AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

Visite guidée [PV Jon Snow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 24 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Second de La Rose d'Airain / Recrue de la Garde de Nuit

« Pirate de la Garde de Nuit »

Copyright : Io
Corbeaux : 69
à Westeros depuis : 11/03/2017
MessageSujet: Visite guidée [PV Jon Snow] 12.03.17 17:51



299 - Lune 9 - Semaine 1 - Jour 1

Châteaunoir



Il avait froid. Vraiment. Qu’importe l’épaisseur des fourrures qu’il revêtait et leur quantité, il avait l’impression que cela ne servait strictement à rien. Qu’il lui était impossible de se réchauffer. Le froid l’agressait toujours autant, et comme si cela ne suffisait pas, ce vent glacial s’était rajouté à l’équation, accompagné de quelques flocons. Il aurait tout donné pour se réveiller dans son hamac de la Rose d’Airain, loin d’ici, dans les contrées du Sud, avec l’odeur de la mer et du sel lui embaumant les narines, avec une légère brise pour atténuer la chaleur. Mais non, sa situation était belle et bien réelle, ce n’était pas une illusion créée par son cerveau ensommeillé. Non, tout était bien concret : il était bien coincé au Mur, en tant que nouvelle recrue de la Garde de Nuit. Un futur corbac. Il était condamné à se geler les miches.

Il entra dans la grande salle, soupirant bruyamment, satisfait d’enfin échapper au vent. Il regarda autour de lui, mais personne, c’était complètement vide. Le feu crépitait dans l’âtre et il s’en approcha aussitôt pour se réchauffer. Il s’assit sur le banc le plus proche et se laissa gagner par cette douce chaleur salvatrice. Le froid qui l’avait jusqu’alors envahi reculait peu à peu, perdait du terrain, perdait son emprise sur son corps, et il en était bien soulagé. Il se laissa ainsi aller quelques minutes, profitant aussi de ce silence qu’il appréciait grandement.

Qu’il n’y ait personne ne le dérangeait pas spécialement, mais cela le laissait tout de même perplexe car il était censé retrouver quelqu’un. Qui ? C’était une excellente question, il ne s’en souvenait plus. La seule chose dont il était sûr, c’était qu’il s’agissait d’un corbac qui devait lui faire faire un tour des lieux car à part sa chambre et le réfectoire où il était actuellement, on ne pouvait pas dire qu’il savait où se trouver les autres lieux importants. Après tout, il n’était qu’arrivé la veille, et dormir avait été sa seule préoccupation. La route entre Blancport et Châteaunoir l’avait épuisé : il était un homme des mers, et non pas de la terre, alors marcher sur de telles distances, il n’en avait pas l’habitude. Il soupira à cette pensée. La simple vue de la mer lui manquait déjà, tout comme le roulis du navire sur les flots, ou le fait de dormir dans un hamac, bercé par le son des vagues. Il était un pirate, et il donnerait cher pour retourner à son ancienne vie : il ne tenait pas à devenir un corbac, en aucun cas, et c’est bien pour cela qu’il comptait se faire la malle le plus vite possible. Tant qu’il ne prononçait pas les vœux, il ne devrait techniquement pas être considéré comme un déserteur. Du moins c’est ce qu’il pensait et aussi ce qu’il espérait. Et puis, s’il parvenait à récupérer un bateau et à prendre la mer, la potentialité d’être condamné à mort pour sa désertion s’affaiblissait car il doutait qu’il allait être pourchassé jusqu’en Essos.

Il attrapa sa besace et en sortit une de ses cartes : c’était un sacré coup de chance que le jour où il fut arrêté il avait avec lui une carte du Nord. Bon, ce n’était certes pas la plus précise qu’il possédait, mais la majeure partie de ses cartes se trouvant sur le navire, il était clair qu’il allait devoir faire avec. Elle était franchement incomplète, mais ce n’est pas comme s’il avait vraiment le choix, alors il s’en contenterait. Il n’aurait qu’à en refaire une, en supposant qu’il y ait une bibliothèque au Mur et qu’il puisse y avoir accès. Il ne pourrait déserter sans avoir une carte correcte, car autrement, c’était vraiment être suicidaire que de penser être capable de s’en sortir face à des hommes qui connaissaient la région. Il lui faudrait étudier le terrain avant d’entreprendre quoique ce soit afin d’être sûr de sa réussite, mais le temps lui était aussi compté : il se devait d’agir avant qu’on ne lui demande de prononcer les vœux. Il ignorait cependant de combien de temps il disposait exactement, quelques semaines sûrement, ce qui ne lui facilitait pas la tâche.

Face à cet impératif temporel, il décida de se mettre au boulot dès maintenant : il attrapa son matériel de navigation, et étala correctement sa carte sur la table en bois. Il commença à l’étudier attentivement, l’annotant déjà par endroits pour réaliser le travail préliminaire nécessaire avant qu’il ne la dessine lui-même. Quitte à attendre ce corbac, autant s’occuper de manière utile.


Codage par @Gaki. sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom: Lord Snow
Métier/Titre(s): Frère de la Garde de Nuit

« Intendant du Lord Commandant »

Pseudo : Lord Snow
Corbeaux : 2886
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Visite guidée [PV Jon Snow] 13.03.17 19:29

Cinq semaines s’étaient écoulées depuis le vote de la réforme de la Garde et pourtant, Jon Snow avait l’impression que c’était la veille. Il avait continué à entraîner ses frères au combat mais il avait aussi appris à connaître certains membres du clan de Luna, ayant fait partie de l’équipe qui avait facilité leur installation dans le Don. Les sauvageons « amis de la Garde » venus avec lui depuis Fort-Levant s’étaient avérés d’une aide précieuse eux aussi, notamment pour dissiper certains malentendus qui se glissaient parfois entre les frères jurés et les gens du peuple libre.

Toutefois, Snow n’oubliait pas ses prérogatives d’intendant auprès du Lord Commandant. Le jeune homme s’assurait à ce que le Vieil Ours ne manque de rien, cavalait d’un bout à l’autre de Châteaunoir pour accomplir quelque course. La dernière demande en date consistait à accueillir une nouvelle recrue au Mur, un pirate qui plus est !

La recrue était censée l’attendre dans la grande salle et il trouva l’homme assis sur un banc, près du feu. Jon se souvenait avoir été frigorifié en arrivant à Châteaunoir la première fois, et pourtant il était originaire du Nord, alors il n’imaginait même pas ce que cet homme, qui avait l’air d’avoir ses racines plus au sud, devait bien ressentir.

Jon se doutait bien que l’homme n’était pas là par choix et à en juger par la carte du Nord déroulée devant lui, il songeait sans doute déjà à s’évader.

Le Bâtard de Winterfell alla s’asseoir dans le banc juste en face du sien, regardant un instant sa carte avant de fixer son regard anthracite sur le pirate.


- Bonjour… Law, c’est bien ça ? Je m’appelle Jon Snow, c’est moi qui vais te faire visiter Châteaunoir aujourd’hui.

L’intendant baissa de nouveau les yeux pour examiner la carte et secoua la tête.

- Je ne suis pas navigateur mais je connais assez de cartes terrestres pour savoir qu’elle est trop imprécise pour t’être d’une grande utilité. Tu en trouveras d’autres dans la bibliothèque de Châteaunoir, il te suffira de demander à Mestre Aemon.

Snow ne put s’empêcher d’esquisser un sourire amusé avant de répondre à la question muette qu’il devinait déjà dans l’esprit du nouvel arrivant.

Tu n’es pas le premier à songer à t’enfuir. Peut-être réussiras-tu, ou peut-être pas. Je ne suis pas ton geôlier, seulement ton guide mais je viens de Winterfell et j’ai vu assez de déserteurs décapités par Lord Stark pour te dire que ce n’est pas par le sud que tu trouveras ton salut. Si tu veux t’enfuir, ce sera par le nord du Mur… mais tu t’exposes là à d’autres périls, pires que la mort diraient certains. Tu ne veux pas que je te fasse faire le tour du propriétaire avant de continuer à imaginer tes plans ?



I am the sword in the darkness.
The Watcher on the Wall:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 24 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Second de La Rose d'Airain / Recrue de la Garde de Nuit

« Pirate de la Garde de Nuit »

Copyright : Io
Corbeaux : 69
à Westeros depuis : 11/03/2017
MessageSujet: Re: Visite guidée [PV Jon Snow] 14.03.17 17:35



299 - Lune 9 - Semaine 1 - Jour 1

Châteaunoir



Sa carte l'exaspérait. De un, parce qu'il avait toujours préféré les cartes marines, même s'il n'y avait pas de raison spécifique à cela. De deux, parce qu'elle était vraiment trop incomplète pour qu'il puisse en faire quoique ce soit. A part les grandes villes comme Winterfell, et la route royale, la feuille était vierge de toute autre information utile ou précise : les forêts étaient grossièrement dessinées, et il aurait parié que leur position n'était pas totalement exacte. Quant aux éventuels chemins, ceux-ci étaient tout simplement inexistants, au même titre que les cours d'eau qui avaient disparu. Si, dans sa fuite, il se retrouvait bloqué à cause d'une rivière, il était sûr et certain d'y laisser la tête, et ça, il en était hors de question.

Il soupira, essayant de rester calme. Comme il ne s'était jamais rendu bien loin dans le Nord avec l'équipage de La Rose d'Airain, et comme même leurs passages à Blancport étaient plutôt rares, il n'avait jamais réalisé que les cartes de cette région qu'Axell avait sur le navire étaient aussi déplorables. Il se le promit, dès qu'il serait de nouveau à bord, il inspecterait toutes les cartes en leur possession pour remplacer celles qui méritaient de l'être.

