AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

Chasser l'ennui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Fille du brouillard »

Copyright : Avatar by me
Citation : Il y a pire que la mort, il y a la perte de l’espoir.
Corbeaux : 1259
à Westeros depuis : 07/08/2013
MessageSujet: Chasser l'ennui 08.05.16 23:57



Chasser l'ennuiAn 299 - Lune 9 - Semaine 1 - Jour 1 ft Durran Baratheon
Depuis le début de sa grossesse, Aiyana avait le sommeil particulièrement léger, elle qui avait la capacité de dormir autant que cela lui était possible et d’être particulièrement difficile à réveiller se retrouvait aujourd’hui à ouvrir les yeux avant Raymar lui-même. Elle l’observa plusieurs minutes dormir avant de sentir une étrange sensation au creux de son ventre. Elle esquissa un sourire, c’était similaire au papillonnement de l’estomac bien que l’endroit était différent. La vie en elle s’agitait aussi de bon matin. La main posé sur son ventre arrondie, elle senti une vague de bien être l’envahir avant de sentir une tout autre sensation plus bas. Etre enceinte avait de bon moment comme celui-ci et des beaucoup moins agréable comme les envies pressantes et répétés. Elle quitta le lit, habitué au mouvement de sa femme, Raymar ne sembla pas s’en inquiéter alors qu’elle se dirigeait vers les latrines. Elle revint dans la chambre, quelques minutes plus tard. Elle pouvait sentir sur sa peau nue l’air frais l’éveiller un peu plus. Cela ne servait à rien pour elle de retourner sous les draps, elle n’y retrouverait plus le sommeil.

Cherchant d’un œil sa toilette, elle ne pouvait s’empêcher de regretter ses tuniques de sauvages, elle aurait tout donner pour pouvoir enfiler ses braies à nouveau mais avec ses nouvelles c’était compliqué et elle avait tant souhaiter cacher cette grosses à Raymar qu’elle n’en avait pas vraiment apporté et puis surtout…Il lui en voudrait probablement si elle se mettait à porter ce type d’habits alors qu’elle se trouvait au donjon rouge.
Elle regarda Raymar endormi avec la soudaine envie de lui jeter une robe à la figure juste parce que là, elle lui en voulait de l’avoir engrosser. Enfiler une robe lui semblait plus compliqué que de bander un arc et d’atteindre une cible mouvante, mais c’était chose faite. Elle était maintenant assez présentable pour sortir de la chambre et se promener. Pourtant, elle fut souleva le bas de ses vêtement, coinçant à l’extérieur de sa cuisse une dague à l’aide d’un ceinturon de cuir. Sortir non armé, c’était du domaine de l’impossible pour elle, même si Raymar aurait préféré qu’elle ne sorte simplement pas seule mais ça aussi…C’était du domaine de l’impossible. Elle savait se défendre et même enceinte elle pouvait mettre à terre un homme.

Elle quitta la chambre, pieds nus cependant. Si elle pouvait faire l’effort de dissimuler une arme sous sa robe, en faire pour pouvoir se chausser alors qu’un ventre rond vous obstruait la vue et diminuait votre souplesse, c’était une autre histoire.
Mais les pierres fraiches sous ses pieds n’avaient rien de désagréable, au contraire. Alors qu’elle se promenait, elle observait, ces servants et servantes qui fourmillaient dans les couloirs à une heure aussi matinale. Elle toucha alors du bout des doigts le quotidien d’une lady et…Cela ne lui plaisait guère. Elle croisait tellement de personne et si on s’arrêtait brièvement pour la saluer poliment, personne ne discutait avec elle et rapidement…L’ennuie s’insinua.

Elle craignait ce quotidien, elle craignait l’ennui plus que la mort.

Réclamer l’intention d’une personne n’était pas non plus son genre, généralement, lorsqu’elle s’ennuyait, elle finissait toujours par trouver une occupation. Boire, provoquer, se battre, s’entrainer, chevaucher, mais c’était autant d’activité qui lui était à présent plus ou moins interdite. Elle ignorait comment elle pourrait s’entrainer, même à l’arc, ici-même. Picoler et se battre étaient bien trop risquer pour l’enfant qui grandissait en elle et le cheval…Elle n’était pas certaine qu’on lui en laisse monter un et elle détestait chevaucher en amazone.
Se promenant au gré de son humeur dans les couloirs du donjon rouge, elle s’arrêta devant les alcôves qui lui permettait de voir le lever du soleil et d’entendre la vie à l’extérieur. Elle s’accouda au rebord, se perdant alors dans cette contemplation en essayant de faire taire ses craintes.


