AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Habitants Régions S'enregistrer Connexion
Uchronie du Trône de Fer de George R.R. Martin. Venez incarner un riche Lord, un noble chevalier, un seigneur ruiné ou un roturier dans le Royaume des Sept Couronnes !

Partagez|

Macabre découverte [PV Durran Baratheon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Valar morghulis »

Copyright : jjfwh - Deviant Art
Citation : Valar morghulis. Valar dohaeris.
Pseudo : Him Of Many Faces
Corbeaux : 54
à Westeros depuis : 13/01/2014
MessageSujet: Macabre découverte [PV Durran Baratheon] 16.03.17 14:30


Eddard Stark



An 299 – Lune 9 – Semaine 1 – Jour 4

Comme à son habitude, Lord Eddard Stark s’était levé avant l’aube. Rien ne le retenait dans son lit, vide du fait de la présence de Cat à Winterfell et les affaires des Sept Couronnes requéraient plus d’heures qu’on n’en comptait dans une journée. Son propre domaine l’inquiétait tout autant, que ce soit par la menace grandissante posée par les Marcheurs Blancs au-delà du Mur ou la venue de sauvageons dans le Don. Hélas, Lord Mormont semblait décidé à cette alliance et pour l’instant, le nombre de sauvageons ralliés à la cause de la Garde était assez faible.

Ce fut penché sur les différents rapports et missives qui lui parvenaient, au sujet des Fer-Nés, de la construction ou reconstruction de navires dans différentes contrées du Royaume, et sur l’état des finances du royaume dont l’informait les rapports de Lord Overton, que Ned fut interrompu dans son travail par quelqu’un qui frappa à sa porte.

Jory Cassel, le capitaine de ses gardes, entra dans la pièce, accompagné de Desmond, Jacks et Varly, ainsi que d’un serviteur qui paraissait terrifié. Le visage du jeune Cassel était fermé, sa mâchoire contractée, une attitude qu’il prenait lorsqu’il était porteur de mauvaises nouvelles.


- Qu’y a-t-il, Jory ?

- Messire, le Roi Robert est mort. Des serviteurs, dont celui-ci, l’ont retrouvé dans une salle de repas, juste à côté des cuisines… on dirait qu’on l’a poignardé à mort.

Ned, qui s’était levé à leur entrée dans ses appartements, posa une main sur le dossier de sa chaise pour garder son équilibre tandis qu’il encaissait la nouvelle. Il n’y a pas si longtemps, c’était Jon Arryn qui trouvait la mort dans ce maudit château et maintenant Robert… Par les dieux, comment avait-il pu être assassiné dans son propre château !

Parfois, il eut vraiment souhaité être fait de glace, comme certains l’accusaient dans son dos mais il était mortel, fait de chair et de sang et la perte de son meilleur ami l’affectait autant que les autres hommes. Néanmoins, ce n’était pas sa première perte. Quand il était encore un jeune homme, il avait appris tour à tour le trépas de son père et de son frère, dans les murs même de ce château par ordre du roi fol, puis constaté la mort de sa sœur, des centaines de lieux plus au sud, à Dorne.

Ses yeux sombres se posèrent tour à tour sur Jory et sur le serviteur avant qu’il ne prenne la parole d’un ton ferme.


- Menez-moi jusqu’à lui. Desmond, prends trois hommes pour garder la chambre du prince Durran, que personne n’entre ou ne sorte sans ma permission. Varly, tu vas nous accompagner jusqu’aux cuisines avec assez d’hommes pour bloquer l’entrée. Jacks, tu vas rassembler tous les serviteurs qui travaillent dans les cuisines, dans ma salle d’audience privée. Celui-là Dit-il en désignant le serviteur blanc de peur devrait pouvoir te renseigner. Jory, réveille Ser Barristan et seulement Ser Barristan, pour l’informer de ce qui s’est produit et qu’il donne l’ordre que personne n’entre ou ne quitte le Donjon Rouge sans que j’en sois informé.

