AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 19 ans
Surnom: Le Faucon Blanc
Métier/Titre(s): Dame des Eyrié et de la Maison Arryn, Suzeraine et protectrice du Val d’Arryn

« Devoir, Force & Honneur »
« ! Pour le Val ! »

Copyright : EdP, tumblr, Jon snow
Citation : À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
Pseudo : Jul'
Corbeaux : 8546
à Westeros depuis : 16/02/2013
MessageSujet: Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew) 03.11.16 23:21



Sous un ciel étoilé


An 299 – Lune 9 – Semaine 2 – Jour 1

L’ost du Val était de retour, enfin, avec le corps de son défunt époux et ceux qui s’étaient battus à ses côtés. La Suzeraine du Val se devait d’accueillir ses vassaux aux Eyrié où un banquet devait avoir lieu dans la grande salle. Tous étaient invités, des plus grandes Maisons aux plus humbles chevaliers sans exception. Mais avant d’arriver et de pouvoir enfin se reposer, les vassaux devaient gravir la pente escarpée menant à la blanche forteresse. En haut, ils étaient accueillis par des domestiques dans la salle aux treuils et il fallait encore grimper un escalier pour accéder à la Chambre au Croissant. Là, après une volée de marches les visiteurs accédaient à une galerie surplombée de trois assommoirs contournant cryptes et oubliettes. Enfin, après être passé sous la herse, ils pouvaient admirer les murs ornés de tapisseries ou encore patienter dans le jardin et apprécier, peut-être, la beauté d’Alyssa Arryn pendant que bagages et suite étaient installés dans les chambres. On leur avait demandé, en bas, de ne prendre que le strict minimum pour la fête, de toute façon il était prévu que tous redescendent dans les prochains jours, la brune comprise. Puis, ils étaient tour à tour conduits dans la grande salle à travers l’allée bordée de fins piliers ouvragés de marbre blanc veiné de bleu.

Un à un, les vassaux étaient annoncés et invités à entrer pour se présenter à leur Suzeraine dans l’ordre d’importance, puis les portes étaient refermées. Les entrevues étaient plus ou moins brèves, mais la journée avançait à grand pas. Lord Ondrew Egen avait eu l’occasion de présenter ses hommages à Lady Arryn seulement quelques instants avant qu’une jeune femme portant un nourrisson qui pleurait ne précipite les choses. Le soir venu, la grande salle avait été, comme par magie, transformée en salle de banquet et quelques musiciens égayaient l’arrivée des convives. Quand tout le monde fut installé, Ashara, assise sur le trône devant une table avec à ses côtés, Yohn et Nestor Royce, ses suivantes et les Gardes Ailés se leva et le Hérault sonna du cor.

__ Seigneurs du Val, amis et vassaux, nous sommes réunis ici pour célébrer la victoire, mais aussi pour pleurer nos morts, pour faire honneur à feu Lord Lyonel, mais aussi à Artys Arryn, mon fils, que certains parmi vous ont eu l’occasion d’apercevoir. » Elle eut un petit sourire en pensant à son bébé qui dormait paisiblement. « Nous sommes réunis car nous sommes tous Valois et qu’ensemble, nous sommes le Val d’Arryn que vous avez représenté avec honneur durant cette guerre. Nous sommes réunis car je voulais vous remercier, tous, d’avoir combattu aux côtés de mon défunt époux pour la grandeur du Val. Vous n’imaginez pas comme je suis fière d’être votre Suzeraine. »

Elle leva sa coupe de vin et but quelques gorgées.

__ Mais je n’ai pas que des bonnes nouvelles. Comme vous l’avez probablement noté, vous avez combattu les Brax dans l’Ouest, et ainsi, les Fer-Nés ont pu continuer leurs insolentes attaques. Lord Grafton a été contraint de sacrifier la flotte du Val pour calmer leurs ardeurs, ainsi, j’ose croire qu’ils étaient moins nombreux à entrer dans le Conflans et que nous avons donc contribués à l’avortement de leur invasion. Pour autant, je le crains, cette guerre n’est pas encore finie et le Conflans reste probablement leur cible privilégiée, aussi, j’en appelle à votre courage pour venir en aide à Lord Edmure sous la bannière du Val et le commandement de Nestor Royce. Je sais le sacrifice que je vous demande, je sais combien vous vouliez retrouver vos épouses, sœurs et filles, retourner dans vos demeures et recouvrer la paix. Je le sais et croyez bien que si je pouvais, je ferais autrement, mais, et je pense que vous serez d’accord avec moi, les crimes des Fer-Nés ne peuvent rester impunies et il semble que nous soyons les seuls parmi les Sept Royaume, à nous en préoccuper, les seuls, en tout cas, à être en mesure de fournir rapidement des troupes conséquentes pour les combattre. Nous sommes le Val d’Arryn et nous combattrons une fois de plus, plus haut que l’honneur ! »

Nestor et Yohn se levèrent et levèrent à leur tour leur coupe avant de les boire d’une traite…

Plus tard, un serviteur s’approcha d’Ondrew et lui demanda de le suivre jusqu’au jardin, là, la jeune femme accompagnée de deux Gardes Ailés l’attendait, elle sourit et l’invita à approcher.

__ Je vous dois une entrevue Lord Ondrew Egen, j’ai dû l’écourter toute à l’heure, les devoir d’une mère vous comprenez, mais je n’ai pas oublié. »

La brune portait la même robe que pendant la journée, de brocard bleu aux entrelacs floraux dont les manches ajustées étaient fermées par trois boutons d’argent avec un faucon. Soulignant sa taille, un passepoil argenté formait un V devant et marquait la délimitation entre le buste très ajusté et la jupe très ample et longue, plissée au niveau des hanches. Elle avait toujours la parure des Reines de la Montagne et du Val en saphir, or blanc et diamants accompagné d’un diadème d’une bague et de boucles d’oreille. Enfin, ses cheveux étaient réunis dans un chignon orné de tresses, tout comme plus tôt pendant la journée. Mais cette fois, pour combattre les frimas de la nuit, ses blanches épaules que laissaient apparaître le col rond de la robe étaient recouvertes d’une sur-robe de velours bleu brillant bordée de fourrure blanche au niveau des amples manches et du col. Une ceinture du même brocard que celui de la doublure, argenté aux motifs assortis à ceux du tissu de la robe, fermait la robe devant avec une grosse boucle ronde d’argent ciselé aux armes des Arryn.




