AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

299 - lune 8 - semaine 1 - jour 6 - PORT REAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Hear me Roar »

Copyright : tearsflight
Corbeaux : 62
à Westeros depuis : 09/12/2015
MessageSujet: 299 - lune 8 - semaine 1 - jour 6 - PORT REAL 16.12.15 0:25

299 - lune 8 - semaine 1 - jour 6

L'invitation avait été faite. Entourée de garde de confiance choisi avec soin et l'aide Durran, la reine attendait patiemment l'arrivée de La Vipère.
Jamais il n'avait pensé qu'elle survivrait au duel. Pensant une partie de sa vengeance accomplie, il n'avait pas daigné se déplacer à la lice. La Reine aurait combattu, cela en aurait été autrement. Il avait loupé là un bien étrange spectacle, il en était conscient. Une ultime fanfaronnade qui s'était finie en affront au Roi. Même si l'annonce du héraut le fit sourire, ce ne fut qu'en façade.
Il était allé trop loin cette fois-ci et à partir de maintenant, il allait devoir la jouer finaude pour retrouver un semblant de confiance aux yeux de la Couronne. Mais par les Sept, que la Reine le convie à un entretien privé, voilà qui était insolite. Simplement vêtu d'une grande tenue couleur tournesol et son épée au côté, il se dirigeait vers un cabinet privé où Cerseï l'avait convié. Beaucoup de questions tournaient dans sa tête lorsqu'il se fit annoncer
D'un geste de la main, la Reine l'invitait à s'asseoir face à lui. À bonne distance. Du vin leur fut servi, un vin que Cersei faisait à présent goûter, plus prudente qu'elle ne l'avait jamais été. Elle en but une gorgée, esquissant un sourire en posant ses yeux sur le prince.

« Je suis curieuse... Que pensera votre frère de ce... » Elle marqua une pause « fiasco ? »

Évitant de repartir dans ses dernières errances envers l'étiquette, il s'inclina très légèrement avant de prendre place. Il ressenti cela presque comme un honneur que la Reine goutta son vin en sa présence. Elle n'était pas seule et avait décidé de s'entourer d'hommes armés qu'il pensait financièrement enclin à fermer les yeux si jamais malheur devait arriver au Prince de Dorne. Tout en lui rendant son sourire :

« On peut là se demander quel fiasco vous évoquez ? Si vous parlez de la mort de Ser Humphrey, je pense qu'il enverra un touchant témoignage de sympathie à la famille Hightower. Par contre si vous parlez de votre survie comme d'un échec… Qui suis-je donc pour aller à l'encontre des Sept? »
« Je parle de l'annulation des fiançailles entre Arianne Martell et mon fils, le prince Durran Baratheon. »

Préférant y aller sans détour, elle fixa la vipère pour juger sa réaction. Il gardait un œil circonspect sur les gardes assemblés tout en amenant une coupe à ses lèvres. Les dernières paroles de la Reine arrêtèrent net son geste. Serrant les mâchoires, il prit une gorgée pour se donner le temps de ne pas réagir à chaud. D'un mouvement trop brusque, il reposa son gobelet avant de fixer la lionne droit dans les yeux. Il prit le temps d'inspirer avant d'afficher un faux sourire comme s'il avait goûté à une plaisanterie.

« Voyons votre Majesté, comment voulez-vous que ces fiançailles soient rompues ? Je conviens que vous ayez des griefs envers ma personne, mais cela ne doit pas entacher la raison d'état. »
« Comment ? » Elle esquissa un sourire, les gardes présents avaient probablement l'impression de se retrouver face à une partie de jeu de Cyvosse tant la tension était palpable. « Parce que vous allez les annuler... »

Soit Cerseï avait perdu la tête (Métaphoriquement parlant… Dommage), soit elle possédait un moyen de pression prêt à le faire ployer. Il fit le tour de ceux-ci, du moins ceux qu'ils connaissaient. Ne voulant laisser transparaitre aucun indice, il décida de jouer au benêt et fit transparaitre sa mine la plus déconfite.

« L'ivresse de vous savoir en vie vous est surement montée à la tête. Je comprends votre euphorie, cette sensation de vous sentir vraiment vivante, mais si un vétéran peut vous donner un conseil, ce serait celui-ci "Ne prenez pas de décisions hâtives dans l'exaltation de la victoire." »

Elle but une gorgée de vin, non sans cesser de sourire

« Personne s'attendait à ce que je survive à ce duel... Le Roi, Eddard Stark, mes suivantes, vous... Même mon fils. Il est facile d'avouer certain... Secret lorsqu'on pense que la personne qui vous écoute ne sera plus là pour les répéter. »
« J'ai grand-peine à imaginer un quidam venir se confesser par devers vous pour soulager sa conscience. Le pauvre hère devait être bien mal dans sa peau pour ne trouver que vous à qui se confier. »
« Ce que je sais, c'est que vous avez obtenu ces fiançailles en ne laissant guère le choix à mon fils. Tout le monde ignorait son existence, le faire disparaitre aurait été facile. Tout comme il me sera facile de faire répéter ces aveux devant son père... Et tout comme il vous sera facile d'imaginer les conséquences pour vous et surtout, pour Dorne. »

Voilà donc de quoi il en retournait ! Il fut en parti soulagé que d'autres cadavres ne remontèrent pas du fond. La Lionne sortait ses griffes et voulait séparer ces deux tourtereaux.