© 2981 12289 0



       
       
       
     


TdO #3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 441
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: Chasser l'ennui 15.10.16 23:21

Durran n’arrivait pas à dormir. Depuis l’arrivée de Raymar et de son épouse à Port-Réal, le prince n’avait pu s’empêcher de ressentir des sentiments ambivalents : d’un côté, il était ravi de retrouver son mentor, celui qui avait été comme un père pour lui pendant les longues années, mais d’un autre côté, le prince était conscient que les relations entre Raymar et son père n’étaient pas au beau fixe depuis le dîner. Quelque chose semblait s’être brisé entre les deux hommes mais il n’avait pas pu savoir ce dont il s’agissait exactement.

Comme souvent quand il avait besoin de réfléchir, le jeune Baratheon avait quitté ses appartements pour marcher. Il était tout de noir vêtu tandis qu’il cheminait dans les couloirs du Donjon Rouge.

Ses déambulations le menèrent jusqu’aux alcôves, où il aperçut une silhouette observant l’horizon. Reconnaissant le visage de Lady Aiyana Templeton grâce aux rayons lunaires, Durran prit le soin de rendre ses pas plus audibles pour ne pas la surprendre – même s’il supposait qu’elle l’avait de toutes façons entendu, à en juger par son appartenance aux clans des montagnes – avant de s’adresser à elle directement.


- Bonsoir Lady Aiyana, vous n’arrivez pas à dormir non plus ? Demanda-t-il poliment.

S’il était tout à fait honnête avec lui-même, le jeune homme était curieux d’apprendre à connaître la femme qui avait réussi à capturer le cœur de Ser Raymar Templeton, l’homme qui faisait passer sa mission et son honneur avant tout. Oh c’était peut-être un jugement un peu dur concernant un homme à qui il devait tant. La curiosité était cependant présente et il avait là l’occasion d’en savoir davantage sur une facette du chevalier qu’il n’avait pas connu avant : un homme capable d’aimer, et visiblement d’aimer davantage que sa réputation ou que les règles tacites de la noblesse.





Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Fille du brouillard »

Copyright : Avatar by me
Citation : Il y a pire que la mort, il y a la perte de l’espoir.
Corbeaux : 1259
à Westeros depuis : 07/08/2013
MessageSujet: Re: Chasser l'ennui 12.01.17 8:45



Chasser l'ennuiAn 299 - Lune 9 - Semaine 1 - Jour 1 ft Durran Baratheon
Elle perçu les bruits de pas et un regard en coin lui fit comprendre qu’il s’agissait du prince. Ne se retournant pas spécialement pour le saluer, elle resta plutôt à observer le lever du soleil. La salutation polie lui fit grincé des dents et elle ne put s’empêcher de le faire savoir directement.

« Aiyana »

Insista-t-elle, ne supportant que très difficilement ce nouveau titre de Lady. Elle était mariée certes mais à ses yeux cela ne constituait en rien une bonne raison de l’appeler Lady. Elle n’avait jamais eu de respect et de considération pour ces choses, ces mots bien trop abstraient pour elle. Les titres, là où elle venait, se gagnait à la sueur du front et à la pointe d’une épée émoussé. Rien n’était offert par le simple fait que vous soyez né et encore moins parce que vous vous étiez marié. Elle posa son regard sur le prince malgré tout.

« Disons plutôt que ce quelqu’un m’a réveiller »

Passant ses mains sur son ventre arrondi, son regard s’y attarda quelques secondes. Un petit sourire heureux se glissant sur ses lèvres sans même qu’elle ne s’en rende compte. Il y avait bon nombre d’inconvénient à cet état et il lui arrivait très régulièrement de pester contre mais il y avait aussi ce genre d’instant où, pour une raison qu’elle ne pourrait décrire, elle se sentait juste particulièrement bien et heureuse.