   
   
   
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 20 Ans
Surnom: Le Soleil Noir
Métier/Titre(s): Lord de Oavry

« Le Soleil Noir »

Copyright : @Google
Corbeaux : 35
à Westeros depuis : 08/07/2016
MessageSujet: Re: Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew) 02.12.16 1:13

Le voyage jusqu'aux Eyriés fut long. Chaque minute qui passa entre son départ d'Oavry et son arrivée lui parut une éternité. Effectivement, le jeune Lord Egen était convié à ce qui semblait être une première fête d'honneur pour feu Lyonel Corbray. La première question qui, naturellement, lui était apparut était : Comment éviter d'être présent aux Eyriés sans que l'on souligne son absence ? Il doutait que sa présence soit de toute façon bien vu là-bas depuis l'incident de Vardis Egen le Lord était dubitatif face à son comportement à adopter avec le reste du Val. Bien sûr, il se savait soutenu par les Donniger, la maison de sa mère le soutiendrait à tout instant et il le savait fort bien, seulement la maison Donniger n'était qu'une petite maison et si l'envie prenait à Lady Arryn de frapper sa maison pour faire payer les Egen pour Vardis elle pourrait le faire en rencontrant pour seul résistant les longues pentes montagneuses qui menaient au château.

Ainsi, lorsqu'il arriva aux Eyriés sa seule réaction fut un sentiment mélangeant le stress et l'envie de vomir de se trouver en ces lieux. Il était d'accord avec l’exécution de Vardis seulement l'idée qu'il se trouve entre les mêmes murs qui servirent de tombeau à feu son oncle ne l'enchantait guère et puis il y avait Simon. Son jeune frère était sa plus grande peur. Comment contrôler quelqu'un qui en veut au défunt et probablement à sa femme alors qu'il les as sous la main ? Son frère ne se rendait pas compte du danger que représentait cette invitation. Fort heureusement il avait obtenu l'absence de Tya et Sarra du voyage, elles étaient furieuses mais sa mère avait compris qu'il avait peur de ce qui pourrait se passer et que voir mourir, ou pire, ses sœurs était la dernière chose que souhaitait Ondrew.

Une fois aux Eyriés, installés et présent dans la salle le stress monta clairement d'un cran pour le Lord, il était maintenant en compagnie de ses paires sachant fort bien que la moitié d'entre eux devait le prendre pour un traitre et l'autre moitié le laisserait mourir pour le peu que ça leur importait. En somme, il était dans un terrain fort sympathiquement que n'importe qui qualifierait d'hostile. Fort heureusement lors de ses hommages et alors qu'il avait peur de dire une imbécilité un nouveau né passa par là pour le sauver. Le rejeton de Lady Arryn avait décidé de sauver la peau du Egen en distrayant sa mère et en lui permettant à cette même occasion de s'éclipser le temps que la demoiselle face son devoir maternel.

Le soir même fut tenu alors un grand banquet, reprenez les même Lords, donnez leur du pain, du vin et des serveuses un brin agréable à la vue et vous aurez vos plus fidèles compagnons disait sa mère et il ne pouvait pas dire que c'était faux vu ce qui avait été préparé. Une fois confortablement installé entre son frère et Andros, le Lord fut ravi d'observer cette table pleine de met qui faisaient saliver le Soleil Noir qui fut tenté d'y toucher mais fort heureusement pour lui le cor dissipa ses envies et il se concentra sur ce qui était désormais le plus intéressant : Le discours de la Lord Suzeraine du Val Ashara Arryn. Le discours commença mal pour lui, d'entrée elle voulait que l'on rende honneur à son mari et il voyait déjà la main de Simon enserrait son verre et grognait entre deux murmures "qu'il ne rendrait jamais honneur à un meurtrier doublé d'un lâche et que les Sept ont préférés rappeler plutôt que de le voir s'occuper du Val en qualité de Lord Suzerain" tout cela dispersé bien sûr entre quelques injures étouffées. La suite fut surprenant, on demandait déjà aux vassaux qui étaient partis affronter les Brax de repartir au front pour affronter les Fer-nés cette fois-ci. Ondrew fut le premier surpris. Lady Arryn venait de perdre son mari dans une guerre évitable qui avait couter la vie à nombre d'hommes valeureux et déjà elle voulait repartir vers ce fléau. Était-ce une tentative de démontrer la force du Val ? Il ne savait pas mais c'est ce qu'il supposait et lorsque la Lady lança la devise des Arryns celle-ci résonna dans toute la pièce alors que le Lord se contenta de murmurer : "By Day or Night" avant de poter à ses lèvres le vin.

Et puis après tout les Egen avaient toujours veillés sur les Arryn de jour comme de nuit et quoiqu'on puisse en penser Vardis représentait parfaitement cette idée. Il avait juré de protéger de sa vie son Suzerain et sa femme et il était partis avec et pour eux. Maintenant il restait à faire comprendre cela à Simon, un jour en tant que frère cadet il devrait avoir à choisir entre sa famille et son devoir et ce jour-là Ondrew, s'il était encore envie, le louperait nullement.

Et la Nuit tomba sur les Eyriés alors que le banquet continuait. Coincé entre les rires d'Andros qui discutait avec un inconnu dont il ignorait le prénom et le nom s'il en avait un et les baiser entre une servante et Simon, Ondrew observait d'un œil curieux le reste de la pièce, les gens lui importait peu. De toute façon il les verrait aussi peu de fois qu'il le pouvait. Lorsque Simon relâcha la demoiselle et se tourna vers Ondrew il tapa lourdement sa main sur la table sortir son frère de ses observations ce qui eut pour effet de le faire sursauter et de provoquer un éclat de rire au plus jeune des deux avant qu'il ne prenne un air plus sérieux.

- Elle s'appelle Sienna, elle est dans la suite de Lady Arryn et je jure devant les Sept que si je ne la prends pour épouse avant la prochaine quinzaine je m'engage à entrer dans la Garde Blanche.

- Dans les deux cas tu mourras comme un imbécile. Soit mère te tuera pour avoir épousé une simple servant soit elle te tuera pour avoir voulu quitter une nouvelle fois la maison familiale.

Le ton d'Ondrew était courtois mais il savait que ce dernier était aussi méprisant. Il détestait cette manie de boire qu'avait Simon et même s'il buvait lui aussi il n'ingurgitait pas une mer de vin toute entière comme son frère pouvait le faire et puis de plus il disait n'importe quoi alcoolisé. La preuve étant qu'il voulait se marier avec une vulgaire servante. Il était désespérant au plus haut point, probablement que son intelligence ne culminait elle pas haut. Magiquement une servante arriva alors demandant à Ondrew de la suivre. D'abord réticent il fut presque chassé par Simon qui criait en rigolant que ce serais peut-être son unique chance de voir le chat dans sa vie. Ainsi chassé il eut quand même le plaisir de se retourner vers Simon pour lui envoyer une dernière menace.

