AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Le Boiteux
Métier/Titre(s): Héritier Overton

« Esprit aiguisé »

Copyright : Luna
Citation : A player disguised as a pawn
Pseudo : Boiteux
Corbeaux : 1530
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 21.05.16 14:47

299 - Lune 8 - Semaine 3 - Jour 2
Septuaire Royal - Donjon Rouge

Ades Overton n’avait aucun amour pour les septuaires. Il lui avait toujours été difficile de comprendre la nécessité de bâtir de tels bâtiment simplement pour accueillir la Foi. Lui-même n’avait besoin que d’un arbre, si possible un barral mais il pourrait s’accommoder de n’importe quoi, les dieux étaient sans doute capable d’écoute quoiqu’il en soit. Cela ressemblait en fait à un immense gâchis d’argent, ironique considérant que ce qui l’amenait le plus souvent dans ces lieux était justement les négociations au sujet d’une certaine dette. Cependant, le Septuaire Royal avait cela d’agréable qu’il était plutôt simple. En tout cas, en comparaison du Septuaire de Baelor qui dominait la cité et que le jeune homme avait eu l’occasion d’observer en détail le jour de son mariage. Celui-là avait l’humilité que l’on prêtait plus facilement à la Foi, même si c’était sans doute parce que, installé au cœur du Donjon Rouge, il ne pouvait que faire pâle figure en comparaison du reste de la citadelle.

Vasgard n’appréciait pas plus l’endroit et il avait choisi de rester au dehors, ce qu’Ades ne pouvait pas vraiment lui reprocher. Ce n’est pas comme s’il aurait besoin de protection au cœur du Donjon Rouge, dans un lieu sacré et pendant une conversation avec une Sainteté. Il avait déjà eu l’occasion de converser avec Melicent, même si Lord Stark était aussi présent lors de cet échange. Cela n’avait rien d’agréable, mais ça ne relevait pas non plus de la dangerosité. À vrai dire, le Grand Argentier commençait doucement à fatiguer de cette dette, il maudissait Littlefinger chaque jour que les dieux faisaient. Ades commençait même à se demander s’il ne devrait pas le maudire aussi devant ces dieux-là, histoire de s’assurer un résultat. Baelish avait laissé Sa Majesté dépenser sans compter et creuser un trou dans les finances du Royaume, d’une taille trop importante pour espérer être réparé par un seul successeur, même après ce qui était arrivé aux Lannister. Entre la Foi qui semblait décidé à obtenir des armes, pour quelque raison que ce soit, et la Banque de Fer qu’Ades se refusait à insulter, il passait son temps à envoyer des lettres polies pour arranger les transferts de fonds.

Rien de tout cela n’était la faute de Sa Sainteté, cependant, pas entièrement en tout cas. Melicent faisait partie de la faction la plus insistante auprès de la Couronne, mais elle n’était pas responsable de la situation de cette dernière. Ades ne venait donc ce jour-là que pour mettre encore une fois la situation au clair, éventuellement trouver une solution mais il n’y croyait guère. Avec la situation du Royaume, il était simplement impossible de trouver une solution satisfaisante pour les finances. Il ramait contre le cours du fleuve, seul, et les rapides se rapprochaient de plus en plus.

Assis sur un des nombreux bancs du septuaire, le jeune homme s’appuyait sur sa canne en contemplant les représentations des Sept au-dessus de lui. Il n’avait jamais demandé conseil aux dieux, même les siens, au sujet des finances. Peut-être devrait-il demander à la Sainteté ce qu’elle pensait de cette idée. Cela le faisait sourire et c’est à ce moment qu’il entendit la porte du temple s’ouvrir de nouveau. À l’heure qu’on lui avait annoncé ce matin, cela ne pouvait pas être quelqu’un d’autre. Grognant sur sa canne, le jeune homme se releva et contourna son siège pour faire face à son interlocutrice.


- Votre Sainteté.

Il avait incliné la tête, bien qu’elle l’avait déjà averti que le geste était inutile en petit comité. Un petit excès de politesse ne pouvait pas faire de mal, surtout avec la conversation qu’ils s’apprêtaient à avoir.

- J’ai cru comprendre que la Foi s’inquiétait des finances du Royaume. Je comprends que la dette vous préoccupe, mais Sa Majesté espérait que la situation du Royaume soit suffisamment claire pour que la nécessité de cet effort soit évidente.

Il avait préféré attaquer directement sur le sujet, quitte à simplement rappeler ce qu’il avait déjà explicité dans sa lettre. Bien sûr, la discussion irait bien plus loin que cela, mais il ne perdait rien à remettre une couche sur le contexte difficile dans lequel ils devaient tous évoluer à présent.



"De Glace et d'Acier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 33 ans
Surnom: /
Métier/Titre(s): Première Sainteté

« Première Sainteté »

Copyright : Echos des plaines
Citation : Seigneurs, Nobles, Lords, ne négligez pas la Foi sans la quelle vos campagnes se soulèveraient.
Corbeaux : 232
à Westeros depuis : 26/03/2015
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 30.05.16 23:51

HRP:
 

Voila déjà quelques temps que Melicent faisait le trajet une fois par semaine en direction du Septuaire Royale pour y expédier les affaires courantes au nom du Grand Septon.
Toujours accompagnée d'une Sainteté ce fit au tour de Septa Unella ce semaine, une femme avec qui la première Sainteté entretenait de bon rapport et qui se révèle par ailleurs l'un de ses principaux soutient.

A l'approche du Septuaire elle échangèrent quelques mots :


Penses-tu réellement arriver a obtenir quelque chose de ce Nordien
dit elle en riant.

Il vaut toujours mieux que Eddard Stark croit moi, et je doute que nous en ayons le choix malheureusement.

Voila ton interlocuteur qui arrive je crois bien
lui répondit elle, pointant son doigt en direction du Septuaire.

Les 2 consœurs entrèrent ensemble dans le bâtiment et tandis que Melicent s'approchait de Lord Overton Unella s'éclipsa.

Tandis qu'elle s’apprêtait a prendre la parole la Sainteté vit le Grand Argentier qui, après s'être incliné, aborda sans détour la raison de cette entrevue, une entrée en la matière des plus directe.

Elle lui sourit et lui désigna le banc afin qu'il puisse se rasseoir.

Puis-je vous proposer quelques raisins ou cerises ?
lui répondit elle avec bienveillance en lui présentant une petit panier en osier. Je n'ai pas encore u l’occasion de petit déjeuner.

Elle rentra ensuite dans le vif du sujet, comme le souhaitait son interlocuteur.

Croyez bien que la bonne santé des finances royales est un sujet de préoccupation majeur du Grand Septon car c'est souvent le petit peuple qui souffre des hausses d’impôts.

Vous devez cependant comprendre notre position, procéder a la suspensions des remboursement sans procéder a une renégociation des conditions de remboursement ne nous semble pas la manière la plus adéquate de procéder.

