plus inquiet que les Dothraki nous trouvent avant notre départ mais une fois sur l'eau, il n'y aura plus rien à craindre. Non seulement ils n'ont jamais navigué, leurs traditions l'interdisant mais même s'ils le faisaient, ils ne sauraient pas où chercher. Le véritable danger réside dans les espions de Lord Varys, le maître des chuchoteurs, ainsi que les assassins qu'il aurait pu envoyer pour vous assassiner. Ce n'est un secret pour personne que Robert Baratheon veut la mort de tous les membres de la Maison Targaryen.

D'ailleurs, Durran était certain que son père ne savourerait pas l'ironie de la situation. Tandis qu'il s'était rebellé contre Aerys Targaryen pour récupérer sa fiancée, la seule femme qu'il ait jamais aimé d'après les lettres laissées par Jon Arryn, et qu'il s'était juré de tuer tous les Targaryen, son propre fils était en train de faire son possible pour sauver l'une des dernières membres de cette lignée, au péril de sa propre vie et en pleine conscience qu'aider Daenerys dans sa quête pour monter sur le trône de fer mettrait en danger son propre droit au trône.

Pourtant, cela n'inquiétait pas le jeune Baratheon. Après tout, il était officiellement mort depuis plus d'une décennie et le moindre murmure de son retour dans le monde des vivants amènerait les jumeaux Lannister, respectivement sa mère, la reine Cersei, ainsi que son oncle, ser Jaime Lannister, à envoyer des assassins à sa poursuite pour le faire disparaître une bonne fois pour tous, ainsi que pour taire le secret de leur incestueuse union. Là encore, les écrits de Lord Arryn laissaient à penser qu'ils avaient commandité sa mort lorsqu'il n'était encore qu'un jeune enfant et il n'avait pas de raison de douter de la parole de l'ancienne Main du Roi.


- Pardonnez-moi de vous hâter ainsi mais plus tôt nous serons partis, plus vite nous arriverons à Dorne. Si vous attendez encore quelqu'un, il se doit d'arriver au plus vite ou nous serons contraints de partir sans lui.




Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Illyria
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 07.04.13 22:23

Heureusement, ils ne tardèrent pas à arriver, tous autant qu'ils étaient. D'abord, il y avait le chevalier de Westeros ; Ser Jorah, l'homme par qui elle était passé pour être recrutée au service de Daenerys. Elle ne lui en serait jamais assez reconnaissante. Lorsqu'il arriva, il prit grand soin de se rendre visible par les deux jeunes femmes, ce qui était prudent parce qu'il n'aurait pas suffit de grand chose pour qu'Illyria dégaine un de ses poignards et ne l'enfonce dans la gorge du malheureux qui aurait tenté de les approcher comme un assassin. Par chance, l'autre chevalier fit de même et prit soin de se faire voir avant d'approcher de trop près la princesse. C'était la première fois qu'Illyria le voyait, elle se contenta d'un hochement de tête vers lui ; n'étant pas ouestrienne, elle n'avait aucune marque de respect particulière à lui offrir, et c'était tant mieux.

Elle savait que c'était lui qui organisait cette traversée, et même si la princesse lui faisait confiance, Illyria ne pouvait pas s'empêcher de se méfier de lui. Elle ne savait pas bien qui il était et ne pouvait donc savoir quel était son intérêt dans cette histoire. Quand elle le saurait, peut-être se rassurerait-elle un peu ; il lui fallait comprendre les motivations d'un homme, cela expliquait toujours ses actions. Or là, elle ne saisissait pas ce qu'il voulait exactement. Cependant, puisque c'était lui qui avait les cartes en main, elle se devait bien de l'écouter. La traversée semblait prête depuis un moment, d'où l'urgence de la situation ; on ne pouvait pas la reporter à un autre jour, il fallait agir cette nuit. Un peu surprise lorsqu'il annonça qu'elle devrait passer le voyage dans la même chambre que sa princesse, la jeune femme n'en répondit pas moins par un hochement de tête. Cela semblait logique, et à vrai dire elle l'aurait peut-être demandé elle-même. Ainsi, elle pourrait protéger Daenerys de tout le monde, y compris ce type étrange s'il décidait soudainement de changer d'avis en pleine traversée. Restait à espérer que la Princesse prenne cela aussi bien qu'elle-même.

D'un geste rapide et précis, elle attrapa la clé de bronze, la soupesant un instant. Cet objet rendait tout ce voyage beaucoup plus réel ; elle partait pour Westeros avec l'une des dernières descendantes de la lignée des dragons, cela avait quelque chose de fantastique. Ces pensées ne l'empêchèrent heureusement pas d'écouter la suite avec grande attention, et elle finit par simplement acquiescer.

- Ella, très bien. J'y ferais attention.

Des questions ? Elle en avait quelques unes, mais elle attendit patiemment que la princesse prenne la parole, au cas où elle en aurait à poser avant elle. Finalement, Daenerys en avait bien une ; elle s'inquiétait pour son frère, à raison probablement. Illyria n'avait pas souvent croiser le fameux Viserys, mais les rares fois où elle l'avait vu, il lui avait paru dangereux. Le genre de danger qui ne vient pas de votre habilité à manier la hache ou de votre discrétion, mais bien de votre esprit vacillant. Il avait pourtant l'air d'avoir le potentiel de devenir brillant, cela avait quelque chose de triste. Dans tous les cas, elle ne le connaissait pas assez pour se permettre un commentaire sur lui, aussi écouta-t-elle la réponse de Durran sans émettre le moindre avis.

Lorsqu'il eut finit et qu'il les hâta de partir, elle avança d'un petit pas, sans savoir s'il fallait encore atteindre quelqu'un ou non. De toute façon, elle avait d'abord des questions à poser.

- L'équipage, combien sont-ils ? Pourrais-je connaître le nom du Capitaine ?

Elle ne connaissait bien évidemment pas tous les capitaines qui voguaient en mer, mais avait déjà entendu parler de certains d'entre eux. Qui sait qui pouvait se cacher sur ce bateau. C'est aussi pour cela qu'elle avait besoin du nombre d'homme d'équipage, elle devait savoir exactement à quoi s'attendre avant de monter sur ce navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Viserys Targaryen
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 08.04.13 18:30

Le silence résonnait. De mort et de crainte, il semblait écouter, chaque bruissement, chaque murmure du vent devenait comme un ouragan dans le calme profond de la nuit. Le soleil avait lentement disparu derrière l’horizon, laissant derrière lui les longues journées de festivités accordées au mariage de Daenerys et de Drogo. Tout c’était parfaitement déroulé, sans le moindre accrochage, sans la moindre entaille au plan que Viserys Targaryen avait mit en place. Il y avait bien eu certes quelques meurtres et quelques viols, mais qu’importent les dommages collatéraux ? La cérémonie avait été des plus réussie, le Khal avait son épouse, et l’héritier du trône lui, aurait son armée. Après tout c’était bien pour ça que Viserys avait donné sa sœur au chef des Dothraki, pour que celui-ci lui fournisse de quoi reprendre les Sept Couronnes et ainsi pouvoir faire tomber la tête de l’Usurpateur. Alors, bien que l’idée ne l’enchante absolument pas, il avait décidé de rester auprès du Khalassar et de sa petite Dany jusqu’à ce que Drogo tienne sa parole. Il sentait de plus en plus proche ce jour ou il reprendrait enfin la capitale et verrait tous ses ennemis s’écraser sous le poids de sa force.

Pourtant malgré l’évidence du bon déroulement des évènements, Viserys ne parvenait pas à trouver le sommeil. Qu’est ce que ces tentes de sauvages pouvaient être inconfortables ! Et s’il n’y avait que ça, le jeune homme se sentait tiraillé par un incroyable sentiment de… trahison. Au point ou il en était arrivé, Viserys se méfiait de tout le monde, même de ses propres alliés, ça en devenait surement même paranoïaque, mais il ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’on ne pouvait avoir confiance qu’en soit même. Les bras derrière la tête, le nez levé vers le haut de sa demeure de fortune, Viserys gardait les yeux grands ouverts, écoutant avec la plus grande attention l’écho du silence, il n’y avait décidément rien d’autre à faire. Incapable de trouver le sommeil, et ne cessant de se retourner d’un côté ou de l’autre de son lit, il fini par se lever et quitter sa tente, lassé et agacé.

Il fit quelques pas dans le campement désert, tout autour de lui semblait dormir profondément. Seules quelques sentinelles faisaient machinalement leur ronde sans prêter attention au jeune homme qui déambulait telle une ombre que l’on n’aurait pas envie de voir. Mais il fallait croire que la marche nocturne n’était pas ce qu’il fallait au prince pour parvenir à trouver le sommeil. Alors après avoir poussé un long soupir de dépit, il fit demi-tour pour regagner sa couche, mais, alors qu’il s’apprêter à disparaître sous la maison de tissu, il aperçu une autre ombre non loin, et celle là, cherchaient visiblement à s’éloigner du campement. Piqué dans sa curiosité, Viserys s’approcha avec la plus grande discrétion dont il était capable, prenant soin de passer derrière sa propre tente pour éviter d’être surpris. Dans l’obscurité, on ne voyait malheureusement pas grand-chose et pourtant le prince fut surpris de deviner la silhouette de Jorah Mormont. L’incompréhension le stoppa net dans sa marche, que cherchait-il à faire en dehors du camp, ne devait-il pas veiller à sa protection ainsi qu’à celle de sa sœur ? D’ailleurs Viserys n’avait pas pu s’empêcher de remarquer que le chevalier avait une petite préférence pour la « protection » de Daenerys plutôt que pour la sienne. Ce n’était pas difficile de deviner ce à quoi il pouvait penser.

Mais justement, cette pensée même suffit à alerter le jeune homme qui s’en fut précipitamment vers la tente où devait logiquement se trouver Dany, elle devait être là, ses belles prunelles closes, endormie dans les bras du khal. Mais lorsque Viserys tira lentement, très lentement l’un des pend de fermeture de la tente, il constata avec horreur que sa sœur n’était plus là. Elle ne se trouvait pas dans le lit conjugal, il ne l’avait pas vu non plus flâner dans le camp, et Sir Jorah venait sensiblement de prendre la poudre d’escampette, tout du moins si ce qu’il avait vu était juste. Cela ne pouvait signifier qu’une chose, se rat avait planifié quelque chose, quelque chose qui visait à emmener Dany loin de lui ! Il ne pouvait pas ! Il ne pouvait pas lui faire ça, et pourquoi aurait-elle accepté de toute façon, elle était SA sœur ! La sienne, à lui ! Elle ne pouvait pas suivre ce type, son mari était là et au petit matin il serait effroyablement contrarié de voir sa jeune épouse disparue. Mais Viserys n’était pas décidé à attendre le matin pour partir à la poursuite de Daenerys, il retourna promptement dans sa tente, empoigna son épée qu’il ceintura autour de sa taille et partit à la poursuite des fugueurs. Fou de rage, le prince se mit à courir comme si sa vie entière en dépendait, il lui semblait voir rouge, et il ne comprenait pas pourquoi sa sœur, son sang, lui avait fait ça, à lui, l’héritier légitime du trône, le futur et seul vrai roi ! Il ignorait où est ce qu’elle avait pu s’enfuir mais une chose était sure, elle n’avait pas d’ailes et ne pouvaient pas s’être envolée bien loin, alors il n’avait pas le choix il devait la rattraper, l’empêcher, quitte à lui arracher les deux jambes si c’était nécessaire !! Daenerys ne pouvait pas partir, pas maintenant qu’il était sur le point d’avoir ce qu’il avait toujours voulu.

