AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

« Katla Sand ▬ Savoir faire jouir est un hommage aux dieux »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 23 ans
Surnom: Tigresse
Métier/Titre(s): Prostituée / Bâtarde de Lord Ferboys

« Tigresse »

Copyright : Moullin (avatar) / Wild Heart (signa)
Citation : «savoir faire jouir est un hommage aux dieux»
Corbeaux : 12
à Westeros depuis : 15/10/2016
MessageSujet: « Katla Sand ▬ Savoir faire jouir est un hommage aux dieux » 16.10.16 0:26


Katla Sand


feat. Barbara Palvin
«Une nuit éternelle couvre ses yeux épris de sa beauté. Mais sa passion le suit au séjour des ombres, et il cherche encore son image dans les ondes du Styx.»








©cherry

Personnage

Appartenance : Terres de la Couronne
Age : 23 ans
Métier/Titre : Prostituée / Fille bâtarde de Lord Anders Ferboys
Situation familiale : Célibataire
Famille : • Lord Anders Ferboys, son père ; Cletus Ferboys, son demi-frère ; Ynis Ferboys, sa demi-sœur ; Archibald Ferboys, son cousin
• Taela, sa mère, une riche marchande originaire de Braavos
• Serana Sand, sa fille
Allégeance : Elle-même
Rang spécial : Tigresse



Histoire

CHAPITRE I ♠ LA BÂTARDE



Braavos, 276.

Une rumeur courait dans les rues marchandes de Braavos, prêtant à la jeune Taela des mœurs légères ; on disait en effet d'elle qu'elle couchait avec un homme venu de Westeros. Elle qui paraissait si prude, connue pour s'être refusée à bien des hommes, n'était-elle qu'une sainte-nitouche ? Elle avait désespérément tenté de faire taire cette rumeur idiote, mais son ventre qui s'arrondissait à vue d’œil au fil des mois ne mentait pas : elle était enceinte, et pas de n'importe qui ; un noble de Dorne, un jeune héritier en voyage à Braavos, avait eu une place tant entre ses cuisses qu'en son cœur ; pendant les semaines qu'il passa dans la cité, il vint la retrouver chaque jour afin de lui donner tout l'amour qu'il avait à revendre, mais lorsqu'il dut partir, il ne put l'emmener avec elle. « Le devoir m'appelle, mon père se porte mal. », avait-il dit. Et il était parti sur le premier bateau qu'il trouva, laissant derrière lui la pauvre Taela, éplorée et seule, loin de son amour.
Mais quelques semaines après son départ, la riche marchande découvrit avec stupeur qu'elle ne saignait plus chaque mois, et quelques vertiges et nausées l'empêchèrent même de travailler pendant plusieurs jours. Lorsqu'au bout d'un temps, son ventre se mit à grossir, elle dut se rendre à l'évidence : Anders Ferboys n'avait pas laissé derrière lui qu'une pauvre femme, mais aussi un enfant qui grandirait sans père...

Au quatrième mois de l'année 276, par un jour fortement ensoleillé, alors que la boutique était fermée pour la journée, Taela dînait avec l'une de ses amies lorsqu'elle se tordit de douleur ; les premières contractions arrivaient. Son amie l'aida courageusement à mettre au monde une petite fille, dont elle ne voulait pas au départ. Pourtant, lorsqu'elle la prit dans ses bras, elle en devint folle. De son père, elle tenait les extraordinaires yeux bleus ; et pour cette simple raison, elle ne pouvait que l'aimer de tout son cœur. Elle l'appela Katla.

♠ ♠ ♠

Braavos, 282.