La Foi a pris acte du refus de sa dernière proposition a la Couronne, mais je crois en l’existence d'un accords qui siérait aux deux partis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Le Boiteux
Métier/Titre(s): Héritier Overton

« Esprit aiguisé »

Copyright : Luna
Citation : A player disguised as a pawn
Pseudo : Boiteux
Corbeaux : 1530
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 18.06.16 14:01

La Sainteté n’était pas venue seule mais son accompagnatrice, qu’Ades supposa être une Septa, ne tarda pas à s’éloigner. Sans doute avait-elle d’autres occupations, puisque Melicent avait mentionné que sa visite au Septuaire n’avait rien à voir avec les finances du Royaume. Il s’agissait simplement d’une occasion de discuter d’un sujet plus qu’épineux, sujet qu’Ades avait jusque là fait son possible pour éviter de son mieux. Si discuter de dette n’avait rien d’agréable avant, c’était devenu tout bonnement inutile à présent que le Royaume était plongé dans une guerre. Certes, ladite guerre ne touchait que très peu les braves gens de Port-Réal, mais c’était une réalité trop brutale pour être ignoré par celui qui s’occupait du trésor royal. C’était même quelque chose qu’il allait devoir prendre en compte bien après sa fin. Une charge de plus dans un travail qui ressemblait de plus en plus à une malédiction.

Le jeune homme ne pouvait que se demander si la Sainteté ressentait la même chose que lui ; au vu du temps qu’elle passait à les interroger, Eddard Stark et lui, on lui avait assigné la tâche de s’occuper de cette dette. Peut-être avait-elle aussi bien conscience que lui de l’impossibilité d’une résolution ferme et définitive à cette histoire. En tout cas, pas tant que deux des décisionnaires ne partageraient pas sa Foi. Ades supposait aussi que d’autres, plus pieux que lui, auraient agis de la même façon. On pouvait être le plus respectueux des Dieux et s’interroger tout de même sur les conséquences d’un trop grand pouvoir confié au Septons. Si les dragons s’étaient affranchis de cette force armée à l’époque, ce n’était pas pour rien.

Au sourire de la sainte femme, Ades répondit par un autre poli. Il n’y avait là pas d’animosité : ils faisaient tous les deux leurs boulots, avec les limites et les inconvénients que cela impliquait.


- Volontiers, votre Sainteté. Je vais prendre des cerises, annonça-t-il en se rasseyant. Merci bien.

Il avait pris l’habitude d’en venir très vite au sujet, mais rien n’interdisait quelques échanges polis et un peu de nourriture. Le Grand Argentier avait bien grignoté quelques peu avant de quitter sa chambre, mais quelques fruits pourraient peut-être adoucir la négociation. Heureusement, Melicent jugea comme lui qu’il était temps de parler directement, une fois qu’ils furent assis. Le jeune homme l’écouta en silence, mais opina brièvement de la tête à presque chaque phrase.

- Je ne comprends que trop bien, votre Sainteté. Les évènements nous ont forcés à prendre des décisions en urgence et à les appliquer sans discussion. Croyez bien que cela ne serait pas arrivé en temps normal. Les circonstances ont été… troubles, ces derniers temps.

Il s’agissait là d’un euphémisme, les Sept Couronnes semblaient décidées à être secouées de toute part. Cela avait commencé bien avant la nomination d’Ades en temps que Grand Argentier mais lui-même doutait que cela change de sitôt. Le Val avait une nouvelle suzeraine, l’Ouest un nouveau suzerain, un prince héritier était réapparu et la Reine avait été confronté lors d’un procès. L’Ouest et le Conflans redoutait toujours les attaques des Fer-nés. Il était étonnant qu’on ne leur ait pas encore annoncé que la principauté s’était détachée des terres, pour rendre le tableau complet. Même au Nord, le jeune homme n’avait rien reçu qui soit particulièrement inquiétant mais il se souvenait très bien de sa dernière visite à la Garde de Nuit. Dans ses conditions, il n’était vraiment pas temps de creuser un peu plus un fossé entre la Couronne et la Foi. Lord Stark était bien d’accord sur ce point, mais ça ne rendait pas la conversation plus facile.

- Je crois moi aussi qu’il existe une solution sur laquelle nous pouvons nous accorder. Je crains cependant que mes dieux ne m’aient pas encore fait grâce de me l’inspirer. Qu’en est-il des vôtres, ont-il été plus clément ?

Ades s’efforçait de parler avec humilité, la Couronne devait toujours des milliers de dragons d’or à la Foi. Si, pour l’heure, ses heures étaient plongées dans l’étude des conséquences de cette guerre pour les finances, il n’avait pas négligé non plus de régler leurs dettes. Mais entre la Banque de Fer, les marchands de Tyrosh et la Foi, il n’était pas simple de trouver un véritable compromis. Il avait un léger sourire, pas réellement triste mais assez peu optimiste. Les livres des finances laissés par Littlefinger ne lui laissait pas trop l’occasion de rire.

- Comprenez cependant que, pour l’heure, aucune dépense important ne pourra être faite par la Couronne. On ignore encore le coût des réparations et de la guerre que les Îles de Fer ont décidés de nous mener. En dehors de ça, je suis tout ouï et je m’efforcerai de convaincre sa Majesté si nous finissons par dégager un compromis raisonnable pour nos deux partis. Qu’en dites-vous ?



"De Glace et d'Acier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 33 ans
Surnom: /
Métier/Titre(s): Première Sainteté

« Première Sainteté »

Copyright : Echos des plaines
Citation : Seigneurs, Nobles, Lords, ne négligez pas la Foi sans la quelle vos campagnes se soulèveraient.
Corbeaux : 232
à Westeros depuis : 26/03/2015
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 11.07.16 16:56

La Sainteté tendit le panier en osier avant d'écouter avec attention les paroles du Grand Argentier.

Ce dernier tenta d'expliquer l’arrêt des remboursements a la Foi en raison de l’instabilité du Royaume, une chose que Melicent comprenait parfaitement.

-La situation du Royaume est effectivement préoccupante, notamment dans l'Ouest.

Mais......car il y a toujours un mais.

-Je ne peux cependant que constater que la Foi avait pris les devants en proposant un arrangement qui nous aurait évité cette situation délicate.

La Sainteté avait espéré discuter avec la couronne de sa proposition afin de dégager un compromis a la suite de la décision du conseil, mais c'est une fin de non-recevoir qu'elle s'était vue opposer.

Malgré cela le Grand Argentier semblait ouvert à la discussion, ouverture de façade ou réelle envie de trouver un compromis, la Sainteté ne le sait mais il lui faut néanmoins tenter quelque chose.

-Ma présence ici est bien motivée par la fragilité des finances royales, et non pour lui demander d’engager des fonds supplémentaires.

Elle marqua une pause de quelques secondes, un bref moment de réflexion.

J’ai bien peur que non, les Sept ne semblent guère s’intéresser à ces questions
d’argents, et je me risquerais à dire que je les comprends.
Dit-elle en souriant.

