AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

En chemin pour Vivesaigues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Dame de compagnie de Dame Ashara Arryn »

Copyright : Moi-même
Corbeaux : 28
à Westeros depuis : 10/06/2016
MessageSujet: En chemin pour Vivesaigues 21.08.16 12:48

Lune 9, semaine 4, jour 5

Ils avançaient à un train d'escargot. La longue colonne des quinze mille hommes de Lady Ashara bouchait l'horizon d'un vacarme permanent de chansons paillardes, de poussières et d'entrechoquement d'épées, toute la journée durant.
Quinze jours déjà d'un trajet épuisant par sa longueur, mais surtout par l'attente de ce qui l'attendrait au bout.

Pour les hommes, la guerre avec les Fers-Nés, qui étaient à l'origine de tant de rumeurs et d'histoires que sa septa ne lui permettait pas d'écouter ; et pour elle, le mariage. La séparation d'avec Lady Ashara, d'avec son père. Tellement de kilomètres qui la séparaient de son frère chéri - même si elle avait peut-être une solution. Evidemment, il était bien trop tôt pour y penser encore. Ils avaient encore la moitié du chemin à parcourir avant de gagner Vivesaigues, et jusque là, il faudrait qu'elle se repose, pour garder le teint frais.

Nyella avait donc soupé dans sa tente, située tout à côté de la tente de commandement qui abritait la couche de Nestor Royce. En face se situait la tente de son père et de son frère, le tout dans une disposition en triangle. Ce dernier constituait le centre du camp, dont la bordure était délimitée par d'autres tentes appartenant à d'autres nobles valois, venus apporter leurs épées à la cause de leur suzeraine.
Elle était donc parfaitement en sécurité - même si le fait d'être la seule lady de l'armée était quelque peu déroutant. Elle passait ses journées dans la carriole qui transportait ses femmes et Mestre Udo, où le vieil homme lui prodiguait des leçons, ou encore à cheval, à trotter sagement près de son père et de son frère ; mais il fallait dire que la très jeune fille commençait à s'ennuyer de ses échanges limités. Après la mise en place du camp, elle s'était donc ingénié chaque soir à faire le compte des réserves, à demander aux officiers d'envoyer quelques-uns de leurs éclaireurs en chasse pour assurer le ravitaillement. Mais rien de tout Cela non plus ne semblait très utile, et pour cause : tout le monde savait déjà quoi faire.

Ce fut ainsi que lorsque la nuit fut tombée et que ses servantes eurent basculé dans le sommeil, la noble se redressa de son propre lit de camp. Le camp tout entier était encore debout, et elle écoutait les chansons et les rires des hommes qui soupaient dehors, tout en les enviant un peu.

Mais elle n'était plus une petite fille ! Sous peu, elle serait une femme mariée, la Dame de Vivesaigues... ce qui lui donnait bien le droit de se promener sous les étoiles s'il lui en prenait l'envie. D'un geste décidée, Nyella Belmore enfila une robe de velours bleu, qu'elle pouvait lacer seule car les rubans se trouvaient sur le torse, avant d’agrafer sa jolie cape de fourrure blanche.
Heureuse de n'avoir pas réveillées ses femmes, la demoiselle sortit en silence. L'air était pur, très froid bien qu'ils venaient de quitter les montagnes. Des feux de camp rendaient le ciel plus noir encore, et finalement, après un instant de réflexion, la belle enfant décida de faire quelques pas dans les allées des tentes. Elle ne faisait rien de mal après tout !

Nyella alla d'abord visiter son cheval, lui donnant une sucrerie tout en lui caressant sa noble tête, avant de gagner un feu de camp dont les participants semblaient s'être absentés.
Qu'il était bon d'être seule, libre de réfléchir et de rêver !

D'un petit geste, elle fit signe à ce qui semblait être un écuyer de s'approcher. Ses traits ne lui semblaient pas tout à fait inconnu, mais qui pouvait dire qui était précisément qui dans cette foule d'hommes en armes !

- "Pardonnez-moi, écuyer. Pourriez-vous me trouver de quoi écrire ? Je ne vous dérangerai plus. Je vous remercie."