Ses pas le portaient aussi loin que possible et Viserys fini par arriver au port, où, même dans la sombre nuit, il parvint à discerner les longs cheveux argentés de sa sœur. Elle était là. Entouré de trois personnes, il semblait y avoir cette fille qui lui servait de garde du corps, et ce traitre de Jorah Mormont qui les avait rejoint, mais ce n’était pas tout, il y avait aussi cet homme qu’il avait rencontré une fois et qui, il se souvient, avait osé porter la main sur lui. Ainsi donc c’était lui, c’était lui qui avait osé lui enlever sa bien aimée petite Dany, il allait le regretter. Amèrement. On ne s’en prend pas impunément au Dragon sans en subir les conséquences. Le prince ralentit sa course à quelques mètres de la petite troupe qui semblait ne pas l’avoir encore remarqué alors il avança plus lentement, s’efforçant de calmer sa fureur qui était prête à éclater. Lorsqu’il fut enfin à porté de voix et d’oreille, il lança sur un ton de voix brisée et plein de mépris.

« Où croyez-vous donc aller comme ça !!!!!!!!!!!!! »

Le prince s’arrêta finalement, haletant comme un animal, le regard fixe et écarquillé posé avec dégout et hautaineté sur le groupe, ses yeux lilas semblaient giclés de sang et on y lisait toute sa colère débordante. Ses épaules se soulevaient lentement mais de façon très exagérée comme s’il avait du mal à reprendre son souffle après une telle course, l’une de ses mains tremblante de rage et de haine serrait le pommeau de son épée, tandis que l’autre serrait considérablement le poing. Il ne pouvait pas croire à cette vision qui s’offrait à lui et pourtant elle semblait bien réelle un parfait inconnu avait réussis à lui enlever Daenerys, elle en qui tous ses espoirs étaient placés. En voyant cet homme il ressentait autant d’aversion et de dégout que de jalousie. Comment osait-il ? Et comment Dany avait-elle pu lui faire ça ? Il posa alors son regard vindicatif sur la jeune fille, la détaillant de haut en bas, c’était bien sa petite sœur, pas de toute possible, il aurait aimé pouvoir encore douter, mais le doute n’était visiblement plus permis. Il hésita une seconde, ses lèvres se mouvant dans le vide et le silence, il n’arrivait pas à trouver ses mots tant il se sentait grugé.

« TOI !!! COMMENT AS-TU PU ME FAIRE CA ! A MOI TON PROPRE FRERE !!!!! N’AS-TU PAS HONTE ??! Il déglutit OU ME HAIS-TU AU POINT D’OUBLIER TOUT CE QUE J’AI FAIS POUR TOI !!!! »

Il reprit sa respiration, saccadée, sa voix criait, rugissait, hurlait à plein poumon jusqu’à s’en brûler la gorge ! Ses cheveux blonds étaient décoiffés et suivaient misérablement les courbes du vent qui les faisaient voler en tout sens, mais il restait fier et droit, son corps tout entier immobilisé par l’exaspération. Il se sentait abandonné, trahi, poignardé dans le dos par sa propre famille et l’homme qui avait jadis juré de le protéger, lui ! Non il ne comprenait pas et c’était surement ça qui le rendait dingue… ou en tout cas qui attisait le plus sa fureur. Puis il reprit, cette fois ci plus calmement, on pouvait sentir dans sa voix une pointe de douceur, mais une douceur malsaine consumée par la rage et la rancœur.

« Quand notre pauvre mère est morte en te mettant au monde ! C’est moi qui t’ai protégé de nos ennemis, c’est moi qui t’ai sauvé de tous ces étrangers qui se sont montrés tellement hostile face à notre famille, nous étions des enfants, nous étions seuls, il ne restait plus que toi et j’ai juré de te protéger de tous ceux qui nous voudraient du mal ! Sans moi Dany, tu serais morte à l’heure qu’il est ! »
Un long silence raisonna. « Et pourtant malgré ça, tu m’as trompé ! Tu m’as trompé pour t’enfuir avec des inconnus dont tu ne sais rien, SŒUR INGRATE ! »

Durant son monologue, Viserys avait parfois posé le regard sur Mormont qu’il accusait indirectement tout autant que sa sœur, si ses yeux avaient pu lancer des poignards c’est avec plaisir qu’il les aurait envoyé se planter généreusement dans la chaire de ce traitre. Mais celui qu’il méprisait le plus restait ce parfait inconnu qui avait déjà chercher à lui enlever sa sœur une fois en lui garantissant la protection. Lui, il devait payer pour tout ça. Mais il devait en tout premier lieu faire changer sa sœur d’avis. Mais la force n’était pas la solution à aborder. Ils étaient quatre, et il était seul. Le prince était peut être fou, mais pas suicidaire. Viserys leva une main tremblante dans la direction de sa sœur, il semblait presque pathétique et désespéré.

« Si tu reviens Dany, aucun mal ne te seras fais, je te ramènerai à la maison, n’est-ce pas ce que tu veux ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Daenerys Targaryen
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 14.04.13 18:19


Fuite pour Westeros
Event
Durran essaya de rassurer la princesse. Elle savait qu’elle ne risquait pas grand-chose lorsqu’elle était entourée d’Illyria, Jorah et de Durran. Ce dernier était surement le seul qui oserait s’interposer sans réfléchir entre Viserys et la jeune fille. Elle se souvenait parfaitement du jour où le chevalier avait assommé son frère alors que celui-ci allait surement s’en prendre à elle. Durran l’informa que le danger ne venait pas de Viserys mais de Varys, le maître espion de l’Usurpateur. Même les dothrakis ne représentaient pas une menace une fois qu’ils auraient traversés le détroit. Il les hâta ensuite vers le bateau. Ce fut au tour d’Illyria de poser une question sur le capitaine du navire et son équipage. Elle était très prudente sur la sécurité de Daenerys. Elle avait juré de la protéger, et elle faisait cela à merveille pour le moment. Mais le chevalier de Westeros n’eut pas le temps de répondre. Une voix retentit derrière eux. Une voix qu’elle ne connaissait que trop bien, une voix qui l’a fit sursauté et qu’il la fit redevenir une enfant.

Viserys était là. Elle ignorait comment il les avait trouvé mais au ton de sa voix, la jeune princesse savait qu’il était furieux. Elle se retourna tremblante et vit son frère arriver tremblant de rage et haletant. La colère lui faisait perdre sa prestance. Les prunelles de son frère lancé des éclairs, une colère s’en nom s’était emparé de son frère. Daenerys n’aimait pas cela, elle avait peur. Elle avait autant peur de son frère qu’elle l’aimait et qu’elle le haïssait. Il hurla sur sa sœur faisant trembler d’avantage la jeune fille qui était tétanisée. Il baissa d’un ton pour l’accuser d’ingratitude. Il n’avait complètement tord sur le fond, mais Daenerys préférait partir avec des inconnus qui lui voulait du bien que de rester avec son frère qu’il l’avait vendu à barbare. Il finit par tendre sa main vers la jeune fille en lui disant de rentrer. Il lui faisait du chantage. Autrefois cela aurait marché.

Bien que tremblante de peur, la nouvelle Khaleesi s’approcha d’un pas de son frère sans pour autant attraper sa main tendu. Elle voulait lui faire comprendre qu’elle n’était plus une enfant. Elle était la reine d’un peuple et princesse d’un autre. Son frère n’était que pour l’un des deux. Elle regarda les prunelles lilas de son frère et avec un courage et une audace dont elle n’avait jamais fait preuve elle lui répondit doucement et calmement.

« Non. Tu ne me ramèneras jamais à la maison alors qu’eux oui. Effectivement sans toi je ne serais plus de ce monde, je ne le nie pas et je te remercie du fond du cœur Viserys. Mais aujourd’hui j’ai fait mon choix. Je suis la reine de Dothraki, et j’ai décidé de partir. Tu peux m’accuser d’ingratitude mais tu as vendu TA propre sœur à un barbare dothrak. On est quitte ce soir mon cher frère. »

Elle respira longuement et referma la main de son frère et recula vers ses compagnons. D’une voix tremblante contenant des sanglots elle lança.
« En tant que Khaleesi, je t’ordonne ne me laisser partir. Laisse-moi partir si tu m’aimes Viserys. »

Elle venait de donner un ordre à son frère, une chose qu’elle n’avait jamais fait et qui risquait d’énerver son frère. Elle avait peur mais elle voulait montrer à son frère qu’elle n’était plus une enfant, qu’elle était une femme, une Reine.


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 14.04.13 21:27

Illyria avait à peine terminé de poser ses questions qu'un cri retentit soudain, non loin d'eux. La jeune femme pivota aussitôt, et ne tarda pas à apercevoir l'importun, alors que celui-ci se rapprochait. Elle eut du mal à le reconnaître ; le Prince avait beau arborer ses yeux améthystes et ses cheveux d'argent, il était méconnaissable. La colère déchirait ses traits ; ses yeux semblaient rougeoyants de sang, et il haletait comme un chien. Il aurait montré les dents qu'elle n'en aurait pas été surprise. Ce qu'elle retint le plus cependant, c'est qu'il avait la main posée sur le pommeau d'une épée. Dès qu'elle le vit hurler de nouveau, la jeune femme réagit instantanément.

L'acier chanta lorsqu'elle le tira de son fourreau, et il chanta d'une manière bien spécifique ; elle avait choisit de dégainer sa dague en acier valyrien. Quand il s'agissait de protéger Daenerys, surtout d'un autre dragon, il ne fallait prendre aucun risque. Cependant, comme il se contentait de parler, elle n'avança pas vers lui, ne voulant pas le menacer outre mesure. Après tout, aussi dangereux qu'il puisse paraître à cet instant précis, il restait un dragon, et Illyria avait du mal à s'imaginer s'opposer à eux. En fait, quelques semaines auparavant, elle n'aurait pas osé dégainer son arme contre lui. Mais depuis, elle avait côtoyé Daenerys, et elle avait vu comme la jeune princesse avait peur de son frère, il était hors de question de la laisser l'affronter seule.

Elle envisagea un moment de s'avancer, pour former une protection entre la princesse et son frère, comme un bon garde du corps le ferait. Mais lorsqu'elle entendit Daenerys prendre la parole, elle resta sagement à ses côtés. Passer devant elle à un moment pareil ne ferait que gâcher l'importance de ce qu'elle disait ; elle devait probablement s'opposer à son frère pour la première fois, elle devait faire cela seule. Il serait inutile, voire idiot, qu'Illyria prenne sa place pour faire face à Viserys.

Néanmoins, cela ne voulait pas dire rester inactive ; la jeune assassine se mit doucement en position idéale pour réagir sitôt que le Prince ferait un geste. Sa dague bien prise en main, si elle voyait Viserys dégainer son arme, elle réagirait aussitôt. Dragon, ou pas Dragon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 443
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 28.04.13 20:51

Fuite pour Westeros
- Event -


- L'équipage, combien sont-ils ? Pourrais-je connaître le nom du Capitaine ?

Durran se tourna vers la garde du corps de la Princesse lorsque celle-ci prit la parole à son attention, s'exprimant avec un accent quelque peu prononcé mais aisément compréhensible pour l'homme qui vivait depuis un petit moment sur Essos.

- L'équipage est composé de huit membres, auxquels s'ajoute le Capitaine Morello. La moitié sont originaires de Pentos, le reste de Dorne.

Il était sur le point de reprendre la parole quand des bruits de pas se firent entendre derrière lui, l'obligeant à faire volte-face. Ayant déjà porté une main à l'une des épées qui se trouvaient dans son dos, il ne tarda pas à reconnaître le nouvel arrivant, dont les cris perçants auraient pu réveiller les morts.