Reposant ses yeux sur le prince, elle humecta ses lèvres dans une expression d’intense réflexion alors qu’elle hésitait…

« Comment dois-je vous appelez exactement ? »

© 2981 12289 0



       
       
       
     


TdO #3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 441
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: Chasser l'ennui 16.01.17 19:25

A la réponse que lui fit Aiyana en indiquant son prénom sans son titre, Durran comprit que l’épouse de Raymar n’appréciait pas le titre qui était désormais rien, ne serait-ce que par courtoisie. S’il n’en montra rien, il s’amusa à imaginer l’expression que feraient les seigneurs désapprobateurs à l’égard de cette union s’ils venaient à savoir que cette jeune femme ne se sentait pas honorée de rejoindre la noblesse, bien au contraire.

- Aiyana, si vous préférez. Attendez-vous cependant à ce que tout le monde vous appelle ainsi, désormais. La noblesse est très attachée à ces titres, car elle donne l’illusion aux nobles qu’ils sont différents du peuple qu’ils gouvernent.

Il s’agissait d’une illusion bien fragile aux yeux de Durran. Lorsqu’un homme était mort, son cadavre pourrissait de la même façon, qu’il soit roturier ou noble. Hommes et femmes saignaient, souffraient et mouraient de façon égale… même si les manières en étaient souvent différentes selon les castes sociales.

Durran ne s’était pas formalisé de la voir garder son regard sur l’horizon pendant qu’il se rapprochait, étant au contraire plutôt ravi de ne pas être le centre de l’attention. Passer de simple chevalier à prince aux yeux des gens avait quelque chose d’oppressant, même en ayant été élevé en sachant ce qu’il attendait. Lorsque leurs regards se croisèrent, le jeune Baratheon ne put s’empêcher de sourire en l’écoutant parler indirectement de l’enfant qu’elle attendait.

Le prince connaissait bien le drame qu’avait vécu son protecteur, même s’il n’en parlait jamais. L’un des frères Tyrell lui avait raconté que le chevalier du Val avait perdu sa première épouse et leur enfant, en couches. Durran s’était demandé s’il se remarierait un jour mais aucune des nobles du Bief n’avait su retenir son attention, et ce n’était pas faute pour certaines d’entre elles d’avoir essayé.

Le jeune Baratheon était heureux pour son mentor et ami, bien qu’il n’ait jamais envisagé un seul instant que celui-ci trouverait son bonheur auprès d’une femme des Clans des Montagnes. Ces clans et les nobles du Val se faisaient la guerre depuis des siècles après tout… mais peut-être était-ce justement cette différence radicale entre leurs deux mondes qui avait créé cette alchimie qu’il avait ressentie en les voyant ?

Durran la voyait bien hésiter à prendre la parole et il sourit avec compréhension quand elle lui demanda comment elle devait l’appeler.


- En privé, appelez-moi simplement Durran. En public, vous pouvez m’appeler Prince Durran ou Ser Durran selon votre préférence. Je tiens mon titre de prince de mon père mais je suis devenu chevalier par mon propre mérite… et j’y suis davantage habitué. C’est Raymar qui m’a adoubé.

Il ne savait pas pourquoi il avait rajouté ce détail. Peut-être parce que c’était un lien entre son mentor et lui ? Cela lui semblait toujours tellement surréaliste de le savoir dans le même château après tout ce qu’il avait vécu : Essos, la captivité étrange auprès des Martell, la campagne pour gagner l’Ouest puis finalement la capitale… Durran avait l’impression qu’une éternité s’était écoulée depuis son départ du Bief.

Il s’accouda au rebord pour regarder le soleil levant qui peignait le ciel alentours dans des teintes rougeoyantes.


- Est-ce que vous me raconteriez votre première rencontre avec lui, Aiyana ? J’ai cru comprendre que c’était les armes à la main mais je n’en connais pas le détail.





Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Fille du brouillard »

Copyright : Avatar by me
Citation : Il y a pire que la mort, il y a la perte de l’espoir.
Corbeaux : 1259
à Westeros depuis : 07/08/2013
MessageSujet: Re: Chasser l'ennui 16.01.17 21:44



Chasser l'ennuiAn 299 - Lune 9 - Semaine 1 - Jour 1 ft Durran Baratheon
« Je prendrai un malin plaisir à réclamer que l’on me nomme par mon prénom uniquement et à voir le visage choquer de ces imbéciles trop coincés… »

Répondit-elle non sans un brin de malice dans sa voix. C’était un passe-temps particulièrement agréable et elle devait bien admettre que maintenant, avec sa grossesse visible, les hommes hésitaient avant de lever la main sur elle ce qui était, quelque part, d’autant plus amusant.

« Comme ça, ils auront encore plus l’illusion d’être supérieur, ils devraient presque me remercier »

Elle jeta un petit coup d’œil en coin à Durran, essayant de voir la réaction de celui-ci sur le sujet. Elle connaissait très bien la relation que son époux et lui avait eu, se souvenant parfaitement des soirées où Raymar lui parlait de son prodige. Ce garçon, qui avait été un fils pour lui, et aujourd’hui elle avait l’occasion de juger celui-ci, de voir et de déceler ce qui avait tant plus chez lui.
Il répondit à sa question, acceptant qu’en privée elle ne fasse pas d’effort à l’appeler par un titre et en dehors, elle avait le choix. Entre Ser et Prince, bien que Raymar lui avait tant de fois enseigner les titres, elle les oubliait, ce n’était pas noter sur le front des gens s’ils avaient été adouber ou non. Elle esquissa un sourire à la petite histoire de celui-ci.

« Ser… »

C’était là-dessus qu’elle s’arrêterait, cela se rapprochait beaucoup plus de ce qu’elle connaissait en termes de mœurs même s’il y avait fort à parier qu’elle finirait tôt ou tard par oublier ce titre. Laissant le prince s’accouder à côté d’elle, elle observa le spectacle qui se jouait paisiblement devant eux alors qu’on pouvait déjà entendre le tumulte de la ville leur parvenir.

« Vous voulez que vous raconte comment j’ai botté le cul de Raymar ? »

Dit-elle avec malice.

« Une énième attaque…Je me souviens encore avoir eu l’espoir un peu fou qu’on gagnerait, et si nous perdions, je périrais sur le champs de bataille » Expliqua-t-elle doucement, d’une voix gorgée de nostalgie comme si tout ceci était un heureux souvenir « l’odeur du sang, de la mort, de la boue…Pour être parfaitement honnête, je ne sais pas si c’est contre lui que je me suis battue, avec l’excitation du combat, les blessures, la fatigue, ce que je sais…C’est que c’est lui qui a décidé de m’épargner »

On pouvait percevoir qu’il y avait encore une pointe d’amertume dans sa voix lorsqu’elle évoquait la pitié de Raymar à son égard ce jour-là.

« Je me suis réveillée en cage, sur un chariot…Il était là, sur son cheval, à ma hauteur et il m’a balancé que j’étais en sécurité » Un petit rire traversa ses lèvres « si vous saviez comment j’ai eu envie de lui faire ravaler ses paroles…Il me couvrait de honte et osait me dire que j’étais en sécurité…La nuit tombée il est venu entrée dans ma prison de voyage, au cours de la bataille certain de mes doigts avaient été déplacé…Il m’a soigné »

Se rappeler cette histoire faisait un étrange mélange en elle, l’amertume et la sensation d’avoir été tant humilié.

« Plus tard j’ai fait la connaissance de Lady Ashara…Elle ne m’a pas fait exécuté et je soupçonne toujours Raymar d’avoir un lien avec cette décision. C’est lui qui est venu me chercher, m’a ramené…Il m’a laissé un semblant de liberté, et un jour m’a emmené sur le territoire de mon clan, je crois qu’il savait parfaitement ce qu’il faisait et moi…J’ai sauté sur l’occasion mais les retrouvailles avec les miens ne se sont pas passé comme prévu. »

Elle marqua une pause à cette partie du récit, prenant le temps d’observer le paysage devant elle. Les souvenirs lui revenant en mémoire de manière limpide.

« Raymar est arrivé…On les a combattu ensemble… »

Un sourire se dessina sur ses lèvres en se revoyant danser à ses côtés même s’il s’agissait de son propre clan, ensemble ils avaient été magistral.