Son regard clair s'abima à nouveau dans les flammes, tandis que l'homme exécutait sa course, et la jeune lady n'entendit pas tout de suite arriver trois soldats, dont la démarche incertaine lui fit bientôt comprendre qu'ils étaient éméchés. Ils l'entourèrent, silhouettes immenses pour l'enfant de treize ans qui se leva aussitôt, la gorge nouée.

- "Je suis lady Nyella Belmore, fille de Lord Benedar Belmore et protégée de votre commandant, Lord Nestor Royce. Messieurs, je ne vous veux aucun mal, mais je vous prie de me laisser. Je suis certaine que l'on vous laissera reprendre une choppe de bière avant d'aller vous reposer.

Les soldats se dévisagèrent un instant tandis qu'elle leur faisais face, le cœur battant de terreur. Et quand ils tournèrent les talons, elle soupira de soulagement. Ils étaient partis... maintenant, elle comprenait bien pourquoi sa septa ne voulait pas qu'elle sorte de sa tente !
L'arrivée du chevalier - ou de l'écuyer, comme elle le supposait - finit lui rendre son souffle. Elle se sentait mieux en sa présence, car elle le supposait respectueux : lui au moins, il aurait certainement conscience de son rang.

- "Ah, vous revoilà ! Avez-vous ce que je vous ai demandé ? Je... je suis contente de vous voir. Trois hommes ont tenté de m'importuner..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 20 Ans
Surnom: Le Soleil Noir
Métier/Titre(s): Lord de Oavry

« Le Soleil Noir »

Copyright : @Google
Corbeaux : 49
à Westeros depuis : 08/07/2016
MessageSujet: Re: En chemin pour Vivesaigues 22.08.16 17:23

Quinze longues journées... voilà le temps qu'avait passé à cheval le Lord d'Oavry, devant supporter la stupidité de son frère et de son capitaine de garde à chacune de ces dernières, la fatigue avait emportée sa patience et les quelques traces de gentillesses dont il pouvait faire preuve depuis le départ des Eyriés. Par les sept qu'elle était loin cette belle forteresse signe de sécurité maintenant il galopait dans la merde du Conflans pour emmener une princesse à Edmure Tully alors que les deux n'étaient même fiancés et juste pour qu'il puisse voir ce qu'il allait possiblement baiser pour le reste de sa vie. Son père n'aimait pas les Tully, il considérait Hoster comme un abruti que seul la fierté de défier la mort faisait survivre, visiblement Edmure était du même calibre, selon les discussions de certains soldats.

Plongé les yeux dans les flammes, ses pensées divaguèrent vers les fer-nés, il était ici pour affronter ces hommes dont il ignorait tout, peut-être la rébellion était-elle justifiée ? Qu'importe les deux camps avaient des dizaines de raisons pour soumettre l'autre, son rôle était clair, il était le vassal de Lady Ashara Arryn, il lui devait obligeance qu'importe le prix. Il releva doucement les yeux, observant son frère toujours en train de boire en compagnie de Andros et de quelques hommes de son ost, son frère était un chevalier certes mais l'idée de le perdre même s'il ne le montrait pas le terrifiait, il détestait Simon mais, pas au point de le voir mourir, il partageait le même sang et il avait promis à Tya et Sarra de ramener en un seul morceau son imbécile de frère et il comptait bien le faire. Ses soeurs lui en voudraient s'il venait à perdre son unique frère dans la boue du Conflans.