« Où croyez-vous donc aller comme ça !!!!!!!!!!!!! »

Avec ses longs cheveux d'un blond argenté et ses yeux améthyste, on aurait pu croire que Viserys Targaryen eut été beau mais la rage et la folie déformaient ses traits au point de lui donner l'air fiévreux d'un malade ou d'un homme qui aurait perdu tellement de sang au point que la mort lui ouvre ses bras. En l'occurrence, le prince était fou à lier de l'avis du chevalier et s'il tentait quoi que ce soit envers la princesse, il y perdrait non seulement sa main mais aussi sa vie.

C'est avec un dégoût qu'il ne prit même pas la peine de dissimuler que le jeune Baratheon regarda Viserys menacer sa sœur puis tenter de faire appel à ses sentiments et à la prétendue culpabilité qu'elle était censée ressentir. Cet homme était d'une telle lâcheté qu'il lui donnait envie de vomir, c'était à peine croyable que cet... cette larve puisse être de sang royal.


« Si tu reviens Dany, aucun mal ne te seras fais, je te ramènerai à la maison, n’est-ce pas ce que tu veux ? »

Cet instant était décisif, Durran le voyait dans la tension qui régnait entre les deux derniers descendants de la lignée d'Aegon le Conquérant. Si Daenerys se soumettait à sa volonté, il n'y aurait rien qu'il puisse faire pour l'arracher aux griffes de son frère.

« Non. Tu ne me ramèneras jamais à la maison alors qu’eux oui. Effectivement sans toi je ne serais plus de ce monde, je ne le nie pas et je te remercie du fond du cœur Viserys. Mais aujourd’hui j’ai fait mon choix. Je suis la reine de Dothraki, et j’ai décidé de partir. Tu peux m’accuser d’ingratitude mais tu as vendu TA propre sœur à un barbare dothrak. On est quitte ce soir mon cher frère. »

Durran eut bien du mal à contenir le sourire qui menaçait d'éclairer son visage. En seulement quelques mots, la jeune femme venait de montrer qu'elle avait bien le sang du dragon dans ses veines, le sang des rois qui avaient conquis et régné sur les Sept Couronnes pendant trois cents ans.

« En tant que Khaleesi, je t’ordonne ne me laisser partir. Laisse-moi partir si tu m’aimes Viserys. »

Cette fois-ci, Durran s'avança jusqu'à se tenir au côté de la jeune femme et inclina respectueusement sa tête à son attention avant de porter son regard sur Viserys. Son visage s'étant figé de marbre, formant un masque dénué de la moindre émotion, le jeune Baratheon prit la parole d'une voix calme et forte à l'attention du frère de Daenerys.

- Sa majesté Daenerys Typhon-née, Reine des Andals, de Rhoynar et des Premiers Hommes, Dame des Sept Couronnes et Protectrice du Royaume, Khaleesi du peuple Dothraki, vient de vous donner un ordre, Viserys.

Dégainant complètement l'une de ses épées, il s'avança vers le prince, son expression devenant plus sombre, laissant sa haine à l'égard du prince clairement s'afficher sur ses traits.

- J'ai juré allégeance à la seule et unique héritière légitime du Trône de Fer et que vous soyez son frère ou non, osez encore une fois l'insulter ou la menacer et je vous promets que votre royale carcasse servira de nourriture aux corbeaux, Viserys le fou ! Vous avez osé vendre votre propre sœur, une princesse de sang royal, dans l'espoir fou d'obtenir une armée en retour ! Vous n'êtes pas digne du nom que vous portez, ni du trône que vous convoitez !

D'un geste si vif que le prince ne le vit sans doute pas venir, Durran asséna un violent coup de poing au visage du prince Targaryen, le faisant tomber sur le sol, quelques gouttes de sang carmin venant colorer le sol pierreux. Heureusement, Durran portait toujours ses gants, et n'avait donc pas à se salir directement les mains avec le sang du lâche tandis qu'il rangeait son arme dans son fourreau. L'attrapant par le col de sa chemise, il darda Viserys d'un regard haineux, s'exprimant d'un ton aussi tranchant qu'une lame de rasoir.

- Si vous possédez encore un semblant de raison, retournez donc auprès du Magistrat et continuez-y l'existence confortable que vous viviez jusqu'ici. Le peuple et les seigneurs de Westeros ne veulent et ne voudront jamais de vous sur le trône. Tentez de nous suivre... et je vous garantie une agonie tellement horrible que vous en viendrez à me supplier de vous achever.

D'un coup sec, il relâcha le prince, le faisant retomber dans la poussière, avant d’épousseter sa cape, qui virevolta tandis qu'il se dirigeait à nouveau auprès de la reine qu'il avait choisi de servir. Mettant un genou à terre devant elle, il prit délicatement sa main dans la sienne et la porta jusqu'à ses lèvres pour y déposer un léger baiser. Lorsqu'il se releva, son regard noisette croisa les orbes améthyste de la jeune femme et il prit la parole dans un murmure, si bas qu'elle seule pouvait l'entendre.

- Je vous ai juré fidélité, ma reine et je compte accomplir mon serment chaque jour que les Sept me prêteront vie. Aussi longtemps que vous voudrez de moi à votre service, qu'ils soient riches ou pauvres, nobles ou gueux, princes ou inconnus, je vous protégerai de tous ceux qui voudront vous faire du mal, Daenerys.

N'accordant pas un seul regard au prince qui venait de mordre la poussière, Durran proposa sa main à la princesse, pour la conduire jusqu'au bateau. Ce jour resterait dans les mémoires comme celui où Daenerys du Typhon avait commencé sa conquête de Westeros et si les dieux étaient justes, peut-être mentionneraient-ils le rôle que le fils de l'Usurpateur, héritier d'Accalmie et d'une des plus grandes familles de Westeros, avait joué dans son ascension.




Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Viserys Targaryen
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 29.04.13 21:31

Viserys y croyait… bien sur qu’il croyait dur comme fer que Daenerys cèderait, qu’elle abandonnerait cette folle idée de l’abandonner, elle comprendrait qu’elle n’avait pas à faire confiance à tous ces inconnus, après tout qu’étaient-ils pour elle ? Des étrangers, qui ne savaient rien, qui ne connaissaient pas sa cruelle histoire. Ils n’avaient aucune compassion à son égard ou tout moins aucun droit d’en avoir. Dany lui appartenait, à lui et à lui seul, le prince Targaryen et héritier légitime du trône de fer. Il pensait que son jeu de manipulation fonctionnerait comme il avait toujours fonctionné jusqu’à présent. Sa petite sœur l’aimait, il le savait, et il avait surement raison, mais ce qu’il ne savait pas c’était que cette enfant aimait son frère autant qu’elle le haïssait. Mais comment aurait-il pu deviner ? Viserys n’avait toujours vu qu’à travers ses propres yeux, il n’avait jamais cherché à comprendre les sentiments d’autrui pour la simple et bonne raison qu’il était orgueilleux et égoïste. Ainsi il n’avait pas hésité à se servir de sa sœur comme monnaie d’échange pour obtenir une armée, mais le pire et surement le plus triste aussi dans l’histoire c’était qu’il ne réalisait même pas à quel point il pouvait faire souffrir Daenerys, en fait, il n’y avait jamais réfléchis et s’en fichait même éperdument. Son aveuglement dans la quête du trône de fer l’avait perdu.

Oui, Viserys était perdu, et il était seul, plus seul que jamais, il avait beau crier au scandale et à la traitrise il n’en était pas moins abandonné face à sa propre sœur, ses deux gardes du corps et cette espèce de pseudo chevalier qui se la jouait grand héros et qui avait monté la tête de sa chère petite Dany pour que celle-ci le suive dans son aventure délirante. Pour le prince Targaryen, il n’y avait plus aucun doute, Daenerys c’était faite manipuler, il ne pouvait pas y avoir d’autre raison à se crime affreux car oui la trahison de sa sœur était pour lui comme un crime, un crime impardonnable auquel il n’arriverait jamais à se faire. Pourtant il ne voulait pas abandonner, hors de question, alors il c’était contenter d’en appeler aux bons sentiments de sa sœur, espérant que celle-ci se plierait à sa demande. Mais la réponse le fit tomber de haut, de très haut. Alors qu’il l’avait vu s’approcher lentement, son regards lilas plongé dans le sien, il avait vu arriver le moment ou elle prendrait doucement sa main et ou leur peau se caresserait doucement pour que le jeune Targaryen reprenne possession de son bien le plus précieux, mais rien n’arriva et les parole de Daenerys vinrent se planter comme les lames de centaines de poignard dans sa poitrine. Son regard se fit sombre, menaçant, plein de rage et de rancœur alors que ses lèvres entrouvrent laissaient échapper une respiration saccadée. Lorsque la jeune princesse referma la main de son frère en lui ordonnant de la laisser partir, Viserys laissa échapper toute cette colère qu’il contenait depuis son arrivée au port.

« tu… TU M’ORDONNE ????!!!!!! »

Comment… comment osait-elle prétendre vouloir lui donner des ordres ? Viserys n’étaient pas l’un de ses barbares dénués de toute civilité, il ne devait donc allégeance à aucune reine, sa main était doucement venue se loger sur le pommeau de son épée mais avant même qu’il n’ai pu agir ni même rajouter quoi que ce soit de plus –car Dieu sait s’il avait envie de déballer toute sa haine là tout de suite- que le parfait inconnu lui assena séant un coup de poing en plein visage. Viserys n’avait rien vu venir et d’un seul coup il se retrouva projeté au sol avec une violence et une rapidité étonnante. Quelques gouttes de sang venaient perler au coin de sa lèvre inferieur et il lui fallu quelques secondes pour se remettre du choc. Seulement on ne pouvait pas dire que l’acte l’avait rendu plus docile, au contraire, cet excès d’agressivité avait littéralement « réveillé le dragon » un dragon qui n’existait que dans les fantasme de Viserys mais qui pourtant semblait bien réel, alors que le prince se releva chancelant son regard semblait devenu soudainement rouge sang, à moins qu’il ne s’agisse de l’éclat des vaisseaux sanguins de ses yeux provoqué par la rage folle qui c’était emparé de lui.