« Je l’ai supplié de m’abattre ensuite… »

© 2981 12289 0



       
       
       
     


TdO #3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 441
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: Chasser l'ennui 09.03.17 19:27

Durran ne put s’empêcher de rire lorsque Dame Aiyana évoqua le plaisir qu’elle aurait à réclamer qu’on l’appelle par son prénom seulement et à choquer les nobles – qu’elle avait peut-être raison de qualifier d’imbéciles en cette instance – et il répondit d’un ton quelque peu amusé également.

- Vous les surprendrez de deux façons possibles : en ne vous revendiquant d’aucun titre et de votre prénom seul, vous pouvez prétendre soit à être traitée comme une roturière… soit comme une reine ! En effet, les rois et les reines sont souvent appelés par leurs seuls prénoms, Aerys pour l’ancien roi fol, Robert pour mon père, Cersei pour ma mère… parce qu’ils se considèrent comme uniques.

En cela, effectivement, soit ils auraient l’illusion de se croire supérieurs, soit au contraire ils s’en trouveraient suprêmement inférieurs… dans aucun des deux cas, ils ne la remercieraient. En effet, les nobles ne remerciaient que bien rarement, généralement parce qu’ils considéraient qu’ils ne devaient rien aux roturiers. Quant à ceux faits à leurs pairs… ils étaient rarement sincères.

Le caractère de la jeune femme était intéressant et plus complexe qu’elle ne le laissait paraître dans sa manière d’être. Il ne put s’empêcher de sourire à nouveau lorsqu’elle lui demanda s’il voulait qu’elle lui raconte comment elle avait « botté le cul de Raymar ».


- Et comment ! Il se garderait bien de me compter les détails, comme je le connais…

Pendu à ses lèvres, le prince écouta attentivement le récit d’Aiyana, ignorant les bruits de Port-Réal. Il parvenait presque à imaginer son mentor, au milieu de ce champ de bataille, la pointe de son épée tournée vers la guerrière des Montagnes.

Raymar n’était pourtant pas cruel. Le chevalier n’avait pas dû voir les choses ainsi lorsqu’il avait épargné la jeune femme. Tel un animal blessé, Templeton avait donc soigné la combattante et une fois rétablie, il l’avait rendue aux siens, à la nature. Et comme certaines créatures sauvages, Aiyana avait été rejetée par son clan parce qu’elle portait l’odeur des hommes, ici celle des seigneurs du Val d’Arryn.

Sa voix se fit songeuse quand il prit la parole après elle.


- Evidemment, il ne l’a pas fait. Ser Raymar est un chevalier et vous étiez devenue un compagnon d’armes. A ma connaissance, il n’a jamais abandonné les siens et… bon gré, mal gré, vous étiez déjà des siens, à cet instant-là.

Le prince héritier des Sept Couronnes ne se sentait pas prince en cet instant, il se sentait comme un homme ordinaire, un simple chevalier qui découvrait un autre pan de la personnalité et de l’histoire d’un homme dont il croyait jusque-là tout savoir. Durran tourna la tête vers elle et la regarda dans les yeux avant de poursuivre.

- Le temps a passé. Regrettez-vous désormais, d’avoir choisi de vivre, et de vivre avec lui, en dépit de toutes les contraintes que la noblesse et nos coutumes vous apportent ?





Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Fille du brouillard »

Copyright : Avatar by me
Citation : Il y a pire que la mort, il y a la perte de l’espoir.
Corbeaux : 1259
à Westeros depuis : 07/08/2013
MessageSujet: Re: Chasser l'ennui 13.03.17 12:08



Chasser l'ennuiAn 299 - Lune 9 - Semaine 1 - Jour 1 ft Durran Baratheon
Elle esquissa un sourire aux paroles de Durran, non, il ne l’avait pas fait. Au lieu de ça il avait réussi à la convaincre que son existence ne s’arrêtait pas forcément là et à lui laisser une petite chance de le lui prouver…Qu’il la tuerait de ses mains s’il échouait. Passant une main sur son ventre, elle ne put s’empêcher de penser qu’en effet, il avait réussi. Pourtant les choses n’était pas si facile au début. Les souvenirs lui revenant en mémoire si clairement qu’elle n’avait pas l’impression qu’autant de temps s’était passé depuis. Observant Durran dans les yeux lorsqu’il se retourna vers elle, regrettait-elle ?