- Si j'apprends que tu as culbuté ta servante ou qu'elle est enceinte de toi je jure devant les sept pour ma part de t'envoyer au Mur en te marquant les couilles au fer rouge du blason de notre maison pour qu'ils sachent tous ce qu'il en coute de désobéir à Lord Ondrew Egen d'Oavry.

Bon soit, il ne mettrait jamais en place cette menace et le clin d’œil de Simon lui fit très bien comprendre qu'il le savait autant que lui et qu'il se ferait un plaisir si il le pouvait de faire l'exact opposé de ce que voulait Ondrew.

Se laissant guider par la servante il fut emmené jusqu'au jardin des Eyriés où se trouvait Lady Ashara Arryn en magnifique tenue. Cependant, il n'y prêta guère attention tant son cœur était occupé à vouloir sortir de son corps et que son cerveau lui demandait de fuir pour éviter ce qu'il redoutait tant. Néanmoins les premiers mots de la demoiselle calmèrent légèrement le Lord et il chercha ses mots quelques instants à la recherche du calme intérieur pour coordonner ce que son visage exprimait et ce qu'il pensait.

- Je comprends tout à fait mais n'ayez d’inquiétude bien souvent les gens ne m'écoutent pas plus de temps que votre oreille ne m'a prêtée attention. C'est plutôt moi qui devait vous remercier d'ailleurs d'accepter mon humble personne dans une aussi agréable demeure que la vôtre.

Les banalités habituelles étaient de mise face à une personne aussi importante que la Lady du Val et même si d'habitude il ne cachait pas son dégout des banalités devant certaines personnes il valait mieux garder pour soit ses avis et faire ce que l'on doit faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 19 ans
Surnom: Le Faucon Blanc
Métier/Titre(s): Dame des Eyrié et de la Maison Arryn, Suzeraine et protectrice du Val d’Arryn

« Devoir, Force & Honneur »
« ! Pour le Val ! »

Copyright : EdP, tumblr, Jon snow
Citation : À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
Pseudo : Jul'
Corbeaux : 8546
à Westeros depuis : 16/02/2013
MessageSujet: Re: Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew) 04.12.16 11:37

La Maison Egen. Ashara avait été contrainte de s’absenter alors qu’elle en recevait le Seigneur. Pour sûr, son fils ne pouvait pas attendre qu’elle ait terminé, elle n’avait donc pas le choix, mais elle aurait préféré qu’il daigne dormir quelques minutes de plus. Elle n’avait pas eu l’occasion de recroiser le moindre Egen depuis la mort de Vardys. Et bien que de l’eau ait coulé sous les pots depuis son exécution et qu’elle ait quelque peu oublié ce drame étant donné tout ce qui s’était passé entre temps, elle se souvenait à présent. Certes Ser Vardys avait tenté de les tuer elle et son époux, et pour cela, peut-être méritait-il la mort que lui avait donnée Lyonel, mais il avait aussi servi, des années durant, avec loyauté, la Maison Arryn, lui et ses ascendants. D’ailleurs, il avait tenté de l’assassiner encore et toujours pour servir son suzerain, du moins le pensait-il, en tout cas, c’était ce dont était persuadée Ashara. Elle aurait voulu la clémence pour lui, elle pensait pouvoir lui prouver qu’il serait plus loyal à feu Lord Jon Arryn en la servant elle plutôt qu’en servant Lady Lysa et Robin. Mais son époux en avait décidé autrement et elle regrettait amèrement ce geste qui avait condamné la Maison Egen à vivre avec un traitre dans ses rangs. Le temps n’y faisait rien, elle se disait parfois que son bien aimé avait eu raison, que c »tait folie de garder un traitre dans ses rangs après ce qu’il avait fait et que le laisser en vie aurait été un aveu de faiblesse. Mais la plupart du temps, elle en revenait à son premier avis, il avait eu tort de le tuer, il aurait dû, comme souvent, l’écouter elle avant d’agir sans réfléchir aux conséquences à long terme de ses décisions. Car un aveu de faiblesse peut se transformer en force quand il s’agit de faire de vos ennemis des amis. Car on ne construit pas un royaume avec le sang de ses vassaux.

La brune croyait en l’amour. Elle savait la haine, elle savait la colère, elle savait la vengeance, la traitrise, la folie même, elle avait vu tout ce que ses sentiments pouvaient engendrer de guerres et de chagrin. Mais malgré tout, elle croyait en l’amour. Elle y croyait car elle l’avait vu à l’œuvre. Elle avait vu les Valois aimer, respecter et servir Lord Jon Arryn avec loyauté, sans pour autant que celui-ci n’ait besoin de s’imposer par la force. Elle ne voulait pas devenir une Suzeraine de la peur mais une Suzeraine de l’amour, comme l’avaient été ces ancêtres depuis que les Andals avaient conquis la Montagne et le Val. Elle avait conscience que parfois la violence était inévitable, et qu’en tant que femme, elle devait prendre garde à chacun de ses gestes et de ses actes pour que les hommes qui voyaient d’un mauvais œil d’être gouvernés par une femme ne puissent s’immiscer dans la faille. Mais c’était bien l’amour pour son peuple qui l’avait conduite jusqu’ici, l’amour pour sa région qui lui donnait la force de continuer sans Lord Lyonel Corbray. C’était l’amour pour la Montagne et le Val ainsi que le respect qu’elle portait à sa propre Maison et à ses vassaux qui l’obligeait chaque jour à donner le meilleur d’elle-même pour ses gens. Voilà la Suzeraine qu’elle avait toujours voulut être, la Suzeraine que Lord Jon Arryn avait formée, façonnée, puis choisie plutôt que son propre fils. Elle ne voulait pas le décevoir.