« Vous… vous m’avez pris ma sœur en lui racontant je ne sais quelles bêtises !!!! Vous l’avez monté contre moi, sa seule famille… et maintenant… VOUS OSEZ ME MENACER !! JE NE VOUS LAISSEREZ PAS M’ENLEVER DANY !! JAMAIS !!!! »

Viserys voyait rouge, sa rage l’aveuglait et sa voix tremblait de colère et de dégout, il n’avait qu’une envie voir la tête de ce chevalier prétentieux au bout d’une pique décorant l’entrée du château à Port Real et dans cet ultime élan de colère, le prince Targaryen oublia toute la peur et le doute qui le rongeait, à présent il ne se souciait plus du sous nombre évident, il n’avait plus rien à faire des garde du corps, il ne voyait même pas qu’il fonçait tête baissé vers la mort, seul véritable moyen d’apaiser ses souffrances. S’il perdait Daenerys il serait vraiment sœur, jusqu’à présent elle avait toujours était là pour lui, il l’avait toujours secrètement désiré et elle était tout ce qui lui restait, sa seule et unique perle rare qui lorsqu’il la voyait lui procurait même ne serait-ce qu’une once de bonheur. Voir se bonheur s’évanouir dans la nuit était la pire des tortures alors il n’abandonnerait pas sans combattre. Le prince Targaryen n’avais jamais réellement tenu une arme de sa vie, tout du moins pas dans l’optique d’un combat, mais peu importe, plus rien n’avait d’importance, il avait dégainé son épée et la soulevait dangereusement dans le but de frapper le kidnappeur. Dans un hurlement de fureur il ne voyait plus rien, plus rien à part sa cible… alors que tout aurait pu être si simple, Viserys était sans doute à l’avènement de sa propre fins…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Alyss Snow
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 29.04.13 22:39

La journée avait semblé bien longue pour la jeune Snow. Elle était arrivée à Pentos le matin même et les derniers évènements n'avaient pas été de tout repos. En y repensant Lord Stark, son oncle, aurait certainement été complètement dépité en sachant que sa nièce a été poursuivi par un lion. Évidemment, évitons de préciser qu'elle avait elle même libérer l'animal. Ce n'était qu'un détail, qui n'avait aucune importance !! Et dans ses périples, elle avait sauvé un inconnu d'une mort certaine. Il avait manqué de se faire dévorer par la bête sauvage. C'est ainsi qu'Alyss fit la rencontre de Viserys Targaryen. Qu'est-ce qu'elle pensait du jeune homme ? Elle était trop intriguée pour pouvoir réellement ce faire une opinion. D'un côté, ce côté supérieur avait le don de l'agacer, mais d'un autre côté, elle voyait un jeune homme qui était très maladroit et ne savait pas comment se comporter avec courtoisie. Ce caractère compliqué avait tapé dans l'oeil de la jeune fille, qui le prenait pour un drôle de phénomène, un garçon étrange qui attirait son attention. Et puis, c'est un Targaryen !!! Alyss pensait que la lignée était éteinte, donc forcément la voilà très impressionnée et éprise d'une trop grande curiosité, elle voulait en savoir plus. Ce n'était pas donné à tout le monde de rencontrer l'héritier du trône de fer.

Mais voilà, elle a du sang Stark dans les veines ! Enfin … une petite partie ! Quoi qu'il en soit, jamais elle n'irait contre Ned Stark, elle le respectait et l'aimait bien trop pour cela. Allons Alyss, reste donc raisonnable. Met ta curiosité de côté et retourne à ton objectif principal, retrouver ta mère. Il manquerait plus qu'elle attire la honte dans sa famille. Elle ne pourrait le concevoir et encore moins le supporter. Très liée avec sa famille, elle ne jurait que pas les Stark. Winter is coming. Elle garda donc sa curiosité dans un coin de son esprit et chercha un abri où passer la nuit. Le lendemain, elle se rendra à Braavos.

La bourse que lui avait passé Ned avait drôlement réduite à cause des armes qu'elle avait acheté, afin de pouvoir se défendre, en cas de danger. Comme son voyage n'était pas terminé, elle décida de ne pas se permettre de loger dans une auberge pour la nuit. Il valait mieux économiser. Elle trouva donc un petit renforcement près du port où elle s'installa. Après tout, une mauvaise herbe pouvait dormir de partout ! Et puis, à Winterfell, elle avait à plusieurs reprises dormi à la belle étoile malgré le temps, alors ce n'est pas ici qu'elle allait mourir de froid. La main sur son arme, elle était prête à se défendre si quelqu'un osait lui chercher des noises. Hé, elle n'est pas n'importe qui !! Une presque Stark ! … Presque ! Une mauvaise herbe plutôt !

La nuit tombée depuis maintenant quelques temps, Alyss avait fini par fermer les yeux et se laisser bercer par les bras de Morphée, en prise d'un sommeil sans rêve. Et pourtant, des cries virent la ramener à la réalité. Quoi quoi quoi ????? Qu'est-ce qu'il se passe ??? La blonde se redressa d'un coup, tous les sens en alerte. Elle réalisa rapidement que les échos de voix venaient d'un peu plus loin. Une dispute … Et étrangement, la voix la plus stridente ne lui semblait pas inconnue.

Fâchée d'avoir été interrompu dans son sommeil, Alyss sortie à grand pas de sa cachette, les sourcils froncés, s'approchant du petit groupe qui était rassemblé vers le port. Ils voulaient crier ? Parfait !! Elle aussi savait hausser la voix !! Ce qu'elle s'empressa de faire !

« NON MAIS OH !!!! C'EST FINI OUI ???!!! CERTAINES PERSONNES VOUDRAIENT DORMIR !!!! »

En l'occurrence, elle !! Alyss comprit rapidement pourquoi une des voix ne lui paraissait pas inconnu. Celui qui criait le plus n'était autre que Viserys Targaryen, qui semblait en fâcheuse position et déversait sa haine et son indignation sur le reste du groupe. Seul contre eux ? Honnêtement, Alyss doutait qu'il fasse l'affaire. Elle n'avait aucune idée de la force de Viserys (ni de ce qu'il se passait, en fait !), mais même quelqu'un de très fort ne ferait pas l'affaire, il n'avait absolument pas l'avantage numérique.

Mais avant qu'Alyss ne puisse reprendre la parole pour lui conseiller de se calmer, Viserys se prit un magistral coup de poing en plein visage. La jeune blonde sursauta et plaqua sa main sur sa bouche, alors que le prince tomba à terre, quelques goutes de sang venait tacher son visage. La mauvaise herbe retint sa respiration pendant quelques secondes, les yeux posés sur le blessé qui semblait maintenant hors de lui. Un homme complètement différent de celui qu'elle avait rencontré quelques heures plus tôt. Choquée, Alyss le regarda se relever avec rage. La folie semblait s'être emparée de lui et enfin il explosa. Sa soeur ? Kidnapping ? La jeune Snow était complètement perdue. Pourtant la jeune femme qu'elle déduit être la soeur de Viserys, ne semblait pas en quelconque danger et même de connaître les personnes qui l'accompagnaient. Bon, il faut dire qu'ils ont tout de même l'air assez menaçant envers le prince.

Encore une fois, elle n'eut pas le loisir de réagir, furieux et ayant perdu le contrôle de lui même, Viserys avait dégainé son arme. Il s'apprêtait à se venger et quelque chose disait à la jeune femme qu'il courrait surtout à une mort certaine. Et il était bien évident qu'elle ne pouvait pas le laisser mourir devant elle.

« Viserys !!! NON !!! »

Alyss s'élança et sauta sur le blond pour lui attraper son arme et lui éviter le maximum de danger. Elle le poussa derrière elle, se mettant entre lui et les autres individus.

« Allons Viserys, vous êtes un prince, je ne vais pas vous laisser vous blesser d'avantage. »

Eddard Stark aurait certainement fait la même chose non ? Il valait mieux éviter un bain de sang si ce n'était pas nécessaire. Si quelqu'un voulait toucher au prince Targaryen, il faudrait lui passer dessus. Alyss leva l'épée de Viserys et foudroya les autres du regard.

« Quant à vous … N'avez vous aucun honneur ? Vous êtes plusieurs contre une seule personne. Vous comptez régler la violence par la violence ? Bravo, félicitation ! Si vous tenez à vous battre, soit, mais vous ne le toucherez pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Daenerys Targaryen
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 30.04.13 20:21


Fuite pour Westeros
Event
Viserys eut du mal à diriger l’ordre que venait de lui donner sa sœur. Il était surprit et le dragon dont il parlait semblait bel et bien réveillé ce soir. Il était complètement fou de colère. Le cœur de la jeune Khaleesi battait à tout rompre dans sa poitrine. Donner un ordre à son aîné lui avait demandé un effort énorme et le voir dans une colère aussi grande, l’effrayait. Mais elle gardait ses prunelles lilas dans celles de son frère. Elle ne voulait pas céder, pas cette fois. Elle n’eut pas à le faire car Durran fut plus rapide et frappa une nouvelle fois son frère. Il était le seul chevalier à avoir levé la main sur son frère…du moins depuis qu’elle était née. Mais cette fois le prince Targaryen ne perdit pas connaissance. Il tomba à terre et se releva avec quelques gouttes de sang. Le regard de son frère était devenu pire qu’avant. Complètement rempli de folie. Daenerys n’aimait pas se regard. Elle avait peur mais ce n’était pas la même peur. Maintenant elle avait peur pour son frère.
Alors que Durran rappela à la princesse le serment qui lui avait fait quelques jours plus tôt, elle vit Viserys tirer son épée et avancer vers Durran. Le cœur de la princesse loupa un battement. Viserys n’avait jamais combattu en duel. Il n’avait aucune expérience du combat alors que Durran si. Alors que le prince s’avançait Daenerys ne réfléchit plus, elle n’écouta que son instinct.
« VISERYS NON ! »

Elle se plaça entre son frère et le chevalier. Une jeune femme inconnue de la jeune fille s’interposa également. Elle semblait connaître son frère. Elle le repoussa de son côté. La jeune femme blonde semblait en colère. Elle se tourna vers le petit groupe avec Daenerys à sa tête. Ce qu’elle leur dit révolta la princesse. Pour qui elle se prenait. Elle n’avait suivi qu’un petit bout de l’altercation et elle leur fasse la morale. La Khaleesi n’allait pas se laisser faire par cette femme dont elle ignorait tout.
La princesse s’avança vers la jeune femme. Elle était un peu plus grande qu’elle mais elle n’était pas impressionnée. Ce n’était pas Viserys.
« L’honneur ? Mon frère a-t-il de l’honneur à avoir vendu sa sœur à un barbare pour espérer une armée… »

Elle fit une pause. Son regard lilas avait perdu toute sa douceur auparavant connu. Jamais Daenerys n’avait été comme cela. Elle était déterminée et légèrement en colère. L’enfant qui était dans ce jeune corps il y a quelques jours avait disparu pour laisser place à la Khaleesi.
« Vous nous jugez alors que vous n’avez suivi qu’une partie de l’altercation. Croyez-vous réellement que j’allais laisser mon frère se battre contre un chevalier ? Je connais mieux mon frère que vous. Et j’ignore ce que vous pensez des sentiments que j’ai pour lui, mais il est mon frère et je l’aime. Je ne veux pas le voir mourir. Il n’y aurait pas eu de violence de ce genre ! »

Le ton de Daenerys était dur. La jeune fille n’avait pas accepté que cette jeune femme se mêle de leur affaire. La princesse se tourna ensuite vers son frère et s’avança vers lui.
« Quant à toi…Tu sais combien je t’aime…mais PLUS JAMAIS TU NE LEVERA UNE ARME SUR MOI OU SUR SER DURRAN. Je ne t’appartiens pas Viserys. Je suis juste ta petite sœur et il va falloir accepter que je vole de mes propres ailes. »

Je retournais vers Durran, Illyria et Jorah. Je fis signe à ma protectrice de ranger son arme. Daenerys était en colère que tout cela ait dégénéré. Elle ne voulait pas tout cela. Si elle devait régner un jour sur les Sept Couronnes, elle ne voulait pas de bain de sang. Elle ne voulait pas reproduire le règne de son père.


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 443
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 11.05.13 13:16

Fuite pour Westeros
- Event -

L'homme avait à peine fait attention à la tentative du prince déchu de l'attaquer dans son dos. Ce qui l'avait laissé sans voix, bien qu'une vie entière passée à maîtriser ses émotions lui ait permis de ne pas perdre sa contenance, c'était que la princesse s'était interposée entre la lame de son frère et lui-même. Cet acte de courage était impressionnant, d'autant plus lorsqu'on connaissait le comportement docile et désincarné qui caractérisait la jeune femme seulement quelques jours auparavant.

Non seulement le sang du dragon s'était éveillé dans les veines de Daenerys mais contrairement à son frère, elle montrait déjà une nature bienveillante, combattive et profondément désintéressée. C'était bien sûr dangereux, car ces traits de caractère exposeraient certainement la future reine à bien des dangers mais il s'agissait aussi qui feraient d'elle une souveraine non seulement crainte mais aussi aimée de son peuple. S'il lui eut fallu une preuve supplémentaire que la jeune Targaryenne méritait le Trône de Fer plus que nul autre, elle venait de lui être apportée sur un plateau d'argent.