Il retira son regard du brasier, finissant d'une traite le fond qu'il restait dans son verre avant de se lever un besoin pressant se faisant ressentir, il quitta ses compagnons faisant un signe à Criston pour qu'il couche Simon et Andros avant qu'ils ne finissent la soirée à dormir dans la boue. Il s'éloigna des tentes pour soulager sa vessie, revenant une fois ce qu'il avait à faire finit, il croisa le regard d'une jeune fille, il soupira, encore une prostituée que les gardes avaient dû trouver sur la route et qui cherchait son chemin pour rejoindre les tentes de ses amants d'un soir. Il se dirigea vers elle, si Nestor ou le vieux Belmore passait par là elle allait se faire tuer et alors qu'il commençait à distinguer la jolie rousse qui se dressait vers elle, il l'entendit prononcer une phrase, le nommant écuyer, s'arrêtant il fixa la dame d'un œil incrédule, reconnaissant enfin la rousse grâce à ses yeux verts, il se maudit, la fille de Lord Belmore... et dire qu'il l'avait prise pour une prostituée, il ne retint pas le rang qu'elle lui avait donnée, qu'importe c'était la protégée de Lady Ashara, si elle voulait quelque chose il devait le faire. Il ne se posa pas la question de sa présence hors du triangle des tentes pensant qu'elle était accompagnée probablement par son frère ou par le vieux.

Il quitta les lieux sans broncher, à la quête de ce qu'avait demandée la rousse. Il passa une, deux, trois peut-être quatre tentes maximum avant d'arriver devant celle de son frère, il était probablement toujours au camp en train de se saouler, le Lord le laissait faire, Simon avait la fascinante capacité de savoir garder ses repères en étant sous effet de l'alcool. Il poussa quelques affaires du bureau à la recherche de papier et du nécessaire pour écrire, il prit aussi un des deux sceaux de sa maison que sa mère lui avait confiée et qu'il avait offert à Simon pour la durée du voyage, son frère n'écrivait jamais, il préférait parler directement disait-il. Le tout dans les mains il quitta la tente de son frère alors qu'il commençait à entendre Criston et Andros se disputer, probablement que Criston avait décidé qu'il était l'heure d'arrêter la boisson pour ce soir et que son capitaine n'était pas d'accord avec cela. Il revint à l'endroit où il avait croisé la demoiselle, il s'approcha d'elle, le tout dans les mains, il regarda aux alentours. Ni présence de Benedar ou de Marwyn, étrange, laisser sa fille chérie seule n'était pas dans l'habitude de Benedar. Elle se plaint alors à lui que trois hommes avaient tentés de l'importuner, il la regarda de haut en bas, à la recherche d'une quelconque marque sur son visage ou ses habits mais rien ne lui sauta aux yeux.

- Vous êtes toujours en un seul morceau non ? Je vous ai rapporté ce dont vous aviez besoin Lady Belmore, seulement je n'ai qu'un seul sceau et c'est celui de ma maison je ne puis accéder à votre tente malgré mon rang votre père essayerait probablement de me tuer pensant que je viens vous visiter. D'ailleurs que faites-vous seule my Lady ? Votre frère a trop bu ? Votre père n'est pas le genre de personne à laisser ses enfants fréquenter n'importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Dame de compagnie de Dame Ashara Arryn »

Copyright : Moi-même
Corbeaux : 28
à Westeros depuis : 10/06/2016
MessageSujet: Re: En chemin pour Vivesaigues 29.08.16 9:01

L'écuyer la regarda de haut en bas. Interloquée et plutôt gênée, la jeune fille détourna un instant le regard, avant de se redresser fièrement. Qu'importait finalement son attitude : il était vrai par ailleurs que sa présence solitaire devait le surprendre.

Nyella avait toujours été une fille obéissante, meublant sa vie de futilité pour tromper son ennui ; mais aujourd'hui, la vie changeait. Elle devenait excitante, voire exaltante, et ce ne serait certes pas le premier chevalier (maintenant qu'elle le reconnaissait) venu qui allait la décourager. Que risquait-elle dans son propre camp, à quelques dizaines de mètres de sa propre tente ? C'était bien la moindre des choses qu'elle soit toujours en un seul morceau, étant une des principales concernées du voyage - et qui plus est, une noble de haut-rang. Mais soit. Le chevalier en face d'elle était un homme de guerre, qui avait vu plus que sa part de pendus et de femmes mortes, et il devait être habitué aux horreurs qu'on leur causait un peu partout. Que les Sept gardent leurs pauvres âmes, Nyella, elle, s'occuperait des femmes bien vivantes du Conflans, et elle essaierait de prendre soin d'elles.