En revanche la lecture ma offerte des pistes de réflexion intéressantes je dois dire.

Avez-vous déjà entendu parler de Septon Barth Lord Overton ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Le Boiteux
Métier/Titre(s): Héritier Overton

« Esprit aiguisé »

Copyright : Luna
Citation : A player disguised as a pawn
Pseudo : Boiteux
Corbeaux : 1530
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 12.07.16 7:58

Ades s’était attendu à ce que la Sainteté remette sur le tapis la proposition qu’elle avait faite à la Couronne il y a de cela moins d’un mois, mais il n’avait pas pensé qu’elle le ferait d’une façon aussi grossière. Le jeune homme avait même hausser un sourcil vaguement surpris au soudain rappel. C’était à se demander si elle désirait commencer cette négociation sur un mauvais pied. C’était pourtant le B.A.BA de la négociation que de ne pas ressasser les échecs du passé. Mais puisque Melicent désirait rappeler au souvenir d’Ades ses précédentes propositions, le Grand Argentier n’allait pas se faire prier pour lui rappeler pourquoi elles avaient été refusés. Après tout, il valait mieux expliciter tout de suite que ce qui avait été refusé à l’époque le serait encore une fois aujourd’hui. Cela leur ferait gagner du temps, sans aucun doute.

- Vous voulez parler de votre première proposition concernant 50% de la dette, cela aurait en effet évité cette situation. Et aurait lancé une campagne de recrutement pour l’armée de la Foi qui aurait sans aucun doute mobilisé un certain nombre d’homme aujourd’hui occupé à défendre le Conflans ou rebâtir l’Ouest. La situation aurait put en devenir encore plus délicate, votre Sainteté.

Ceci dit et assuré, le jeune homme se fendit d’un léger sourire, façon de réaffirmer à son interlocutrice qu’il n’escomptait pas se laisser marcher dessus aujourd’hui sous prétexte que la Main du Roi n’était pas là. Elle pouvait essayer de se placer en position de force en prétendant avoir offert une bonne solution qui avait été rejetée mais ils savaient tous les deux que cette proposition avait été refusé pour des raisons indépendantes de la situation militaire du Royaume.

Puisqu’elle prétendait venir préoccuper par la santé financière de la Couronne, Ades ne vit pas l’intérêt de remuer le couteau dans la plaie et se contenta donc d’écouter par la suite, attendant qu’elle lui pose directement une question pour réagir. Ce n’était pas la question qu’il attendait et de nouveau il haussa un sourcil alors que son regard vairon se tournait vers la Sainteté. Bien sûr, il connaissait Barth. Tous les nobles de Westeros connaissaient Barth ou avaient au moins entendu son nom, une Main du Roi exemplaire et un écrivain réputé, mais au style faible selon Ades. Le problème, c’est qu’il était aussi Septon. Ades Overton n’était pas né de la dernière pluie, il voyait à peu près où se dirigeait Melicent avec cette question, ou croyait savoir. Comme le Conseil Restreint avait bien changé ces derniers temps, il n’était pas absurde de réclamer à ce que la Foi ait quelque chose à y dire. Elle ne briguait sans doute pas le poste de Main, ce serait folie quand il était occupé par le meilleur ami du Roi, mais il était naturel que le Septuaire de Baelor désire avoir une voix plus claire pour s’adresser au Roi.

Pour autant, ce n’était pas quelque chose qu’Ades voyait d’un très bon oeil, mais il préféra la laisser continuer avant de répondre quoi que ce soit.


- Bien sûr, votre Sainteté. Qui n’a pas entendu parler de Barth ? Ou lu un de ses ouvrages. Une excellente Main du Roi, si l’on en croit les livres d’histoires. Et l’un des grands outils de Jahaerys pour soigner le schisme entre le Trône de Fer et la Foi. De quelle partie de sa vie voulez-vous parler ?



"De Glace et d'Acier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 33 ans
Surnom: /
Métier/Titre(s): Première Sainteté

« Première Sainteté »

Copyright : Echos des plaines
Citation : Seigneurs, Nobles, Lords, ne négligez pas la Foi sans la quelle vos campagnes se soulèveraient.
Corbeaux : 232
à Westeros depuis : 26/03/2015
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 13.07.16 20:10

La Sainteté écouta la réaction du Grand Argentier, concernant la première offre de la Foi, et quel ne fut pas sa déception face une réponse pour le moins incomplète et sur exagéré.

Je vous en prie Lord Overton ne cédez aux exagérations. Je crois me souvenir vous avoir exposé une proposition concernant le recrutement de 100 hommes afin d'assurer, a minima, la sécurité des Saintetés.

J'ose espérer que la stabilité de Westeros n'aurait pas été ébranlée par le recrutement de 100 hommes répartis sur 7 régions.


Melicent était déçue, du moins aussi déçu qu'elle pouvait l'être, de la part de Lord Overton, elle qui le pensait plus pragmatique était rendu a des approximations que certains qualifierait de populistes.

Quoi qu'il en soit la discussion devait continuer et Melicent écouta le Lord Argentier jusqu'au bout avant de prendre à nouveau la parole.

Un homme de convictions, bien qu'aujourd'hui encore il ne fasse pas entièrement l'unanimité parmi les membres de la Foi.

Cependant ce n'est pas tant la personne mais le contexte qui attira mon attention, comme vous l'avez souligné la fracture entre la Couronne et la Foi était grande et pourtant l'on a su reconnaitre l'utilité de chacune de ces 2 entités. Cette reconnaissance, symbolisé par Septon Barth, Main du Roi, nous montre que Couronne et Foi ont su travailler ensemble même dans des périodes compliqués.

Westeros est fragile géopolitiquement et financièrement a cause de la guerre, sachons faire de ces difficultés un atout en apportant le concourt de la Foi a la stabilité du royaume.


Voila qui était lancé, Melicent était lasse de devoir passer par des membres du conseil pour aborder les question de la Foi auprès de la Couronne, et notamment par des Nordien qui laissent leurs différences religieuses influencer leurs décisions politiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Le Boiteux
Métier/Titre(s): Héritier Overton

« Esprit aiguisé »

Copyright : Luna
Citation : A player disguised as a pawn
Pseudo : Boiteux
Corbeaux : 1530
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 16.07.16 19:10

Comme il se l’était imaginé, la Sainteté n’avait guère apprécié sa remarque. Il n’y avait pas besoin d’être très observateur pour percevoir dans chacun de ses mots une forme de rancune. La négociation initiale s’était très mal passé, l’obligeant à très vite se replier sur une solution de fortune dont elle reparlait justement. Comme si celle-ci aurait permis une amélioration des finances du royaume que ce soit sur le long ou le court terme. À l’époque, Ades n’avait vu ça que comme une tentative pour la Foi de sortir de la négociation sans avoir cédé absolument tout. Il n’était toujours pas sûr qu’il s’agisse d’autre chose mais le fait qu’elle remette la question sur le tapis le faisait s’interroger sur ses motivations exactes. Même la nouvelle proposition qu’il sentait venir serait avant tout symbolique, avec un Roi comme Robert Baratheon, le jeune homme doutait que l’influence de l’église se fasse réellement sentir sur le Conseil.