C’est pourquoi elle ne saurait blâmer toute la Maison Egen pour l’égarement momentané d’un seul de ses membres. Et quoi qu’en pense certains, c’était par amour aussi qu’Ashara avait mené le Val à la guerre contre l’Ouest, même si pour le coup, elle s’était lourdement trompée, et aurait dû faire les choses à sa façon comme elle s’était occupée de Littlefinger plutôt que de laisser les hommes décider de mener cette guerre ouverte pour avoir l’occasion de rouler des mécaniques. La peur est bien mauvaise conseillère. Par amour encore, elle envoyait les fier hommes de Val se battre dans le Conflans. Bon, aussi par amour propre et par stratégie, parce qu’après avoir tant perdu dans l’Ouest, elle espérait gagner gros dans le Conflans. Mais elle ne pouvait pas laisser les Fer-Nés persécuter les habitants du Continent sans rien faire sous prétexte qu’Edmure était une couille molle, Eddard le pire stratège que Westeros ait porté et le Roi trop occupé à se crêper le chignon avec la Reine. Certes, comme dans toutes les guerres, des gens mourraient, certes, elle aurait pu laisser l’ost se disperser et les soldats rentrer chez eux et attendre patiemment que le Roi le convoque une fois de plus. Mais si les Fer-Nés n’étaient pas stoppés nets dans leurs raids sanglants, des gens mourraient aussi, et sans que le Val puisse en tirer le moindre profit ni le moindre honneur. Et si elle attendait l’appel du Roi, le temps de lever le ban, ils risquaient fort d’être, une fois de plus, comme cela c’était produit dans l’Ouest, les dindons de la farce. A prendre tous les risques dans des batailles que les puissants de Port-Real s’empresseraient d’oublier, ne laissant aux Valois pas même les miettes de leur festin, pas même une place au Conseil Restreint…
Alors, peut-être était-elle complètement folle, peut-être que son amour et son amour propre se confondaient un peu parfois, mais elle voulait que le Val tire enfin les lauriers de ses bonnes actions, de gré ou de force. Que, cette fois, les sacrifices soient rétribués à leur juste valeur, que les morts ne passent pas inaperçus.

__ Avec tout ce remue-ménage à Port-Real puis dans l’Ouest, je ne vous ai jamais présente mes condoléances pour la mort de Ser Vardys. Il a certes été exécuté pour trahison, mais la Maison Egen a servi la Maison Arryn avec loyauté durant des siècles, vous méritiez au moins cette attention j’imagine, aussi, je m’en excuse. Quoi qu’il en soit, Ser Vardys ou non, condoléances ou non, vous méritez d’être là avec tous mes Seigneurs Vassaux, à partager le pain et le sel à ma table, et bien d’autres choses plus agréables pour le palais. »

Elle sourit avant de reprendre, tout en réfléchissant à son propre questionnement.

__ Parfois je me demande ce qui a bien pu passer par la tête des premiers hommes pour choisir le Sel comme l’un des symboles des lois de l’hospitalité. » Elle fit une pause et regarda Ondrew pour avoir son avis, mais soudain, elle eut une idée. « Peut-être était-ce pour donner grand soif aux convives et s’assurer qu’ils seraient rapidement saouls. L’ambiance n’en est que plus festive, même si parfois l’alcool mène à certains excès honteux. » Elle se mit à rire de bon cœur. « De sacrés boute-en-train ses premiers hommes ! »

Sienna était une fieffée salope qui écartait les cuisses aussi facilement qu’une dinde farcie devant n’importe quel nobliau, surtout si celui-ci lui promettait le prestigieux mariage qu’elle espérait tant. En effet à force de graviter si près des riches et des puissants, et malgré les nombreuses mises en garde et réprimandes de sa mère, elle nourrissait le doux rêve du prince charmant, celui qu’un chevalier, ou mieux, un noble, tomberait amoureux d’elle et la sortirait de sa condition. Néanmoins, elle s’était toujours débrouillée pour ne pas tomber enceinte, probablement fournie en thé de lune par Mestre Udo qui préférait cela plutôt que de voir une camériste d’Ashara se trainer une ribambelle de bâtards. Car jusqu’à maintenant, et bien que la belle ne manque ni de charme ni de talent, aucun des nobles qui lui avait fait une telle promesse avant de la culbuter ne l’avait finalement tenue. Cela ne faisait d’ailleurs qu'exacerber son ressentiment envers les nobles, particulièrement Ashara qu’elle tenait pour responsable de tous ses malheurs et son envie maladive d’appartenir à leur monde. Elle était pourtant aussi belle que la Arryn, peut-être même plus ! Mais la vie, injuste, avait fait de l’une la Suzeraine du Val, libre d’épouser un homme de haute naissance et d’elle son humble servante, libre d’obéir et de se marier à un foutu serviteur, ou pire, à un paysan.

Ashara se remit à marcher en silence un moment, l’air était froid, la nuit claire, la lune semblait si proche qu’elle aurait pu l’attraper. Après avoir longuement hésité, par peur que la réponse de Lord Ondrew ne lui déplaise, elle se lança :

__ Serez-vous dans l’ost qui partira pour Vivesaigues ? »

La brune avait pris la décision de tenter son opération de prise d’actions hostile sur le Conflans seule, sans les conseils avisés de Ser Raymar partit à Port-Real, sans écouter Mestre Udo qui était bien trop pacifique et pusillanime pour comprendre le risque qu’elle prenait se faisant. Les autres personnes de son entourage ne devaient pas savoir ce qui se cachait derrière cette action, Nyella devait y aller pour sauver le peuple, les membres de la Garde Ailée ne devaient pas savoir le ressentiment qu’elle nourrissait à l’égard du Roi Robert, de Ned et d’Edmure. Elle gouvernait. Seule. Comme n’importe quel Suzerain. Seule face à ses décisions, bonnes ou mauvaises, sans personne à qui avouer toute la noirceur de son cœur et l’ensemble du plan qu’elle prévoyait. Elle avait bien essayé, avant, d’en parler, pour les Lannister et la Reine, elle avait parlé de ce qu’elle pensait faire et on l’avait dissuadée, on lui avait interdit, et elle n’avait plus pu rien faire de ce qu’elle voulait car ils auraient su qui étaient responsable et ne lui auraient pas pardonné d’être passée outre leurs conseils. Alors, maintenant qu’elle avait fait une fois cette erreur, elle ne la ferait pas à nouveau. Elle gouvernait, seule, comme la mort de Lyonel lui donnait enfin l’occasion de le faire. La peur de faire une erreur la tenaillait, mais cette fois, elle était bel et bien seule à la barre, sans entrave, si elle se plantait, elle ne pourrait s’en prendre qu’à elle-même.




   
   
   
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 20 Ans
Surnom: Le Soleil Noir
Métier/Titre(s): Lord de Oavry

« Le Soleil Noir »

Copyright : @Google
Corbeaux : 35
à Westeros depuis : 08/07/2016
MessageSujet: Re: Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew) 22.12.16 22:16

Planté là le Lord d'Oavry écoutait la Suzeraine avec un certain intérêt, il aurait pu le faire uniquement par courtoisie mais il n'avait jamais eu la vraie chance de discuter avec elle. De discuter vraiment avec elle même s'il la connaissait de nom et de discours désormais et puis il faisait bon aux Eyriés, on pouvait en dire ce que l'on veut il y faisait toujours moins froid qu'à Oavry et le temps agréable l'aidait à tendre plus attentivement l'oreille à la Lady du Val dont il appréciait les premières paroles. Ce n'était que des sincères, il ne savait pas si elle le pensait vraiment après tout Vardys avait essayé de la tuer, condoléances mais c'était appréciable de la part d'une femme qui aurait pu tout perdre à cause de sa maison.