Du haut de ses six ans, l'avenir de Katla semblait déjà tout tracé ; destinée à prendre la suite de sa mère en reprenant leur boutique d'étoffes et de couture, elle en avait déjà appris les bases. Elle était capable de fabriquer quelques pièces simples et peu détaillées, et elle serait sûrement, dans quelques années, plus qu'utile à la boutique. Pourtant, bien que la petite famille ne manque de rien, vivant fort bien, il manquait quelque chose à la petite Katla : un père.
Alors un soir, elle prit son courage à demain et se rendit à la chambre de sa mère, s'allongeant auprès d'elle et posant sa tête sur son ventre, l'enlaçant tout en la regardant de ses yeux clairs. Taela sourit ; ces yeux lui rappelaient à chaque fois le seul homme qui avait su la charmer.

-Maman, peux-tu me parler de mon père ?

Taela retint ses larmes. Jamais elle n'avait su effacer le visage d'Anders de son esprit. Elle eut pourtant un sourire en caressant la tignasse sombre de sa fille, qu'elle tenait d'elle.

-C'était un noble de Westeros. Il venait de Dorne. Il s'appelait Anders Ferboys, c'était un jeune héritier.
-Il était beau ? Il était fort ?, demanda la petite, les yeux pétillants.
-Oh que oui.
-Et je le rencontrerai un jour ?
-Je ne sais pas, Katla. Je ne sais pas..., murmura Taela en serrant sa fille contre elle.

♠ ♠ ♠

Ferboys, 290.

Elle réalisait enfin son rêve. Après quatorze ans d'attente, Katla allait enfin le rencontrer. Depuis quelques années, elle faisait tout son possible pour être parfaite le jour où elle rencontrerait celui qui la hantait ; elle apprit à chanter, à danser, à lire et à écrire. Sa mère lui apprit également la langue du commerce, pour qu'elle soit un jour une aussi bonne commerçante qu'elle. Elle était la fierté de sa mère, une véritable enfant prodige. Mais le manque de son père était devenu obsessionnel. Elle ignorait ce à quoi il pouvait bien ressembler. Lorsqu'elles passèrent les portes de la demeure des Ferboys, Taela et elle, Katla ne put contenir son excitation plus longtemps. Elle se tourna vers sa mère et lui sauta dans les bras, les larmes aux yeux.

-Je ne te remercierai jamais assez de m'avoir permis de réaliser ce rêve. J'ai toujours rêvé de le voir, tu n'imagines même pas.

Taela sourit doucement à sa fille, l'enlaçant doucement. Un jeune homme fort bien habillé arriva alors, un léger sourire aux lèvres. Il s'inclina doucement.

-Enchanté, je suis Ser Archibald Ferboys, neveu de Lord Anders Ferboys. J'ai été chargé de vous accueillir, Lady Taela et...
-Katla, murmura l'intéressée avec un sourire nerveux.
-Nous ne sommes pas des ladies, dit Taela.

Katla admira le jeune homme, ébahie ; il était si beau ! Mais l'instant d'après, un autre homme arriva dans la pièce, suivi d'une jeune fille un peu plus âgée que Katla, et d'un jeune homme de son âge. Le plus âgé de tous prit la parole.

-Taela, c'est un plaisir de te revoir, souffla-t-il. Et cette demoiselle est...
-Ma fille, Katla. Notre fille..., murmura-t-elle.

Anders parut étonné par ce qu'il venait d'entendre. Il posa un regard stupéfait sur Katla, qui rougit. Taela n'avait-elle donc pas parlé d'elle ? Et ces deux jeunes personnes qui entouraient son père, qui étaient-ils ?

-Je ne le savais pas, hésita Anders. Katla, tu es resplendissante. Voici mon fils, Cletus, et ma fille, Ynis, dit-il avec un sourire crispé.

Le monde de Taela sembla s'effondrer autour d'elle. Il avait des enfants, donc il avait une épouse. Elle ne resta que peu de temps à Ferboys, rentrant à Braavos la semaine suivante. Katla, quant à elle, voulut rester un peu plus. Finalement, elle resta deux ans, se faisant alors appeler Katla Sand.


CHAPITRE II ♠ REBELLE



Braavos, 292.