- J’ai bien souvenir de votre seconde proposition, votre Sainteté. Mais je peine à voir comment elle nous aurait évité cette situation : nous nous voyons aujourd’hui car la situation financière du Royaume l’empêche de payer immédiatement. Votre proposition ne mentionnait aucun report de la dette, à moins que nous ayons manqué quelque chose ?

Pour le peu qu’elle avait demandé à l’époque, il était évident que la dette en serait sortie presque intouchée. En tout cas, clairement pas assez pour faire une différence sensible dans la situation qui les préoccupait actuellement. La bête qu’était cette dette ne pourrait jamais être vaincue en un jour, même après le coup de maître sur les Lannister. Ades était bien conscient qu’à moins de rester toute sa vie à ce poste, il n’en verrait sans doute jamais la fin. Ce n’était pas quelque chose qui l’effrayait tant : le Royaume avait survécu déjà plusieurs années avec cette dette sur le dos. Il pourrait bien continuer ainsi longtemps, ce serait certes une première depuis l’ascension des Targaryen, mais des états s’en était déjà tiré depuis des situations bien plus catastrophiques. Il n’avait pas peur de laisser comme héritage une dette seulement entamée et un nouveau système de taxe. Ce n’était pas ce qu’on faisait de plus glorieux, mais c’était déjà bien suffisant.

Ce qu’il aimait moins en revanche, c’était l’idée de laisser en souvenir un membre du Septuaire de Baelor au Conseil Restreint. Si cela devait devenir une tradition, nulle doute que le Roi Robert en serait tenu responsable mais il n’était pas à l’abri que les livres d’histoires notent son nom sur le bord des pages. Ce n’était pas une perspective très réjouissante. Même si la mesure restait symbolique, cela signifiait quand même accorder encore un peu plus de crédit à la Foi, alors même que le Roi avait fait serment de la protéger depuis l’ascension de Jaehaerys au trône. Il ne devait pas paniquer tout de suite, de toute façon, il n’avait aucune influence sur les nominations au Conseil. Ce serait à Robert Baratheon de trancher et nulle doute que l’avis d’Eddard Stark pèserait lui aussi dans la balance. Ades ne prenait donc aucun risque à transmettre la proposition au Roi.

Avant toute chose cependant, il devait remettre certaines choses au clair, mais il le fit avec le sourire, prenant la chose à la plaisanterie.


- N’enterrez pas la Couronne trop vite, votre Sainteté. Seul les Fer-nés ont fait sécession. Le reste des Sept Royaumes n’est que dévoué à la Couronne, même Dorne avec qui les relations s’étaient longtemps refroidies. Nous avons de grandes choses à attendre des années à venir.

Ce n’était pas tout à fait sûr, mais en tant que représentant du Conseil, il se devait de se montrer positif. Et après tout, jusque là le règne de Robert Baratheon avait été calme, même si loin d’être parfait. Et ce n’était pas la première fois que les Fer-nés se rebellaient, chaque fois ils avaient été écrasés, la dernière fois il y a moins de dix ans. Il n’y avait vraiment pas à s’en faire.

- J’entends votre idée mais vous devez savoir que je n’aurais rien à faire dans cette décision, je ne peux que transmettre l’idée au Roi. Je suppose donc que vous désiriez me rencontrer pour me préciser quelle serait la compensation offerte par la Foi, pour aider les finances du Royaume ?



"De Glace et d'Acier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 33 ans
Surnom: /
Métier/Titre(s): Première Sainteté

« Première Sainteté »

Copyright : Echos des plaines
Citation : Seigneurs, Nobles, Lords, ne négligez pas la Foi sans la quelle vos campagnes se soulèveraient.
Corbeaux : 232
à Westeros depuis : 26/03/2015
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 09.08.16 19:07

Écoutant d'une oreille le Lord trésorier Melicent s'échappa quelques instants par l'esprit, se demandant si le Nordiens n'avait pas, par convictions personnels, envie que les négociations échouent continuellement et comment pourrait-on se sortir de cet impasse si tel était le cas.

Elle fut tirée de sa pensée lorsque Ades rebondit sur ses propos concernant la deuxième proposition que fit la Foi lors de leur dernière entrevue, il était maintenant temps de clôturer cette parenthèse.

Il n'était effectivement pas question d'un report au-delà de la suppression des premières tranches correspondant à la somme en question. Mais si tel était la volonté de la Couronne croyez bien que j'aurais reçu avec intérêt une contre-proposition suite à la réunion du Conseil
termina-elle en souriant.

*A quoi s'attendaient ils, que l'on leurs fasses une proposition sur mesure selon les besoins de la Couronne sans connaitre l'ampleur exacte de la dette ? * se disait-elle.

Quoi qu'il en soit le fait que la Couronne n'ait pas honoré les dernières échéances avait convaincu la première Sainteté de l'impact de la guerre sur les finances de la Couronne, et ce malgré l'effacement soudain de la dette des Lannister.

Les velléité expansionnistes et guerrières des Fer Nés sont effectivement un problème récurrent et croyez bien que nous aidons à bout de bras les populations touchés par leurs exactions. Je vous trouve cependant bien optimistes concernant les relations avec Dorne. Si je n'envisage pas un instant que les Dorniens se révoltes je crois savoir que la promesse concernant un mariage entre le prince Durran et la princesse Arianne n'a pas été honoré ?

Melicent avait u vent de ce conflit entre le Bief et Dorne concernant les fiançailles du prince héritier. Et à en croire le départ des Dorniens le Bief aurait u le dessus.

Elle termina par le point qui avait motivé cette entrevue, et dont elle espérait serait la dernière à ce sujet.

Il va de soi que les nominations au conseil sont de la seule compétence du Rois Lord Overton. Il m’a seulement semblé plus simple de faire appel à vous que de déranger la Main pour des questions de dettes.

La Foi est effectivement prête à accorder à la Couronne un report de la dette sous condition d'une nomination au conseil restreint. En cas de réponse favorable les prochaines échéances seront reportés à la prochaine lune par tacite reconduction temps que l'accord sera respecté par les 2 parties.

L'accord semblait équilibré pour la Sainteté, la Couronne n'était plus en défaut de payement vis-a-vis de la Foi et la Religion des Sept intégrait le conseil restreint sans perdre d'argent. Elle craignait néanmoins que Lord Stark ne plaide, dans l'intimité du Roi, contre cet accord, la Sainteté avait donc dû prendre les devants.

-Vous comprendrez cependant que la Foi ne puisse prétendre à un poste tel que maitre des chuchoteurs et il se trouve que je communique régulièrement avec Lord Renly avec qui nous sommes parvenus à une proposition commune à soumettre à sa Majesté et en voici une copie partielle.