L'inconnue qui venait de prendre la défense de Viserys eut un seul mérite : celui de révéler un peu plus la présence charismatique de la princesse. La façon dont la Khaleesi s'exprima à elle ainsi que à son frère montrait qu'elle embrassait un peu plus son rang de reine, ainsi que les responsabilités qui lui incombaient en tant que telle. Durran avait bien sûr espéré que la jeune femme deviendrait un jour la reine tant espérée mais il ne s'était pas attendu à une transformation aussi fulgurante.

Inclinant la tête à l'égard de sa reine, le jeune Baratheon avait du mal à dissimuler la fierté qu'il éprouvait de servir une telle reine. Non, elle ne serait pas l'incarnation de la folie qu'avait été Aerys, ni le prince trop mélancolique et égoïste qu'avait été Rhaegar. Elle serait un nouvel Aegon le Conquérant, et son nom entrerait sûrement dans les légendes pour les siècles à venir.

Durran se tourna vers l'inconnue, son regard noisette plongeant dans celui de la jeune femme aux cheveux blonds et à la peau trop pâle pour qu'elle soit une native d'Essos.


- Vous pouvez garder votre serpent, mademoiselle. Ce n'est pas la volonté de la Reine de le voir mourir aujourd'hui. Toutefois, s'il venait à se mettre une nouvelle fois en travers de son chemin, soyez certaine que je n'aurai aucun scrupule à le réduire en morceaux. Cette... vermine ne mérite pas le nom d'homme, pas après ce qu'il a fait à sa propre sœur. Je considère également que toute personne, fusse-t-elle femme, qui décide de brandir une épée, s'expose à mourir par l'épée. Je vous recommanderais donc la plus grande prudence la prochaine fois que vous décidez de manier une lame.

Sa longue cape virevoltant au gré du vent du large derrière lui, le chevalier s'en retourna vers Daenerys et les deux autres protecteurs de la reine. L'heure du départ était venue. Maintenant que Viserys était au courant du départ de sa sœur, ils ne pouvaient pas se permettre de perdre une seconde de plus.

Faisant signe à Ser Jorah d'ouvrir la marche et laissant la garde du corps de la princesse fermer leur cortège improvisé, Durran se tenait aux côtés de Daenerys tandis qu'ils embarquaient à bord du Soleil de Dorne. Avec la plus grande délicatesse, le jeune Baratheon rabattit le capuchon sur le visage de la princesse, afin de dissimuler une partie de son visage ainsi que ses longs cheveux d'un blond argenté. Une fois à bord, ils ne tardèrent pas à voir une silhouette s'approcher d'eux à grands pas. Le capitaine Morello était un homme d'une quarantaine d'années, dont la peau avait la couleur du cuivre. Sa barbe grise semblait argentée sous les rayons lunaires.

- Pouvons-nous partir, ser Durran ? Demanda-t-il en westerosi, avec un fort accent.


- Oui, Capitaine. Le plus tôt sera le mieux.

Morello acquiesça et commença à crier des ordres en Pentoshi, ce dialecte dérivé du Haut Valyrien qui était parlé dans tout Pentos et quelques autres ports des cités libres. Ils descendirent tous les quatre en direction des cabines. Durran montra celle de Jorah, puis celle que partageraient la princesse et sa garde du corps, et enfin la sienne qui se situait juste après. Ainsi, si quelque chose devait se produire, ils pourraient intervenir en un minimum de temps.

Jorah salua la reine et fit un hochement de tête à l'attention d'Illyria et lui-même avant d'entrer dans sa cabine. Durran salua également les deux jeunes femmes, prenant soin de s'adresser à la princesse sous le nom d'Ella, qui serait son alias pendant toute la durée de la traversée et se dirigea vers sa propre cabine.

Ôtant sa longue cape, le jeune homme s'assit sur sa couche et attrapa à son cou la chaîne en or qui s'y trouvait, et faisant émerger un petit médaillon doré sur lequel était incrustée la silhouette d'un cerf avec des morceaux d'obsidienne finement ciselés. Au dos étaient gravés la devise des Baratheon,
Nôtre est la fureur.

Le jeune homme le contempla un long moment, songeant qu'il ne pouvait pas regretter un père dont il se souvenait à peine, une mère qui avait sûrement mandaté son frère et amant pour l'assassiner, ni les autres oncles qui voudraient certainement le tuer ou l'utiliser à leurs propres fins s'ils venaient à apprendre qu'il était toujours vivant.

Pourtant, il était un Baratheon, seul héritier légitime de Robert Baratheon, anciennement Seigneur d'Accalmie et actuellement roi autoproclamé des Sept Couronnes. De tous les membres de sa famille, fussent-ils Baratheon ou Lannister, il devait bien être le seul à ne pas désirer le Trône de Fer, et surtout le seul à vouloir y asseoir de nouveau un Targaryen.

Durran avait du mal à se considérer comme un prince, surtout en songeant à la façon dont son père s'était emparé du trône. Peut-être était-il un seigneur, il espérait avoir la chance d'obtenir la suzeraineté d'Accalmie un jour mais il était avant tout un chevalier et la reine à qui il avait promis son allégeance avait un long périple devant elle. Dans le feu et le sang, il s'était juré d'être à ses côtés.




Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 11.05.13 17:36

La jeune tueuse avait vu la rage déformer les traits du Prince légitime des Sept Couronnes, et elle commençait à comprendre ce que cela signifiait. Elle comprit au moment où il dégaina son épée qu'il ne s'arrêterait pas, et qu'il avait perdu la raison pendant quelques temps. Il allait s'attaquer à Durran, mais qui pouvait savoir ce qu'il ferait ensuite ? Dans un tel état, il était beaucoup trop dangereux pour qu'elle le laisse faire, et dire que le chevalier avait le dos tourné. Illyria fit un pas en avant, son arme déjà prête à cueillir la gorge du Prince si celui-ci s'avançait trop. Heureusement, Daenerys s'interposa brusquement, et une jeune fille empêcha Viserys de commettre le pire.

Aussitôt, Illyria s'immobilisa. Elle n'avait plus à intervenir si sa Princesse décidait de s'en occuper. Il était hors de question pour elle de l'en empêcher ou même de tenter un mouvement protecteur qui serait du gâchis. Depuis qu'elle l'avait rencontrée, la tueuse avait constaté le désir de Daenerys, qui aspirait à prendre son indépendance vis à vis de son frère. Elle lui avait demandée de l'aider à devenir forte, à devenir une Reine. Si Illyria intervenait maintenant, elle ne ferait que faire reculer sa princesse, et cela n'avait aucun sens. Elle se contenta donc de rester sagement en arrière, surveillant tout de même attentivement Viserys et la jeune fille qui l'avait rejoint. Elle n'avait pas l'air d'être d'ici, et ne comprenait sans doute pas bien ce qui était en train de se passer. Néanmoins sa présence indiquait, tout comme celle de Viserys, qu'ils n'avaient pas été assez discret. Il allait falloir se dépêcher. Un coup d’œil à Durran confirma qu'il pensait la même chose, mais ils laissèrent Daenerys terminer.

Lorsqu'ils repartirent vers le navire, Illyria resta en arrière un petit peu. C'était autant pour s'assurer qu'ils n'étaient pas suivis que pour vérifier que Viserys resterait là. Elle tourna ensuite son regard gris vers la jeune femme qui était intervenue, observant un moment l'épée qu'elle avait en main.

- Si vous savez vous battre, jeune fille, commença-t-elle avec son accent Pentoshi. Vous devriez le protéger lui, c'est un Prince-Dragon.

Ce disant, elle tourna les yeux vers Viserys, ne pouvant s'empêcher d'éprouver un certain respect pour un membre de la famille Targaryen. Malgré sa folie, malgré sa colère. Elle déglutit doucement.

- Fuyez, Monsieur. Cachez-vous. Les Dothraki ne vont pas apprécier la surprise au matin.

Et sur ce, elle s'en fut en vitesse rejoindre le navire.

Ce n'était pas un très grand navire, aussi même de nuit, elle fut capable d'en scruter les recoins avec attention. Ne voulant risquer aucune surprise. Elle n'avait jamais entendu parler de ce Morello, ce qui pouvait être un bon comme un mauvais signe. En tout cas, elle ne ferait confiance ni au capitaine, ni à ce Durran. Aussi, dès qu'elles eurent leur cabine, la jeune femme empêcha Daenerys d'avancer trop loin dans la cabine. Elle l'arrêta juste après la porte et s'avança elle-même. Illyria fouilla méthodiquement chaque recoin de la pièce, allant des meubles jusqu'au drap du lit. Une fois certaine d'avoir tout vérifié, elle revient vers Daenerys avec un sourire d'excuse.

- Désolée, Madame. Mais j'ai déjà vu des marchands se faire tuer parce qu'on avait introduit un insecte venimeux dans leur lit. Tout semble cependant sans danger ici, vous pouvez entrer.

S'inclinant poliment, elle retourna s'asseoir sur une chaise, qu'elle jugea peu confortable mais qui ferait l'affaire.

- Vous devriez vous reposer Madame, les voyages sont épuisants en bateau. Je dormirais là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Viserys Targaryen
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 26.05.13 18:57

Sa lune, son soleil, sa… vie. On venait de lui prendre tout ca en même temps. Viserys ne voyait plus rien que la colère, la rage, la haine envers tous ceux qui l’avaient trahis, et comble du comble, sa très chère princesse en faisait partit. Non. Non il refusait de le croire. Borné jusqu’au bout, inconsolable, incontrôlable. Le jeune Targaryen en voulait à la terre entière. Plus que jamais une irrépressible envie de tuer c’était emparé de lui. Pour garder sa sœur à ses côtés. Oui il aurait tué, il aurait décapité ce sale type qui avait un peu trop de vu sur Daenerys et qui possédait cet aire hautin et supérieur, il aurait éventré celui qui aurait du lui prêter man forte jusqu’au bout et qui avait décidé de partir avec Dany parce ce qu’on pouvait distinguer à des kilomètre à la ronde l’amour qu’il pouvait lui porter. Il aurait sans aucun scrupule démembré la femme qui faisait office de garde du corps contre… contre lui !!! Protéger Daenerys de lui ! Mais Pourquoi ! Il ne voulait pas son malheur, en fait… il s’en fichait bien de ce qui lui arrivait tant qu’elle était en vie, tant qu’elle était là pour lui. Il l’aimait… plus que tout. Un amour incestueux et malsain, mais de l’amour quand même.

Alors il n’avait pas hésité. Pour son amour, pour son soleil, il avait levé sa lame, sans aucune expérience du combat, il ne voyait pas la mort lui arriver en face, aveuglé par une rancœur sans nom. Incommensurable poids du déshonneur plombant ses épaules endolories. Mourre tous ! Chiens que vous êtes, mourrez puisqu’il ne reste plus aucun autre moyen pour garder Dany. Dans un râle à en faire pâlir les dragons eux même, Viserys c’était élancé. Pas de peur, pas de doute. Juste la couleur du sang qui recouvrait ses iris améthystes juste la rage de vaincre, de gagner. Il aurait son armée, il l’aurait ! Sa tendre petite sœur retournerait dans le lit conjugale et au matin personne ne serait rendu compte de rien. Tout serait resté secret. Secret. Ne rien dire tout garder pour soit, Drogo ne serait jamais au courant et le cours de leur vie pourrait enfin reprendre. Le prince aurait tout oublié, il aurait tourné la page en sachant ses ennemis six pieds sous terre. Il jouissait déjà de se voir vainqueur, trônant au dessus des cadavres. Cette vision lui inculquait plus de force et de conviction qu’il n’en aurait surement jamais eu mais voila… le destin est une petite chose maline qui peut parfois prendre plaisir à vous en faire voir de toutes les couleurs.