L’ironie ne lui échappa pas qu’en cet instant, il se sentait beaucoup plus dans son élément qu’au milieu de ces papiers. Donner des ordres, établir un périmètre… il espérait d’ailleurs ne rien avoir oublié. Ser Barristan Selmy était un homme loyal et intègre, il ferait son devoir et c’était une époque bien triste que celle dans laquelle on n’avait confiance qu’en un seul des gardes royaux.

Le soleil n’était toujours pas levé à l’horizon, c’est donc à la lueur des torches qu’il découvrit le macabre spectacle qui l’attendait non loin des cuisines. Il y avait eu une lutte ici, c’était évident mais on n’aurait pas dit un véritable combat. Des bouteilles vides, des victuailles éparpillées, cela ressemblait plutôt à une rixe de taverne qui avait commencé dans les cuisines et fini dans cette salle adjacente.

Robert était allongé sur le sol, dans une mare de sang déjà noir. Ses braies étaient abaissées, les lacets tranchés. Il remarqua une trace de morsure sur sa joue gauche et ce qui ressemblait à des traces d’ongles, comme des griffures de petite patte ou de petite main sur le devant de ses vêtements.

Une table avait été débarrassée sans ménagement juste à côté du corps, les chandeliers gisant par terre.

Lorsqu’il fit retourner le corps sur le ventre, Eddard constata les nombreuses plaies, causées probablement par une dague ou un poignard puisqu’elles n’avaient visiblement pas été assez profondes pour transpercer le corps de l’autre côté. C’était un meurtre, à n’en pas douter mais il faudrait tout de même faire examiner le corps.

Les braies défaites, ces traces de griffure et de lutte, la table... tout portait à penser que le Roi avait peut-être jeté son dévolu sur la mauvaise femme, cette fois-ci. Le mestre confirmerait sans doute ses suspicions mais peut-être s'agissait-il là d'une banale histoire de coucherie et de jalousie. Cette hypothèse laissait néanmoins une question en suspens : quel homme aurait assez aimé sa femme pour tuer son roi et risquer la décapitation pour régicide ?


- Varly, fais venir discrètement un mestre mais pas Pycelle, pour qu’il examine le corps. A part lui, que personne n’entre et ne sorte d’ici, et que personne ne parle de la mort du Roi. Je dois en avertir la famille en premier.

Voilà une tâche bien ingrate mais nécessaire. La première visite de Ned serait à Durran, pour s’assurer de son bien-être, de sa sécurité… et de sa réaction. Eddard savait ce qu’on ressentait quand on perdait un proche, pour l’avoir vécu lui-même et l’avoir assez annoncé à d’autres, notamment après les pertes dénombrées parmi ses compagnons à la Tour de la Joie. Même si le prince avait peu connu son père, il savait par Robert qu’ils s’étaient un peu rapprochés depuis son arrivée au Donjon Rouge, chose remarquable quand on savait le peu d’attention du Roi envers ses enfants, Joffrey le premier. Peut-être était-ce parce que Durran lui ressemblait tant ?

Cheminant dans les couloirs du château, accompagné de deux gardes, Ned rencontra en chemin Ser Barristan, qui avait devancé ses souhaits, en faisant garder par les autres Gardes royaux les appartements de la Reine Cersei, ainsi que ceux du prince Tommen et de la princesse Myrcella. Le vieux chevalier semblait particulièrement accablé mais Eddard n’avait guère le temps de le réconforter. Lui disant clairement que ce n’était pas sa faute – même s’il enquêterait malgré tout par la suite – Lord Stark lui confirma ses instructions en personne : surveiller les entrées et les sorties. Selmy proposa de recenser également les dames et seigneurs qui feraient demander leur petit déjeuner ou qui se manifesteraient dans l’une ou l’autre des salles à manger, suggestion que la Main du Roi approuva.

Et le voilà qui se retrouvait désormais devant la chambre du prince, alors que le soleil jetterait bientôt ses premiers rayons à l’horizon. Il frappa à la porte puis entra. Le prince était heureusement déjà levé et habillé, penché sur un livre.


- Bonjour, mon prince. J’ai une grave nouvelle à vous apprendre.