« Vous n'êtes pas sans avoir remarqué la dévotion de Robert pour son fils retrouvé... Certain qu'il est le seul à être de son sang, le seul à être la chair de sa chair... »
« Quels hommes serions-nous si nous laissions les puissants se marier à leurs convenances ? Le Roi, plus que tout autre, a appris d'une amère façon que la raison d'état prévaut sur le cœur. Il est rare qu'un mariage princier se passe autrement. Et pourtant, en voyant la prétendante que nous lui offrions, le Prince semblait satisfait et la trouvait tout à son goût. Et quoiqu'en ai dit votre fils, pensez-vous réellement que nous aurions pu lui faire du mal ? Voyons ! Sa présence chez nous était connue d'autres personnes. Toutes familles qui l'auraient accueilli se devaient de le fiancer à une de ses filles. »
« Gardez vos justifications pour le Roi si vous l'entendez ainsi... Je ne souhaite pas connaître la vérité et vous le savez très bien... Ce que je veux, c'est nettoyez Port Réal de la présence de nuisible. Préserver la paix si fragile entre vous et la Couronne... Mon silence a un prix, la question n'est pas de savoir si vous avez oui ou non menacer la vie de mon fils pour obtenir ce mariage, la question est de savoir ce que vous êtes prêt à faire pour sauver les efforts de votre frère et l'honneur de votre nom... »
« Si vous en venez à parler d'honneur, me voilà bien en mal à vouloir faire confiance à un relaps. Honnêtement, qui s'en remettra à la parole d'un Prince qui n'hésite pas à aller pleurer dans les jupes de sa mère pour se sortir d'une situation qu'il n'a pas osé refuser seul ? Ce n'est pas un service que vous lui rendez en agissant ainsi. Et dites-vous bien une chose » son ton se fit plus dur « les Martell sont faits pour être aux côtés de la Couronne, que cela vous plaise ou non. »
« Le roi... Le roi s'en remettra à sa parole... Les Tyrell sauteront sur cette occasion, nulle doute que le Val aussi. Vous tenez réellement à savoir qui a le plus à perdre dans cette histoire ? » Elle esquissa un sourire « Étaient fait... Cela fait seize ans que votre place n'y est plus. Et vu que vous semblez tant décider à m'irriter... J'augmente le prix. La moitié de votre flotte, pour vous excuser de rompre les fiançailles. »

Le Prince de Dorne se cala dans son fauteuil, ne quittant pas la Reine du regard. Il fixa longuement celle-ci, les yeux dans les yeux, essayant de sonder l'esprit de la lionne… Il n'était plus temps de jouer. Dans un long silence, la vipère pesa chacun des mots qui furent échangés. Oberyn était partagé entre deux états d'âme, celui de ne pas devoir se plier complétement devant elle et celui de respecter la volonté de son frère. Venait se mettre par-dessus un fierté de Dornien et on pouvait voir le bras de fer mué continuer.

« La moitié de notre flotte et les fiançailles princières en moins ? Qu'attendez-vous pour me gifler devant tout le monde pour ajouter à l'insulte ? Vous pensez bien qu'un tel arrangement ne passera pas inaperçu ? Notre famille, dut-elle se montrer bon envers la Couronne, ne ferait pas cela par pur altruisme. Cela paraîtrait trop gros. J'entends vos arguments et les comprends, par contre je ne peux pas abandonner la partie sans compensations. »
« Je suis certaine qu'après vos fanfaronnades de ces derniers jours le fait que vous brisez des fiançailles ne passera pas inaperçu, d'où la compensation auprès de la Couronne avec la moitié de votre flotte... Cela couvrira très bien votre attitude au procès, votre absence au Duel et l'annulation du mariage. » Elle inclina légèrement la tête sur le côté, l'invitant d'un geste de la main à parler. « Mais je sais me montrer raisonnable parfois... À quoi pensez-vous ? »
« Votre victoire devant les Sept légitimise à nouveau votre puîné. Si je devais céder à votre pression, mon frère ne verrait pas d'un mauvais œil que sa fille chérie trouve en Joffrey un parti intéressant. Vous souhaitez que je cède en deux points, je réclamerais donc autant de contrepartie. Pour la suite du menu, la maison Martell réitère ses velléités à entrer dans le Conseil Restreint. »

Elle se pinça la lèvre en écoutant le Martell. Joffrey... Elle fit bonne figure en buvant les gorgées restant de sa coupe, pesant à son tour la demande de la vipère.