Elle c’était interposé… ca petite fleure… si fragile, si rare, si… belle… elle c’était interposé entre lui et Duran. Pourquoi. Viserys ne savait plus quoi faire, arrêter son coup ou continuer au risque de toucher son trésor, mais bien vite un autre tour du destin entra dans le jeu… Il se retrouva stoppé dans son élan… totalement stoppé. Par… une voix, une simple voix puisqu’autour de lui il ne voyait plus que ses cibles à anéantir. Tout avait disparu, le bateau, le quai, la mer… tout ! Il ne restait plus qu’eux, sombre reflet de la dure réalité. Daenerys avait fait un choix. Non, non et non impossible d’admettre qu’elle n’était pas poussée contre sa volonté. Viserys n’y croyait pas et ne voulait pas y croire. La voix qui l’avait arrêté, il la connaissait… c’était celle d’Alyss qu’il avait déjà rencontré quelque jour plus tôt… il avait faillit mourir dévoré par un lion blanc ce jour là d’ailleurs. Mais l’heure n’était pas aux souvenirs. Le prince des Dragons était particulièrement furieux de s’être retrouvé coincé derrière elle, même si son but premier était de lui venir en aide. Il ne comprenait pas et seule la colère était présente en son cœur pour le moment.

« ÉCARTE-TOI !! DE QUEL DROIT TU OSE TE METTRE ENTRE UN DRAGON ET SA PROIE ! »

Mais il fallait croire que la blondine n’était pas la seule à avoir des tripes pour crier. Seulement cette fois ci, les mots eurent l’effet d’un millier de poignards qui seraient venu se planter dans son torse un à un, s’enfonçant douloureusement dans la chaire pour en faire saigner chaque plaie. Dany… petite Dany, petite enfant… petite sœur. Pourquoi. Pourquoi tu dis ça ? Le jeune prince avait beau chercher rien n’y faisait il ne comprenait pas et il ne voulait pas comprendre. Sa voix avait disparu, il était subitement devenu muet et incapable de bouger. La surprise qui animait ses yeux lui donnait l’air d’un homme qui serait tombé subitement dans le coma. Non pas elle, pas sa tendre Daenerys, elle ne pouvait pas disparaître comme ça. La colère du Dragon c’était muté en un désespoir sans nom si bien que des larmes vinrent perler au coin de ses prunelles exorbitées. Son cœur venait de se déchirer et il se surprenait à voir ses main venir se loger autour du coup de la princesse pour serrer si fort qu’elle suffoquerait… encore et encore jusqu’à ce que ses poumons ne soient plus alimenté et qu’elle s’éteigne comme lui venait de s’éteindre soudainement.

Il se laissa tomber au sol, corps tremblant et spasmodique, sa mâchoire inferieur tremblait de colère et d’indignation. Son monde venait d’être briser. Là sur les genoux, il n’entendit qu’à peine la recommandation de la jeune à la chevelure brune qui dans un dernier geste de bonté lui avait conseillé de s’enfuir le plus loin possible. Mais la parole bienveillante avait traversé son esprit, comme le vent traverse aisément une maille fine. Il ne voulait plus… il ne pouvait plus. Maintenant il était seul, et seul a jamais. Son soleil c’était enfuit. Maintenant il allait errer à jamais dans une nuit sombre et sans étoile, une nuit froide et emplie de terreur et… de haine. Ce n’était pas fini, c’était loin d’être fini. Ne jamais oublier, ne jamais pardonner. Non. Jamais ! Son armée il l’aurait, tant pis si elle ne venait pas des Dothraki, tant pis si pour ça il allait devoir braver le monde, mais il aurait son armée, et son trône et… la tête de Robert Baratheon. Et celle de Duran… et de tous ces autres traîtres qui avaient mentit en prétendant le servir jusqu’à la mort ! Menteurs, tricheurs, bientôt la colère du Dragon s’abattra sur vous comme une pluie de lave déferlante et rien au monde ne pourra arrêter ce cataclysme, pas même les beaux yeux lilas de la princesse Daenerys, seule et unique lumière de son frère.

En fait, il supportait très mal qu’une fille lui soit venue en aide… un immense coup de pied dans son honneur et sa self considération… Aussi il regardait celle qui était assurément sa sauveuse avec un regard noir de colère… colère entrecoupé par sa détresse assurément visible. Pourtant il n’y avait plus rien à faire pour ce soir… c’était… la fin de toute chose. La fin d’une vie… et le début d’une autre. Viserys se vangerait il le jure ! Il en fait le serment. Il ne fera jamais le deuil de ce qu’il à perdu car tout ce qui est perdu peut être un jour retrouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Alyss Snow
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 06.06.13 12:33

Alyss avait gardé son sang froid face à tous ses « ennemis », peu importe leurs paroles, peu importes les risques. Ils pouvaient bien la menacer, lui parler avec arrogance ou quoi que se soit d’autres, la blonde n’était pas du genre à se laisser impressionner. Et d’ailleurs, elle ne leur fit pas l’honneur de répondre quoi que se soit, se contentant de rester droite et fière, épée à la main, comme garde du corps improvisé du jeune prince Targaryen.

Cependant, la blonde était tout de même consciente qu’ils n’avaient pas totalement torts. Elle se mêlait d’une histoire qui la dépassait et ne la regardait en rien. En plus de ne pas savoir à qui elle s’adressait, elle ignorait également les fautes commises à Viserys. Fautes qu’elles ne tardaient pas à découvrir. Et pourtant, elle resta de marbre face aux explications, se contentant d’un regard vers son « ami ». Même si elle ne disait rien, elle n’en pensait pas moins. Vendre sa sœur à un barbare. Sérieusement ? Tu es bien tordu mon pauvre ! Dès sa première rencontre avec Viserys, la jeune Snow avait bien compris que quelque chose clochait chez cet idiot. C’était sans doute psychologique. Mais que voulez vous, ce n’est pas de sa faute. Viserys est certainement touché par un mal bien triste, mais se sont les choses de la vie.

Laissant tout simplement la blonde lui faire la moral, Alyss la regarda ensuite crier sur son frère, sans dire quoi que se soit. Elle était intervenue pour le protéger et non pour interférer dans des problèmes familiaux. Mais il est vrai qu’elle avait du mal à comprendre. Sa famille a elle … c’est une famille soudée, basé sur l’affection et l’honneur. Et il était rare de voir les Stark se hurler dessus. Du moins, jamais vraiment sérieusement. Même elle, en tant que Snow, elle avait toujours été intégrée par les Stark, c’est sa famille, elle est l’une des leurs. Alors voir la colère et la rancœur qu’il existait entre Viserys et la fameuse « Dany » la perturbait au plus haut point. Et ils disent s’aimer ? Ils ont une drôle façon de se le montrer, l’un comme l’autre. Si l’un des Stark auraient reçu un coup de poing, qu’il soit en tort au nom, Alyss aurait déjà bondit. Défendre sa famille, peut importe les circonstances. Cela dit, il est rare qu’un Stark fasse quelque chose de peu honorable, contrairement à Viserys. La situation n’est donc pas comparable. Mais il est vrai qu’Alyss n’aurait pas aimé vivre parmi eux.

Lorsque le chevalier servant de la sœur de Viserys exprima des menaces à la Snow derrière des paroles qui ont l’air sage, encore une fois, la blondinette ne se laissa pas impressionner. Alyss ne se voyait pas comme une femme. Loin d’une Lady. Non, elle n’avait pas le droit à ce statut. Elle est une mauvaise herbe qui n’a certainement pas peur de se battre, ni de se blesser. Quant à la mort, bien sur, comme tout le monde, elle en avait peur, mais cependant, elle continuerait de se battre pour ses convictions jusqu’à la dernière minutes. Elle adopte la conduite qu’elle a décidé d’avoir, non celle qui lui demande. Si elle décide de protéger Viserys, c’est son choix, et personne ne pourrait faire flancher ces décisions. Protège ceux qui en ont besoin. Elle n’allait pas laisser ce pauvre homme seul.

« Merci pour votre recommandation, je la prend en compte, mais je vous conseille également la même prudence. »

Alyss le foudroya du regard, montrant ainsi qu’elle n’avait certainement pas peur de ses menaces. Après tout, elle s’est entrainée auprès de Robb et Jon. Elle sait se battre. La bâtarde avait confiance en ses capacités. Observatrice, elle savait comment utiliser le courage de Robb, la force de Jon et la férocité de Luna.

Ce fut cependant le tour de Viserys de lui hurlé dessus. La blonde sursauta. Non mais qu’est-ce qu’il a lui encore ?! Okey, il est atteint dans sa fierté. Mais à choisir, il vaut mieux être vexé que mort non ? Alors la jeune femme l’ignora tout simplement. N’accorde aucune attention à ceux qui ne sont pas capable de voir la chance qu’ils ont. Elle laissa cependant la troupe s’éloigner dans leur embarcation, alors qu’une jeune femme resta en retrait avant de lui recommander de protéger le prince si elle en avait les capacités.

Alyss acquiesça d’un signe de tête.

« Je m’engage dans cette responsabilité. »

Maintenant que tout le monde était hors de vue, il était temps d’agir. Ou plutôt de déguerpir ! Alyss attrapa le bras de Viserys et se mit à courir de l’autre côté du port avant de pousser le prince dans une petite barque, qui certes, ne lui appartenait pas. Disons que c’est un emprunt à durée indéterminée. La nièce de Lord Stark sauta dans l’embarcation avant de rendre l’épée à son propriétaire. Hmm, elle allait certainement devoir lui apprendre à s’en servir, au moins un minimum, sinon ils étaient mal.

« Cette femme a raison, on ne peut pas rester ici. Il faut partir et maintenant ! ….. Et non nous ne suivons pas votre sœur, sinon c’est la mort assuré. Il nous faut un autre plan … Pour le moment, nous allons à … Braavos. Plus tard, vous me remercierez. »

Le duo quitta immédiatement Pentos, afin d’éviter de subir la rage des Dothrakis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Daenerys Targaryen
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 15.06.13 12:07


Fuite pour Westeros
Event

Elle se calma petit à petit redevenant celle qu’elle avait toujours était. Ils se mirent en route pour le bateau laissant derrière eux le Roi Mendiant et la jeune femme blonde. Le chevalier lui rabattit son capuchon pour dissimuler son visage et ses cheveux. A partir de maintenant, elle n’était plus Daenerys Targaryen, juste une jeune femme prénommé Ella. Ils montèrent à bord et se dirigèrent vers leur cabine. Alors que la princesse allait entrer dans la pièce, Illyria l’arrêta et rentra avant elle. Elle semblait fouiller la cabine. Et c’était ce qu’elle fit. Elle put enfin rentrer dans la cabine. Elle l’observa rapidement et enleva le capuchon de sa tête.
RP intermédiaire

Le doux craquement du bois, des vagues qui se brisaient sur la coque du bateau apaisait la jeune princesse. Elle avait envie d’aller sur le pont, respirer l’air iodé de la mer, sentir le vent marin contre son visage et voir la mer. Mais pour une question de protection, elle devait rester à l’intérieur. Cela faisait plusieurs jours qu’elle restait dans sa cabine. La jeune princesse n’avait pas l’habitude de cela. Sa chambre chez maître Illyrio possédait un grand balcon donnant une belle vue sur la mer du Détroit. Aucune fenêtre ne la séparait du balcon. Elle devait patienter jusqu’à ce que le navire arrive à Dorne. Mais la Targaryen supportait difficilement l’enfermement sans voir la couleur du ciel ou sentir le vent sur sa peau.