CODE BY LUNA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 443
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: Macabre découverte [PV Durran Baratheon] 18.03.17 10:04

Cela faisait plus d’une lune et demie que Durran était arrivé à la capitale et pourtant, il aurait juré que cela faisait une éternité. Entre les séances du conseil restreint, le procès de sa mère ou encore l’arrivée de la délégation du Val d’Arryn, tant d’événements semblaient s’être produits en si peu de temps.

Comme à son habitude, le prince s’était levé plus d’une heure avant le lever du soleil. Cela lui donnait le temps de faire de courts exercices matinaux et de faire une toilette sommaire avant son véritable entraînement avec Maelor, un peu plus tard dans la matinée. Cela lui permettait surtout de s’adonner à la lecture en paix et la bibliothèque du Donjon Rouge était au moins aussi bien fournie que celle de Hautjardin.

Le jeune homme affectionnait les tenues sombres car elles étaient plus discrètes et il n’était pas rare qu’il soit revêtu de braies et d’une tunique noire, comme c’était d’ailleurs le cas actuellement. Durran était assis sur une chaise, près de la cheminée, en train de lire un épais ouvrage à la lueur des flammes de l’âtre et des torches allumées dans sa chambre.

Il s’agissait d’un exemplaire des Vies de quatre Rois, un ouvrage célèbre du Grand Mestre Kaeth. Bien sûr, il ne s’agissait pas d’une copie enluminée par Kaeth lui-même car il n’en existait plus que quatre copies dans Westeros mais cet exemplaire copié par l’un des disciples de Kaeth était lisible et son texte était quasiment identique à l’original, d’après le mestre qu’il avait consulté.

Jusqu’ici, le jeune Baratheon avait lu les règnes de Daeron I Targaryen, de Baelor et de Viserys II. Actuellement, il commençait celui d’Aegon IV, dit l’Indigne, qui avait débuté plus de cent-vingt-ans auparavant. Kaeth le décrivait comme détenteur de nombres de qualités, intellectuelles comme martiales, mais également avec une faiblesse majeure : il était esclave de ses pulsions.

Le prince en aurait volontiers discuté avec son garde du corps, que ce genre de roi aurait sans doute intéressé, mais Maelor était parti retrouver l’une de ses conquêtes quelques heures plus tôt, une servante que son charme dornien avait visiblement séduite. Il secoua la tête avec amusement en y repensant avant que ses pensées ne se tournent vers Margaery. Sa beauté était aux antipodes de celle d’Arianne Martell mais ce ne serait pas pour sa beauté uniquement qu’il souhaitait l’épouser, ce serait pour leurs sentiments réciproques et le fait qu’elle ait la tête sur les épaules. Accrochée à son amant-de-cœur comme une mouche à du vinaigre, la princesse de Dorne semblait tout aussi incapable qu’Aegon IV de faire passer le bien de sa principauté avant ses propres désirs.

Ses yeux se voilèrent un instant en repensant à une beauté encore différente des deux autres, une adolescente aux longs cheveux blonds et aux yeux améthyste, fragile et pourtant résolue dans ses choix. Daenerys occuperait toujours une petite partie de son cœur et sa mort, si elle était avérée, demeurerait une source de chagrin. Haïr les responsables de sa mort eut été bien futile, il avait vu à quel point la haine de son père pour les Targaryen et sa peine due à la perte de Lyanna Stark l’avaient miné et transformé de ce conquérant fort à un monarque licencieux.

Pourtant, Durran aimait son père. Il avait appris au cours des dernières semaines à connaître certaines faces de cet homme compliqué, aux humeurs changeantes. Tantôt, il se réjouissait en repensant à ses gloires passées, au cours d’une chasse par exemple et l’instant suivant, il ruminait sa haine contre les Targaryen ou emplissait la pièce d’une atmosphère lourde et aussi sombre que ses pensées tournées vers celle qu’il avait perdue.

Le prince comprenait les douleurs de cet homme qui semblait l’aimer sincèrement et il s’efforçait d’être un bon fils envers lui, à défaut de suivre son exemple. Les conseils dont il se souvenait lorsqu’il faisait face à un choix étaient rarement ceux du Roi, mais au contraire ceux de Ser Raymar : réfléchir avant d’agir, écouter les différentes parties pour comprendre le fond d’un problème, ne pas foncer tête baissée dans une mêlée… Cela avait été un plaisir de le retrouver quelques jours auparavant mais d’une certaine façon, le chevalier du Val ne l’avait jamais vraiment quitté.