Elle avait tant changé qu'elle-même avait bien du mal à se reconnaître. Après deux ans passés auprès de son père, Katla avait dû rentrer à Braavos, auprès de sa mère. A vrai dire, ce n'était pas par choix qu'elle avait quitté son père mais surtout son cousin, Archibald, dont elle était tombée amoureuse et avait vécu un véritable idylle durant tout ce temps ; c'était d'ailleurs cet amour qui l'avait forcée à rentrer. Anders l'avait renvoyée auprès de sa mère lorsqu'il l'avait trouvée dans le lit de son neveu, prétextant que Taela souhaitait qu'elle revienne. Quelques semaines plus tôt, il avait appris sa grossesse, et découvrant plus tard qui était le père, il avait préféré la faire partir loin d'eux et de sa famille plutôt que de la garder auprès de lui, bien qu'il se soit attaché à elle.

Katla accoucha sur le bateau, pendant la traversée. L'accouchement fut particulièrement douloureux, mais, par chance, l'enfant et elle survécurent sans problème. Lorsqu'elle arriva à Braavos, sa mère, prévenue quelques temps plus tôt par Anders du retour de sa fille, l'attendait déjà sur le port. Katla s'approcha d'elle avec un petit sourire mêlant joie et déception ; bien qu'heureuse de revoir sa mère, elle aurait aimé rester auprès de son père et d'Archibald plus longtemps. Lorsque Taela vit l'enfant, elle eut du mal à l'accepter.

-Ce voyage était merveilleux !, raconta Katla une fois qu'elles furent rentrées. Et cette enfant est si douce, je l'ai appelée Serana. N'est-elle pas magnifique ? Si tu savais tout ce qu'on m'avait appris là-bas ! J'ai appris à manier la dague avec Archibald, et en échange, je lui ai appris à jouer au jeu de cyvosses, mais je gagnais toujours !
-Katla, il faut qu'on parle, la coupa sa mère d'un ton assez froid. En apprenant ton retour, j'ai tout de suite cherché un homme bien. Tu es en âge de te marier, et j'ai moi-même fait l'erreur de ne pas épouser un homme riche lorsque j'étais assez jeune pour le faire. Je veux que tu aies une vie plus simple que la mienne, surtout que tu as un enfant maintenant. J'ai trouvé un homme, un riche marchand, plus riche encore que nous ! Il est un peu plus vieux que toi, mais il est très gentil, lui dit-elle avec un sourire.
-Maman, tu plaisantes ? Je vais me marier avec Archibald, dans quelques années. C'est lui que j'aime, et je veux que tous mes enfants soient de lui.

Taela soupira, se pinçant l'arête du nez. Elle prit doucement les mains de sa fille entre les siennes et la regarda dans les yeux, la mine grave.

-Katla... Ton père aussi avait promis de m'épouser. Tu ne peux pas te fier aux nobles. Les affaires ne vont pas très bien en ce moment, et avec cette enfant... On ne pourra pas s'en sortir à trois. Tu vas te marier, Katla. Baqq n'a que trente-six ans, il est encore jeune, et il t'a déjà aperçue plusieurs fois, il t'a toujours trouvée très belle. Il a beaucoup d'argent, tu sais. Ce mariage peut nous aider.
-Je m'en fiche !, cria Katla en se levant soudainement. Un jour, j'épouserai Archibald, et tu verras que si, on peut se fier aux nobles ! Ce n'est pas de ma faute si papa t'a abandonnée. Tu es inintéressante, et personne ne veut de toi parce qu'aujourd'hui tu es vieille et laide !, cria-t-elle.

Disant cela, la bâtarde voulut quitter la pièce. Mais sa mère la retint, en la tenant par le bras, avant de la gifler.

-Archibald est ton cousin, et toi tu es une bâtarde ; pour ces raisons tu ne pourras jamais l'épouser !, cria Taela. Que tu le veuilles ou non, Katla, tu épouseras Baqq le plus tôt possible !