Où étaient-ils d'ailleurs, ses frères d'arme ? Il supposait qu'ils avaient tous réussi à s'échapper, puisqu'aucun ne se trouvait avec lui à se geler les miches au Mur, et il doutait fortement que l'un d'eux ait pu se faire tuer. Ils avaient dû reprendre la mer, mais étaient-ils partis vers le Sud pour plus de sécurité ? Ou étaient-ils restés dans le coin dans l'espoir de le voir revenir ? Peut-être même que certains viendraient lui donner un coup de main. Il eut certes un sourire à cette pensée, mais il ne comptait pas trop là-dessus. Il préférait se débrouiller par lui-même plutôt que d'espérer une potentielle aide qui n'arriverait sans doute pas.

Une voix vint le tirer de ses pensées, et il s'interrompit, relevant la tête. Était-ce ce frère juré qu'il était censé attendre qui arrivait enfin ? Un jeune homme était en effet face à lui, assis sur un banc, et à ses dires, c'était effectivement son guide pour la journée. Il confirma son identité d'un hochement de tête, ne ressentant pas le besoin de s'exprimer davantage sur le sujet. Ce Jon Snow devait sans douté déjà savoir qu'il avait été forcé de venir ici après avoir été rendu coupable de piraterie.

Il fronça néanmoins les sourcils en entendant le corbeau lui déclarer qu'il pourrait trouver de nouvelles cartes à la bibliothèque. C'était certes une bonne nouvelle pour lui, car il n'allait plus avoir besoin de s'acharner sur la sienne, mais en même temps, cela le faisait tiquer qu'il puisse y accéder aussi facilement. Avec une carte complète entre les mains, n'importe qui pourrait tenter de s'échapper, ce qui, en soi, n'était pas très intelligent. Le sourire amusé de Snow le troubla un peu plus, mais il comprit vite en écoutant la suite.

Les propos du corbeau n'étaient guère rassurants pour son projet de fuite, mais ce n'était pas suffisant pour le décourager : il allait juste devoir redoubler de prudence afin de mettre son plan – lorsqu'il en aurait un qui lui conviendrait pleinement – à exécution. Partir vers le Sud était visiblement dangereux, avec les hommes du Nord qui le pourchasseraient, mais dès qu'il mettrait la main sur un bateau, il serait à l'abri. Sur les mers, il serait dans son élément et une fois qu'il aurait quitté Westeros, la menace d'une décapitation serait loin derrière lui. A condition qu'il mette la main sur un bateau, et c'était bien pour cette raison qu'il ne pouvait pas partir vers le Nord, car il doutait de pouvoir en trouver un par là-bas.

Il esquissa son éternel sourire mesquin, comme par habitude, et il replia sa carte qu'il rangea dans sa besace avec son matériel de navigation.

abc– Si je veux m'enfuir, j'aurai besoin d'une carte plus complète que celle-là, et pour avoir cette carte, j'ai besoin de savoir où se trouve la bibliothèque, donc je te suis.

Retourner dans le froid ne l'enchantait pas le moins du monde, mais c'était de toute évidence une étape à laquelle il n'échapperait pas. Il espérait pouvoir retourner à la chaleur du Sud le plus vite possible.

abc– Quant à mes chances de réussite, hé bien, les pirates regorgent de ressources et d'inventivité.

Son sourire mesquin s'accentua à ses dires, repensant aux plans que proposaient parfois Axell pour aborder les navires commerçants, ou pour obtenir des clients supplémentaires pour leur contrebande. Il lui piquerait sans doute une idée ou deux pour son propre plan d'évasion.

Il se leva, attendant ensuite que le corbeau fasse de même pour commencer la visite. Une autre question germa cependant dans son esprit, rebondissant sur les propos de Snow à propos du Nord. Cette menace qui rôdait soi-disant au-delà du Mur, était-elle bel et bien vraie ? Ou n'était-ce qu'une rumeur infondée qu'il avait entendue dans les tavernes comme tant d'autres ?

abc– C'est vrai, ce que l'on raconte ? J'ai entendu des rumeurs, à Blancport, à propos de ce qu'il aurait au-delà du Mur.

Non pas que cela l'intéresse vraiment – il ne se sentait pas concerné par ce qu'il passait ici, puisqu'il prévoyait d'échapper à cet avenir de frère juré –, mais il tenait à savoir ce qui risquait de lui tomber dessus s'il venait à rester ici trop longtemps.


Codage par @Gaki. sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom: Lord Snow
Métier/Titre(s): Frère de la Garde de Nuit

« Intendant du Lord Commandant »

Pseudo : Lord Snow
Corbeaux : 2886
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Visite guidée [PV Jon Snow] 16.03.17 20:46

Le sourire mesquin esquissé par le pirate était moins révélateur que le soin avec lequel il rangea sa carte ou la façon dont il maniait précautionneusement son matériel de navigation. C’était un homme habile et sans doute raisonnablement intelligent. C’était Theon qui lui avait raconté jadis que les navigateurs des Iles de Fer avaient tout intérêt à être malins car s’ils faisaient des erreurs dans leurs calculs, le bateau pouvait aisément se perdre… ce qui au mieux amenait le navigateur idiot à être jeté par-dessus bord au dieu noyé, ou au pire à faire périr tout l’équipage.

Le raisonnement exposé par Law avait le mérite d’être clair et honnête. Il ne cachait pas son désir de s’enfuir, ce dont bien sûr le Lord Commandant et ses officiers étaient déjà au courant. Un pirate passait son temps à partir à l’aventure et fuir les autorités, ils n’avaient pas vocation à aider ou protéger leur prochain, et encore moins dans un endroit aux conditions aussi peu clémentes que le Mur.


- Ton raisonnement se tient, je dois cependant te prévenir que certaines de ces cartes ont plusieurs siècles. Tu devras en faire des copies sur du papier neuf, sinon quoi elles seraient vite réduites en miettes à la lumière et à l’air du jour.

Si Mestre Luwin lui avait parlé de la façon dont étaient conservés les ouvrages à Winterfell, c’était Sam qui avait parfait son apprentissage en la matière – dans ces moments où son ami était si passionné par sa tâche qu’il devait expliquer pendant des heures son intérêt – en lui parlant des conditions particulières de préservation inhérentes à l’âge des parchemins conservés sous terre, dans des coffres réservés à cet usage.

- Je ne doute pas que tu aies de la ressource mais tu es en terrain inconnu, tu ignores sans doute tout des dangers qui rodent, au nord comme au sud du Mur, en matière d’animaux sauvages, de plantes vénéneuses… et du reste. D’autant plus que tu n’as pas l’air accoutumé au climat, or le froid qui règne ici est un danger en lui-même.

Jon n’essayait pas de décourager Law, son ton était d’ailleurs purement explicatif. Ce qu’il cherchait à dire à Law, c’était qu’avec le peu de connaissances et de préparation qu’il avait, toute entreprise d’évasion à court terme serait sans doute vouée à l’échec, qu’il soit dévoré par une meute de direwolfs, empoisonné par des baies qui n’étaient pas comestibles ou encore terrassé par le froid trop intense. Bien évidemment, il y avait aussi les Marcheurs Blancs, dont le pirate avait vraisemblablement dû entendre parler puisqu’il évoqua des rumeurs entendues à Blancport.

- Si tu fais référence à l’existence des Marcheurs Blancs et à leur armée de morts-vivants, ils existent mais tu n’as bien sûr pas besoin de me croire sur parole… suis-moi.

[i]Une fois dehors, Jon se dirigea vers l’ascenseur en lui montrant au passage la tour du Roi, qui abritait les appartements du Lord Commandant depuis que sa propre tour avait brûlé, puis la cour d’entraînement occupée généralement par les nouvelles recrues qui s’entraînaient à manier les armes et finalement l’ascenseur lui-même.

Tandis qu’ils commençaient à s’élever, Snow revint sur le sujet évoqué précédemment.


- La Tour du Lord Commandant a brûlé quand un mort-vivant a tenté de tuer le Commandant Mormont. Il s’agissait d’un frère juré retrouvé décédé au-delà du Mur, il possédait une force surhumaine et les coups ne lui faisaient rien, pas plus que les lames d’acier dans sa chair… seul le feu eut un effet, comme nous le découvrîmes cette nuit-là.

Jon serra et desserra machinalement sa main gantée de noir, qui abritait sous le tissu des marques de brûlure qui venaient de cette nuit.

- Des frères jurés et des sauvageons qui sont désormais nos alliés en ont rencontré par-delà le Mur. Le feu est vraiment l’unique moyen sûr de les terrasser, le démembrement fonctionne aussi à la condition de charcuter le corps en un grand nombre de morceaux mais les parties séparées continuent de bouger. C’est ainsi que nous avons pu apporter la preuve de ce que nous avancions à Winterfell, une main qui se déplaçait d’elle-même, devant l’héritier de Winterfell et Lady Stark.

Ce n’était plus un secret depuis longtemps, puisque Robb était parvenu à l’époque à rassembler des émissaires de plusieurs régions en racontant la véracité de la menace qu’il avait vue de ses propres yeux. Jon esquissa un sourire amusé en se tournant vers Law.

- C’est pour ça que je préférerais que tu vives. Cela m’embêterait que tu viennes grossir les rangs de l’armée des morts parce que tu te serais perdu quelque part au nord du Mur. Mieux vaut un déserteur à mes yeux qu’un combattant ennemi. Bien sûr, cela me gênerait aussi que tu sois pris au sud du Mur, cela forcerait Robb à te décapiter… Rickon est encore un peu jeune pour assister à ce spectacle, c’est un peu rude.