Elle sortit une lettre soigneusement caché sous le panier en osier et lui tendit :
parchemin:
 


La Septa lui laissa le temps de lire, avant de terminer par cette phrase.

Nul doute que sa Majesté saura prêter une attention toute particulière à une demande ayant le soutient de son frère ne pensez-vous pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Le Boiteux
Métier/Titre(s): Héritier Overton

« Esprit aiguisé »

Copyright : Luna
Citation : A player disguised as a pawn
Pseudo : Boiteux
Corbeaux : 1530
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 18.08.16 15:44

- Cette « promesse » n’avait pas été véritablement obtenue dans des conditions idéales. Mais c’est bien le cas en effet.

Ades ne voyait aucun intérêt à tenter de cacher cela, c’était presque de notoriété publique. Tous les partis avaient fait de leur mieux pour que le retentissement de l’affaire soit minimale mais si la Sainteté l’évoquait elle-même, il n’y avait aucune raison de perdre du temps à essayer de le dissimuler. Qui plus est, cela n’avait pas grand rapport avec la situation présente, du moins aux yeux du jeune homme. Certes, les relations avec Dorne risquait d’être plus tendue pendant un temps, mais elles l’avaient été pendant quinze ans après la mort d’Elia Martell et aucune guerre n’avait été déclarée pendant tout ce temps. Tant qu’un homme comme Dorran Martell siégerait à Lancéhélion, Ades ne s’inquiéterait pas d’une guerre avec la principauté. Et même si le pire devait arriver, le Grand Argentier serait plus rassuré que face aux Fer-nés. Pour sûr, Dorne n’avait jamais été conquise pour très longtemps, mais elle n’avait jamais conquis quoi que ce soit non plus. Si une victoire serait impossible, une défaite le serait tout autant. Bien sûr, c’était une idée qui lui répugnait un peu, mais si les choses escaladaient jusque là, il serait de son devoir de conseiller au Roi ne n’investir que le minimum dans un conflit contre Dorne.

Tout cela, ce n’était pas du ressort de Melicent et Ades n’avait aucune raison d’en discuter maintenant. Il s’était contenté d’un bref commentaire, conscient que ce n’était de toute façon pas de ça que voulait discuter cette femme. Il avait suffit d’attendre un peu plus pour qu’elle en vienne au fait, avec la délicatesse qui la caractérisait. Le jeune homme s’empêcha de sourire, un peu surpris par la proposition directe qu’elle avait faite. Il se serait attendu à ce que sa dernière mésaventure devant la Main et lui ait découragé la Sainteté de se lancer ainsi directement dans les négociations, mais au final il en était pluôt content. Ils gagnaient du temps et il appréciait cette facette de sa personnalité. Il avait cette impression que Melicent était comme lui, pas une intriguante professionnelle. Ils pouvaient parler politique, négocier et discuter, mais ils n’étaient pas si doués que ça pour brosser les gens dans le sens du poil. Leurs armes, c’étaient les faits et la logique. Manque de chance, leurs deux logiques semblaient s’opposer pour l’instant.

L’accord ne semblait en soi pas trop malhonnête. Bien sûr, un poste au Conseil Restreint pouvait sembler un privilège énorme mais il suffirait de créer quelque chose d’adapter comme « Protecteur de al Foi » ou quelque chose du genre, qui rappellerait en même temps les titres du Roi des Sept Couronnes. En échange d’un petit effort de ce côté, ils disposeraient de plus de souplesse pour les règlements de la dette, ce que le jeune homme aurait grandement apprécié. Malheureusement, avant qu’il ne puisse exprimer son point de vue sur ce point, Melicent enchaîna sur quelque chose de beaucoup moins plaisant.

Elle parlait du poste de maître des chuchoteurs, et mentionna ensuite le nom de Renly Baratheon. Déjà à ce moment, le Grand Argentier commençait à ne pas apprécier la tournure de la conversation mais cela empira encore quand elle tendit une lettre, ou un morceau de lettre selon ses dires, qu’il lut en silence et en prenant son temps. Elle avait été recopiée, il lui était donc impossible d’être certain de qui l’avait écrit, mais il supposa que les Saintetés ne seraient pas assez folles pour tenter de lui mentir ainsi et de produire un faux document. Ce qu’elle contenait, en revanche, était assez édifiant. Renly Baratheon n’avait jamais semblé être réellement intéressée par son poste de Maître des Lois, mais il semblait étrange qu’il s’en sépare aussi facilement. Et au profit de la Foi ? En échange de quoi, une aide pour son prochain travail de maître des chuchoteurs ? Ades voyait bien l’intérêt du Septuaire de Baelor dans cette histoire, mais il avait bien du mal à comprendre où exactement Renly y trouverait son compte.

Et surtout, à entendre Melicent, il se demandait si la femme d’église avait la moindre idée de la relation entre les frères Baratheon. Bien sûr, Robert ne ferait pas la sourde oreille à une requête de son frère, mais s’il y avait une personne qu’il était sûr d’écouter au Conseil, c’était d’abord Eddard Stark. Il était curieux de savoir comment le jeune frère Baratheon allait tenter d’introduire cette idée au prochain Conseil. Mais une autre question l’assaillait : si Robert apprenait que son frère avait négocié ainsi avec la Foi sans l’en prévenir auparavant, comment réagirait-il ? Ades supposa que cela dépendrait de la façon dont on allait lui présenter la chose.

Relevant les yeux du papier qu’il avait longuement parcouru, il posa son regard vairon sur la Sainteté avant de replier lentement le papier et de lui tendre à nouveau.


- Je suppose que vous préféreriez conserver ce document ?

Tout cela laissait quand même une question qu’il pouvait poser à Melicent, et il s’empressa de la faire.


- Si j’ai bien compris, vous avez déjà le soutien de Lord Renly. Vous êtes donc venu me voir pour me soumettre les détails de cet accord avant qu’il ne soit acté, ou bien pensez-vous qu’il soit nécessaire que j’abonde dans son sens lors du Conseil ?



"De Glace et d'Acier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 33 ans
Surnom: /
Métier/Titre(s): Première Sainteté

« Première Sainteté »

Copyright : Echos des plaines
Citation : Seigneurs, Nobles, Lords, ne négligez pas la Foi sans la quelle vos campagnes se soulèveraient.
Corbeaux : 232
à Westeros depuis : 26/03/2015
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 27.08.16 22:55

Regardant le Grand Argentier dans les yeux la Sainteté s'y perdit en pensant au parcourt effectué par le Nordien.

Héritier d'une petite famille noble du Nord sorti de l'ombre à l'occasion d'un tournoi, il s'est fait plus particulièrement connaitre à l'occasion d'un banquet donné par le Roi ou il aurait sauvé la vie de la princesse Myrcella.
Heureux hasard, il fut nommé peu de temps après Grand trésorier en remplacement de Petyr Baelish.
Un Nordien de plus au conseil ce qui ne manqua pas de faire jaser se rappela Melicent.