La discussion qu’il avait eue en privé avec son épouse s’était avérée aussi fort intéressante, non seulement parce qu’il avait appris à connaître un peu la femme qui avait capturé le cœur de son mentor mais aussi par les facettes du chevalier qu’elle lui avait fait découvrir. Il espérait qu’ils resteraient à la capitale jusqu’à la délivrance d’Aiyana, ce serait un plaisir pour lui de voir son vieil ami devenir père et de leur proposer l’hospitalité dans le climat plus clément du sud, au moins jusqu’à ce que la jeune mère se sente en état de pouvoir repartir dans le Val avec son époux.

Durran fut sorti de ses pensées lorsqu’on frappa à la porte. Il répondit immédiatement que la personne pouvait entrer et constata par la fenêtre que le soleil commençait déjà à se lever. Avait-il rêvassé si longtemps ?

S’attendant à voir entrer Maelor, ou peut-être un serviteur de sa mère, la Reine Cersei, venu lui apporter un message, le prince fut surpris de voir pénétrer dans sa chambre Lord Eddard Stark. La Main du Roi avait l’air encore plus grave que d’ordinaire, si cela était possible.


- Bonjour, Lord Stark. De quoi s’agit-il ?

Le prince s’était levé pour accueillir son visiteur et avait refermé son livre, désormais posé sur une petite table à côté de la chaise. Il avait rarement eu l’occasion de discuter avec Lord Stark en dehors des séances du conseil restreint mais Durran savait qu’il était l’ami le plus proche de son père ainsi qu’un homme d’honneur. Il n’avait d’ailleurs jamais oublié le soutien que le Gouverneur du Nord avait apporté à sa légitimité lors du premier conseil auquel il avait assisté, après que Pycelle l’ait mis implicitement en doute.

Qu’avait-il donc pu se passer de si grave pour que Lord Stark soit venu le trouver ? Son père était-il une fois de plus trop ivre pour recevoir sa Main ?





Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Valar morghulis »

Copyright : jjfwh - Deviant Art
Citation : Valar morghulis. Valar dohaeris.
Pseudo : Him Of Many Faces
Corbeaux : 54
à Westeros depuis : 13/01/2014
MessageSujet: Re: Macabre découverte [PV Durran Baratheon] 20.03.17 10:31


Eddard Stark



An 299 – Lune 9 – Semaine 1 – Jour 4

Comme il l’avait autrefois mentionné pendant une séance du conseil restreint, poser les yeux sur le prince Durran revenait pour lui à voir Robert tel qu’il était vingt ans plus tôt. Svelte et raisonnablement grand, il avait la stature des Baratheon mais surtout, son visage encadré de cheveux noirs lui rappelait beaucoup ceux de Robert et de Renly.

Il revoyait son vieil ami à un âge similaire, assis auprès d’un âtre aux Eyrié, grimaçant de devoir apprendre le contenu d’un livre recommandé par Jon Arryn, un gobelet de vin posé à côté de lui. « Ned, pourquoi nous oblige-t-il à lire ces vieux traités de stratégie ? Par ma barbe, nous ne sommes pas en guerre tout de même ! » Avait-il bougonné comme il était coutumier de le faire auprès de lui, lorsqu’il était obligé de se livrer à une tâche qui ne lui plaisait guère.

Les leçons de Jon s’étaient pourtant avérées bien utiles, dans les années qui avaient suivi, pendant la Rébellion.

Jon avait sauvé cet enfant, non ce jeune homme désormais, et leur avait laissé par-delà la tombe un héritier dont Eddard était certain qu’il était de Robert. En dépit du procès récent de la Reine, la Main du Roi n’était pas convaincu que les autres enfants royaux soient vraiment de lui.

C’était une bien triste nouvelle qu’il était venu apprendre à ce prince et Lord Stark, qui n’aimait guère verser dans le sentimentalisme, se trouvait pourtant ramené près de vingt ans plus tôt lui aussi, à l’époque où Jon lui avait appris la mort de son père et de son frère au Donjon Rouge. Il n’y avait pas de bonne façon d’annoncer ces choses, il fallait mieux les énoncer clairement.