Mais l'heure n'était pas encore aux projets. Pour le moment, il s'agissait de mettre Ashara au courant de leur avancée ; bien que cela aussi pouvait attendre. Sa tâche serait bientôt de conquérir la noblesse du Conflans... et il était temps de voir si elle était capable de se lier d'amitié avec un chevalier de l'ost commandé par Lord Royce et son père.
Elle savait que les titres ne plaideraient que peu en sa faveur. Encore presque enfant et et de sexe féminin, un rude soldat ne lui accorderait point de véritable respect que si elle le méritait. Se sachant presque incapable de mentir tellement cela lui faisait horreur, elle était néanmoins d'un naturel affable et doux. Jouer franc-jeu pour se faire un allié semblait ainsi la meilleure des options.

Ainsi dans le sourire de l'enfant, nul ombre retorse. Seulement de la gentillesse et de la dignité - ainsi qu'une confiance naïve dans le statut de son interlocuteur pour bien se comporter avec elle.

- "Merci d'avoir été chercher de quoi écrire, mais je n'aurai pas besoin de votre sceau. Je la cachèterais moi-même dans ma tente, mais votre attention était louable. Elle me va droit au cœur."

Paisiblement, la jeune enfant salua le chevalier d'un geste de la tête, avant d'étirer un nouveau sourire, cette fois un peu malicieux.

- "Ni mon père ni mon frère ne savent que je suis dehors à cette heure-ci. A vrai dire, je ne voulais pas les déranger pour quelques pas hors de ma tente. Tout le monde est encore éveillé, et moi aussi, j'aimerai profiter de la tranquillité de la nuit. Mes femmes ne sont que par trop effarouchées par les soldats - moi, j'aimerai mieux comprendre de quoi est fait leur quotidien. Voyez-vous... oh, mais que je suis sotte ! Je suis trop bavarde ; sauf si vous acceptez de me servir de protecteur ce soir. Nous pourrions nous installer au coin du feu et deviser quelques instants. D'ailleurs, voudriez-vous me rappeler votre nom, ser ? Vous n'êtes pas écuyer, il me semble..."

La jeune fille s'installa près du petit foyer, enroulant confortablement sa robe et son manteau autour de ses jambes autant pour se tenir bien chaud que pour préserver sa pudeur des coups de vent fort traitres, avant d'inviter le chevalier à se placer à ses côtés d'un geste élégant de la main.
Le nécessaire à écriture soigneusement déposée contre elle, Nyella Belmore gardait une main dessus, par sécurité.

- "Je ne suis plus une petite fille depuis longtemps, voyez-vous, ser. Je vais bientôt me marier, et il me semble que les jeunes filles peuvent décider certaines choses par elles-mêmes, sinon si elles sont aussi innocentes que de se faire quelques pas seule. Avez-vous des sœurs ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 20 Ans
Surnom: Le Soleil Noir
Métier/Titre(s): Lord de Oavry

« Le Soleil Noir »

Copyright : @Google
Corbeaux : 49
à Westeros depuis : 08/07/2016
MessageSujet: Re: En chemin pour Vivesaigues 08.09.16 15:19

Désolé pour le temps de réponse mais avec la reprise des cours j'ai eu du mal à trouver du temps libre pour écrire.



En écoutant la réponse de la jeune fille le Lord fut gêné quelques instants, sa proposition était dénuée de sens. La jeune Lady avait effectivement une tente où trouver le nécessaire pour cacheter une simple lettre. Il soupira intérieurement faisant tourner entre ses doigts le bois avant de le remettre dans sa ceinture. Sa stupidité le perdrait ici, personne ne devrait donner son sceau personnel, surtout pas en plein milieu d'un territoire hostile et envahi par les fer-nés. Il murmura pour lui-même quelques mots se trouvant imbécile d'avoir ramené un sceau pour la future dame du Conflans à quelques mètres de sa tente personnelle.

- Je suis votre obligé Lady Belmore.