« Parfois »

Répondit-elle honnêtement sachant qu’elle le surprendrait très certainement.

« Ou plutôt…Je regrette ma vie d’avant »

Précisa-t-elle simplement.

« Celle où je n’avais de compte à rendre à personne. »


Elle devait bien l’admettre, l’époque où elle vivait chaque jour comme elle l’entendait en ne pensant uniquement qu’à elle lui manquait. La chasse lui manquait, et ces dernières lunes avaient été tellement loin de ce qu’elle faisait habituellement. Les intrigues politique n’était pas son genre et pourtant elle s’y était retrouvé malgré elle. N’avait-elle pas trompé et tuer un homme pour le Val ? Pour prouver sa valeur ? Se souvenant de ces instants grisants dans ce bateau, l’adrénaline, le combat, et l’odeur de la mort…Et puis il y avait eu ce nain, il lui plaisait bien mais elle tant touché son égo de mâle inversement proportionnel à sa taille qu’il se refusait catégoriquement de se montrer sympathique après s’être rendu compte qu’elle l’avait manipulé.

Cela n’avait rien de personnel, on lui avait demandé de s’en charger et elle l’avait fait. Elle se demandait ce qu’il devenait aujourd’hui, elle avait entendu parler d’un mariage…Ne pouvant s’empêcher de rire intérieurement de celle qu’il devait avoir pour épouse.

« La première fois que j’ai essayé de faire comprendre à Raymar que… »
Elle chercha un mot dans sa tête sans vraiment pouvoir le trouver mais elle savait que Durran comprendrait de quoi elle parlait.

« Il m’a rejeté »


Ce souvint-elle. Lui racontant cette histoire en ayant deviné que ce dernier était friand d’en connaître un peu plus sur l’homme qu’il semblait avoir considérer comme un père. Elle pouvait encore se souvenir de ce moment où elle s’était glisser dans son lit, s’étant enivré pour s’armer d’un courage qu’elle n’avait pas face à ses sentiments contradictoires à son égard. Et il l’avait rejeté…Cela l’avait tant blessé qu’elle avait cherché à le blesser de toute les manières possibles, espérant que le défiler d’hommes entre ses cuisses finiraient par éveiller sa jalousie et qu’il viendrait la réclamer mais rien de toute ça ne s’était passé.

« C’est lui la jouvencelle et moi qui ait dut lui faire la cour »


Lui raconta-t-elle avec un peu de malice dans la voix en sachant qu’elle castrait volontairement l’homme qu’il considérait. Celui-ci ne tarderait d’ailleurs pas à se lever et à chercher après elle en voyant le vide laisser à côté d’elle, craignant probablement qu’elle ne fasse une bêtise quelconques qui pourrait lui couter cher.

© 2981 12289 0



       
       
       
     


TdO #3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 441
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: Chasser l'ennui 19.03.17 10:48

Durran fut quelque peu surpris par la réponse d’Aiyana. Beaucoup de gens de la noblesse voire aussi des roturiers n’auraient pas compris qu’une « sauvageonne » aurait pu avoir à redire sur les privilèges, les honneurs, la richesse et le confort dont elle jouissait désormais, comme dame de la noblesse et invitée du Roi au Donjon Rouge. Il y a quelques années, le prince lui-même n’aurait sans doute pas compris non plus. Cependant, pour avoir passé un an sur Essos et plusieurs mois à Dorne sous la fausse identité d’un chevalier bâtard à qui les seigneurs – en dehors des Martell qui connaissaient son véritable nom – ne s’intéressaient guère.

Il y avait une forme puissante de liberté dans cette indépendance de la noblesse : pouvoir aller où on voulait avec qui on voulait, se livrer à quelque activité désirée sans avoir à rendre de compte, depuis le combat dans un duel jusqu’à l’exploration de contrées lointaines. Même à Dorne, où il était l’invité quelque peu prisonnier des Martell, il avait pu disposer de ses journées à Lancehélion et aux Jardins Aquatiques comme bon lui semblait, ce pourquoi il avait mis ce temps à profit pour s’entraîner et pour s’instruire par la lecture.