Voilà donc ce qui amena 2 individu que rien ne prédestinait à se rencontrer à multiplier les entrevues concernant la dette de la Couronne.

A la dette, Melicent s'amusait à se dire que son interlocuteur devait en avoir assez d'aborder régulièrement ce sujet, se disant probablement que la Sainteté ne pensait qu'à cela. Si cela était vrai les raisons étaient plus d'ordre interne à la Foi qu'aux remboursement dont le retard d'une lune était une goutte d'eau dans les comptes de la Foi. En effet, bien qu'ayant assis sont autorité depuis sa nomination comme première Sainteté en obtenant une seigneurie a la Foi et en se montrant active sur de nombreux sujet, son poste n'en reste pas moins à la bonne volonté du Grand Septon et ou de Leurs Saintetés et c'est bien là que se trouve toute la complexité de la situation.

L'une de ses conditions pour rallier le Grand Septon lors de son élection était de renégocier une partie de la dette avec la Couronne et l’enlisement des négociation fait craindre à la première Sainteté que son influence grandissante ne suffise à contrer une alliance des extrêmes. Un accord de circonstance entre les partisans du Grand Septon, hostile à mettre la pression à la Couronne, et la frange extrémiste, ouvertement anti couronne mais n'ayant jamais accepté d'avoir une femme pour supérieur, serait susceptible de rassembler la majorité des voix dans une motion de censure à l'encontre de Melicent, ces pourquoi elle devait agir rapidement.

Elle sortit de sa réflexion quelques secondes avant que le Grand Argentier n’ait terminé de lire la lettre qu'elle venait de lui présenter et il prit la parole lui demandant si elle souhaitait récupérer le document.

O non dit-elle en souriant il ne s'agit là que d'une copie partielle que vous pouvez garder, l'originale se trouve au Grand Septuaire.

Puis vint une question concernant la nature de ce document.

Je ne pense pas qu'il s'agisse de soutenir ou non cette proposition, si nous nous sommes permis de contacter Lord Renly c'est dans l'unique but de formuler des propositions concrètes à sa Majesté et d'en exposer les points financiers avec vous au préalable. L'apport actif de Lord Renly a notre proposition est une bonne nouvelle qui ne fait que nous conforter dans l'idée que cette nouvelle proposition est juste et équilibrée.


Elle termina par ces mots.

J’ignore comment se déroule la nomination de membre du conseil restreint qui est de la compétence du Roi et si celle si doit se dérouler au cours d'une séance de ce dit conseil. J'espère néanmoins que quel que soit les circonstances vous trouverez vous aussi, à titre personnel au moins, les aspects bénéfiques de cet accord.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Le Boiteux
Métier/Titre(s): Héritier Overton

« Esprit aiguisé »

Copyright : Luna
Citation : A player disguised as a pawn
Pseudo : Boiteux
Corbeaux : 1530
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 16.09.16 8:07

Sitôt la réponse donnée, le jeune homme ramena le document vers lui. Il s’agissait là d’un texte important, qu’il était bien content de pouvoir conserver, il aurait besoin de l’avoir s’il voulait convaincre certaines personnes de certaines choses. Pour sûr, il aurait aimé avoir la lettre complète mais il ne fallait pas rêver. Et puis, le simple fait qu’il ne s’agisse que d’une copie partielle rendait suspicieux sur le contenu du reste de la lettre. Il ignorait ce que Lord Renly mijotait exactement ou dans quel traquenard il s’était encore fourré, mais ce n’était pas son rôle de le protéger. Si le maître des Lois était à ce point intéressé par les affaires de la Foi, grand bien lui fasse. Le jeune homme doutait cependant que cela lui apporte grand chose en réalité, et maintenant qu’il pouvait apporter la preuve au roi de ses plans, même incomplètes, il y avait sans doute plus à craindre qu’autre chose. Ades ne jeta qu’un bref coup d’oeil à la lettre une deuxième fois, avant de la rouler soigneusement, gardant le parchemin sur les genoux pendant qu’il écoutait la réponse de la Sainteté.

Comme il fallait s’y attendre, cette entrevue était là pour un avertissement plutôt qu’une demande. Ades Overton ne pouvait pas grand chose pour empêcher Lord Renly de faire cette proposition au Conseil dans les jours à venir. Melicent pourrait peut-être même considérer comme une politesse le fait de le prévenir à l’avance, pour qu’il puisse se préparer à se trouver du bon côté de la Foi, ou de la Couronne. L’idée le fit sourire très légèrement alors qu’ils repensaient aux mots de Renly Baratheon. Il considérait la Sainteté, ou qui que ce soit la personne à laquelle il avait écrite, tout à fait digne de la fonction de Maître des Lois. Ce n’était pas une idée qui allait rencontrer beaucoup de succès au Conseil Restreint. Surtout pas pour mettre le frère du Roi à la charge de maître des chuchoteurs en échange.

Quant au titre personnel, Ades ne voyait vraiment pas ce qu’il aurait à gagner à soutenir la Foi dans son entreprise. Certes, la question de la dette s’en trouverait un peu améliorée, mais ce n’était qu’une broutille en comparaison des problèmes qu’il imaginait déjà. Melicent, ou qui que ce soit d’autre, au Conseil Restreint ne ferait qu’apporter des questions supplémentaires à des réunions qui s’étiraient déjà en longueur. Il n’était pas difficile d’imaginer que la Foi n’utiliserait pas ce nouveau siège pour discuter uniquement de Loi. Pire encore, il était possible qu’ils désirent toucher à certaines lois. Ades pensait surtout à celle mentionnant la protection du trône accordé autant aux adorateurs des Sept qu’à ceux des Anciens Dieux. Melicent ne semblait pas suffisamment stupide pour tenter une chose pareille, mais comme elle se plaisait à le répéter elle-même, tout le monde n’était pas aussi modéré qu’elle au Septuaire de Baelor.


- Je vois en effet. Le Roi peut demander l’avis du Conseil, mais ultimement c’est à lui et lui seul de prendre la décision. Elle peut très bien nous être annoncé la veille de l’arrivée du nouveau membre du Conseil. Il n’y aurait là rien d’étonnant.

Le jeune homme n’allait pas promettre un soutien qu’il ne pourrait sans doute pas apporter à la Foi. Il n’allait pas mentir et cacher à Robert Baratheon la possibilité de faire un peu progresser la question de la dette par ce biais, mais le reste n’était pas vraiment de son ressort. Pourtant, il ne pouvait rester entièrement silencieux sur le sujet.

- Une question cependant. De cette partie de lettre, je conclus que vous avez envisagez le poste de Maître des Lois, mais aussi celui de Maître des Chuchoteurs. Je comprends bien pourquoi ce dernier n’a pas paru très en accord avec la Foi, mais qu’est-ce qui vous fait dire que le premier l’est plus ?

Beaucoup de lois des Sept Couronnes étaient inspirés de lois Andales, pour la plupart inspirés par la religion des Sept, mais il en existait aussi qui pré-dataient l’arrivée du peuple Andals, et d’autres encore introduites par les survivants de Valyria. Autant de raison de douter de la compétence des Septons dans leur protection.