Il accompagne ses paroles en baissant la tête, se plier au bon vouloir des traditions sociales devenait particulièrement irritant mais en cette occasion il fallait mieux s'y contraindre. On ne parlait pas tous les jours à la future possible Lady du Conflans, être correct avec elle était un minimum pour pouvoir espérer des félicitations de Lady Arryn. Cette dernière avait confiée à cette armée la mission d'emmener la Lady Belmore à Edmure et de chasser les Fer-nés hors de ce territoire, en sympathisant avec la Lady il pourrait peut-être s'assurer facilement une place de choix parmi les Lords du Val et faire oublier un peu plus l'odieux acte de Vardys Egen.

La suite de sa réponse fit sourire le Lord, elle avait pris elle-même la poudre d'escampette pour quitter sa tente sans même en prévenir Lord Belmore et son frère. Dans un endroit comme celui-ci c'était courageux que d'avoir osée faire cela surtout lorsque l'on est une noble et qu'on est encore une jeune fille pure, probablement ignorait-elle les risques qu'elle prenait à rester seule sans aucune protection en plein milieu de ce camp et si Ondrew ne l'avait pas reconnu d'autres aurait pu avec des attentions beaucoup moins louables. A sa demande son sourire s'élargit un peu plus, lui protecteur d'une jeune fille ? Le Soleil Noir protègeant une Lady Suzeraine. C'était plutôt ironique comme idée. Cependant il accepta de se plier au bon vouloir de la dame s'installant à côté d'elle à sa demande. La laisser seule ici alors qu'elle venait de lui avouer qu'elle se baladait sans escorte au milieu d'une foule de gardes dont certains étaient trop ivres pour savoir ce qu'ils font était une bien mauvaise idée.

- Effectivement, je ne suis plus écuyer depuis un certain temps désormais Lady Belmore. Vous pouvez m'appeler Lord Ondrew Egen. Je doute que votre père ait parlé de moi à votre personne ou qu'il est mentionné mon existence même et la présence de ma personne parmi votre armée.

Il laissa les flammes doucement prendre place sur ses rétines, observant le feu qui crépitait tranquillement pendant que la Dame lui posait une question le laissant songeur. Peut-être n'était-ce point une bonne idée de suivre son frère dans le Conflans, peut-être aurait-il du restait à Oavry, profitant du calme du Val et de ses sœurs lui manquant terriblement. Il avait pourtant fait ce choix de suivre "Le Soleil Blanc" pour le protéger, dieu qu'il détestait le choix de son frère de faire la guerre dans ce bas-monde, il aurait pu rester à Oavry, profitant de l'alcool du Val et de la présence de sa famille. Se secouant légèrement intérieurement, il avait lui aussi choisi cette voie, pour sa dynastie, pour acquérir la fierté de sa mère et la sympathie des Lord ici présent et surtout de la Suzeraine.

- Vous êtes responsable de vos choix my Lady mais ici chaque choix à une conséquence.

Il ne le savait que trop bien, le choix d'un des membres de sa famille avait entaché profondément la chose la plus sacré : La Famille. Il avait connu cet homme, il l'avait apprécie des peu de fois qu'il l'avait vu mais pourtant il avait marqué sa famille d'une façon bien particulière et peu glorieuse aux yeux de n'importe quel foutu Lord des bas-fonds de Westeros. Il préféra néanmoins rebondir sur la question de la Lady pour éviter de creuser ce jeu à risque.

- J'ai deux sœurs Lady Belmore. Elles doivent avoir votre âge my Lady ou à peine plus grandes que vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Dame de compagnie de Dame Ashara Arryn »

Copyright : Moi-même
Corbeaux : 28
à Westeros depuis : 10/06/2016
MessageSujet: Re: En chemin pour Vivesaigues 18.09.16 9:10

Le chevalier s'installa auprès d'elle, et Lady Belmore reporta son regard en direction du feu de camp.