Etait-il là depuis si longtemps pour que la mort lui paraisse désormais devenue une affaire si banale ? Non, c’était sans doute parce qu’elle avait toujours eu une place dans sa vie. Enfant déjà, à l’image de Bran peu avant le départ de Lord Stark, Jon l’avait aussi vu rendre sa justice. Combien de fois n’avait-il pas vu l’épée ancestrale en acier valyrien couper les têtes de criminels et de déserteurs ?

Ils finirent par arriver au sommet du Mur, où soufflait comme souvent un vent de tous les diables. Il faisait froid, extrêmement froid comparé au sol et des brasiers brûlaient toujours au sommet pour que les veilleurs puissent se réchauffer, un peu tout du moins. Ramenant un peu l’un des pans supérieurs de sa cape sur son visage, Jon invita Law à le suivre dans le couloir de glace jusqu’à ce qu’ils arrivent à un pan de mur ouvert, où ils pouvaient désormais contempler le paysage au-delà du Mur.

On pouvait apercevoir l’étendue de la forêt hantée dont les arbres étaient davantage blancs que verts de là où ils se trouvaient. C’était un paysage magnifique et désolé à la fois dans cette pureté blanche, rabattue par des vents incessants.


- Je voulais que tu voies ça en premier. C’est une vue que tu n’oublieras jamais, même si elle ne t’impressionne pas particulièrement aujourd’hui. Tu ne verras jamais d’édifice plus haut, je ne crois même pas que le titan de Braavos soit plus haut… mais tu dois le savoir mieux que moi. Tu l’as déjà vu n’est-ce pas ? Demanda Jon en s’asseyant devant le braséro pour se réchauffer un peu, invitant de la main Law à faire de même.




I am the sword in the darkness.
The Watcher on the Wall:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 24 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Second de La Rose d'Airain / Recrue de la Garde de Nuit

« Pirate de la Garde de Nuit »

Copyright : Io
Corbeaux : 69
à Westeros depuis : 11/03/2017
MessageSujet: Re: Visite guidée [PV Jon Snow] 21.03.17 21:02



299 - Lune 9 - Semaine 1 - Jour 1

Châteaunoir



La perspective de devoir retracer lui-même des cartes vieilles de plusieurs siècles ne le dérangea pas, et à vrai dire, cela l'enchantait plutôt. C'était une réelle passion pour lui, il ne comptait pas les heures qu'il passait le nez dans tous ces parchemins, ni tout le sommeil qui lui échappait à cause de cela. Et se plonger dans d'aussi anciennes cartes était promesse de la découverte d'un passé unique, celui de ces cartographes qui s'étaient évertués à rendre compte avec soin de leur territoire. Il aimait se les imaginer à la même place que lui quelques siècles auparavant, à tracer toutes ces courbes, et il se demandait à chaque fois à quel point la carte qu'il avait entre les mains était correcte, quelles évolutions le terrain avait pues connaître.

Il retint néanmoins une grimace quand il entendit Jon lui expliquer quels dangers se dressaient sur le chemin de sa fuite, dangers qu'il avait magnifiquement oublié de prendre en compte. Il ne manqua pas de s'insulter mentalement, se rendant compte de la stupidité dont il avait fait preuve dans sa précipitation. Bien sûr qu'une carte ne suffirait pas. Connaître exactement les reliefs, l'emplacement des rivières lui serait certes utile, beaucoup même, mais s'il ignorait tout de la faune et de la flore, il courait à sa perte. S'il était incapable de se nourrir et d'éviter les plantes vénéneuses, entre autres, ses projets seraient bien vite écourtés. Il lui fallait également s'habituer au froid, et analyser ses résistances pour savoir à quel rythme il pourrait marcher. Il lui fallait prévoir son évasion dans les moindres détails s'il comptait atteindre la côte et trouver un bateau.

Il ne put s'empêcher de dévisager Jon lorsque celui-ci lui confirma l'existence des Marcheurs Blancs. Il sonda ses prunelles noires, cherchant à y deviner une once de plaisanterie. Etait-il vraiment sérieux ? Des morts-vivants. Il en avait vu des choses étranges, à force de voyager dans les cités libres, mais ça, c'était d'un autre niveau. Il avait du mal à concevoir le fait que des morts puissent se relever et venir les attaquer. C'était réellement arrivé ?

Le froid qui pénétra dans la salle lorsque le corbeau ouvrit la porte l'arracha à ses pensées et le fit frissonner. Y avait pas dire, il était beaucoup mieux auprès du feu, mais ce n'était pas comme s'il avait vraiment le choix s'il voulait visiter les lieux. Il suivit donc son guide qui le mena jusqu'à un ascenseur, et il l'écouta lui indiquer les différents lieux, acquiesçant parfois d'un hochement de tête. Il aperçut d'ailleurs quelques recrues s'entraîner, et son sourire revint en pensant qu'il devrait s'en sortir plutôt bien. Il lui faudrait juste apprendre à récupérer l'agilité que requérait son style de combat avec ses poignards à cause de toutes les épaisseurs qu'il portait.

Il observait la cour devenir de plus en petite à mesure que l'ascenseur s'élevait vers le sommet du Mur, lui rappelant cette vision qu'il avait des villes qu'il quittait à bord du navire et qui s'éloignaient sur le fil de l'horizon. Il écoutait aussi silencieusement Jon, qui s'était décidé à lui donner plus de détails sur ces morts-vivants. L'anecdote qu'il lui racontait lui rappelait un peu les plus sombres histoires liées à des pratiques magiques dans les cités libres, et la conclusion qu'il en tirait était la même : voilà quelque chose auquel il n'avait strictement aucune envie d'être confronté. La perspective de devoir affronter un mort-vivant ne l'enchantait guère, surtout si ceux-ci ne craignaient que le feu.

Il remarqua le tic du corbeau avec sa main, mais il ne dit rien à ce sujet. Il supposa que c'était lié à cette anecdote qu'il lui racontait. Peut-être qu'il y avait directement été mêlé, et qu'il en avait emporté un souvenir pas très joyeux. Cela ne l'empêcha pas de poursuivre, continuant de parler comme si de rien n'était. Il mentionna une alliance avec les sauvageons, et il ne put cacher son étonnement à ce moment-là. Il avait toujours entendu dire que le peuple libre était composé des pires brutes possibles qui ne voulaient qu'envahir le Sud. Comme toujours, les rumeurs ne restaient que des rumeurs, et la plupart du temps elles étaient erronées. Il nota dans un coin de sa tête de lui en demander davantage à ce sujet plus tard, cela l'intriguait.

Il afficha à nouveau son éternel sourire mesquin en réponse à celui amusé de Jon, et à ses propos. Il n'avait certes pas tout compris, s'étant perdu avec tous ces noms. Etait-il supposé les connaître ? Peut-être, et c'était pour ça que le corbeau les mentionnait, mais il n'était pas familier avec les nobles des Sept Couronnes. Enfin, il finit par comprendre que ce Robb devait être le seigneur de Winterfell – ou l'héritier ? Il avait parlé d'un héritier un peu plus tôt – puisqu'il serait chargé de le décapiter s'il venait à se faire prendre au cours de son évasion. Quant à Rickon… là il séchait davantage pour savoir de qui il s'agissait. Peut-être un autre membre de la famille dirigeante de Winterfell, dont il avait en toute beauté oublié le nom – comme celui des autres grandes familles nobles à vrai dire, il n'avait pas vraiment la mémoire des noms, surtout de personnes qu'il n'était pas amené à fréquenter – mais son guide semblait proche de lui, ce qui le laissait perplexe.

L'ascenseur arriva enfin au sommet du Mur, et le froid le saisit plus rudement. Il avait l'impression que toutes les fourrures qu'il portait s'étaient subitement envolées et pourtant il en sentait bien le poids sur ses épaules. Comment faisaient les autres corbeaux lorsqu'ils devaient passer plusieurs heures ici ? Il avait souvent râlé à propos de la chaleur trop étouffante dans certains coins d'Essos, mais en relativisant, il la préférait de loin à ce froid mordant.

Il suivit encore son guide qui semblait déterminé à lui faire affronter le vent pour lui montrer il ne savait trop quoi, et qu'il espérait digne d'intérêt. Et la surprise fut de taille lorsqu'il arriva à ce pan de mur ouvert. Là, devant lui s'étendait jusqu'au fil de l'horizon une immense forêt semblable à une mer de neige qui noyait le vert des arbres et qui se confondait, à force, avec le ciel nuageux. Il apercevait aussi les rafales de vent qui charriaient dans l'air de nombreux et épais flocons, renforçant l'aspect hostile de cette région. C'était un paysage unique, qui n'avait pas son pareil à travers le monde entier. Il avait beau avoir voyagé depuis des années, c'était la première fois qu'il voyait quelque chose d'aussi particulier, mêlant la désolation et la magnificence. Le froid semblait s'être volatilisé alors que son regard se perdait dans l'horizon.

C'est à peine s'il aperçut Jon s'installer devant un braséro et l'inviter à faire de même, tout comme il eut du mal à se reconnecter au réel lorsqu'il s'adressa à lui. C'était toujours le même problème avec lui : lorsque quelque chose le fascinait, il avait tout de suite tendance à se couper de son environnement, complètement absorbé par l'objet de son intérêt.

Il parvint néanmoins à décrocher son regard de cette vaste étendue neigeuse et désolée, et il s'assit aux côtés du corbeau. Le froid fit un retour brutal dans son corps et il se rapprocha un peu plus des flammes pour se réchauffer.

abc– Le titan de Braavos ? Pour sûr que je l'ai vu, impossible à rater pour quelqu'un qui vogue dans les eaux des cités libres. Et puis, mon capitaine était originaire de là-bas, alors on y allait de temps à autre.