- Mon prince, le Roi est mort cette nuit.

Eddard, ton père et son frère sont morts, lui avait dit Jon Arryn dans sa chambre, une main paternelle posée sur son épaule. Attentif aux réactions du jeune Baratheon, Ned décida de lui en expliquer les circonstances ou en tout cas, le peu qu’ils en savaient pour le moment.

- Son corps a été retrouvé dans une salle de repas, adjacente aux cuisines, par des serviteurs. J’en ai été informé il y a quelques minutes et j’ai constaté son décès avant de venir vous en informer.

Tout cela paraissait tellement formel, impersonnel mais Eddard avait appris que les choses étaient plus faciles ainsi, comme lorsqu’il rendait jugement à Winterfell pour de sordides affaires de meurtre ou de viol. Il en allait de même lorsqu’il devait lui-même appliquer la sentence, Glace à la main, et décapiter les coupables.

- Il a été assassiné. Nous ignorons à l’heure actuelle qui est responsable. La Reine, le Prince Tommen, la Princesse Myrcella et vous-même avez été placés sous la protection de plusieurs gardes.

Il priait intérieurement les dieux de ses pères, qui séjournaient dans les barrals, pour que le prince n’y soit pas mêlé. Eddard n’en voyait d’ailleurs pas le motif. Le père et le fils s’entendaient bien, Durran assistant aux séances du conseil restreint, et les fiançailles entre le prince et Lady Margaery étaient en train d’être formalisées de nouveau, avec l’accord explicite donné par Lady Olenna avant son départ pour Hautjardin, suite aux fiançailles arrangées entre le prince Joffrey et la Princesse Arianne Martell.

La couronne aurait pu être un motif valable mais avait-il envie de devenir roi à dix-sept ans ? Ned n’était guère doué pour percevoir les intrigues politiques dans lesquelles baignaient les autres membres du conseil restreint ou même d’autres nobles de cour. Pourtant, en plus d’une année passée à la capitale, il était devenu un peu plus aguerri à ce que certains appelaient « le jeu des trônes ».




CODE BY LUNA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 443
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: Macabre découverte [PV Durran Baratheon] 23.03.17 18:23

Les premières paroles de Lord Stark lui firent l’effet d’un coup de poing dans le ventre : il en perdit son souffle et pendant l’espace d’une seconde ou deux peut-être, la bouche du prince s’entrouvrit mais aucun son n’en sortit. Son père était mort, comment son père pouvait-il être mort ? Il avait soupé avec lui la veille, ils avaient discuté ensemble, ri ensemble… son père avait bu plus que de raison, bien sûr mais il se portait bien quand Durran l’avait quitté.

Assassiné. Le mot se répéta, encore et encore, dans son esprit. Comment était-ce possible ? Ils se trouvaient dans le Donjon Rouge, où se trouvaient les Gardes royaux et assez de Manteaux d’Or pour garder toutes les entrées du château. Des Sans-Visages auraient peut-être pu les passer mais qui donc aurait été prêt à payer une fortune pour se débarrasser de son père ? Même sa mère n’avait pas autant d’argent, surtout depuis que son frère Tyrion était devenu suzerain des Terres de l’Ouest.

Avant de l’avoir rencontré, il avait méprisé ce roi soiffard et vulgaire sur lequel il avait entendu mille et une rumeurs. Puis il l’avait rencontré et il avait découvert un homme très différent de ce qu’il avait pu imaginer. Il avait découvert un homme ravagé par la perte de ceux qu’il aimait… la femme qu’il avait aimée bien sûr, Lyanna Stark mais aussi celle d’avoir perdu son fils, de l’avoir perdu lui. Cet homme avait reconnu ses erreurs, en tant que père et il l’avait accueilli à bras ouverts parce qu’il avait un grand cœur.

Il se souvenait encore des paroles qu’il avait prononcées lors de leur première rencontre :
Mon Durran, de longs moments, bien chargés, nous attendent. Espérons que l'on puisse s'échapper un moment du Donjon pour rattraper le temps hors ces murs.