- Je comprends, sans doute plus que vous ne le pensez. Vous menez une vie contraignante car vous appartenez à une noblesse de moyen rang par Raymar et vous avez donc une responsabilité, à ses côtés, envers les autres seigneurs du Val et votre suzeraine, Lady Arryn. En ce qui me concerne, comme héritier du roi, j’ai une responsabilité envers tous les suzerains et tous les seigneurs.

Durran fit une courte pause, cherchant à illustrer ce qu’il voulait dire avec des images facilement compréhensibles pour quelqu’un qui n’avait pas ressenti, de façon implicite en grandissant, le poids que pesait la noblesse sur la vie d’une personne.

- Depuis que je suis arrivé à Port-Réal, chacune de mes actions est scrutée, par les autres nobles comme par les serviteurs, qui souvent les rapportent à leur maître : à quelles activités je me livre, quels gens je rencontre tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de mes appartements, quelles sont mes opinions politiques… Bref, croyez bien que je n’avais pas une telle absence de vie privée quand j’étais considéré comme un chevalier bâtard à Hautjardin puis à Dorne. Il y avait quelque chose de plaisant à pouvoir côtoyer ce monde sans vraiment y appartenir… un peu à l’égard de votre relation avec Raymar avant votre mariage, j’imagine ?

Le jeune Baratheon se montra attentif quand elle lui raconta que la première fois qu’elle avait tenté d’approcher Templeton de façon, disons romantique faute d’un terme plus approprié, celui-ci l’avait rejetée. Là encore, il n’était guère surpris. Connaissant bien la façon de raisonner de son mentor, telle qu’il l’avait vu l’en instruire à Hautjardin et vivre lui-même selon ses principes, Durran supposait qu’il avait vu Aiyana comme étant son obligée dans les premiers temps et qu’il devait sans doute craindre qu’elle ne vienne vers lui que pour repayer une dette. Or, le Chevalier de Fort-Etoile considérait que la liberté et la vie étaient un droit de chaque homme et chaque femme de Westeros, dans les limites de leur état, ce pourquoi il devait considérer que la femme des montagnes ne lui devait rien, ou en tout cas rien qui ne nécessitât ce genre de paiement.

Le prince héritier fut tellement surpris par l’image d’un Raymar en pucelle courtisé par une Aiyana entreprenante qu’il en éclata d’un rire franc, que les amis du roi auraient volontiers reconnu comme semblable à celui de Robert. Oh par les Sept, il rit bien fort pendant quelques instants avant de réussir à enfin s’arrêter, un sourire flottant toujours sur ses lèvres.


- Mes excuses, l’image était trop… vivace dans mon esprit pour que je me retienne. C’était quelque chose que je n’avais jamais imaginé avant, et que je ne suis pas sûr de vouloir imaginer à l’avenir en sa présence, si je veux éviter une réaction similaire. Lui confia-t-il avec un sourire amusé.

Les premières lueurs de l’aube rougeoyante précédaient le lever du soleil à l’horizon. Ce serait bientôt l’heure pour eux de se quitter, lui pour se préparer pour la journée à venir et elle pour se rendre auprès de son époux certainement.

- C’est là une belle preuve d’amour, en vérité. En vous rejetant, il a témoigné du fait qu’il ne vous avait pas sauvée pour vous faire sienne, quels qu’aient été les sentiments et l’attirance qu’il ait déjà pu éprouver pour vous à l’époque. Le fait que vous soyez ensemble après de telles épreuves est signe à mes yeux d’un amour fort, puisqu’il a surmonté les obstacles que vous vous étiez mutuellement mis sur la route. C’est chose que la plupart des invités de ce château, voire d’une grande partie de la noblesse, ne connaîtra jamais.

C’était le genre de passion qu’il avait jadis connue dans les bras d’une jeune femme aux cheveux blonds qui viraient presque à l’argenté sous les reflets de la lune, et dont les yeux améthyste avaient posés sur lui un regard empli d’affection alors qu’elle aurait eu tous les droits de le haïr. C’était le type de relation qu’il souhaitait construire avec Margaery, sur les bases de l’affection, du respect et de sentiments naissants qu’il ressentait pour elle et qu’il espérait réciproques.