Katla s'arracha à la poigne de sa mère, courant jusqu'à sa chambre. Là, elle s'effondra sur son lit, pleurant, criant, étouffant le moindre son qu'elle émettait dans son oreiller. Elle regarda autour d'elle la richesse et les parures qui ornaient sa chambre. Elle ne voulait pas de cette richesse ! Elle ne voulait qu'Archibald ! Mais son père ne voulait plus d'elle... Sa mère non plus...

Alors, elle devait partir.

♠ ♠ ♠

Lys, 295.

-Ma vie est parfaite, souffla-t-elle en roulant sur le côté.
-Ah oui ?, demanda le jeune homme à ses côtés en l'embrassant dans le cou.

Katla frémit en se blottissant dans les bras de Caggo, son ami et amant. Trois ans plus tôt, fuyant sa maison pour fuir le mariage que souhaitait lui imposer sa mère, elle était tombée, par hasard, sur une troupe de comédiens itinérants qui quittaient Braavos et se rendaient à Pentos. Sachant bien chanter et danser, elle ne réfléchit pas avant de se joindre à eux.
Et trois ans plus tard, elle les suivait toujours, ayant pu, avec l'argent amassé, se payer quelques étoffes pour se confectionner de belles robes de scène ainsi qu'un cheval qui, selon les marchands, ne valaient rien. Il n'était pas très rapide, ni très beau, ni très endurant, d'ailleurs, mais elle l'acheta tout de même, désirant apprendre à monter à cheval. C'est d'ailleurs Caggo qui lui apprit. Elle apprit bien des choses dans cette troupe ; elle dansa et chanta mieux que jamais, mais apprit aussi à parler le haut-valyrien, ainsi que quelques langues du bas-valyrien.

Katla avait dix-neuf ans, et sa beauté était grandissante. Elle était devenue une magnifique jeune femme, et Caggo n'avait jamais cessé de le lui dire, faisant grandir son ego et son narcissisme en même temps que sa beauté. A son jeune âge, elle avait l'impression d'avoir trouvé sa voie. Pourtant, ce soir-ci, où elle s'était une fois de plus abandonnée aux bras de Caggo juste avant une répétition générale, le destin de la petite troupe toute entière bascula.

-On doit se préparer, lui souffla Caggo.

La jeune femme grogna, tandis qu'une sensation de fraîcheur parcourait son corps, Caggo quittant le lit. Elle soupira en s'asseyant sur le lit, remettant ses vêtements.

Lorsqu'elle fut prête, elle réajusta ses cheveux et déposa un dernier baiser sur les lèvres de son amant. Elle quitta leur tente pour s'approcher des coulisses, où les autres étaient déjà prêts, les attendant. Joss, l'un des membres de la troupe, qui n'appréciait ni Katla, ni Caggo, et encore moins la relation que tous deux entretenaient, les fusilla du regard.

-On a moins d'une heure pour répéter avant la représentation. Si tu pouvais fermer tes cuisses un peu, catin, dit-il à Katla.

Celle-ci recula d'un pas, heurtée par ses propos. Comment pouvait-il dire une chose pareille ? Elle ouvrit la bouche, cherchant que répondre. Mais c'est le poing de Caggo venant s'écraser sur sa joue qui parla à sa place. Katla cria, tentant d'arrêter son amant. Mais celui-ci ne la laissa pas faire, l'écartant. Joss et Caggo se battirent, sans que personne ne parvienne à les séparer. Finalement, Joss prit le dessus... et planta sa dague dans le ventre de Caggo, lui arrachant un cri.
Bientôt, une flaque de sang se forma autour de lui. Les autres membres de la troupe fuirent, afin d'alerter les gardes et de trouver de l'aide. Seule Katla resta là, se laissant tomber auprès du cadavre de Caggo, voyant ses yeux se figer, son corps cessant de lutter. Les larmes se mirent à couler sur les joues pâles de la jeune comédienne, mais elle réalisa alors une chose : elle ne l'aimait pas, elle avait juste peur de se retrouver seule.

-Toi tu viens avec moi.