- Le Conseil Restreint est une structure souple, qui n’a pas toujours connu de maître des Chuchoteurs. Une nouvelle fonction pourrait être ajoutée, maître de la Foi peut-être, ou quelque chose d’approchant. N’aurait-ce pas été moins complexe que de demander l’aide de Lord Renly pour libérer une place ainsi ?

Ades planta simplement son regard vairon dans les yeux de la religieuse. Il ne promettait là rien du tout, et ignorait complètement si le Roi aurait été plus réceptif à cette idée qu’à une autre, mais c’était une question digne d’être soulevée. Cette solution en lui aurait personnellement pas plu plus que l’autre, mais il était surpris qu’elle n’ait même pas été évoquée par son interlocutrice.



"De Glace et d'Acier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 33 ans
Surnom: /
Métier/Titre(s): Première Sainteté

« Première Sainteté »

Copyright : Echos des plaines
Citation : Seigneurs, Nobles, Lords, ne négligez pas la Foi sans la quelle vos campagnes se soulèveraient.
Corbeaux : 232
à Westeros depuis : 26/03/2015
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 13.10.16 1:34

Observant le Grand Argentier enrouler le parchemin qu'elle venait de lui tendre Melicent ne pu cacher sa satisfaction en repensant au message complet de Lord Renly. La facilitée avec la quelle le Lord suzerain avait joint ses efforts a celle de la Foi pour soumettre cette proposition confortait Melicent dans l'idée qu'il existait encore des nobles sensibles a la cause de la Foi, ne voyant pas en elle qu'une manière de tenir le peuple.

Les premières paroles d'Ades la firent sourire ce a quoi elle ajouta sur le ton de l'humour :

J'espère que l'idée d’accueillir un membre de la Foi ne vous tourmenterait pas durant la nuit qui précèderait ce conseil Lord Overton.

Elle écouta par la suite les interrogations du Nordien, en effet le poste de Maitre des chuchoteur avait d'emblée été écarté par la Foi, la morale et l’étique qu'imposait la Foi a ses religieux semblant en contradiction avec l'exercice de cette fonction.
Quand au poste de maitre des lois il y avait la 2 raisons principales ; la première est que la Foi aurait pu demander uniquement un siège de membre du conseil mais nul n'ignorait que l'exercice d'une charge au sein du conseil était synonyme d'une influence plus grande sur le royaume, et cela ne serait pas de trop face a 2 Nordiens. La seconde....

Et bien voyez vous il fut un temps pas si lointain, et il se peut que vous l'ayez apprit, ou la Foi était en charge d'une grande partie de la justice au sein de Westeros, et c'est d'ailleurs de cette période que se fonde en partie la justice actuelle.
Si la Foi ne dispose plus de prérogatives dans ce domaines, et cela ne vous aura pas échappé je m'en doute
dit elle en souriant, il se trouve que la rigueur et l'expérience qu'exigeait ces prérogatives ont perduré dans la formation des religieux. Il n'est d'ailleurs pas rare que les plus instruits soient en charge des bibliothèques seigneuriales, preuve de leurs compétences reconnues dans de nombreux domaines.

Si l'origine des membres du clergé est en effet très diverse une majorité des Septon officiant des les grandes cités, et plus encore des Saintetés, est composé d'anciens membres de familles nobles trop éloignés dans la lignée pour avoir des prétention sur l'héritage mais qui ont néanmoins profité d'une éducation du a leurs rang.

La dernière prise de parole de Lord Overton surprit la Sainteté par la suggestion qu'il venait de présenter, une idée a mettre sur le compte de l'origine géographique de son interlocuteur mais que Melicent compte bien enterrer aussitôt.

Croyez bien que nous avons réfléchie a toutes les possibilités et cette proposition a Lord Renly n'a été faite qu'après avoir envisagé toutes les autres éventualités a nos yeux.
Pour ce qui est de votre suggestion je crains que cela ne soit malheureusement impossible, comme vous le savez depuis la funeste période de la guerre de la Foi le Roi est, au même titre que pour l'ancienne religion, protecteur de la Foi. Tout autre titre, quel qu'il soit, reviendrait a faire concurrence a l'autorité du Grand Septon en sa qualité d'incarnation des Sept sur notre sol, j'espère que vous le comprenez.

Se saisissant du dernier raisins présent dans son panier pour le manger, elle ajouta ces quelques paroles, sur un ton a la fois résigné et réaliste.

Vous savez lord Overton, certains de mes collègues au grand Septuaire m'ont conseillé de ne pas passer par vous suite a notre première entrevue qui s'est, nous pouvons le dire, terminée sur un échec. Certains souhaitant que la demande passe directement au Roi grâce a l'appuie de Lord Renly, son frère. Vous et moi sommes de religion différente et il est plus que probable que cela entrainera a l'avenir de nombreuses divergences d'appréciations sur divers sujet, je reste néanmoins une femme attachée au dialogue et j'ai estimé que compte tenu de l'aspect financier de cet accord il était légitime que vous en soyez informés avant les autres membres du conseil.

Ne vous méprenez pas sur mes propos, je ne cherche pas la a attirer votre sympathie par pur intérêt politique mais a essayer de nous faire aller au delà de nos réticence légitimes. Quel que soit le membre de la Foi qui siégerait au conseil dans le cadre de cet accord il me semble nécessaire de différencier nos différents cercles d’intérêt. La stabilité du Royaume et aussi importante pour vous que pour nous, religion des Sept ou pas.


Terminant ces mots, elle aperçut un Septon entrer dans le septuaire a une cadence soutenue et se diriger en sa direction l'air inquiet, que voulait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Le Boiteux
Métier/Titre(s): Héritier Overton

« Esprit aiguisé »

Copyright : Luna
Citation : A player disguised as a pawn
Pseudo : Boiteux
Corbeaux : 1530
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 16.10.16 20:30

Ades n’ignorait rien de l’histoire des Sept Couronnes, y compris l’influence qu’avait eu la foi sur un certain nombre de royaume d’antan, puis sur celui fondé par Aegon le Conquérant. Melicent n’espérait sûrement pas lui apprendre grand chose, mais elle passait bien sous silence les divers conflits qui avaient eu lieu entre couronnes et foi. Notamment ceux qui avaient secoués les règnes suivant ceux d’Aegon lui-même. Des Targaryen s’étaient battus pendant des années pour que l’influence de la Foi sur la justice autant que sur le Royaume ne soit pas aussi importante qu’elle l’avait été par le passé. Certes, cela avait essentiellement eu lieu parce que lesdits Targaryen avaient envie de se marier à leurs frères et soeurs en toute tranquillité, mais le résultat restait le même. La justice et les lois n’étaient plus du ressort unique de la Foi et c’était tant mieux ainsi. Ades n’en démordrait pas devant le Roi, c’était certain.