Elle décida qu’elle en avait assez. Elle natta ses cheveux pour coincé les mèches de ses cheveux argentés susceptible de trahir son identité. Elle savait qu’elle devrait surement teindre ses cheveux à Dorne. Car même si sur Essos sa chevelure argenté passait inaperçu dans les cités libre, sur Westeros, les souvenirs de sa famille et de leur caractéristiques physique étaient encore profondément ancré. Elle savait que la sœur du prince de Dorne avait été l’épouse de son frère Rhaegar. Donc elle ne passerait pas inaperçu. Un des problèmes qui restait à régler était ses prunelles lilas. Une couleur peut présenter parmi la population. Elle devrait surement baisser le regard pour ne pas qu’on les remarque. Combien de temps aurait-il avant que sa couverture de soit percé et que l’Usurpateur apprenne sa venue. Elle l’ignorait mais pour le moment, il la pensait encore à Pentos avec son frère et son mari Khal Drogo.
Elle attrapa sa cape et rabattit son capuchon sur ses cheveux. Elle se tourna vers Illyria.
« Accompagnez moi sur le pont, j’en peux plus de l’enfermement dans cette cabine. »

Daenerys était plus que satisfaite par l’ancienne tueuse. Elle la protégeait très bien et la princesse avait confiance en la jeune femme. Ce n’était peut-être qu’une femme, Daenerys la trouvait plus forte que beaucoup d’homme. Elle les connaissait extrêmement bien et s’en méfiait. La princesse savait donc que si sa protectrice l’accompagnait sur le pont, les marins ne lui seraient pas un danger.

Elle sortit de la cabine en compagnie d’Illyria. Ayant déjà navigué de nombreuses fois avec son frère, elle savait que les navires étaient tous fait à peu près pareil. Elle trouva sans mal, comme rejoindre le pont du navire. Elle s’approcha du bord et posa ses mains sur le rebord en bois. Elle regarda au loin. La mer s’étendait à perte de vue et le vent chaud venait fouetter son visage mais il n’était pas suffisamment fort pour enlever le capuchon qu’elle portait. La princesse était toujours émerveillée par la beauté dangereuse de la mer. Elle regarda Illyria.
« La mer est aussi belle que dangereuse… un peu comme vous. Comment avez-vous appris à devenir celle que vous êtes aujourd’hui ? »

Daenerys voulait devenir forte, courageuse. Elle voulait abandonner la peur qui la tiraillait en permanence. Elle voulait réussir à s’opposer à un homme sans avoir à le craindre. En partant de Pentos, elle s’était certes opposé à son frère mais cela lui avait demandé énormément de courage et la peur lui avait tiraillé le ventre tout au long de l’altercation. Elle voulait apprendre à ne plus ressentir cela.


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Jorah Mormont
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 27.06.13 19:09

Anxiété et doute. Ces sentiments prédominaient dans l'esprit de l'Andal, à quelques heures de son retour sur les Terres de Westeros. Les même terres qu'il avait dû quitter il y a maintenant six longues années. Son exil avait été un temps un enfer, une dérive. Et puis il s'était avéré qu'Essos offrait des ressources riches en culture, riches en valeurs. Et dès l'aube, Jorah serait considéré comme un traître, comme un exilé de nouveau. Ce peuple qui lui avait offert un toit, la reconnaissance, le savoir. Se sentant coupable d'avoir pris un chemin épineux en ne pensant qu'en priorité à son intérêt personnel le rendait dubitatif. Chassé de Westeros, maudit à Essos...

Alors, c'était avec le coeur lourd, quelque part, qu'il voyait s'éloigner les derniers feux des bords du continent. Accoudé à la poupe du bateau, Jorah savait que les évènements ne pouvaient que s'enchaîner dorénavant. Sa confiance en Durran était loin d'être solide. Mais la Khaleesi semblait éprise pour ce jeune homme. C'était bien la crainte majeure. Jorah gardait un oeil alerte sur lui même si les dernières minutes semblaient donner du positif aux actions du jeune chevalier. Après tout, il n'avait rien eu de l'éducation d'un mauvais garçon.
Jorah avait davantage foi en la jeune tueuse et protectrice rapprochée de la princesse héritière. Il l'avait recommandé auprès de cette dernière, se portant garant d'elle et se justifiant du besoin grandissant d'une garde compétitive alors que des batailles s'annoncent. Jorah se secouait la tête, comme pour chasser ces idées fatigantes. Ce soir, il n'a pas eu à sortir l'épée.

Il espérait que Daenerys comprenne un jour l'énième sacrifice qu'il faisait, au prix de sa vie et de sa liberté. Qu'il fait ses choix pour l'amener sur le trône. Oui, ça faisait quelques temps maintenant que Jorah prit le parti de rompre le flux d'information vers Varys - l'eunuque restait donc sur une dernière fausse information d'une possible maternité pour Daenerys, ce qui leur permettrait de brouiller la piste assez longtemps pour avancer prudemment -.
Long et difficile dilemme que celui de choisir entre servir d'infiltré auprès de l'ennemi encore caché de la Couronne pour regagner sa liberté à Westeros, et entre servir une puissance naissante, qui lui assurerait tout autant de reconnaissance et une nouvelle ère sur le continent... La douleur de son exil sans fin pesait encore trop lourd sur son passé. Et c'est Daenerys, pour l'espoir et l'ambition qu'elle lui inspirait, qui méritait son épée, sa protection, son savoir et son conseil avisé.

Dans le feu de l'action et de la fuite, les préparatifs avaient été brefs pour ne pas être découverts. Mais Jorah avait trouvé l'idée de la fuite pour Westeros très hâtive, conquérir un trône passait par une stratégie pourtant claire : contrôler Essos. Même si l'idée de Viserys était à l'origine une honte, aujourd'hui cela s'avérait être le meilleur plan possible afin d'être à la tête d'une armée pouvant terrasser l'autre rive. Mais la chance était passée et Jorah regrettait de ne pas avoir été consulté plus que ça.
Jorah se redressa et posa les mains sur le rebord en bois vernis, étirant son dos et laissa échapper un bref bâillement. Sans se retourner, il semblait que la Khaleesi était sortie de sa cabine en compagnie de sa nouvelle protectrice, plus proche qu'il ne l'aurait souhaité lui même. Elles se dirigeaient vers l'avant et c'était tant mieux, Jorah ne se sentait pas de discuter pour le moment.
Hésitant à aller se coucher, il préférait faire durer ce moment de calme qu'il aimait tant. Ce silence frais et apaisant, permettant à l'esprit de souffler. L'équipage du navire parlait peu et le trajet sur l'eau était brillamment silencieux.
L'ancien seigneur des Îles aux Ours aurait apprécié de pouvoir baisser la garde quelques instants, mais une irrépressible idée de complot laissait sa main proche du pommeau de son épée, l'autre proche de sa dague.

Enfin, on pouvait toujours s'approcher de lui, Jorah ne trancherait pas la gorge du premier venu dans son dos. Quoique.



Dernière édition par Jorah Mormont le 15.07.13 19:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Invité
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 15.07.13 16:35

Les trajets en navire avaient quelque chose d’atroce aux yeux de la jeune tueuse ; rythmés par la houle et par le vent, il pouvait tout à la fois être peuplé d’horribles tempêtes, qui vous donnaient l’impression de mourir chaque matin, ou être d’un ennui mortel. La deuxième possibilité pouvait passer pour être une chance, mais pour Illyria c’était tout aussi horrible. Surtout quand on était contrainte, comme dans le cas présent, de rester dans la même cabine pendant une bonne partie de la journée. Non que la princesse soit une compagne désagréable, bien au contraire, elle se montrait le plus souvent très curieuse et intéressée, mais le même décor jour après jour, sachant qu’elle était sur un bateau, cela pesait vite sur l’esprit de la tueuse.

Elle avait bien essayé de s’entraîner un peu chaque jour, mais dans l’espace confiné de la chambre, cela devenait très vite ennuyeux, elle se contentait donc d’entretenir son matériel, et son corps par quelques exercices bien choisis. Les journées se suivaient donc en se ressemblant de plus en plus et il était assez rare qu’elle ait quelque chose à faire.

Aussi, dès qu’elle vit que la princesse Targaryennne se préparait à mettre le nez dehors, la jeune femme se redressa d’un coup et prépara elle-même ses affaires. Tant qu’elle n’aurait pas ordre express de rester ici, elle suivrait Daenerys, c’était son rôle en tant que garde du corps après tout. Elle était en train de ranger, et dissimuler, ses poignards, quand la Princesse l’interpella pour lui donner ordre de la suivre, ce qu’Illyria fit sans réfléchir une seule seconde. Elle saisit simplement une longue cape au passage, dont elle se servit pour dissimuler son corps. Déjà que la sortie de deux femmes sur le pont risquait d’attirer quelques regards, surtout avec la capuche de Daenerys, il était inutile de leur donner l’occasion de s’attarder sur le corps de l’assassine. C’était déjà arrivé et en mer, cela pouvait être encore pire, il fallait donc se montrer prudent.

Sur le chemin, la jeune femme épiait chaque mouvement, tentant de capter les regards des quelques marins qui regardaient dans leur direction pour comprendre exactement ce qu’ils avaient en tête. Aucun ne semblait déterminé à s’attaquer aux deux jeunes femmes mais Illyria restait tout de même sur le qui-vive. Elle suivit donc la princesse en silence, jusqu’à ce que celle-ci s’appuie sur le bastingage, Illyria resta alors en arrière, bien droite et silencieuse, jouant le rôle de la simple servante. Elle ne parla donc que lorsque Daenerys s’adressa directement à elle.

Et pour le coup, elle ne savait pas très bien comment prendre ça, bien sûr elle était flatté du compliment, du double compliment même car être dangereuse était une bonne chose dans son cas. Mais que pouvait-elle répondre à cela ? Elle était devenue ainsi parce qu’elle avait grandi dans les bas-fonds des cités libres, qu’on avait voulu faire d’elle une pute, puis qu’on l’avait entraîné à tuer ? Ce n’était pas vraiment la réponse idéale, surtout dans l’objectif de rendre la Princesse plus forte par la suite. Mais Illyria ne voulait pas répondre à la jeune femme, elle répondit donc simplement, en étant aussi concise que possible.

- J’ai grandis dans des ghettos, Madame. Je suis devenue ainsi parce que je n’avais pas le choix … Et on m’a entraîné pour être une bonne tueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 443
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 17.08.13 16:09

Fuite pour Westeros
- Event -

Durran ne fut pas surpris d'être seul à son réveil mais il se demandait s'il n'avait pas rêvé. Même dans ses songes les plus fous, jamais il n'aurait pu imaginé que la princesse puisse venir le trouver, et encore moins que les sentiments qu'il éprouvait pour elle puissent être réciproques. Pourtant, elle l'aimait, et suffisamment pour regarder au delà de son nom de famille, au delà de son père...

Toutefois, ce n'était pas le moment de penser à ça. Se levant de sa couche dans le plus simple appareil, il se versa une bassine d'eau sur la tête, tant pour se décrasser que pour finir de se réveiller. Se séchant rapidement, il enfila ses braies, ses bottes et son armure de cuir bouilli avant d'attraper ses armes. Les épées jumelles qu'il possédait avaient été faites par le forgeron de Hautjardin, qui avait été ravi de réaliser la commande du jeune homme.

Enfilant finalement une longue cape sombre dont il ne rabattit pas la capuche, le jeune homme quitta sa cabine et entreprit de monter sur le pont.