De plus il n'avait beau ne pas croire à la franchise des nobles, après tout depuis leur plus tendre enfance on leur apprenait à mentir et à dissimuler leur sentiments pour ne montrer que des facettes agréables aux yeux des autres, il appréciait ce qu'il semblait déceler comme de la franchise dans les paroles de la Lady et pour ne pas la couper par politesse il abaissa seulement la tête en signe de remerciement pour la délicate attention dont elle faisait preuve envers lui et sa famille.

Il était moins intéressé par la suite de ses paroles que par la robe de la Lady, il devait avoué qu'il avait bien fait de ne pas emmener Sarra et Tya en plus des risques auxquels il pensait, il s'imaginait devoir supporter deux filles de 14 ans réclamant la même robe que la Suzeraine du Val sous prétexte que cette dernière en portait une. Enfaite il était même soulager, devoir débourser quantité d'or pour satisfaire les envies vestimentaires de ses deux sœurs ne lui plaisait pas. Surtout en sachant qu'en voyant la plupart des dames bien vêtues aux Eyriés elle voudrait au moins la même chose que trois quarts d'entre elles alors qu'elles étaient déjà bien habillées et les plus belles petites filles que Westeros ait vu naitre.

Il redescendit de ses pensées pour répondre au rire de la Suzeraine par un léger sourire.

- L'avantage du sel étant qu'il provoque l'attablement des hommes, il nous permet de se mettre autour d'une table et de partager des discussions ou des négociations sans crainte. Il faut avouer qu'il aide à débuter beaucoup d'histoires.

Elle avançait alors il la suivait, suivant la cadence de ses pas sur le sol il se tenait un tout petit en retrait par rapport à elle considérant qu'elle devait être mise en avant si quelqu'un tombait sur eux, elle était la Suzeraine du Val après tout. La question qu'il attendait un peu au fond de lui vint alors : Allait-il rejoindre le Conflans ? Peut-être bien. Il ne savait pas, probablement que Criston et Simon seraient heureux à l'idée de partir enfin éliminer les ennemis du Val mais lui ne savait pas. Il n'était pas homme de guerre mais homme de lettres, il se voyait mal partir dans le Conflans exécuter les iliens parce que le vieux Balon probablement abruti par le temps et les défaites avait senti une dernière fois sa queue dans son pantalon et avait tellement paniqué qu'il avait décidé dans un élan de fougue de relancer une rébellion qui finirait dans le sang des siens.

- Je l'ignore, mon frère voudra probablement que nous partions au front pour combattre et à vrai dire je ne suis pas homme d'arme. Moi et les épées c'est comme une prostituée dans le lit d'un eunuque, il sait ce qu'il doit faire mais il n'en a pas les moyens.

D'accord, c'était peut-être déplacé. Voir complètement. Voir il pourrait peut-être rejoindre Vardys dans l’immédiat si la Suzeraine n'avait pas vraiment d'humour mais toujours il la suivait, se plongeant dans le brun de ses cheveux. Une question lui pendait aux lèvres, l'envie de la poser mais l'hésitation par peur de la mettre en colère puisqu'après tout une Suzeraine en colère cela faisait rarement les affaires du vassal qui la mettait dans un tel état.

- Il y a une question que j'aimerais vous poser. Comme vous devez le savoir j'ai recueillis le fils de mon oncle à Oavry et j'aimerais savoir si Vardys vous as dis quelque chose à son propos avant de mourir. Le petit ne vit pas très bien avec les actions de son père même si il faut avouer que ma mère ne l'aide pas beaucoup mais il semble déjà vouloir vous protéger comme tout bon Egen si cela peut vous rassurer sur ses intentions une fois adulte.

Il était vrai dans tout cela que le petit vivait mal d'être vu comme le fils du traitre à Oavry et même s'il s'entrainait le plus dur possible à la lame pour racheter les actions de son père. Ondrew était déjà certain que son cousin serait un très grand chevalier une fois adulte tout comme son oncle et même si sa mère le voulait au mur Ondrew et Simon savait la valeur d'un chevalier excellent à l'art de la lame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 19 ans
Surnom: Le Faucon Blanc
Métier/Titre(s): Dame des Eyrié et de la Maison Arryn, Suzeraine et protectrice du Val d’Arryn

« Devoir, Force & Honneur »
« ! Pour le Val ! »

Copyright : EdP, tumblr, Jon snow
Citation : À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
Pseudo : Jul'
Corbeaux : 8546
à Westeros depuis : 16/02/2013
MessageSujet: Re: Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew) 22.01.17 12:02

Ashara sourit.

__ C’est bien vrai, et en cela son partage est important, mais le pain seul aurait remplit l’office tout aussi bien et à moindre frais sans que tous les convives en soient assoiffés ! »

La jeune femme eut un petit sourire en coin à la réflexion du Lord d’Oavry. Bien que la comparaison grivoise puisse choquer une donzelle, elle en avait vu d’autres à force de voyages avec ses épées liges qui, pour certaines, ne s’étouffaient pas avec les convenances. Elle en avait vu d’autres aussi dans son enfance, avec Yohn Royce, ses fils et ses hommes, même si le Bronzé avait essayé de la tenir à l’écart des affaires des hommes, la brune était curieuse et se mêlait de ce qui ne la regardait pas. Elle avait toujours été plus attirée par le monde des hommes, la guerre, la stratégie, la politique, que par celui des femmes cantonnées dans leurs appartements à broder et faire des risettes ou à tenir une maison. Elle avait appris à le faire aussi, même si elle n’avait aucun talent pour la broderie, mais cela l’ennuyait profondément et désormais, en tant que Suzeraine, elle était aussi à la tête des armées du Val, bien qu’elle ne puisse décemment en prendre physiquement le commandement. Bref, la réflexion était totalement déplacée, mais Ashara ne s’en offusqua pas le moins du monde et la plaisanterie était assez drôle, d’autant qu’il était rare qu’un homme se compare à un eunuque et avoue ainsi ses faiblesses. C’était là une preuve de franchise autant que d’esprit. Aussi ferait elle aussi preuve de franchise envers lui, sans prendre les pincettes d’usage, puisqu’il ne les prenait pas lui-même. Lui manquait il de respect pour autant ? elle ne trouvait pas.

__ Je vois… » Elle soupira. « Pour ce qui est de guerroyer, de la stratégie militaire et de tenir les troupes, Lord Nestor Royce est mon meilleur commandant. Mais il y a quelque chose qui mérite peut-être plus de tact qu’il ne saurait en faire preuve et surtout, il aura bien d’autres chats à fouetter une fois dans le Conflans. »

Elle s’arrêta de marcher, se plaça face à son interlocuteur et plongea son regard azur dans celui du Seigneur.