Il eut un sourire et une brève pensée pour Axell et la manière dont il l'avait presque traîné à travers toute la ville la première fois qu'il l'y avait emmené.

abc– Mais le titan de Braavos n'est pas aussi haut que le Mur, ça c'est sûr. Et puis, la vue est complètement différente. Cette forêt enneigée, c'est la première fois que je vois une chose pareille.

Il passait clairement plus de temps vers Essos que vers le Nord de Westeros, et on ne peut pas dire que la neige soit très présente à proximité des cités libres. Et puis, ça n'avait jamais dérangé l'équipage : le froid, ils s'en passaient très bien.

Le silence s'installa entre les deux hommes avant que Law ne soupire au bout de quelques minutes, légèrement amusé. Il avait fait le point sur les éléments sur lesquels il souhaitait revenir après avoir longuement écouté le corbeau un peu plus tôt.

abc– En tout cas, ta sollicitude me touche, dit-il avec une pointe d'ironie. Même si elle est exclusivement motivée par la raison.

« C’est pour ça que je préférerais que tu vives. » C'est à ça dont il faisait référence et pour le coup, cela l'avait quelque peu amusé de voir son guide parler de la mort qui pouvait le guetter d'une façon tout à fait banale.

abc– Enfin, à moins qu'il y ait des bateaux au nord du Mur, je n'avais pas l'intention de m'y aventurer. Tu l'as dit toi-même, je suis en terrain inconnu, alors je ne vais pas me compliquer la tâche. Donc aucune chance que je rejoigne leurs rangs.

Il ne s'embêtait pas à cacher le fond de sa pensée car il était sûr qu'il ne faisait que mettre des mots sur des évidences. Il était un pirate, alors bien sûr qu'il chercherait à prendre la fuite sur un bateau, et l'au-delà du Mur n'était pas l'endroit où une personne comme lui trouverait son bonheur.

abc– Quant à partir vers le Sud, je m'arrangerai pour que mon plan soit suffisamment bien rôdé pour être en mesure d'éviter une décapitation. Je ne tiens pas à subir ce genre d'ennuis aux conséquences hum, drastiques, mais se tirer de situations improbables, c'est le propre des pirates.

Il afficha son sourire mesquin à cette pensée car il parlait en connaissance de cause. Combien de fois Axell et lui s'étaient retrouvés dans des situations invraisemblables que même son esprit n'aurait pu imaginer ? Tous deux s'en étaient pourtant toujours sortis, chaque fois bien sûr à coups de ruse et de plans toujours aussi inventifs, surtout en provenance du contrebandier.

abc– D'ailleurs, qui sont les deux dont tu as parlé ? Robb et Rickon. Je suis censé les connaître, ou c'est juste toi qui n'a pas pensé que je puisse ne pas les connaître ?

Peut-être un peu trop direct comme question, un peu brute, mais ses propos demeuraient neutres, dénudés de la quelconque agressivité. Il voulait juste vérifier si sa supposition au sujet de Robb était juste et, par la même occasion, savoir précisément qui était le deuxième puisqu'aucune de ses hypothèses ne lui convenait.

Sans trop lui laisser le temps de répondre, il enchaîna sur un autre sujet, décidé à exprimer toutes ses interrogations avant que l'une d'elles ne disparaisse de son esprit, chassée par une autre pensée.

abc– Tu as aussi mentionné une alliance avec les sauvageons. Réellement ? C'est vrai que j'ai pu apercevoir quelques hommes qui ne ressemblaient pas vraiment à des corbeaux, mais de là à une alliance ? C'est assez… surprenant.

Croiser des hommes qui ne portaient pas le noir, ça l'avait vraiment étonné même s'il n'était pas allé jusqu'à les interpeller pour obtenir quelques réponses. Entre les morts-vivants et cette alliance entre les corbeaux et les sauvageons, cet endroit, aussi hostile soit-il, avait au moins le mérité de regorger de surprises, certes pas tout à fait plaisantes pour la plupart.

Codage par @Gaki. sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom: Lord Snow
Métier/Titre(s): Frère de la Garde de Nuit

« Intendant du Lord Commandant »

Pseudo : Lord Snow
Corbeaux : 2886
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Visite guidée [PV Jon Snow] 24.03.17 0:11

La vue en valait le détour et Law paraissait complètement absorbé par le paysage. Jon le comprenait pour s’être comporté de façon similaire la première fois qu’il avait vu les terres au-delà du Mur ici, en compagnie de son oncle Benjen. Il avait l’impression que cela s’était produit il y a une éternité. A l’époque, il s’inquiétait encore du fait que la Garde n’était pas ce qu’on lui avait promis, que ses frères d’armes n’étaient que des voleurs et des criminels… il n’était encore qu’un garçon gâté, jusqu’à ce que Tyrion Lannister lui ouvre les yeux.

Depuis, Snow avait changé. Il était toujours intendant du Lord Commandant mais il avait affronté un mort-vivant, il était tombé amoureux d’une sauvageonne – et brisé ses vœux avec elle par la suite – il avait approché et failli à traiter avec le clan d’Isaar, et manqué de perdre la femme qu’il aimait au passage. Il avait fait face à sa honte auprès du Lord Commandant et désormais, une réforme avait été approuvée par leurs frères jurés. Dans quelques années, il pourrait épouser Luna, si elle le souhaitait… et s’ils survivaient jusque-là.

Pour le moment, le Bâtard de Winterfell prêtait l’oreille aux paroles du pirate concernant Braavos. Il se demandait s’il aurait un jour l’occasion de voir le Titan. Au moins était-il satisfait de penser que la statue braavienne était plus petite que le Mur, il pouvait ainsi continuer de penser qu’il s’agissait du plus grand édifice construit par l’Homme. Cette dernière pensée lui arracha un sourire avant qu’il ne lui réponde.


- Il s’agit de la Forêt hantée. C’est là-bas que j’ai prêté serment, devant les barrals. Ma foi va aux anciens dieux, comme la plupart des Nordiens. Les adeptes des Sept prêtent serment ici, au septuaire. Lui expliqua-t-il.

Le frère juré ne put s’empêcher de rire quand Law lui fit part du fait qu’il était touché par sa sollicitude, d’une façon très ironique. Lorsqu’il parvint à s’arrêter de rire, un sourire flottait toujours sur les lèvres de l’intendant de Lord Mormont.

- Je t’en prie. Méfie-toi plutôt de ceux dont tu ne connais pas l’origine de leur sollicitude. Peut-être te veulent-ils du bien… ou peut-être pas du tout mais tu sais sans doute ça mieux que moi.

Law avait vécu avec des pirates après tout, il devait avoir vu toutes sortes de personnes. Jon se montra attentif au raisonnement du nouvel arrivant. S’il disait la vérité, il serait effectivement assez malin pour ne pas tenter de se rendre au nord du Mur et cela éviterait qu’il vienne s’ajouter à l’armée des morts. En revanche, Snow n’était pas sûr qu’il parvienne à ficeler un plan assez adroit pour un passage au sud en évitant également les Nordiens. Après tout, il n’y avait pas plus de bateau dans le Don qu’au-delà du Mur, à la connaissance de Jon. Peut-être Law était-il assez inventif et habile pour se construire une embarcation ? Ou bien se berçait-il d’illusions ? Il était sans doute trop tôt pour le dire.

- Je te souhaite de réussir, le cas contraire me navrerait et pas simplement pour des raisons logiques. Précisa-t-il avec un sourire.

En écoutant Law l’interroger sur Bran et Rickon, Jon se rendit compte qu’il avait trop l’habitude de parler à Sam et à des Nordiens. Toute la noblesse et les habitants du Nord connaissaient les membres de la famille Stark, sur l’héritier de Winterfell mais Law n’était ni noble, ni Nordien et de ce qu’il en savait, le pirate passait le plus clair de son temps du côté d’Essos plutôt que de Westeros.

- Mes excuses, Law, j’oublie que tu n’es pas du Nord. Robb et Rickon sont des fils de Lord Eddard Stark, le Seigneur suzerain du Nord et actuellement la Main du Roi à Port-Réal. Robb est son héritier et gouverne Winterfell en son absence. Robb et Rickon sont aussi mes demi-frères, je suis un fils bâtard de Lord Stark.

Ces mots lui auraient fait mal par le passé mais il avait appris à accepter ce qu’il était. Luna se fichait qu’il soit un bâtard et la plupart de ses frères d’armes aussi. Il n’y avait guère que Ser Alliser pour en faire grand cas et Jon en était venu à réaliser que s’il l’évoquait, c’était sans doute uniquement pour chercher à le blesser.

Le Nordien se demanda quel cheminement pouvait bien suivre le raisonnement du pirate pour passer ainsi du coq à l’âne mais loin de s’en offusquer, Snow en était plutôt amusé. Il était rare de parler, non pas à des gens si honnêtes mais à des gens aussi dépourvus de tact, ou de pudeur dans leurs questions. C’était assez rafraichissant. Jon se demanda d’ailleurs, pour les avoir observés à Winterfell pendant le banquet, si c’était cela qui avait servi de base à l’amitié entre son père et le Roi Robert, modèle de franchise brute s’il en existait.


- Oui, réellement. Il s’agit d’une alliance entre la Garde et un clan de sauvageons pour le moment. J’espère qu’elle s’étendra à l’avenir, les dieux savent que nous pourrions bénéficier de leurs nombres dans nos rangs… et soustraits à ceux des ennemis des vivants. C’est cela qui nous rapproche vois-tu. La Garde et le peuple libre ont combattu pendant des siècles… mais à la fin, nous sommes tous des êtres humains de chair et de sang. Notre ennemi commun ne mange pas, ne dort pas, ne respire pas, il ne fait que tuer et la mort qu’il offre n’est même pas un repos éternel puisqu’il t’oblige à ton tour à tuer, tes amis, tes frères, ou tous les innocents sur ta route.