Elle leva les yeux vers Joss, qui la saisit par le bras et l'attira contre lui. A vrai dire, elle ne prit même pas la peine de se débattre. Elle se fichait bien de ce qu'il adviendrait d'elle. Elle avait perdu son père, Archibald, sa mère, sa fille, son amant... Que lui restait-il, si ce n'est la solitude ?

♠ ♠ ♠

Braavos, 296.

Son pas était traînant, et chaque mouvement semblait lui coûter une force qu'elle ne possédait plus. L'épuisement avait gagné chaque partie de son corps, ses membres semblant peser une tonne chacun. Sa tête, ses paupières étaient lourdes. Les six dernières lunes avaient été terribles pour elle, éprouvantes. La nuit d'horreur à laquelle elle avait assisté, des mois plus tôt, l'avait marquée. Mais pire encore, le sang qu'elle avait désormais sur les mains, l'avait marquée. Elle n'était pas choquée ou traumatisée par le meurtre qu'elle avait commis ; elle était tout simplement étonnée de ce courage qu'elle avait eu, ce soir-là.
Se traînant jusqu'à son ancienne demeure, elle frappa à la porte avant de se laisser glisser contre le mur. Sur ses mains se trouvait un mélange de sang, de poussière et de boue. La porte s'ouvrit, et elle sombra alors complètement dans l'inconscience...

Paraît-il qu'elle dormit trois jours, avant d'enfin se réveiller. Pendant qu'elle dormait, sa mère l'avait lavée et rhabillée. Lorsqu'elle se réveilla, un grand verre d'eau ainsi que plusieurs mets délicieux et fumants l'attendaient. Elle se redressa lentement, son dos et ses jambes étant douloureux. Sa tête aussi lui faisait mal ; elle avait sans doute mal dormi.

-Relève-toi doucement, lui dit Talea.
-Maman, murmura Katla. Si tu savais à quel point tu m'avais manqué.

Elle fondit en larmes, sa mère venant la prendre dans ses bras.
Katla lui raconta alors tout : comment, trois ans et demi plus tôt, elle avait rejoint une troupe de comédiens itinérants en tant que chanteuse et danseuse, et comment, trois ans après son entrée dans cette troupe, le meurtrier de son amant l'avait enlevée, violée, puis prostituée. Elle lui avoua également son meurtre : un soir, sachant qu'elle n'avait plus rien à perdre, elle avait accepté, pour la première fois depuis ses six mois de captivité, de coucher avec Joss. Pour la première fois, il n'avait pas eu à la forcer, une main sur la bouche pour étouffer ses cris et une autre main tenant les siennes pour qu'elle cesse de se débattre. Oui, pour la première fois, c'était elle qui l'avait aguiché, l'attirant dans son lit pour mieux le tuer. Un coup de dague dans la gorge, c'était si simple quand on était une belle femme. Mais cette vengeance n'avait pas effacé les mauvais souvenirs, les mauvais traitements. Jamais cela ne s'effacerait de sa mémoire.

-Ma fille, tu es forte. Et cette force, il faudra désormais que tu la transmettes à Serana.


CHAPITRE III ♠ NOUVEAU DEPART



Port-Réal, 296.

Lorsque, après son retour, Katla fut remise sur pieds, elle travailla avec sa mère dans leur commerce. Elle avait retrouvé sa fille, désormais âgée de six ans, et l'éduquait avec l'aide de sa mère. Mais elle n'était pas parvenue à retrouver son bonheur ; en effet, le traumatisme était tant ancré en elle que son corps ne semblait plus lui appartenir : elle se donnait à chaque homme se trouvant dans son chemin, les faisant payer pour aider sa mère et sa fille à mieux vivre. De toute manière, elle était bien peu utile à la boutique, Serana étant bien plus impliquée qu'elle dans le travail à la boutique, malgré son jeune âge.
Elle se prostitua donc pendant quelques semaines, sombrant dans la dépression et l'alcool, ses yeux perdant de leur éclat à mesure que les jours passaient. Elle se lassait de sa vie trop tranquille, dans une ville qui ne lui convenait pas. Ses pensées généralement obscures avaient toutefois comme éclaircies les doux souvenirs de son voyage à Dorne ; oui, son père et Archibald lui manquaient.