- La justice actuelle a peut-être beaucoup conservé de la Foi, mais elle se base aussi de façon considérable sur les lois pratiqués par les Premiers Hommes sur toutes ces terres avant l’invasion des Andals. Mais aussi sur des additions proches de Valyria effectué par les descendants d’Aegon avec les années.

Et pourtant, aucun dragon ni arbre-coeur n’avait été invité à siéger au Conseil en 300 années d’existence. De même qu’aucun orphelin de Dorne n’avait demandé de place au Conseil. Les autres religions n’avaient pas la même ambition que la Foi, Ades s’en convainquait chaque jour un peu plus depuis son arrivée à Port-Réal et cela ne lui plaisait pas du tout. Le simple fait que le fameux Grand Septuaire puisse être le spectacle d’intrigues politiques parallèles à celles du Royaume, comme se plaisait à le lui rappeler la Sainteté régulièrement, était une aberration. S’il n’était pas capable de se mettre d’accord entre eux sur la méthode à appliquer pour vénérer leurs dieux, comment pouvaient-ils prétendre l’enseigner aux autres ? S’impliquer dans des affaires comme celles des Sept Couronnes paraissait encore plus absurde, d’autant qu’ils le faisaient déjà bien assez en menaçant régulièrement de faire élire une faction plus agressive. Ades était bien curieux de voir ce que cela donnerait.

Ce n’était pas une religion, c’était une banque. Le fait qu’ils aient une dette à leur éponger en était une preuve suffisante. Aucun homme du Nord n’avait de dette envers les barrals. Chaque fois qu’il avait rencontré un membre de cette église, c’était pour parler argent et maintenant politique. Le jeune homme n’avait pas besoin de preuve suffisante de leurs visées. Même l’excuse de Melicent pour ne pas prendre un autre titre lui semblait bien maigre. Si le Grand Septon avait à ce point peur d’un concurrent, il n’aurait jamais accepté qu’un accord d’une telle sorte soit fait de toute façon. Si un membre des Saintetés se retrouvait catapulté au Conseil Restreint, tout le monde saurait qu’il deviendrait le représentant de l’église auprès du Roi, c’était une évidence. Une telle configuration ferait immédiatement de lui un concurrent pour l’autorité du Septuaire.


- Bien sûr, répondit-il cependant. Je ne manquerais pas de mentionner cela à notre Roi.

Il se permit même un sourire calme, son visage imperméable aux pensées qui agitaient en même temps son esprit. Le jeune homme tentait d’imaginer la réunion du Conseil où cet accord allait être proposé. Nul doute que ce serait Renly qui le mettrait sur le tapis, il n’hésitait jamais à mettre en avant ses idées et celle-ci était plutôt importante. D’ici là, Ades aurait sûrement prévenu son suzerain et Main du Roi pour qu’ils préparent leurs arguments. Des autres membres du Conseil, il ne pouvait deviner la réaction. Stannis Baratheon pourrait s’y opposer, ne serait-ce que parce que l’idée de voir son petit frère en maître des chuchoteurs ne lui plairait pas. En soi, c’était une excellente chose que la Sainteté ait pris le temps de le prévenir avant que cette nouvelle n’arrive au Conseil.

Melicent tenta d’ailleurs d’appuyer encore un peu sur ce point, arguant que malgré leurs divergences de religion, ils devraient mettre tous deux la priorité sur l’avenir du Royaume. Ades aurait sans doute été d’accord s’il avait vu l’intérêt du Royaume dans cet accord mais pour le coup celui-là lui restait invisible. La Foi avait déjà un poids bien assez lourd à mettre sur les Sept Couronnes sans qu’on ne leur ajoute une place au Conseil. Il était hors de question de laisser faire cela sans rien dire, mais cela ne l’empêchait pas de rester courtois. Aussi prit-il soin de sourire en s’appuyant sur sa canne pour se redresser et saluer son interlocutrice alors qu’elle s’éloignait.


- Je n’ai aucun doute à ce sujet, votre Sainteté. Nous avons tous à coeur la santé du Royaume, et si un membre de l’église devait rejoindre le Conseil, j’ose espérer que lui aussi.

Du regard, il avisa un homme qui se dirigeait vers eux, sans doute pour s’adresser à Melicent.

- Sur ce, j’ai bien l’impression qu’on vient vous voir.



"De Glace et d'Acier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 33 ans
Surnom: /
Métier/Titre(s): Première Sainteté

« Première Sainteté »

Copyright : Echos des plaines
Citation : Seigneurs, Nobles, Lords, ne négligez pas la Foi sans la quelle vos campagnes se soulèveraient.
Corbeaux : 232
à Westeros depuis : 26/03/2015
MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] 18.11.16 2:30

Écoutant d'une oreille les remarques de Lord Overton, Melicent suivait du regard le Septon qui se rapprochait a grand pas d'un air inquiets.

Arrivé a son niveau, oubliant toutes les règles de bonne conduite en ne saluant pas le Grand Argentier, il s'approcha des oreilles de la sainteté qui fit mine de rebondir sur les propos de son interlocuteur afin de ne pas lui manquer de respect

A n'en pas douter

Le regard et le sourire de bonne tenu fixé sur Lord Overton, la sainteté restait impassible aux quelques quelques phrases que venait de lui adresser le Septon qui, aussi vite qu'il était rentré dans la pièce, en reparti inclinant tout jute la tête en croisant le regard du Nordien.

Impassible, figée, la première sainteté resta silencieuse pendant plusieurs secondes, l’état de santé du Grand Septon s'était fortement aggravé durant la nuit et les médecins venaient pour la première fois d'engager son pronostique vitale.
Ne pouvant rester éloignée du Grand Septuaire plus longtemps dans ces conditions la Sainteté se redressa et, tentant de masquer l'inquiétude qui la parcourait et que son visage pouvait trahir, adressa ces quelques mots a Lord Overton sur le ton de l'humour.

Je finirait presque par croire que la maison Foi ne pourrait tourner sans moi.

Saisissant son panier en osier vide et réajustant sa tenue, elle ajouta ces derniers mots

Je me vois dans l'obligation de devoir vous laisser, mais je pense que nous avons cependant fait le tour de la question. Je suis certaine que l'absence de contre proposition de la Couronne ces dernières semaines jouera en faveur de cet accords de consensus.


C'est d'un pas calme qu'elle quitta la pièce, mais c'est bien une situation critique qui l'attendait de l'autre coté de ce sanctuaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent] Aujourd'hui à 5:53

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Les deux piliers des Sept Couronnes [Melicent]

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» MÉNESTRELS DES SEPT COURONNES ▲ alors vous écoutez quoi?
» [Histoire] Les Maisons Nobles des Sept Couronnes
» La Généalogie et l'Histoire des grandes maisons des Sept Couronnes [Rôles Publics]
» [Militaire] Forces de Westeros
» d ♦ Histoire des Sept Couronnes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Westeros :: Les Terres de la Couronne :: Port-Réal-