Sa voix était devenue grave et son regard dirigé vers les flammes se faisait plus dur. Oui, cette alliance, bien que sincère, n’était pas juste née de bons sentiments. Elle émanait d’un impératif : celui d’unir les vivants pour combattre les morts, car nul ne doutait que tôt ou tard, ils s’amasseraient au pied du Mur pour les affronter et répandre la mort et le chaos sur tout Westeros.




I am the sword in the darkness.
The Watcher on the Wall:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 24 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Second de La Rose d'Airain / Recrue de la Garde de Nuit

« Pirate de la Garde de Nuit »

Copyright : Io
Corbeaux : 69
à Westeros depuis : 11/03/2017
MessageSujet: Re: Visite guidée [PV Jon Snow] 24.03.17 18:00



299 - Lune 9 - Semaine 1 - Jour 1

Châteaunoir



Il avait beau avoir le braséro juste en face de lui, voir ses flammes valser sous ses yeux, mais non, rien à faire, avec ce vent et toute cette neige, il n'en sentait pas la chaleur. Il était incapable de se réchauffer. Même s'il essayait de se concentrer sur autre chose, notamment sur les explications du corbeau à propos de cette vaste forêt – la Forêt Hantée, un nom ô combien charmeur –, le froid se rappelait toujours à lui et s'il pouvait prendre forme humaine, il l'aurait étripé depuis longtemps.

Lorsqu'il entendit Jon parler des serments de la Garde, il dut retenir une grimace. Il n'avait pas vraiment envie d'entendre parler de ces fameux vœux qu'il ne voulait pas prononcer. Il était hors de question qu'il s'engage volontairement à croupir sur ce Mur, qu'il soit attaché de manière aussi officielle à un seul endroit. Il était un pirate, libre de se rendre là où il le souhaitait, sans connaître de limites. Jamais ne renoncerait-il à sa liberté.

De plus, il fallait prêter serment au nom des Dieux, que ce soit les Anciens ou les Sept, mais il y avait là un problème. Il avait certes grandi à Villevielle, et donc en toute logique, il devrait normalement porter une foi aux Sept. Mais non, c'était loin d'être le cas. Déjà, il n'avait montré d'intérêt particulier pour la religion durant son enfance, mais s'il avait eu une quelconque croyance envers les Dieux du Sud de Westeros, alors Axell l'avait détruite au cours des premiers mois où il avait rejoint son équipage. Il ne dirait pas que son capitaine l'avait converti ou quoi que ce soit de ce genre, mais il lui avait appris que le seul dieu qui pouvait exister, le seul vers lequel ils pouvaient se tourner, c'était la Mort elle-même. Quand il y repensait, le contrebandier n'était pas un braavien pour rien. En tout cas, prêter serment devant les barrals au nom des Anciens Dieux, ou au septuaire au nom des Sept n'avait depuis plusieurs années plus aucun sens à ses yeux.

Il se découvrit aussi un côté comique en observant Jon rire aux éclats. Visiblement, il appréciait bien l'ironie dont il faisait preuve. Il eut un fugitif sourire sincère, qui ne demeura sur ses lèvres qu'à peine quelques secondes, satisfait d'amuser quelqu'un. Cependant, il n'écouta que d'une oreille distraite sa mise en garde : il ne la connaissait que trop bien. Il était très rare qu'une personne montre de la sollicitude envers quelqu'un sans une arrière pensée. Les actes de pure charité, sans le moindre bénéfice espéré, étaient rarissimes. Ça, il s'en était rendu compte à force de voyager, en rencontrant des personnes retors au plus haut point, dissimulant ses réelles intentions sous une face de gentillesse hypocrite. Depuis, il ne pouvait s'empêcher de se montrer méfiant envers ceux qu'il rencontrait, et c'est pour ça qu'il tiqua en entendant le corbeau déclarer que l'échec de ses projets le navrerait, et pas uniquement à cause de raisons logiques. Parlait-il de raisons affectives ? Cela lui semblait étrange : ils ne se connaissaient que depuis moins d'une heure. A moins qu'il supposât un éventuel rapprochement au cours des prochaines semaines jusqu'au jour de son évasion. Peut-être. Il n'aurait su dire.

abc– Se méfier de ceux qui montre un peu trop de sollicitude à ton égard est une habitude de tout pirate, tu sais. Les gens seulement dotés de bonnes intentions sont rares, presque uniques en leur genre.

Quand il y repensait, c'était un peu sinistre comme constat, mais c'était pourtant la réalité dans laquelle ils vivaient. Il n'aimait pas se voiler la face, alors autant le dire.

abc– C'est amusant de voir que tu souhaites ma réussite. Je pensais qu'en tant que corbeau tu chercherais à me dissuader.

Ça l'intriguait, oui, et il préférait directement poser la question plutôt que d'y réfléchir pendant trois heures.

Les explications de Jon au sujet de Robb et Rickon furent claires et simples, et il l'en remercia intérieurement. Pour certains nobles, ces choses-là paraissaient tellement évidentes qu'ils ne pensaient pas à adapter leur discours à ceux qui n'y étaient pas habitués. Désormais, il visualisait mieux les liens entre son guide et la famille Stark, et cela lui rappela également quelque chose qu'il avait appris il y a bien longtemps : Snow était le nom attribué aux bâtards du Nord, et il était en face de Jon Snow. Il aurait pu comprendre par lui-même si son cerveau s'en était souvenu au bon moment.

Il se rendit aussi compte de la diversité des membres de la Garde de Nuit : outre les multiples criminels qui préféraient se geler les miches plutôt que de perdre un membre et aux crimes très variés, dont il faisait d'ailleurs partie, il y avait aussi des nobles qui venaient s'engager pour défendre les Sept Couronnes contre ce qu'il se trouvait au-delà du Mur. Même s'il avait du mal à le concevoir, il ne pouvait s'empêcher d'éprouver un brin de respect pour ces hommes qui suivaient leurs valeurs jusqu'au bout – même s'il ne comprenait pas comment on pouvait vouloir se retrouver lié corps et âme à un endroit.

Ici, au Mur, les roturiers et les nobles se fréquentaient sans gêne, sans faire état de leur milieu de naissance différent. En un sens, ça lui rappela l'équipage d'Axell, où tous se moquaient des origines des autres – mais par rapport à la Garde, ils acceptaient les femmes à leur bord. Il eut une pensée pour Tanea, une native de Volantis qui était en quête d'aventures lorsqu'elle avait rencontré le contrebandier et qu'il ne fallait surtout pas prendre avec des pincettes.

Quoi qu'il en soit, savoir qui était son guide n'allait pas changer ou affecter l'opinion qu'il construisait doucement à son égard. Plutôt que de se fier au nom ou aux rumeurs, il préférait se confronter directement à la personne pour se forger son propre avis, en étant lui-même et sans artifice. Jusque là, cela lui avait toujours plutôt bien servi.

abc– Fils de Lord Stark ? Ça va, ç'aurait pu être pire comme existence. Vu comment tu parles de Robb et de Rickon, je suppose que t'as grandi avec eux.

Il n'y avait strictement aucune jalousie dans sa voix, il énonçait simplement les faits et ses hypothèses. Il n'avait jamais eu à se plaindre de son enfance, il n'allait pas commencer maintenant. Il s'était certes ennuyé dans l'auberge parentale, mais prendre son mal en patience lui avait permis de rencontrer Axell.

Les explications quant à cette alliance entre les corbeaux et les sauvageons le surprirent. C'était vraiment étonnant, et c'était même une évolution qu'il oserait qualifier d'historique. De ce qu'il en savait, jusqu'à maintenant, la Garde luttait farouchement contre les habitants vivants de l'au-delà du Mur, alors qu'elle décide finalement de s'allier à eux ? Voilà une grande avancée. Cependant, la menace à nouveau prononcée des morts-vivants vint ternir le tableau, replongeant la conversation dans une certaine gravité.

Pourtant, même si c'était un sujet d'importance, il en avait conscience, tout comme qu'il s'agissait – sans doute – d'une guerre qui devait être menée, il ne parvenait pas à se sentir concerné – peut-être aussi parce qu'il ne le voulait pas. Il ne se sentait pas à sa place ici, il n'avait rien à faire là. Tout ce qu'il voulait, c'était retourner sur les mers. Et puis, en tant que pirate, ce n'était pas comme s'il pouvait réellement apporter une pierre à cet édifice.

abc– Cette alliance… C'est vraiment étonnant. Savoir que la Garde et les sauvageons ont pu mettre de côté leurs différends pour se liguer contre leur ennemi commun, je ne pense pas me tromper en disant que c'est une première. N'empêche… – il hésita un court instant – Reste à savoir si cette alliance demeurera ou si elle volera en éclats une fois l'ennemi disparu.

Etrangement, c'était une question à laquelle il aimerait bien assister à la réponse, par le futur. Une fois ces morts-vivants éliminés, le peuple libre et les corbeaux trouveront-ils toujours un terrain d'entente ? Ou reprendront-ils leurs incessantes querelles, comme auparavant ?


Codage par @Gaki. sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom: Lord Snow
Métier/Titre(s): Frère de la Garde de Nuit

« Intendant du Lord Commandant »

Pseudo : Lord Snow
Corbeaux : 2886
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Visite guidée [PV Jon Snow] 29.03.17 15:34

L’intendant pouvait dire que le pirate était mort de froid et il se doutait que le braséro ne faisait pas grand-chose pour le réchauffer. Snow avait eu beaucoup de mal en arrivant, même en étant originaire de Winterfell mais avec le temps, il s’y était accoutumé, à défaut de pouvoir dire qu’il n’en était plus affecté.