« Je n'ai aucun pouvoir sur le conseil restreint, du moins... Pas tant que mon époux le présidera » Évitant soigneusement le sujet de son second fils pour le moment. « Peut-être qu'avec le temps, je serai assez vieille et idiote pour conseiller à mon fils de faire entrer dans son conseil des personnes qui ont fourni tant d'effort pour me voir morte »

Laissant clairement sous-entendre que tant que le roi serait en vie, elle n'aurait pas ce pouvoir, mais même lorsque Durran accéderait au trône, elle n'était pas franchement encline à laisser des Serpents rejoindre les approcher de trop près... Elle laissa sa phrase en suspens, observant le fond de sa coupe vide

« Pour ce qui est de Joffrey...A qui comptez-vous le marier ? »

Oberyn se pencha en avant, posant un coude sur la table qui les séparait et continua sur le ton de la simple discussion.

« Un fiancé tente de faire défaut à une de nos filles. Un pur bijou dornien à la peau gorgée de soleil et au cœur resplendissant. Si jamais les engagements avec Arianne devaient effectivement être rompus, je me vois mal lui annoncer qu'elle se retrouve sans époux. La pauvre ne s'en remettrait pas. » Il reprit nonchalamment sa coupe d'une main. « Voyons si vous deviez nettoyer le Conseil de toutes personnes qui souhaitaient votre mort, le Roi n'aurait quasiment plus personne pour le conseiller. »
« Si ça ne tenait qu'à moi, le conseil serait effectivement vide... À défaut, si je peux éviter d'y faire entrer un autre de mes ennemis et pour l'heure comme je le disais, cela n'est pas de mon ressort, mais pour Joffrey... Je pense ne pas me tromper en disant que même si les Sept m'ont déclaré innocente, mon époux de roi ne se soucie plus de l'avenir de ses autres enfants, contrairement à moi. »

Le Prince se retint de laisser transparaitre son irritation.

« Même si je peux voir votre point de vue au sujet du Conseil, pour le mariage, il en est tout autre. Regardez, je suis arrivé dans cette pièce pensant avoir une nièce future Reine et me voilà à offrir Dorne à votre enfant. C'est une belle contrepartie pour lui qui vient de voir le Trône lui passer sous le nez. »

Il marquait un point, mais elle resta de marbre, un signe de la main amena la suivante à remplir à nouveau leur coupe, elle n'en bu cependant pas une gorgée, observant un instant le liquide alors qu'elle réfléchissait

« Au fond, nous sommes donc capables de parler le même langage vous et moi... Moi qui en doutais » elle resta cependant bien trop vague et sérieuse pour laisser sous-entendre qu'elle acceptait cette contrepartie. « Je ne souhaite pas voir mon fils grandir sur vos terres ni avoir votre nièce sur ma route, n'y voyez rien de personnelle... » Elle esquissa un sourire. « Il leur faudrait un terrain neutre, comme... Accalmie. À mi-chemin entre vos terres et la couronne. Réfléchissez-y, je suis sûr que les rumeurs sur les penchants du seigneur d'Accalmie vous est parvenu. Sans héritier, à qui reviendrait Accalmie ? »

La vipère esquissa un léger sourire. Allaient-ils malgré tout parvenir à une entente ?

« Nous comprenons que nous ne voulons pas voir les nôtres s'aimer dans un endroit aussi néfaste à leur santé que Port-Réal. C'est dommage pourtant l'air de Dorne aurait fait le plus grand bien à votre fils. S'ils devaient tous les deux s'épanouir ailleurs, j'aimerais que ma nièce ne soit, en aucun cas, considérée comme une pupille si elle doit être en terre étrangère. Et sait-on jamais, si cela se trouve le Seigneur d'Accalmie ne trouvera personne qui lui siérait assez pour goûter à certains fruits. En tout cas, loin de moi l'idée de lui souhaiter ceci. Mais sait-on jamais avec ces hommes… Si Arianne se déplace à Accalmie, ce n'est pas sans sa garde et sa suite. Histoire qu'elle ne soit pas trop dépaysée. »

Un sourire se dessina sur le visage de la Reine tendant sa coupe vers Oberyn. Le prince Dornien pesa bien ses gestes et leurs poids avant de faire la moindre ébauche de mouvements. La devise familiale venait de se faire écorner et son sang d'homme du Sud avant du mal à lui faire entendre raison. Quelques secondes passèrent avant qu'il ne suive et tendît sa coupe.

« Qu'il en soit ainsi. Par contre, nous savons très bien tout deux ce qui se passerait si jamais ce marché venait à être brisé. Et là, les Dieux n'auront aucun droit de cité. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

299 - lune 8 - semaine 1 - jour 6 - PORT REAL

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 298 - Lune 13 - Semaine 2 - Jour 7 - PORT REAL
» 298 - Lune 12 - Semaine 3 - Jour 3 - PORT REAL
» 299 - Lune 7 - Semaine 4 - Jour 5 - PORT REAL
» Péril à Port Réal - Aide memoire
» Event 1, sujet 2: Le siège de Port-Réal (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Sothoryos :: Ruines de Zamettar :: Intrigues Terminées :: Archives RP Flashs-