Un jour, Taela, alertée par l'état dans lequel se trouvait Katla, prit une importante décision : réunissant tous les moyens possibles, elle parvint à aller s'installer à Port-Réal pour y vendre des produits venus tout droit de Braavos, avec sa fille et sa petite-fille.
Là-bas, Katla, ne sachant que faire réellement de sa vie, en retrouva pourtant un peu le goût. Alors, elle fut presque adoptée par Chataya, rejoignant son bordel et la petite famille que formaient les prostituées qui s'y trouvaient.

Deux ans après son arrivée dans la capitale et son entrée au bordel, alors qu'elle avait vingt-deux ans, elle alla goûter aux frissons de la vie nocturne avec l'une de ses amies, prostituée également. Mais lorsqu'elle perdit celle-ci dans la pénombre et que, quelques minutes plus tard, elle entendit ses cris, elle la trouva prête à subir le pire des châtiments qu'un homme puisse lui faire subir.
C'est alors qu'elle se souvint de Joss. Tirant de sa botte sa dague, qu'elle tenait d'Archibald lui-même, elle s'avança, silencieuse, pour trancher la gorge de l'homme aux bourses trop pleines, avant de raccompagner son amie jusqu'au bordel.

La mort ne lui faisait plus peur. Ni la donner, ni la prendre.

♠ ♠ ♠

Port-Réal, 299.

Un jeune homme poussa timidement la porte du bordel de Chataya, y entrant avec un semblant d'hésitation. C'était comme si ses jambes se dirigeaient vers le gérante du bordel, mais que son corps refusait de les suivre ; c'est la réflexion que se fit Katla en l'observant, du fond de la grande pièce. Assise sur un fauteuil, aux côtés de Alayaya, elle eut un sourire félin.

-Mignon, commenta-t-elle.
-Oh, pas mal. On dirait un soldat, minauda la belle à la peau ébène.
-On en voit beaucoup ces derniers temps. Va faire traîner tes oreilles par là-bas, pour qu'on en sache un peu plus. Et avec un peu de chance, c'est toi qu'il choisira.

Alayaya sourit à son amie et l'embrassa au coin des lèvres. La jeune femme à la peau sombre s'avança doucement jusqu'au comptoir, où Chataya, sa mère, accueillait le client en l'aguichant quelque peu. Elle s'arrêta auprès d'eux, juste pour entendre la conversation qui devait être fort intéressante, puisque le soldat semblait fort timide.

-Je cherche... Tigresse, dit-il d'un ton hésitant.
-Elle est là-bas, justement. Tigresse ! Viens voir par là ! Ce jeune puceau te demande.

De sa démarche féline, Katla sourit à pleines dents en s'approchant de lui. Ses doigts vinrent bientôt caresser le cou du jeune homme, remontant sur son visage pour tracer les contours de sa mâchoire carrée. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, plissant les yeux et souriant en coin sans jamais que son regard ne quitte le sien.

-Mh, très mignon, susurra-t-elle. Savais-tu que savoir faire jouir était un hommage aux dieux ?, dit-elle de son accent chantant, reprenant les paroles que Chataya lui avait souvent répété.

Le prenant par la main, elle l'entraîna à sa suite jusqu'à sa chambre, faisant au passage un clin d’œil à Alayaya ; à mesure que le temps passait, celle que tous appelaient désormais Tigresse avait de plus en plus de succès, de plus en plus de clients, et de plus en plus d'argent.
Tout ceci lui permettrait peut-être d'obtenir, bientôt, l'autorisation d'aller voir sa famille paternelle, et son éternel aimé Archibald, à Dorne. Mais en plus de cet espoir d'amour éternel avec son cousin, sa nouvelle vie à la capitale de Westeros lui redonnait envie de vivre.