Ils avaient eu si peu de temps ensemble, si peu de temps !

Le prince s’était appuyé sur le dossier de sa chaise et son regard se focalisa à nouveau sur le présent et sur Lord Stark. Sa bouche était sèche mais il s’efforça de parler, parce qu’il réalisait que le seigneur Nordien avait besoin de lui, les Sept Couronnes auraient très bientôt besoin de lui. Etait-il seulement prêt à endosser cette écrasante responsabilité ? Probablement pas mais il n’aurait pas le choix de toutes façons.

Il prit une profonde inspiration et surmonta cette boule au ventre avant de parler, d’une voix aussi calme que possible, ses yeux fixés sur les orbes gris du Nordien.


- Lord Stark, je vous remercie de m’en avoir informé. Je… nous avons tous les deux perdu quelqu’un qui nous était proche cette nuit et nous le regretterons.

Son poing se serra malgré lui sous l’émotion mais il parvint à garder son visage aussi calme que possible. Il ne devait pas craquer, ni laisser exploser sa colère, son incompréhension… Raymar l’avait tant de fois mis en garde contre la « fureur des Baratheon dans son sang ». Il devait se concentrer et laisser ses émotions de côté, oui il devait se concentrer sur la situation : réfléchir et agir.

- Vous avez bien fait de placer des gardes.

Puis il songea qu’il faisait face à une Main sans roi, ou plutôt une Main qui n’avait pas été confirmée par le nouveau roi, qui n’avait pas été lui-même encore couronné. Durran ignorait quel était le protocole dans ce genre de cas : Lord Arryn était mort pendant que son père était roi. Son prédécesseur auprès du Roi fol, Rossart, avait été tué par Ser Jaime Lannister en même temps qu’Aerys…

Dans le doute, il valait mieux éclaircir les choses autant que possible, ils verraient ensuite ce qu’il en serait. Son père avait fait confiance à Eddard Stark, tant pour participer à sa rébellion que pour être sa Main. Durran honorerait cette confiance.


- Lord Stark, bien que je ne sois pas encore couronné, par mon autorité de prince héritier et de futur roi, je vous confirme dans vos fonctions de Main du Roi, avec tous les honneurs et tous les pouvoirs qui y sont attachés.

Durran ne savait pas ce que choisirait de faire le suzerain du Nord sur le long terme mais pour l’heure, il était venu lui annoncer cette nouvelle et c’était une chose qu’il appréciait en ces tristes circonstances. Le prince se saisit d’un parchemin et griffonna quelques lignes pour mettre par écrit ce qu’il venait de dire à l’oral, signifiant qu’il usait de son autorité pour conforter la position de Lord Stark jusqu’à ce que le prince soit couronné. Il le signa et le scella de son sceau personnel, aux armes des Baratheon. Il tendit ensuite le parchemin au seigneur du Nord.

- Je doute que vous en ayez besoin mais pour avoir été élevé à Hautjardin, j’ai appris tôt qu’il fallait mieux consigner les choses par écrit… Messire, j’espère que nous saurons rapidement qui est l’auteur de ce meurtre, je m’en remets à vous pour superviser l’enquête. Avez-vous des pistes ?

Le prince essayait de ne pas montrer ce qu’il ressentait mais une colère sourde le gagnait déjà. Pourquoi l’avait-on tué ? Pour l’argent ? Sur ordre de quelqu’un ? Il refusait de croire que cela pouvait être un accident. Tous les nobles et tous les serviteurs du château connaissaient le visage du roi. S’il était mort près des cuisines, l’assassin n’avait pas pu ignorer qui il tuait. Par les dieux, Durran s’assurerait que le coupable soit jugé et châtié comme il se devait !





Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Valar morghulis »

Copyright : jjfwh - Deviant Art
Citation : Valar morghulis. Valar dohaeris.
Pseudo : Him Of Many Faces
Corbeaux : 54
à Westeros depuis : 13/01/2014
MessageSujet: Re: Macabre découverte [PV Durran Baratheon] 29.03.17 17:30


Eddard Stark




Eddard observa chacune des réactions du prince. Si ce dernier feignait la surprise, il le faisait admirablement bien. Quoi qu’il puisse ressentir, le jeune Baratheon semblait faire son possible pour se contrôler mais il n’y arrivait pas tout à fait. Sa bouche entrouverte, son regard dans le vague et la façon dont il s’était appuyé sur la chaise… Ned avait fait de même dans ses propres appartements en apprenant la nouvelle par Jory.