__ J’envoie Lady Nyella Belmore pour sceller l’alliance entre le Val d’Arryn et le Conflans. Elle doit épouser Edmure, Edmure et nul autre sans quoi, je refuse que le moindre Valois ne perde la vie pour sauver ses sujets des Fer-Nés. Or je me méfie des promesses en l’air d’un Tully. »

Elle fit une pause, droite, digne, sans frémir. Mais de la colère s’insinuait dans son regard sans qu’elle puisse la cacher.

__ La dernière fois que j’ai aidé le Conflans, ce … la truite m’a presque craché à la figure en préférant aider le Stark en échange de troupe plutôt que nous. Et avant cela, le Stark m’avait lui aussi craché à la figure en me rétorquant que je ne pouvais rien demander en échange des risques que j’avais pris pour la couronne. C’est ainsi donc, que ces gens là récompensent la loyauté. Aussi, cette fois, je compte bien prendre toutes les assurances possibles que le Val ne sera pas oublié à l’heure de partager le butin. On peut aider gratuitement les autres, mais quand on perd des vies à la guerre pour les autres et qu’ils vous pissent dessus, ce n’est que justice de leur couper la queue, non ? »

Le sourire qui apparut sur sa jolie bouche n’avait rien de joli, il reflétait toute sa haine et son désir de vengeance.

__ Notre intervention dans le Conflans n’est pas pure charité envers les pauvres gens qui subissent les assauts des Fer-Nés, l’ost Valois doit arriver en sauveur du peuple et pointer par sa victoire, l’incapacité des Tully et des Stark à les protéger. Comprenez-vous où je veux en venir et quelle pourrait être votre mission ? Puis-je compter sur vous pour que le Val obtienne son dû pour les sacrifices passés et à venir ? Et aussi pour ne pas sacrifier inutilement des vies. »

A ces mots elle baissa le regard, conscient que la guerre engendre toujours des morts mais espérant secrètement que celle-là ne leur couterait pas aussi cher que la précédente.

__ Mmm… Je pense qu’il est un peu tôt encore pour que je prenne le fils de Ser Vardys comme écuyer aux Eyrié. Mais si vous me prouvez votre valeur et votre loyauté dans le Conflans, alors je ne saurais vous refuser cela. Qu’il y prouve aussi sa valeur et sa loyauté envers ma maison et il aura entièrement effacé la souillure qui entache votre nom et sa lignée. »




   
   
   
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 20 Ans
Surnom: Le Soleil Noir
Métier/Titre(s): Lord de Oavry

« Le Soleil Noir »

Copyright : @Google
Corbeaux : 35
à Westeros depuis : 08/07/2016
MessageSujet: Re: Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew) 25.01.17 1:55

Le Lord d'Oavry comprenait, il comprenait tout. Elle voulait que le Val entier soit vu comme des sauveurs, que le peuple est confiance en eux. C'était malin comme idée, il y avait plus compliqué mais c'était simple et efficace et on ne devait pas être rester au berceau avec la septa pendant vingt années entières pour comprendre et même s'il fallait qu'il s'avoue à lui-même qu'il se fichait bien des Starks, des Tullys et de tous les gens du Conflans qui pouvaient bien tous mourir en enfer que cela ne changerait pas sa vie l'idée d'arriver en héros pour montrer que le Val est la plus puissante des Régions l'intéressait particulièrement. De plus Simon serait ravis d'enfin guerroyer, de pouvoir rentrer dans quelque chose sans que cela soit féminin et pour le sexe, cette fois-ci il allait pouvoir se défouler sur des fer-nés et peut-être serait-il plus facile à supporter avec le sang des innocents sur les mains.

- Je vois, si cela fait plaisir à madame j'obtempère à votre souhait vous êtes ma suzeraine Lady Ashara et je ne peux que renouveler mes vœux si vous me le demandez de cette façon.

Il respira un instant l'air frais, il venait de se jeter droit dans la gueule des fer-nés, lui et son ost, lui et son frère, lui et tout ce qu'il a. Désormais il était un Lord qui partait à la guerre pour revenir auréoler de gloire et peinturluré du sang de ses ennemis tombés sous sa lame valoise.

- Savez-vous si le Tully est capable de nous aider ou si il ne sait pas encore placer ses armées sur un champ de bataille ?

Les Tully étaient particulièrement dans le viseur de son père lorsqu'il était enfant, c'était la première maison suzeraine que Alesandor méprisait, il n'aimait pas Hosteen, pas plus qu'il n'appréciait le nigaud qui lui servait de fils et vu le tableau qu'on avait dépeint à Ondrew il n'avait pas une très haute opinion du jeune suzerain et de son territoire mais le Conflans était un atout majeur, en plus d'être le centre de Westeros le territoire des Tully empêchait le Val d'avoir un quelconque accès aux autres régions, être en bon terme avec Edmure Tully semblait une chose intéressante si le Val réussissait à chasser les fer-nés.

- Je suppose que la jeune fille ne sait pas qu'elle est un pion sur le morbide échiquier qu'est ce monde n'est-ce pas ? Elle n'est pas encore en âge de comprendre qu'elle est envoyée dans une région qui ne connait pas l'unité et qui est sujet à être extrêmement difficile à contrôler non ?

Il s'arrêta quelques instants, il connaissait déjà les réponses à l'intérieur de lui-même, de ce qu'il avait vu et entendu Nyella Belmore était encore une gamine haut comme trois pommes, à peine plus vieille que Sara et Tya et elle partait si loin de son père pour aller dans un endroit dont même le sept enfers ne voudraient pas.

- Je ne suis qu'un humble seigneur d'une maison correcte mais je me dois de vous le dire. A mes yeux c'est un risque que vous prenez, lorsqu'elle sera en âge de comprendre si vous ne l'avez pas éduquée parfaitement à l'idée de penser pour le bonheur du Val en premier elle pourrait se retourner contre vous madame.