Ainsi donc, il s'agissait d'un Egen. Ondrew Egen. N'était-il pas le seigneur de sa Maison ? Aussitôt, le nom de Vardys Egen, le traitre, celui qui avait voulu assassiné Lady Ashara et son époux, lui revint à l'esprit. Comment son interlocuteur pouvait-il penser qu'elle ne connaissait pas son nom ? Elle, la dame de compagnie de Lady Ashara, une jeune fille dont la capacité à se souvenir des noms de famille nobles pouvait sauver un jour la vie ? Il était vrai qu'il était un peu ironique qu'elle l'ait choisi comme protecteur - même si sa présence dans son escorte montrait qu'il désirait racheter le nom de sa famille.
Ainsi, lui laisser une chance de faire ses preuves serait faire preuve de mansuétude. Ses sœurs aussi désiraient un bon mariage, et sa collaboration leur serait certainement d'une grande aide. Ne serait-elle pas suzeraine elle aussi, dans un futur proche ?

A elle de se comporter comme tel.

- "Lord Ondrew Egen... mais bien sur. Vous savez, toutes les filles ne sont pas ignares en généalogie. C'est la base de notre éducation à tous, et surtout au service direct de Lady Ashara. Il est vrai que j'ignorais votre présence ici, mais elle est logique. Je dirais même... éloquente. Je suis d'autant plus contente de votre présence à mes côtés : j'ai assisté à votre serment de loyauté l'année dernière."

Un instant, l'adolescente lissa les pan de sa cape de fourrure, de ses doigts blancs et minces.

- "La vie n'a pas dû être aisée pour votre famille ces derniers temps, Lord Ondrew. L'acte de votre oncle a eu de profondes répercussions, mais je sais aussi que lorsqu'on extirpe le ver pourri de la pomme, le fruit redevient sain. Aussi vais-je vous proposer quelque chose. Il ne serait pas juste que ma vie soit si belle, pendant que d'autres pâtissent de l'ombre d'une seule erreur dramatique d'un parent, et si le Père nous apprend à punir lorsque cela s'avère nécessaire, il demande aussi de veiller à la justice. Ainsi, si j'entends parler de vos actes héroïques, si j'entends parler de vos actes nobles, de vos actes pieux ou utiles d'une quelconque manière à Lady Ashara et à la guerre contre les Fers-Nés, j'écrirais à notre suzeraine. Je lui suggèrerai l'idée de prendre une de vos sœurs comme dame de compagnie."

Paisiblement, la jeune fille reprit son souffle, pensive. Ils n'étaient pas, hélas, au bout de leurs épreuves ; mais qui leur donnerait une chance ? Si Lady Ashara avait pu permettre qu'il parte démontrer sa loyauté, elle devait lui faire confiance.
Sa Dame était encore tellement plus avisée qu'elle-même !

- "La vie ne sera pas facile, une fois à la Cour du Val, et la conduite de votre sœur devra être irréprochable. Cependant, à force de persévérance et d'apprentissage, elle montrera que votre famille, malgré un fou dans ses rangs, est unie dans la loyauté inconditionnelle. Elle y gagnera alors grand honneur, et peut-être un bon mariage... comme les possibles épousailles que je vais faire. Qu'en pensez-vous, Lord Egen ? Et votre famille et la mienne seront amies."

Lentement, la douce enfant se redressa. Il se faisait réellement tard, et il était temps de prendre congé pour se reposer. Le lendemain encore, la route serait longue.

- "Je vous laisse réfléchir à ma proposition, Lord Ondrew. Tous les choix ont des conséquences, comme vous le dites si bien, mais je crois que ce choix-là aura des répercussions positives. Je vous souhaite la bonne nuit, et j'espère que nous nous reverrons d'ici à Vivesaigues."

Elle hocha poliment la tête, attendant qu'il lui réponde. Puis, d'un pas gracieux, serrant le nécessaire à écriture contre elle, Nyella rebroussa chemin, parcourant les quelques mètres qui la séparait de sa tente en hâte, soudain frigorifiée. Oh, comme elle avait hâte d'arriver enfin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 20 Ans
Surnom: Le Soleil Noir
Métier/Titre(s): Lord de Oavry

« Le Soleil Noir »

Copyright : @Google
Corbeaux : 49
à Westeros depuis : 08/07/2016
MessageSujet: Re: En chemin pour Vivesaigues 04.10.16 21:55