Inventaire

- Une bourse d'or qu'elle remplit aisément.
-Quelques robes qu'elle a, pour la plupart, fabriquées elle-même
-Une jument grise nommée Tigrane qu'un client, fou d'elle, lui a offert.
-Une dague, cadeau d'Archibald, qu'elle porte toujours sur elle.
-Une bague, portant le blason de la maison Ferboys, que son père lui a offert.

Compagnons

Katla est généralement entourée des autres prostituées du bordel, principalement Alayaya, sa plus grande amie et amante, ou encore sa mère Chataya. Lorsqu'elle n'est pas au bordel, elle se trouve généralement auprès de sa mère ou de sa fille. Autrement, dans ses pensées, elle est toujours auprès d'Archibald.



Personnalité

Katla est une jeune femme à la forte personnalité. Bien que douce, empathique, souriante et réconfortante, elle est déterminée, arrogante, hautaine, superficielle, courageuse et imprévisible.
Au premier abord, on remarque généralement son visage doux et souriant, sa joie de vivre qui se lit dans son regard. Lorsqu'elle danse ou chante, ce qu'elle fait parfois pour ses clients, on ressent alors en elle tout ce qu'elle a pu vivre : très expressive, elle est une personne sensible et éternellement marquée par ce qui a pu lui arriver.

Optimiste et rêveuse, elle n'est absolument pas ambitieuse. Ayant vécu des choses compliquées, elle se complaît dans la simplicité de sa vie nouvelle. L'argent ne l'intéresse pas plus que ça, elle n'a que des rêves en tête, et ne jure que par l'amour et l'espoir. Naïve malgré ce qui lui est arrivé, elle est toujours persuadée qu'elle se mariera un jour avec Archibald et qu'elle vivra éternellement heureuse avec lui. Pourtant, bien qu'elle sache pertinemment qu'elle l'aime lui, et qu'elle l'aimera toujours, il lui arrive parfois de confondre le désir et le plaisir avec l'amour, comme il lui est arrivé avec Caggo.
Bien que parfois enfantine dans ses propos lorsqu'on la connaît mieux, ce qui lui vient sans doute de sa naïveté, Katla parle bien et est une personne qui sait redonner espoir et réconforter.
Douée pour garder les secrets, elle garde autant ceux des autres que les siens. Lorsqu'il lui arrive de parler de son passé, elle en parle de manière indifférente, ne ressentant qu'un énorme vide vis à vis de cette partie-ci de sa vie. Comme elle se plaît à le dire, « aujourd'hui est un jour nouveau ».

Si elle est généralement assez mielleuse, dans son rôle de prostituée irrésistible, elle est en revanche capable d'une franchise surprenante et blessante lorsqu'elle est énervée ou contrariée, attaquant les personnes sur leurs faiblesses sans aucun scrupule.
Elle n'a plus peur de la mort. Ses seules réelles peurs sont l'oubli, et la solitude : elle n'aime pas être seule, et elle refuse d'être oubliée.

Katla est surnommée Tigresse dans le bordel où elle travail, et pas seulement pour ses exploits au lit ; elle est féroce lorsque l'on s'attaque à ceux qu'elle aime, principalement sa mère ou sa fille. Taela et Serana sont plus importantes que tout à ses yeux. De plus, se moquer de ses rêves n'est pas une bonne chose ; Archibald est son plus grand rêve, et lui dire qu'il est impossible est du suicide.

Une dernière chose la caractérisant réellement est son narcissisme : elle se sait belle, sait en jouer, mais il lui arrive également de s'en vanter. Alayaya se moque d'ailleurs souvent d'elle, à ce sujet : une fois, Katla en vint même à lui dire « Je suis la preuve vivante de l'existence des dieux ».



Physique

-Tu ne trouves pas que j'ai grossi ?

Katla leva doucement les yeux vers Alayaya, se désintéressant de son livre. Elle rit doucement, se levant pour s'approcher de son amie, encadrant ses épaules de ses bras. Elle déposa un baiser contre son cou.