C'était le pire scenario qu'il avait pu imaginer, Nyella Belmore se rebellait et comprenait qu'Ashara Arryn la manipulait et tout cela finit dans une guerre ou encore ce ne sont pas le sang des rois mais de la plèbe qui finit déversé au sol pendant que le chef des vainqueurs s'empiffre de gloire et de félicitations avant qu'un autre ne le remplace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 19 ans
Surnom: Le Faucon Blanc
Métier/Titre(s): Dame des Eyrié et de la Maison Arryn, Suzeraine et protectrice du Val d’Arryn

« Devoir, Force & Honneur »
« ! Pour le Val ! »

Copyright : EdP, tumblr, Jon snow
Citation : À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
Pseudo : Jul'
Corbeaux : 8546
à Westeros depuis : 16/02/2013
MessageSujet: Re: Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew) 26.01.17 23:26


__ Mon plaisir serait de voir ma flotte reconstruite dans le port de Goeville grâce au bois du Conflans qu’Edmure Tully a préféré offrir à Ned Stark pour fabriquer la flotte du Nord. Mon plaisir serait de voir mes marins aguerris sur les bateaux Nordiens à la place de leurs hommes sans expérience formés à la va vite. Comme si on pouvait, dans l’urgence de la guerre contre ses foutus Fer-Nés, se permettre de faire renaitre une tradition brulée il y a des siècles par l’un de leur putains de Bran et gâcher ainsi du bois. Mais une alliance incontestable avec le Conflans me suffira dans un premier temps. »

En fait son plaisir serait que la stratégie du Stark lui explose à la figure avant de le voir s’étouffer dans son propre sang, mais si la franchise était de mise, certaines choses devaient être tues. Ashara voulait le Conflans pour son bois, pour le principe, pour sa position stratégique vis-à-vis du Val, mais pas uniquement, seulement il était trop tôt pour en parler à qui que ce soit. La brune fit une moue dubitative.

__ Mon avis personnel ? S’il était fin stratège, il ne m’aurait pas manqué de respect comme il l’a fait. Pour le reste, je ne le connais pas et surtout je ne l’ai pas vu en action, je ne peux donc pas me prononcer. Cela dit, il est en train de faire construire une flotte à Salvemer, dans la Baie du Fer Né, juste en face des Iles de Fer. A vous de voir si c’est un plan ingénieux pour y attirer les pilleurs ou une énorme connerie, pour ma part, je constate qu’ils gâchent mon Bois et cela me met de fort méchante humeur. Enfin… faites-lui croire que les idées viennent de lui, il pourrait se vexer autrement et bouder le mariage que je lui propose. »

Ashara hocha la tête devant la vérité crue que venait d’assener Ondrew. Elle était triste d’envoyer ainsi sa favorite dans ce qui pouvait sembler être un traquenard. Elle espérait sincèrement que cela se passerait bien et que Nyella serait bien protégée et règnerait sur une région en paix avec le soutien du peuple. Mais le jeune Lord venait de rayer toute naïveté de l‘équation, il avait une vision bien noire de la situation et la Suzeraine ne comprenait pas sa position sur le Conflans et encore moins sur ce que pourrait bien lui reprocher la jeune rousse au visage d’ange. La brune réfléchit quelques instants. Elle avait été assez claire sur ses intentions envers Edmure et envers le Conflans lors de son entretien avec la jeune fille. Sans pousser le bouchon jusqu’à lui avouer à quel point elle en voulait au Tully et au Stark, ni à quel point la réussite de ce projet pourrait influer sur la suite de sa vengeance, elle lui avait dit la vérité.

__ Lady Nyella connait sa place de demoiselle de haute naissance, sait tenir son rang et comprend les enjeux de son rôle dans cette alliance. C’est un mariage important pour moi et avantageux pour elle et elle pense déjà en véritable Suzeraine du Conflans, ce qui prouve qu’au-delà de son joli minois dédié à charmer Lord Edmure, elle saura trouver sa place à Vivesaigues et peut-être même devenir plus crédible que le Tully lui-même. Que pourrait-elle bien comprendre qui fasse d’elle mon ennemie, je ne comprends pas ? »

Au final, le fait qu'elle veuille effectivement voir le Val enfin récompensé pour ses hauts faits ne changeait rien pour Nyella qui avait bien plus à gagner qu'à perdre dans cette histoire.




   
   
   
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 20 Ans
Surnom: Le Soleil Noir
Métier/Titre(s): Lord de Oavry

« Le Soleil Noir »

Copyright : @Google
Corbeaux : 35
à Westeros depuis : 08/07/2016
MessageSujet: Re: Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew) 02.02.17 22:03

Il ne prononça pas un mot lorsqu'elle parla d'Edmure et de son bois. Cela n'avait aucun intérêt de toute façon non ? Elle était déjà en colère sans qu'il ait le besoin d'en rajouter en plus pour enfoncer le clou. Et puis le Lord d'Oavry préférait enregistrer les informations qu'on lui donnait : Ned Stark donne une flotte au Nord en la faisant construire à Salvemer dans le Conflans pile en face des iles de fer. En dehors du fait que c'était plus que stupide, même si cela venait à être un piège, c'était irresponsable. Les fer-nés n'avaient qu'à prendre le port pour se servir allègrement dans les réserves de bois et continuer de construire leur flotte portant la mort sur tout Westeros. Eddard Stark était vraiment la main du Roi avec une idée pareille ? Il comprenait que le gros Roi Robert n'était plus aussi glorieux qu'autre fois, seul un imbécile aurait donné une place aussi haute à un homme capable de sacrifier des dizaines, voir des centaines, de vies innocentes pour des bateaux ?

A Oavry Ondrew devait bien avouer que les bateaux n'avaient point grande valeur, au milieu des montagnes qu'importait d'avoir des bateaux ? Il en avait bien sûr quelques uns dans la rivière un peu plus loin mais la plupart n'étaient que des bateaux de pêcheurs pas des bateaux de guerre et à vrai dire les Egen n'avaient que peu d'intérêt pour la pêche. On vivait principalement des élevages, de la vente de laine par les troupeaux et de quelques champs sur les rares zones plates près d'Oavry où poussait vin, blé et quelques autres denrées classiques. Ceci dit ces bateaux intriguaient Ondrew, il comprenait l'intérêt de sa Lady Suzeraine de récupérer ses bateaux ils étaient un avantage pour déplacer les troupes lorsque guerre il y avait et ils étaient principalement intéressant dans cette période où plus beaucoup de régions pouvaient se vanter d'avoir une flotte digne de ce nom mais le bois des bateaux était probablement à l'heure actuelle déjà entre les mains des Fer-nés ou cela ne tarderait plus à arriver, l'ost du Val n'arriverait pas à temps de toute façon le trajet était trop long.

S'ensuivit quelques phrases sur la Belmore, il n'avait rien contre elle mais il doutait qu'elle soit un jour plus crédible qu'un Tully en portant son nom.

- Je me méfie des humains en général Lady. Dans votre idylle rien ne contrecarre vos plans mais n'oubliez pas que le destin est farceur Dame Arryn, vous avez la chance de porter un nom que certains rêvent d'avoir et d'autres rêvent de voir disparaitre. A cet âge les enfants sont manipulables et je ne pense pas m'avancer en disant que certains à la cour de Vivesaigues voudront vérifier si votre chère petite demoiselle n'est pas encore un peu trop attachée à vous.