Il réfléchit aux paroles de Law concernant la vie de pirate et contempla pendant quelques instants cette existence : vivre en la seule compagnie ou presque de gens qui n’avaient pas de bonnes intentions à son égard. Voilà qui devait être stressant, voire rendre paranoïaque. Les débuts dans la Garde avaient été un peu difficiles pour Jon mais il s’était vite fait des amis, comme Sam, Grenn ou encore Pypar. Même à Winterfell, il avait pu compter sur Robb, Arya et bien sûr Ser Rodrik ou même mestre Luwin. Une vie sans personne à qui faire réellement confiance paraissait bien difficile à vivre de son point de vue.

Jon ne put s’empêcher de rire à nouveau devant la franchise et la méfiance de Law. Il garda un franc sourire aux lèvres quand il lui répondit.


- Je comprends ta suspicion, surtout qu’on se connait à peine. Les gens du Nord sont différents de ceux des contrées du sud, enfin de ce que j’en sais en tout cas. A Winterfell, les gens disaient ouvertement ce qu’ils pensent et agissaient en conséquence. J’ai été élevé dans cette façon de penser même si j’ai appris à être plus prudent depuis que je suis au Mur.

Après tout, la Garde de Nuit comptait peu de volontaires et beaucoup de recrues forcées, certains pour de petits larcins qui avaient voulu éviter de perdre une main, d’autres pour des crimes innommables, tels que des meurtres de sang froid ou des viols. Le Mur abritait une véritable diversité dans l’origine des frères jurés, provenant de toutes les régions de Westeros et de toutes les classes sociales.

Il consentit cependant à répondre très précisément à l’interrogation du pirate à son sujet.


- J’ai tendance à me fier à mon instinct pour me faire une opinion sur les gens. Tu es un pirate, certes et je gage que si tu parviens à t’échapper, tu retourneras sur les mers aborder d’autres navires… mais tu n’as pas l’air cruel. Peut-être ai-je tort bien sûr. En tous les cas, je ne pense pas que tu représentes une menace pour les gens à l’extérieur… et soyons francs, je t’imagine mal t’accommoder de cette vie, même si tu parvenais à rester assez longtemps pour prêter serment et être affecté sur l’un des bateaux du vieux Pyke à Fort-Levant. Expliqua Jon avec un sourire.

Jon avait eu l’occasion de rencontrer Cotter Pyke, le commandant de Fort-Levant lorsqu’il s’y était rendu quelques mois plus tôt. Un homme assez rustre originaire des Iles de Fer, il avait participé à de nombreuses batailles et il avait été lui-même pirate avant de rentrer dans la Garde de Nuit. Le commandant avait été une mine d’or d’information sur les sauvageons là-bas et leur avait permis de rencontrer les fameux « amis de la Garde », dont ceux qu’il avait ramenés avec lui à Châteaunoir.

Ses pensées revinrent à l’instant présent quand Law évoqua ses frères. Robb, Rickon… c’était fou ce qu’ils lui manquaient. Robb et lui n’avaient que peu de mois de différence et pourtant, son frère avait une lourde charge sur les épaules avec la gouvernance de Winterfell. Le bâtard songea aussi à Bran, qui ne marcherait plus jamais suite à sa chute, puis à Arya, sa petite sœur dont il s’avouait à lui-même qu’elle était sans doute sa préférée. Il se demandait comment elle se portait à Port-Réal, maintenant qu’elle était seule avec leur père, Sansa étant partie pour le Bief aux dernières nouvelles.

Si ses frères et sœurs lui manquaient, ce n’était pas le cas de Lady Stark. Son accueil avait été aussi glacial qu’à l’accoutumée la dernière fois qu’il s’était rendu à Winterfell. Il aurait volontiers cru que cette femme avait de la glace dans les veines, s’il ne l’avait pas déjà vue aussi tendre et affectueuse envers ses propres enfants. Non, elle n’était distante et méprisante qu’avec lui, pour une raison qu’il comprenait d’ailleurs mais qui n’était pas sa faute. Elle le jugeait pour ce qu’il représentait et toutes les qualités, toutes les bonnes actions du monde, n’auraient rien pu y changer.


- Oui, j’ai eu de la chance qu’il reconnaisse sa paternité et qu’il m’amène avec lui à Winterfell. J’ai grandi auprès de ses enfants légitimes. Lorsque Lord Stark a été nommé Main du Roi et s’est mis en route pour Port-Réal avec le Roi, j’ai compris que je ne pouvais pas rester à Winterfell. Lady Stark ne l’aurait pas toléré… J’ai suivi l’exemple de mon oncle, Benjen Stark, qui est patrouilleur ici, et j’ai rejoint la Garde de Nuit. C’était le seul endroit où ce que tu étais avant n’a pas d’importance : bâtard, criminel, tous deviennent des frères jurés sur un pied d’égalité.

Les choses ne s’étaient pas tout à fait déroulées comme il l’avait imaginé pour autant. Alors qu’il imaginait un ordre de chevalerie glorieux, il avait découvert, tant grâce aux indices de Tyrion que par sa propre observation sur place, que la Garde de Nuit était bien différente de l’image qu’il s’en était faite. Elle comptait nombre de criminels présents, souvent recrutés de force, loin de l’image des combattants honorables et volontaires qu’il avait imaginé.

Les menaces étaient également différentes, non pas que les sauvageons n’aient pas été hostiles, et ils l’étaient théoriquement encore, pour la plupart. Le plus étonnant, c’était l’existence des Marcheurs Blancs et des morts-vivants qui les servaient. Il n’oublierait jamais le visage d’Othor et surtout ses yeux, d’un bleu surnaturel, et si froids. Ses coups d’épée qui ne servaient à rien, qui ne l’affectaient même pas… seul le feu l’avait atteint. Il s’en était fallu de peu pour que le Lord Commandant et lui-même ne trouvent la mort cette nuit-là.

Son sourire se fit mi-ironique, mi-mélancolique à la question de Law.


- C’est une première, en effet mais l’ennemi est de taille. Ta question est pertinente mais… honnêtement, Law, j’ignore si la Garde et même les sauvageons survivront à cette guerre. Si nous parvenons à terrasser les Marcheurs Blancs, ce sera déjà une grande victoire mais le prix… Nous aurions besoin de beaucoup plus de gens d’armes et c’est d’ailleurs pourquoi nous souhaiterions rallier l’armée de Mance Rayder dans cette alliance. Cependant, je ne peux pas garantir que cela suffise.

Il imaginait des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants aux yeux de ce même bleu, certains décompensés, en train de marcher en rangs serrés vers le Mur. Pourraient-ils seulement les contenir ? Le Mur tiendrait-il bon ? La vieille Nan lui avait dit autrefois qu’il y avait plus que de la glace dans le Mur, que Bran le Bâtisseur y avait mis aussi de la magie mais même si c’était vrai –et après ce qu’il avait vu, il n’excluait plus rien – cela suffirait-il ?

Snow ferma brièvement les yeux et se concentra sur une image apaisante : Luna. Sa compagne n’avait rien de calme mais le fait de se la représenter le calmait, le recentrait. Il esquissa alors un sourire plus sincère.


- Si jamais je survis assez longtemps pour voir cet ennemi disparu, je pense que je profiterai de l’assouplissement des vœux pour m’installer et fonder une famille. L’alliance de circonstance, c’est un premier pas mais ça ne suffirait sans doute pas, en effet. Comme pour toute alliance durable, il faut aussi mêler nos sangs…

Rien qu’à imaginer la tête que ferait Lady Stark en apprenant que le fils bâtard avait fondé une famille avec une sauvageonne, son sourire s’élargit davantage.




I am the sword in the darkness.
The Watcher on the Wall:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 24 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Second de La Rose d'Airain / Recrue de la Garde de Nuit

« Pirate de la Garde de Nuit »

Copyright : Io
Corbeaux : 69
à Westeros depuis : 11/03/2017
MessageSujet: Re: Visite guidée [PV Jon Snow] 07.04.17 17:59



299 - Lune 9 - Semaine 1 - Jour 1

Châteaunoir



Le rire de Jon ne manqua pas de l'étonner, et il se demanda si c'était le retour de son son côté comique qu'il n'avait jusque là jamais trop considéré. Avait-il réellement dit quelque chose d'amusant ? Et quoi, d'ailleurs ? Il ne savait pas vraiment et il ignorait comment répondre à ces questions – et même s'il voulait seulement avoir des réponses. Au fond, cela lui importait peu, il ne s'était jamais trop attardé sur le regard que les autres lui portaient. Il agissait comme bon lui semblait, selon ses propres convictions. Comme sa liberté passait avant tout, il avait toujours refusé de se plier aux exigences des autres et il ne comptait pas cesser ce mode de conduite, même au sein de la Garde de Nuit.

Il eut un sourire amusé en écoutant les explications sur la franchise des gens du Nord. En un sens, c'était une atmosphère similaire à celle qui régnait sur La Rose d'Airain, où tous disaient le fond de leur pensée sans détour ou sans gêne – à la différence près que la situation était bien plus festive sur le navire que dans ces campagnes nordiques. Et dans un autre sens, c'était à l'opposé total de la vie qu'il avait connue, où beaucoup cherchaient à amadouer son prochain pour mieux le tromper. Si lui parlait certes avec franchise, c'était loin d'être le cas des personnes qu'il avait pu rencontrer qui préféraient enchaîner entourloupe sur entourloupe pour parvenir à leurs fins.