Perdu dans les cheveux flammes de la jeune fille il écouta ses longues phrases avant de prendre un instant de réflexion. La jeune fille ne faisait clairement pas son âge, du moins mentalement puisque physiquement elle avait tout d'une parfaite petite dame. Elle agissait comme une Suzeraine et même s'il pouvait voir clair dans le jeu de la petite fille il ne fit rien, pas de commentaires même pas un rire. Le marché qu'elle soumettait était équitable, lui et ses hommes combattaient vaillamment à la quête de rédemption pour la famille Egen et en faisant cela il aidait, lui et ses hommes, la future Suzeraine à avoir autre chose que des ruines à gouverner. N'importe qui aurait pu refuser mais la position de la famille Egen le rendait vulnérable aux propositions avancées par la jeune Lady. La réflexion fut longue mais il finit par en arrivée à une conclusion simple.

- Votre proposition est intéressante. Redorer le blason de ma famille en vous permettant d'avoir plus que des ruines à gouverner est effectivement une bonne chose pour nous deux.

Il marqua une pause songeur aux parole de la jeune fille, réfléchissant aux retombées négatives et positives, le fait qu'une de ses sœurs s'éloignent loin de lui lui brisait le cœur mais s'il était nécessaire de faire cela alors il le ferait. Il prierait pour que Lady Arryn ne l'envoie pas trop loin de lui, ou du moins pas aussi loin qu'elle envoyait la jolie rousse. Le Conflans aurait peut-être finalement une autre signification que "boucherie" aux oreilles des Egen.. celui de la rédemption. Cependant, une chose tilta à l'oreille de Ondrew lorsque la jeune fille s'était permise de dire que Ser Vardis était un fou.

- Je vous remercie une nouvelle fois pour votre proposition sachez seulement une chose, mon oncle n'était pas fou bien au contraire. Malgré sa trahison sur une Arryn il est resté fidèle à son serment il a protégé Jon Arryn et sa femme jusqu'à la mort quitte à en perdre la vie en pensant faire le bien. Il était dans le flou mais il reste un grand chevalier du Val, la maison Egen est fière d'avoir pu le compter dans ses rangs pour sa loyauté indéfectible à Lord Jon Arryn et puis tous les hommes font des erreurs sinon nous ne serions pas des hommes.

Il y avait ce besoin présent de remettre l'ordre des choses en place à chaque fois que le nom de son oncle était prononcé. Il ne le connaissait que très peu certes mais il était beaucoup moins dur avec lui que l'était sa mère, il considérait Vardis comme un homme ayant été au bout de ses convictions malgré ses erreurs et il avait expié ses fautes par le sang, son sang. Mais il était temps de dire saluer la jeune fille, malheureusement sa présence devenant presque sympathique au Lord, alors il se leva la saluant poliment à la façon d'un chevalier.

- J'espère vous revoir aussi avant Vivesaigues Lady Belmore et dites à votre frère qu'il peut venir près de nos tentes nous partagerons volontiers pain et vin avec lui.

Il l'observa quitter les lieux avant de faire le chemin inverse qu'il avait fait quelques temps auparavant et se permettant d'entrer dans la tente il eut le droit à un regard interrogateur de Criston une fois qu'il eut pénétrer sa tente. Son garde du corps avait l'habitude de le rejoindre sous la tente le soir depuis le départ, là, les deux hommes débattaient des évènements du jour, du comportement des hommes, du commandement ou même des imbécilités de son frère pour attirer le regard des jeunes femmes sur lui et une nouvelle fois cette nuit-là ne dérogea pas à la règle ils passèrent une partie de la nuit à débattre de la proposition de la petite Lady pesant le pour et le contre et puis quelques heures avant l'aube, avant que le cortège reparte, Criston avait quitté la tente pour se coucher laissant Ondrew seul dans ses songes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: En chemin pour Vivesaigues

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

En chemin pour Vivesaigues

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]
» Un long chemin pour retourner chez soit ! [PV Bastet] Fini
» Quand on est perdu, on demande son chemin. [TERMINE]
» LEÏA - Il y a toujours une étoile pour nous montrer le chemin.
» On croise souvent sa destinée par les chemins qu'on a pris pour l'éviter | Jason

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Westeros :: Le Conflans-