-Tu es parfaite comme tu es, lui souffla-t-elle.
-Tu peux parler toi, tu n'as pas ce genre de problème. Toi, tu es parfaite.

Elle rit à nouveau, Alayaya se détachant d'elle pour aller s'allonger sur le lit qui se trouvait au centre de la pièce. Katla se regarda alors à son tour dans le miroir, un sourire au coin des lèvres. A vrai dire, son amie n'avait pas tort. Elle était magnifique, elle le savait.
Bien qu'elle ne soit pas particulièrement grande, toisant environ un mètre soixante-cinq, ses longues jambes étaient minces et musclées. Son ventre plat, sa poitrine de taille respectable et surmontée de ses clavicules saillantes. Elle tourna sur elle-même pour admirer ses fesses finement musclées et légèrement rebondies. Son sourire s'agrandit lorsqu'elle se pencha pour examiner l'éventuelle présence d'une quelconque imperfection sur son visage. Rien. Tout était parfait à ses yeux.

Son visage au teint pâle, ovale et aux traits doux était porté par son cou fin ; sa tête portée haut, elle ressemblait à une reine. Son visage, encadré par une longue chevelure ondulée passant du blond au châtain selon la saison, était tout aussi fin que le reste de son corps, les joues à peine creusées et les pommettes hautes. Ses lèvres, pulpeuses à souhait, semblaient n'appeler qu'à un baiser ; son petit nez mutin ne la rendait que plus mignonne. Ses grands yeux d'un bleu tantôt clair, tantôt sombre selon la luminosité, semblaient capables de foudroyer ou enchanter quiconque la regarderait en face. Surmontés de longs cils sombres, ils semblaient n'avoir aucune limite, un puits sans fond, trop expressifs pour qu'on puisse y lire quoi que ce soit...
Elle sourit un peu plus en se détaillant ainsi, dévoilant ses dents blanches. Il était rare qu'elle les dévoile en dehors de ses passes, celles où elle atteignait réellement l'extase. Elle se retourna soudainement vers Alayaya.

-Tu as raison, je suis parfaite.



Joueur

Age : 18 ans
Localisation : Dans l'Ouest ♥
Comment nous avez-vous trouvé ? : .
Pourquoi ce forum ? : Parce que je campe ici depuis genre deux ans :3
Présence : 7/7j
Autre : Depuis le temps que je voulais faire ce perso potte


Moi, Syphilithia, je certifie sur l'honneur avoir plus de 16 ans et
avoir pris connaissance du règlement interne du forum.

GoT Chronicles soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif



Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 17 ans
Surnom: Le Boiteux
Métier/Titre(s): Héritier Overton

« Esprit aiguisé »

Copyright : Luna
Citation : A player disguised as a pawn
Pseudo : Boiteux
Corbeaux : 1533
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: « Katla Sand ▬ Savoir faire jouir est un hommage aux dieux » 13.11.16 15:37

Félicitation, tu es VALIDÉ(E) !

N'oublie pas de recenser ton avatar, tu pourras ensuite faire tes fiches de liens, RP, possessions, générer ta feuille perso et terminer de remplir ton profil avec les liens de tes fiches et bien sur commencer à jouer, à t’intégrer et t’amuser !

Un petit passage vers ce sondage serait apprécié.

Tu as à présent accès à la section secrète concernant ta région.

Quelques conseils de lecture :



"De Glace et d'Acier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

« Katla Sand ▬ Savoir faire jouir est un hommage aux dieux »

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» De nos jours, le faire-savoir dépasse le savoir-faire. ✗ 11/10 - 13h02
» Il faut savoir faire table rase du passé.
» Le savoir-faire rural le plus badass de tous les temps.
» Parfois, il faut savoir faire le premier pas. ♥ Ethan
» Le savoir faire Wroonien ... (Gallerie de Thelenys)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Espace Réglementaire :: Présentations :: Fiches Validées :: Habitants des Terres de la Couronne-