Quant à se fier à son instinct… Il mentirait s'il prétendait ne pas le faire, mais c'était tout de même loin d'être suffisant pour construire une opinion concrète sur quelqu'un. Certaines personnes redoublaient d'habilité pour s'offrir un double-jeu à peine perceptible pour duper avec une aisance déconcertante les autres. Dans ces cas-là, on ne connaissait jamais réellement la personne qui se tenait en face, et l'instinct était donc désué.

Par habitude, son sourire mesquin refit surface en entendant le corbeau parler de cruauté, cachant par la même occasion le fond de sa pensée. Bien entendu qu'il retournerait sur les mers s'il parvenait à s'échapper, c'était l'évidence même. Il rejoindrait son bateau et retournerait aux côtés d'Axell pour piller des navires marchands ; il se baladerait à nouveau dans les villes portuaires avec ses mains fouillant en toute impunité les poches des passants pour les soulager de leur bourse. C'était comme ça qu'il avait décidé de mener sa vie, et qu'il comptait bien continuer de mener. En revanche, et Jon l'avait bien deviné, il n'était pas cruel, comme le reste de l'équipage d'ailleurs. « C'est pas dans les habitudes de la maison », qu'expliquait leur capitaine. « Trop d'emmerdes, tu vois ? C'est le genre de choses qui te retombent dessus quand tu t'y attends pas. Et puis, comme tous ces nobles attachent trop d'importance à ce qui leur appartiennent, suffit juste d'y prendre pour les affecter. Pas besoin de violence. » Et le sourire amusé accompagnait toujours cette déclaration du contrebandier.

Oh, ils avait déjà tué, lui y compris, à plusieurs reprises, mais c'était toujours des actes de défense pour éviter de se faire tuer ou arrêter. Ça n'avait jamais été par pur plaisir du sang, comme c'était le cas chez certains mercenaires qu'il avait pu croiser.

S'accomoder à la vie de corbeau ? Pas possible. Il vivait en dehors de la loi, pas dans ses limites, et ça, il n'avait pas envie de s'en passer. Être affecté sur un bateau ne lui suffirait pas : les abordages lui manqueraient trop, car c'était vraiment une sensation particulière que de piller un navire marchand, ou même seulement de transporter à son bord des marchandises de contrebande, avec ce risque de se faire prendre. C'était grisant. A chaque fois il se sentait pleinement vivant. Alors rester au Mur… ? Il avait l'impression que le froid lui congelait ses ressentis, alors ça se présentait compliqué.

abc– Je ne te dis pas de ne pas suivre ton instinct, mais prends bien conscience qu'il est parfois trompeur et qu'il peut être trompé. Beaucoup ne sont pas aussi francs que les gens du Nord et cachent leurs pensées. Même, certaines personnes ne sont strictement pas tout ce qu'elles prétendent être, et cela sonne pourtant tellement vrai. Et ton instinct n'y verra que du feu.

Il ignorait pourquoi il s'était décidé à lui offrir ce conseil, tiré de sa propre expérience personnelle. Peut-être en remerciement de sa franchise. Allez savoir ce qu'il se passait avec son inconscient.

abc– C'est évident que je retournerai sur les mers, j'ai un équipage à rejoindre après tout. Et puis, c'est comme ça que je mène ma vie.

Il ne comptait pas s'en cacher, pas même devant les corbeaux. D'autres avaient commis des crimes bien pires que les siens après tout.

abc– Et non, tu ne te trompes pas. J'ai certes déjà tué, difficile de faire autrement en étant un pirate, mais jamais dans la cruauté.

En toute honnêteté, comme toujours, sans tenir du regard d'autrui. Il ne changerait pas, qu'importe la situation dans laquelle il se retrouvait. Cette attitude avait toujours amusé le contrebandier qui appréciait sa franchise, même s'il manquait parfois de sincérité, à ne jamais parler de lui.

Il écouta le corbeau lui narrer une partie de son histoire, et il se rendit compte que ce n'était pas le fils de n'importe qui qu'il avait en face de lui. Fils de Ned Stark, la Main du Roi. Bon, d'accord, il ne savait pas réellement qui était son père, mais il comprenait qu'il occupait des positions haut placées – il ne s'était jamais intéressé aux nobles après tout. Et pourtant, Jon avait atterri au Mur. Soit. Même s'il n'avait pas pu rester à Winterfell, il y avait des endroits beaucoup plus sympathiques où se rendre.

Il dut néanmoins lui concéder l'égalité qui régnait au sein de la Garde de Nuit : il n'y avait pas de distinctions établies entre les origines de ses membres. En revanche, cela restait un ramassis de criminels divers et variés parmi lesquels s'étaient perdus quelques volontaires qui avaient sans doute quelques neurones d'atteintes pour vouloir venir ici. Qu'importe ce qu'avait beau lui dire Jon, il ne comprenait toujours pas comment on pouvoir choisir délibérément de rejoindre les corbeaux.

abc– Je continue de penser qu'il y a des endroits plus agréables que le Mur où se rendre pour quitter Winterfell. T'aurais pu voyager, visiter les cités libres. C'est quelque chose à faire, plutôt que de rester te geler les miches ici.

Il se souviendrait toujours des premières fois où il avait mis les pieds dans chaque cité. Braavos, Volantis, ou encore Lys… Des lieux si différents de tout ce qu'il avait connu, si différents de Villevieille. Jamais il ne regretterait d'avoir quitter l'auberge familiale à ses quinze ans pour suivre Axell. Des fois, oui, il repensait à ses parents, à sa sœur, mais ce qu'il avait gagné en partant compensait l'éloignement complet avec sa famille – il ne leur avait jamais envoyé une seule lettre.

Toute son attention fut ensuite captée par ses explications à propos de l'alliance, un sujet qui l'intéressait particulièrement sans qu'il ne sache trop pourquoi. Peut-être parce que c'était une première, une nouvelle chose à découvrir.

Même Jon ignorait l'avenir de cette alliance. Tant qu'il y avait cet ennemi commun, elle durerait, mais une fois celui-ci disparut, qu'adviendrait-il ? Rien n'était sûr. Tout dépendrait de qui survivrait, si ces personnes étaient pour ou contre une telle union entre les corbeaux et le peuple libre.

Il arqua néanmoins un sourcil en entendant un nom. Mance… Rayder ? C'était qui celui-là encore ? Un homme suffisamment important pour avoir une armée en tout cas, et qui n'était pas, pour l'instant, un allié de la Garde de Nuit. Un sauvageon ? C'était le plus plausible, après tout l'actuelle alliance ne concernait qu'un clan de sauvageons – et il lui semblait savoir, du lointain de quelques lectures, qu'il en existait plusieurs au-delà du Mur.

abc– Mance Rayder ? Encore un gars que je devrais connaître ? Des détails seraient pas de refus.

Son intérêt avait également été piqué par cet « assouplissement des vœux ». Il avait entendu des corbeaux en parler dans un couloir, mais rien de précis. Mais là, avec ce que Jon venait de lui dire, les informations se confondaient dans son esprit et il ne savait plus où donner de la tête. Fonder une famille ? C'était possible ça, désormais ? En voilà une première. Le Mur regorgeait vraiment de surprises.

abc– Après l'alliance avec le peuple libre, l'assouplissement des vœux ? L'hiver a court-circuité les neurones du meneur des corbeaux ?

Il n'y avait strictement aucune offense dans ses propos, quoique peut-être une légère provocation dans son ton – l'habitude –, il cherchait seulement à comprendre. La Garde de Nuit avait toujours été très attachée à ses vœux, alors qu'un tel changement puisse arriver, ça relevait vraiment de l'extraordinaire.

abc– Qu'est-ce qui a changé, concrètement ?

Le savoir pourrait toujours lui être utile.



Codage par @Gaki. sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom: Lord Snow
Métier/Titre(s): Frère de la Garde de Nuit

« Intendant du Lord Commandant »

Pseudo : Lord Snow
Corbeaux : 2886
à Westeros depuis : 29/10/2012
MessageSujet: Re: Visite guidée [PV Jon Snow] 24.04.17 13:06

Jon s’était montré attentif aux réactions de Law même si, en dehors de son sourire mesquin, il n’en exprimait pas beaucoup. S’il avait bien retenu quelque chose de son temps passé en compagnie de Tyrion Lannister, c’était de ne pas juger les gens au premier regard. Cela pouvait s’avérer non seulement cruel, comme il l’avait été sans le vouloir à l’égard des autres recrues de la Garde quand il était arrivé à Châteaunoire, mais également dangereux, dans le sens où il pouvait être aveugle à des dangers auxquels son éducation à Winterfell ne l’aurait aucunement préparé.

L’intendant était intrigué par le conseil que lui prodigua le pirate. C’était assurément un bon conseil mais il trouva quelque peu étrange que Law le lui donne. Après tout, il aurait très bien pu abuser de sa confiance jugée trop facilement donnée dans ses plans d’évasion par exemple. Jon ne put s’empêcher d’esquisser un sourire franc et de hocher la tête.


- Je te remercie du conseil. J’essaierai de le garder à l’esprit mais je ne suis pas sûr que mon discernement égale un jour le tien ou celui d’une personne ayant grandi à la capitale par exemple. Heureusement, l’instinct de Fantôme, mon direwolf, est plus aiguisé que le mien donc je me fie aussi à ses impressions. Lui avoua-t-il avec un sourire un peu plus malicieux.

Le Bâtard de Winterfell n’évoqua pas le fait qu’il avait tissé un lien avec l’animal qui dépassait sa propre compréhension. Il lui arrivait dans ses rêves d’être dans la peau de Fantôme et de ressentir son excitation tandis qu’il chassait ou encore le goût métallique du sang de ses proies dans sa gueule. Même éveillé, il parvenait à ressentir la présence du loup sans même le voir et celui-ci semblait savoir quand Jon avait besoin de lui ou se trouvait en danger.