Il planta son regard dans le sien comme une épée s’enfonçait dans le corps chaud d'un ennemi au nom inconnu mais qui n'était pas encore mort et pouvait mettre un dernier coup. Sa Lady était certes une des meilleurs Suzeraine de Westeros dans l'immédiat mais elle faisait des plans trop sur le long terme et qui pouvait être balayer d'un souffle de vent.

- Méfiez-vous du poisson mort, il peut encore assener quelques coups.

Il ne connaissait pas la position de Lord Edmure mais celui-ci serait dangereux jusqu'au bout. Un bon Suzerain d'une autre contrée c'est un Suzerain mort, c'est ainsi que parlait son père lorsqu'il lui lisait les familles Suzeraines et les actuelles Lord Suzerain lorsqu'il était enfant. Il marqua la fin de ses dires par un léger sourire franc envers la jolie jeune Lady.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 19 ans
Surnom: Le Faucon Blanc
Métier/Titre(s): Dame des Eyrié et de la Maison Arryn, Suzeraine et protectrice du Val d’Arryn

« Devoir, Force & Honneur »
« ! Pour le Val ! »

Copyright : EdP, tumblr, Jon snow
Citation : À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
Pseudo : Jul'
Corbeaux : 8546
à Westeros depuis : 16/02/2013
MessageSujet: Re: Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew) 17.02.17 15:14

Ashara sourit. Elle était plutôt bien placée pour parler des farces du destin. Rien ne la destinait à devenir suzeraine du Val, ni sa lignée cadette et encore moins son sexe, pourtant elle l’était, avec tout ce cela impliquait de risques, d’ennemis et de responsabilités. Elle avait aussi pensé pouvoir profiter de son époux quelques années de plus et, au moins, lui présenter son fils avant de se disputer avec lui concernant le nom qu’il devrait porter, mais le destin en avait décidé autrement. Enfin, qui aurait pu croire qu’après avoir voulu l’éliminer, elle se serait ainsi rapprochée de la Reine, seule personne du royaume à l’avoir remerciée pour son sacrifice et à avoir reconnu ses qualités. Elle se mit soudain à rire aux éclats en repensant à ce qui l’avait menée sur ce chemin sinueux et dangereux de la vengeance. Une fois reprit tout son sérieux, elle dit :

__ Vous n’imaginez pas à quel point le destin est farceur. Le tout est de se débrouiller pour n’en point être le dindon… »

Quelles surprises lui réservait encore la vie, des bonnes et des mauvaises, celle peut-être, d’être un jour poignardée dans le dos par un ami, peut-être d’avoir la vie sauve grâce à quelqu’un qu’elle pensait son ennemi. Aiyana, qui avait largement mérité sa confiance, qui aurait eut de bonnes raisons de la tuer et qui, pourtant avait risqué sa vie pour la sauver. Cerseï, sur qui elle ne pouvait pas encore se prononcer, mais qui, alors qu’elle aurait pu lui envoyer un assassin pour le principe même d’avoir cherché à l’éliminer, lui avait envoyé des bateaux. Ned, qui, alors qu’il aurait dû lui faire confiance et la soutenir, avait préféré lui cracher à la figure avant de l’espionner au travers de ses vassaux. Le Roi, qui au lieu d’accorder au Val la place qui lui revenait pour lui avoir sauvé la vie avait souhaité donner le titre de Gouverneur de l’Est à Stannis. Ysilla, à qui elle avait offert l’ouest et qui avait tout fait capoté pour une question d’ego et enfin Nyella, qu’elle avait toujours trouvé niaise et qui pourtant avait été la seule personne capable de lui redonner du courage. A qui donc pouvait-elle vraiment se fier, jamais à qui elle s’attendait, c’était là ce qu’elle avait appris. Elle était le dindon de la farce du règne de Robert premier du nom depuis un peu trop longtemps à son gout, lui sauvant la mise et ses grosses fesses de rustre, menant ses guerres et y perdant de précieuses vies. La farce était maintenant terminée et la dinde de ses messieurs prête à leur montrer qu’une belle jeune femme pouvait leur faire voir les portes des sept paradis mais aussi celles des sept enfers.

Oh comme i aurait été plaisant d’ouvrir la gorge de ce gros plein de soupe de ses propres mains et de le voir s’étouffer dans son sang. Mais c’était un risque inconsidéré et fort inutile. La vengeance est un plat qui se mange froid, qui se savoure, même si, effectivement, on prend alors le risque que les chiens en fassent leur destin à votre place.
Perdue dans ses pensées morbides, Ashara en avait presque oublié son hôte, elle arborait un petit sourire étrange, regardant les étoiles et humant à pleins poumon l’ait frais de la nuit. La brise fit voleter ses cheveux et elle se souvint alors qu’il y avait quelqu’un. Sans baisser les yeux de la voute céleste aux milles étoiles et à la lune en croissant argenté, elle soupira et dit :

__ Mon nom est un cadeau et un fardeau tout à la fois. N’allez pas croire que je le renie ou que je m’en plaigne, mais ceux qui souhaitent le pouvoir n’ont, le plus souvent, aucune idée de ce qu’il implique vraiment. Il y a la façade, riche et belle, lisse et agréable, et il y a la réalité, cruelle, triste, dure et solitaire. »

Elle reporta son regard sur Lord Ondrew, aussi froid, dur, cruel et triste que le pouvoir, elle le fixa quelques instants ainsi sans bouger le moindre cil. Et comme si, une statue de marbre blanc s’animait soudain, elle sourit et parut reprendre vie avant d’ajouter :

__ J’ai appris que le risque zéro n’existe pas, quoi qu’on fasse, on peut parfois en éviter certains, mais pas tous, et il faut savoir les prendre sans quoi, d’autres les prennent à votre place et vous vous retrouvé exécuté sans même l’avoir vu venir sur l’autel des ambitions d’un autre seigneur. Quant à l’inaction, je trouve avoir attendu assez longtemps, le Val mérite mieux qu’une Suzeraine attentiste et couarde qui rumine son deuil jusqu’à la fin des temps. »

La brune répondit d’un ton grave.

__ Je vous remercie de votre avertissement, je saurais en faire bon usage et me méfier de tout et de tout le monde. Mais je crois que Nyella, aussi jeune et naïve puisse-t-elle paraitre, saura séparer le bon grain de l’ivraie. »




   
   
   
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sous un ciel étoilé (Lord Ondrew)

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Photographies du ciel
» Daniel ♦ Ciel Etoilé [LIBRE]
» Conversation sous ciel étoilé >Mélodie
» Sous un ciel de guerre, le métal chante toujours juste. [Aurah-Fini]
» ô nuit belle nuiiit sous un ciel, d'Italiiie ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Westeros :: Le Val d'Arryn :: Les Eyrié-