Il aperçut ser Jorah à l'arrière du navire mais le chevalier exilé ne semblait pas très enclin à avoir de la compagnie. Lorsque leurs regards se croisèrent, le jeune homme lui adressa un hochement de tête avant de poursuivre sa route vers l'avant du navire.

Le prince ne tarda pas à repérer les silhouettes de Daenerys et de sa garde du corps, Illyria. De la même façon que la veille, le chevalier prit soin de marcher à une allure suffisamment lente pour que l'assassin ne réagisse pas violemment à sa venue. Arrivant à leur niveau, Durran leur adressa à chacune un hochement de tête en guise de salutations.


- Bonjour, Illyria, Ella. J'espère que je n'interromps pas votre conversation.

Le jeune homme avait délibérément utilisé le pseudonyme qu'ils avaient choisi pour la princesse, afin de ne pas prendre de risque. Son regard noisette se porta sur l'étendue bleutée du Détroit, conscient que son aspect infini n'était qu'une illusion. En réalité, ils arriveraient relativement vite à Lancehélion, et c'était d'ailleurs la raison pour laquelle il était venu les trouver.

- Nous arriverons à Lancehélion d'ici demain, ou après-demain au plus tard si les vents nous sont défavorables. Bien que les Martell devraient être sensibles à la cause d'Ella, vous ne devez pas oublier que Varys et Littlefinger ont des espions partout. En aucun cas vous ne devrez retirer votre capuchon en public, Ella, ni évoquer votre nom, votre famille ou tout autre fait qui puisse attirer l'attention. Normalement, nous devrions assez rapidement prendre contact avec le représentant du Prince mais nous devons nous préparer à l'éventualité d'attendre plusieurs jours sur place.

La cape du jeune homme virevoltait au gré du vent marin, son capuchon lui fouettant par moments le visage. A partir du moment où ils poseraient le pied sur Westeros, ils ne seraient plus en sécurité. Même si le prince Doran venait à leur accorder sa protection, il n'était pas certain qu'il puisse les cacher longtemps aux espions de Varys.

- Je sais que les circonstances sont loin d'être idéales mais je reste persuadé que retarder notre départ aurait rendu les conditions de votre escapade considérablement plus difficiles, Ella. Si toutefois les choses devaient mal tourner, j'en assumerai l'entière responsabilité.




Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Daenerys Targaryen
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 18.08.13 21:37

[HJ : si mon saut dans le temps ne va pas, dites le moi je supprimerai ]


Fuite pour Westeros


▽ Event
La réponse de la tueuse fit réfléchir la princesse. Illyria avait appris à tuer, elle avait été formée à bien tuer. Daenerys se demandait si quelqu’un allait lui apprendre à être une princesse, une bonne princesse et peut-être une future Reine. Pourrait-elle éviter de devenir comme son père ? Il était vrai que la jeune fille ne présentait aucune tare de folie du à la consanguinité de sa famille. Elle avait souvent rêvé de ce qu’elle serait devenue si son frère n’était pas mort au trident. Que serait-elle devenue ? Surement une vraie princesse digne des Targaryen. Elle reporta son regard sur la mer miroitante au soleil.
« J’espère pouvoir devenir une bonne Reine… »

Elle l’espérait sincèrement.
Une voix qu’elle avait appris à connaître la fit légèrement sursauter. Elle se retourna pour voir Durran qui s’approchait. Elle dissimula un sourire de joie de le voir. Elle mourrait d’envie d’aller se loger dans ses bras, mais elle se contrôla. Elle ne voulait pas laisser son amour éclater au grand jour, c’était trop tôt. Elle venait juste de quitter Khal Drogo qu’elle était déjà dans les bras d’un autre. Elle le salua donc avec un léger signe de la tête avec un petit sourire timide dont elle avait le secret depuis tant d’année.

Il les informa que le navire devrait atteindre Lancehélion rapidement. Elle espérait que tout irait bien là-bas. Il leur rappela également des dangers. Les espions qui servaient deux hommes de l’Usurpateur. Le fait que le chevalier l’appelle par le pseudonyme qu’il avait choisis pour elle au moment d’embarquer la surprise. Elle l’avait complètement oublié. Cela lui faisait une bonne piqure de rappel. Elle hocha la tête, légèrement anxieuse de savoir ce qu’il pourrait arriver si Robert apprenait qu’elle était à Westeros.
« Je serais prudente avec mon identité. »

Elle essaya de donner à sa voix une affirmation sure et dénué de peur, mais ses yeux trahissait le contraire. Elle avait déjà réfléchis à quelle attitude à adopter. Ses prunelles améthystes étaient trop caractéristiques des Targaryen, donc elle laisserait ses yeux rivés sur le sol, elle ne regarderait personne en face. Cela n’était certes pas très poli mais si elle voulait essayer de gagner du temps par rapport à l’Usurpateur, c’était nécessaire. Il restait le problème de ses cheveux. Le vent pouvait aisément défaire des mèches de sa tresse et elles pouvaient passer hors du capuchon. La teinte de ses cheveux serait peut-être nécessaire.

Durran affirma que si cela tournait mal, il en assumait les responsabilités. Sur ses mots Daenerys s’avança vers le chevalier.
« Non je ne suis pas d’accord. Si les choses tournent mal j’aurai aussi ma part de responsabilité. »

Elle se tourna vers Illyria et Jorah.
« J’ai accepté de ce voyage, j’ai fui ce que j’aurai dû être pour affronter un chemin plus dangereux encore. C’est moi qui vous ai entraîné dans cette fuite, dans ce jeu. Je l’ai choisi, j’ai choisis de nous mettre potentiellement en danger. Si l’Usurpateur arrive à nous mettre la main dessus, fuyez. Moi je veux regarder dans les yeux l’assassin de mon frère si je dois mourir. »

Elle finit par se tourner vers l’homme qu’elle aimait.
« Je ne peux pas vous ordonnez à fuir, même si je le faisais vous n’en ferez rien. Mais ne portez pas ce poids seul. Je vous l’interdit Durran. »

Les yeux améthyses de la Targaryen fixait ceux du Baratheon. Elle l’avait écouté, elle avait laissé l’enfant, la jeune fille derrière elle pour laisser place à la femme, à la princesse Targaryen qu’elle devait être. Le dragon était éveillé désormais.

********************************************

Effectivement deux jours plus tard, le capitaine fit accoster son navire dans le port de la capitale de Dorne. La princesse se fit une natte bien serré et ajusta sa cape et son capuchon sur sa tête. Elle vérifia que ses cheveux ne dépassait pas, elle se regarda dans le miroir qui était dans la cabine. Aucun cheveux blond argenté de dépassait, elle espérait que le vent ne soit pas trop fort pour que ses mèches ne s'échappe pas de ça mèche. Elle attrapa son baluchon qui contenait ses précieux œufs de dragon fossilisé et sortit de la cabine accompagné d'Illyria.

Elle rejoignit sur le pont Jorah et Durran. Elle prit une grande inspiration pour se donner du courage, le moment de vérité était arrivée...
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Jorah Mormont
« Invité »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS 18.08.13 23:15

L'heure de la nuit était déjà bien avancé. Jorah était resté là, accoudé à l'arrière du bateau, trop longtemps et son corps réclamait repos. Son esprit même ne semblait plus tourner. Quelques âmes traversaient le navire de long en large, le personnel naviguant. Pour le reste, tous étaient endormis dans leur cabine, la Khaleesi sous bonne garde. La vitesse de croisière leur permettrait sans doute d'arriver au matin, lançant alors une course effrénée contre la montre pour rester dans l'anonymat et pour avancer le plus vite possible vers l'objectif. Et plus les secondes passèrent sur le bâtiment, plus Ser Jorah se demandait si le choix était bon. Inlassablement, l'exilé se posait la même interrogation, au sujet de cette décision invraisemblable de fuir Drogo, de fuir ce mariage stratégique qui lui assurerait à terme, un retour au trône plus confortable.
Les heures prochaines allaient être décisives concernant la réflexion du chevalier de l'île aux Ours.

Dans l'immédiat, il était plus sage d'aller se reposer afin d'être le plus alerte possible demain. Il comptait aussi rencontrer le jeune Durran, aux origines toujours inconnues, afin d'établir un plan tactique à leur arrivée. Chassant les dernières pensées fatigantes, Jorah entrait dans son étroite cabine au confort précaire. Des années déjà qu'il n'avait plus connu le luxe d'un matelas drapée fraichement. Ce n'était pas pour maintenant et finalement peut-être jamais.
Les limbes l'entraînaient vers un sommeil plutôt profond, les récentes cavales aidant. Se demandant une dernière fois quelle folie - à part celle qu'on appelle l'amour - l'amenait à suivre ce chemin et cet individu sortant de nulle part. Jorah avait sûrement raté un épisode.
Il finissait par s'abandonner à l'engourdissement.

A son réveil, la troupe était levée et en préparation. La douce voix de Daenerys l'avait extirpé du lit. Après une rapide toilette, il se vêtit de son armure classique et de ses armes, fraichement nettoyée et aiguisée. A sa sortie sur le pont, les discussions étaient déjà avancées. A peine réveillé, la jeune blonde s'adressait à eux trois et là encore il semblait être laché. Fuir si jamais ils étaient pris? Mourir pour une cause quasi perdue à cause du chemin pris, la question était pertinente alors. Jorah avait juré protection de sa Dame, au prix même de sa vie s'il le fallait. Mais il avait prononcé son serment quand elle s'était mariée avec Drogo. Alors, les conditions du contrat étaient différentes. Laissant les deux femmes se préparer en prenant soin de s'éloigner assez pour qu'on ne les entende pas, l'exilé se dirigeait vers Durran et après un bref coup de tête en guise de bonjour :

- Je ne sais quel plan vous donne des ailes pour avoir gâché une chance inouïe d'avoir une armée pour conquérir le Trône. Je crois même que vous nous conduisez droit dans le mur. Seule ma confiance en Daenerys et ma loyauté envers sa fragile personne me font rester à vos côtés.


Le regard grave, Jorah était droit et sans émotion face au jeune homme. Il avait parlé sans animosité mais avec justesse et tranquillité. Il fallait que tout soit exécuté avec précision et pour le moment, rien ne semblait être coordonné. Jorah enchaînait alors :

- Ne pas savoir d'où vous venez, ni quelles sont vos origines, ne me permettent pas de vous faire confiance. Maintenant, il nous faudra travailler ensemble à la protection de notre voyage. A notre arrivée, je resterais en retrait afin d'observer et de glaner quelques informations. Inutile de vous dire qu'il est dans notre intérêt que je sache ce que vous savez et quels seront vos actes.


Jorah savait que le jeune Durran comprendrait sa prudence vis à vis de lui. Il espérait avoir été assez clair dans ses propos. Le chevalier exilé avait l'expérience de ce genre de chose. Mais il savait aussi que l'ex-Khaleesi n'aurait pas accordait sa confiance à cet homme sans raison, pourtant son âge ne lui accordait que peu de crédit dans ses choix, aussi importants soit-ils.
Dans toute sa modestie habituelle, ils étaient voués à l'échec sans son aide. Jorah était préparé à des jours difficiles.
Mais devoir surveiller les actes extérieurs et intérieurs, c'était une tâche bien difficile pour un seul homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: 298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

298 - Lune 10 - Semaine 4 - Jour 6 - PENTOS

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Le site officiel de Pokémon Soleil & Lune mis à jour !
» Haiti en Marche opine sur la derniere semaine...
» HOROSCOPES DU JOUR
» 298 - Lune 11 - Semaine 4 - Jour 3 - PORTES DE LA LUNE
» 298 - Lune 13 - Semaine 3 - Jour 1 - LYS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Sothoryos :: Ruines de Zamettar :: Intrigues Terminées-