Approchant ses mains du braséro, Snow n’était guère étonné d’entendre le pirate confesser qu’il comptait bien retourner en mer et que son équipage l’attendait.


- Sauras-tu où les retrouver ? Les hommes de ton équipage, j’entends. Je ne connais pas grand-chose de la vie des pirates mais d’après ce que Theon Greyjoy me racontait autrefois, ils évitent généralement de toujours retourner au même endroit… sauf les Fer-Nés bien sûr mais c’est parce que la piraterie est non seulement légale mais aussi encouragée sur leurs terres j’imagine.

Bien qu’il ne la vivrait jamais lui-même, Jon était sincèrement curieux d’en savoir plus sur l’existence passée de Law. Oh bien sûr, il avait parfois joué aux pirates avec ses frères et sœurs étant enfant mais ils préféraient généralement se prendre pour des chevaliers aux nobles causes qui avaient marqué l’histoire, plutôt que ces aventuriers des mers, sans doute parce que ces hommes sans honneur n’étaient que peu appréciés au Nord, qui avait souvent souffert des incursions Fer-Nées sur ses côtes.

L’intendant acquiesça simplement lorsque la recrue confirma qu’il avait tué mais sans cruauté, son instinct avait vu juste en la matière… en partant bien sûr du principe que Law disait la vérité. Son conseil précédent pouvait vite pousser quelqu’un à la paranoïa, songea-t-il non sans amusement, mais il choisissait de croire le pirate là-dessus.

Law l’avait écouté parler sans l’interrompre, ce dont il lui était reconnaissant. Jon oubliait parfois que les gens ne connaissaient pas les nobles dont il parlait, probablement parce qu’il avait grandi à Winterfell, où il côtoyait des nobles nordiens et des gens du peuple qui avaient vécu toute leur vie au contact des Stark. Sans doute au sud, les gens ne connaissaient guère la Maison Stark, autrement bien sûr que par la Main du Roi.

La question de Law lui fit adopter une expression songeuse, non pas parce qu’il ne connaissait pas la réponse mais parce qu’il hésitait quant à la meilleure façon de la formuler. Lorsqu’il pensa avoir une façon satisfaisante de l’exprimer, il prit la parole d’un ton plus assuré.


- Oui et non. J’ai eu la chance de grandir confortablement à Winterfell, d’être éduqué par un mestre, d’être formé au combat par un maître d’armes. J’ai grandi auprès de mes demi-frères et sœurs, que j’aime profondément mais j’ai toujours été un bâtard. Dans la noblesse, c’est un stigmate indélébile. Oh, d’autres familles s’en accommodent… mais l’honneur est une valeur primordiale chez les Stark, une valeur que j’essaie de suivre.

Il fit une courte pause et prit une profonde inspiration, essayant de mettre des mots sur ce malaise qui ne l’avait pas quitté pendant toute son enfance.

- Je suis né parce que Lord Stark a déshonoré sa femme, non seulement en couchant avec une autre femme mais aussi en me ramenant avec lui à Winterfell et en m’élevant avec ses enfants légitimes. Lady Stark ne me l’a jamais pardonné et elle n’avait que trop hâte que je parte, comme je te le disais et mon père ne souhaitait pas que je l’accompagne au sud. En théorie, j’aurais pu partir autre part, dans les cités libres par exemple mais…

Jon avait voulu émuler l’exemple de son oncle Benjen, vaillant patrouilleur de la Garde de Nuit. Pourtant, il y avait d’autres raisons, des raisons qui n’auraient de sens que pour un Nordien, voire que pour un Stark.

- Si j’étais parti sur Essos, de quoi aurais-je vécu ? Je savais manier une épée, lire, écrire et compter, je gage que je serais devenu mercenaire. Quel honneur y a-t-il dans une vie de mercenaire ? Combien de temps se serait écoulé avant que je ne vende mon épée, mon honneur, au plus offrant ? J’aurais été plus libre, c’est vrai, sans doute mais j’aurais eu du mal à vivre avec moi-même, et avec la pensée que je remerciais Lord Stark de sa bonté à mon égard en salissant un peu plus son nom… En comparaison, intégrer la Garde de Nuit était un choix honorable, oui l’existence ici est rude, sans gloire mais je peux me regarder dans le miroir et je sais que je pourrais regarder mon père dans les yeux si je le revoyais un jour. Je ne serai jamais un Stark mais je ne ferai pas honte au seigneur qui m’a offert sa protection, son affection et une enfance remplie de bons souvenirs.

Le regard de Jon se fit plus ardent et l’une de ses mains se referma en un poing tandis qu’il fixait cette fois-ci Law avec intensité.

- Ici, je pourrai me battre pour protéger les miens de la menace qui gronde au-delà du Mur. Si ma mort leur donne une chance de vaincre, une chance de vivre, ce sera en soi une belle récompense. Le loup solitaire meurt mais la meute survit.

Telles étaient les paroles de son père et jamais Jon ne les avait oubliées. Bien sûr, il s’était attendu à affronter d’autres périls que ces créatures mythiques et immortelles mais il avait toujours voulu protéger ses frères et sœurs, protéger le Nord. Il avait rêvé d’être l’épée-lige de son frère Robb, de sauver sa sœur Arya de mille et un dangers. Arya… comme elle lui manquait, son caractère rebelle et affirmé mais son affection aussi, il trouvait heureusement du réconfort à l’idée qu’elle se trouvait loin au sud, à Port-Réal, sous la protection de leur père.

Le frère juré esquissa un sourire penaud lorsque Law demanda qui était Mance Rayder. Décidément, il lui faudrait vraiment apprendre à considérer tout ce que les gens du sud ignoraient sur le Nord !


- Mance Rayder était un frère juré avant qu’il ne déserte au-delà du Mur, il y a plusieurs années. Il a depuis réuni beaucoup de clans de sauvageons autour de lui, qui l’ont choisi comme Roi au-delà du Mur.

Jon ne savait pas si Law le faisait exprès mais sa façon d’exprimer sa surprise l’amusait grandement, si bien qu’il ne résista pas à un nouvel éclat de rire.

- Ce doit être mes neurones alors car c’est moi qui ait proposé l’idée au Lord Commandant ! Figure-toi que c’était l’une des revendications de Luna, la cheffe du clan avec qui nous nous sommes alliés. Elle considérait, à juste titre selon moi, que l’alliance ne pourrait pas être pérenne si les frères jurés n’étaient pas libres, et donc sur un pied d’égalité.

Un bon nombre de choses avait changé mais il lui faudrait les résumer de façon aussi concise que possible. Il avait tant de fois écrit et recopié la lettre informant les grands seigneurs de Westeros qu’il en connaissait les termes par cœur. Sam devait être le seul à connaître les termes de l’assouplissement aussi bien, pour les avoir aussi pas mal recopiés pour le compte de Mestre Aemon et du Lord Commandant.

- Et bien, les vœux de célibat et de service au Mur à proprement parler ne sont plus à vie, désormais. Ils ont désormais deux périodes de service : la première au Mur, comme nous le faisons actuellement, de cinq ans pour les engagés volontaires et de dix ans pour les forcés. Au terme de cette première période, les frères jurés pourront s’ils le souhaitent prendre femme et fonder une famille. La seconde période de service se fait à temps partagés, la journée au Mur et le soir dans le Don, les terres au sud du Mur, où la Garde leur octroiera des terres qu’ils pourront cultiver et qui leur appartiendront jusqu’à leur mort. Cette seconde période est de cinq ans, pour les engagés volontaires comme pour ceux qui y ont été forcés.

Jon fit une courte pause, se demandant si Luna serait un jour tentée par cette vie à ses côtés. Cela demandait bien sûr à ce qu’ils survivent jusque-là, ce qui n’était pas assuré au vu de la menace posée par les Marcheurs Blancs mais l’idée lui trottait malgré tout dans la tête.

- Il est possible de renouveler l’une ou l’autre des périodes de service, si les frères jurés le souhaitent, bien sûr. Certains sont arrivés ici jeunes et n’ont pas connu d’autre existence, ni souhaité d’autre vie. Il va de soi que les engagés forcés, s’ils pourront vivre dans le Don au terme de leur seconde période de service, ne pourront pas franchir ses limites, étant bannis du reste des royaumes par la sentence criminelle à laquelle ils ont échappé en choisissant le Mur. Ah, un frère juré s’engage également, s’il a au moins un fils, à l’envoyer servir au Mur, sous les mêmes règles qu’un engagé volontaire. Cela permet à sa famille de conserver les terres qui lui avaient été octroyées… et permettra à long terme à la Garde de renouveler plus facilement ses effectifs.

C’était un projet de longue haleine, bien évidemment. Il faudrait sans doute des générations pour que les effectifs du Mur croissent suffisamment mais cette réforme amorçait une nouvelle ère pour la Garde, une ère de prospérité mais aussi d’autonomie qui leur permettrait de ne plus dépendre autant des Sept Couronnes.

- L’autre aspect de la réforme ne concerne pas les vœux de la Garde mais l’alliance avec la Meute, le clan de sauvageons qui séjourne désormais à proximité. De façon pratique, la Garde garantit leur sécurité dans le Don mais s’engage aussi à ce qu’ils n’aillent pas au-delà, notamment attaquer les villages et forts du Nord, comme a été longtemps leur coutume.




I am the sword in the darkness.
The Watcher on the Wall:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: Visite guidée [PV Jon Snow]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Visite guidée [PV Jon Snow]

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Visite guidée [PV Jon Snow]
» visite guidée
» Une visite guidée à Bélair ,Ayiti, tache senti'w
» Visite Guidée du forum
» Visite guidée [PV Irving]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Westeros :: Le Mur :: Châteaunoir-