- Vous avez eu raison de persévérer, Aiyana. Les choses qui comptent, celles pour lesquelles on est prêt à tout sacrifier, ce sont généralement celles qui nous coûtent le plus à obtenir… c’est en tout cas ce que m’a appris Raymar quand j’apprenais tout juste à tenir une épée. J’envie un peu votre enfant, qui aura de la chance de naître auprès de parents qui s’aiment et qui l’aimeront sans doute si fort qu’ils seront prêts à tout pour lui.





Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Fille du brouillard »

Copyright : Avatar by me
Citation : Il y a pire que la mort, il y a la perte de l’espoir.
Corbeaux : 1259
à Westeros depuis : 07/08/2013
MessageSujet: Re: Chasser l'ennui 11.04.17 17:30



Chasser l'ennuiAn 299 - Lune 9 - Semaine 1 - Jour 1 ft Durran Baratheon
« Je ne suis pas certaine que vous puissiez vraiment me comprendre…Moi, je ne vous comprends pas…Pourquoi être revenu ? De ce que je sais, vous étiez loin et surtout…Vous étiez libre ? En revenant ici, c’est comme si vous vous mettiez vous-même en cage »

Commentait-elle en l’écoutant loin de comprendre comme on pouvait vouloir cela. Bien sûr, dans les clans, il y avait aussi des leadeurs mais cela se faisait plus naturellement, ce n’était pas une question de naissance mais plutôt une question de charisme, de forces, et c’était généralement quelque chose qui se mettait naturellement en place en accord avec tout le monde. L’un d’entre eux s’avérait être le plus dominant des autres, avait acquis la confiance des autres pour les guider. Voilà comment cela fonctionnait chez elle mais ici, il suffisait de voir Robert pour comprendre que le pouvoir était un serpent qui vous mordait et vous empoisonnait une peu plus chaque jour.

« Non, je ne vous comprends pas et ne vous comprendrai jamais »

Admit-elle sans véritable gêne même après ses explications, esquissant un sourire alors qu’elle sentait autour d’elle l’agitait du matin. Il avait l’air de tellement aimer sa liberté d’avant.

« Si cela vous manque trop, faites-le nous savoir, je suis certaine de pouvoir convaincre Raymar de vous sortir d’ici »

Proposa-t-elle à moitié en plaisantant, bel et bien capable de chercher à convaincre Raymar de sortir Durran de cette cage qu’était la vie d’un futur souverain et d’un souverain ensuite. Partageant avec lui des histoires sur son époux, elle ne put s’empêcher de rire avec ce dernier, loin de s’en offusquer, l’image était là pour ça…

« Je serai vous le rappelez dans les moments les plus propices » promit-elle lorsqu’il lui avoua ne pas vouloir se l’imaginer devant Raymar alors qu’elle, au contraire, s’amusait déjà de voir son mari la gronder d’un éventuel regard devant la potentiel petite humiliation qu’elle lui faisait subir.

Elle eut presque l’impression qu’il prenait un peu la défense de ce dernier en venant lui expliquer qu’il n’avait fait que lui prouver son amour en se refusant à lui. A l’époque, elle ne l’avait pas vu ainsi et encore. Elle posa une main sur son ventre arrondit en écoutant les dernières paroles de Durran, elle eut un peu l’impression de percevoir une certaine comparaison avec sa propre situation.

« Je devrais probablement retourner rejoindre Raymar avant qu’il ne s’inquiète que je ne mette quelqu’un en colère » Dit-elle en souriant « vous me raccompagnez ? »

© 2981 12289 0



       
       
       
     


TdO #3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: Chasser l'ennui

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Chasser l'ennui

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Insomnie et ennui ... [Priv. Seamus] [TERMINE]
» 05. Ennui inlassable et Cosmique Attitude. {Klaus}
» [Parc] Tuer l'ennui [PV: Keito Masahide & Eliza Trips]
» Ennui sur le bateau...
» Ennui mortel - TERMINÉ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Westeros :: Les Terres de la Couronne :: Port-Réal-