Ses premières paroles furent pourtant mesurées, bien qu’altérées par l’émotion, palpable dans son ton comme dans ses yeux d’ailleurs. L’enquête viendrait éclaircir toute suspicion mais son instinct soufflait à Stark que le prince héritier n’était pas au courant de ce qui s’était produit avant qu’il ne le lui apprenne, un instant plus tôt. S’il était à ce point surpris, c’était logiquement que cette mort n’était pas de son fait.

Oh oui, il le regretterait et pourtant, que ne s’étaient-ils pas disputés ! Du propre aveu de Robert, le roi avait considéré davantage Ned comme son frère que les deux issus de son propre sang. Ils le seraient d’ailleurs devenus par le mariage si Lyanna avait épousé Robert. Sa sœur étant morte au terme de la Rébellion, cette union n’avait jamais eu lieu et Robert avait épousé Cersei.

Lord Stark avait conscience qu’il avait peut-être le seul véritable fruit de cette union sous ses yeux. En dépit de l’acquittement de la Reine Cersei, par duel judiciaire, la suspicion n’en demeurait pas moins dans l’esprit du Nordien au sujet de ses trois autres enfants.

Pour l’heure, il fallait essayer d’avoir les paroles de circonstance, aussi difficile que cela lui pouvait paraître.


- C’était mon devoir, mon prince. Robert était un homme avec ses qualités et ses défauts, en grand nombre de chaque côté… mais il fut mon meilleur ami. Les dieux me semblent cruels de m’avoir donné tant d’années à ses côtés et vous, si peu. Je vous parlerai de lui, si vous le souhaitez.

Eddard avait fait cette dernière proposition de façon spontanée, d’une voix légèrement plus basse. Il s’était rendu compte que cela aidait parfois les proches d’une personne, notamment ses jeunes enfants, d’entendre parler de ce qu’avait été leur parent disparu de leur vivant. Ainsi, il parlait parfois à Jory de son père, Martyn Cassel qui avait trouvé la mort face aux Gardes royaux qui gardaient la Tour de la Joie. Jory en savait sans doute plus sur son père avec ce que son oncle Rodrik et Ned lui avaient racontés que par rapport à ses propres souvenirs, il était si jeune quand son père était mort.

Ned avait perdu cinq braves compagnons ce jour-là mais il n’arrivait pas à haïr les hommes qui les avaient tués. Ser Gerold Hightower, Ser Oswell Whent et Ser Arthur Dayne avaient été des chevaliers presque irréprochables, dont l’honneur ne pouvait pas être mis en question. A ses yeux, leur seul acte déshonorable avait consisté à avoir gardé sa sœur mais comment leur reprocher d’avoir obéi à leur prince ? Ser Barristan était le dernier survivant de cette race de chevaliers qui méritait son titre, par opposition à ceux qui se pavanaient sans se soucier de vivre avec droiture et honneur.

Le prince lui confirma qu’il avait bien fait de placer des gardes devant les chambres de la famille royale mais il semblait davantage prononcer ces paroles pour lui-même qu’à l’attention d’Eddard. Peut-être était-il en train de réfléchir ?

Le Gouverneur du Nord fut frappé par les paroles qu’il prononça ensuite. Il n’était même pas venu à l’esprit de Ned que son poste ait pu être remis en question mais après tout, il était vrai que c’était de Robert qu’il tenait d’être Main du Roi… et à sa connaissance, il n’avait pas laissé de dernières volontés.

Le jeune prince lui faisait gage de sa confiance, non seulement par ses paroles mais aussi par écrit. Et ses paroles… elles le ramenèrent tant de lunes auparavant et de centaines de kilomètres plus loin, dans les cryptes de ses ancêtres, sous Winterfell.


Lord Eddard Stark, je souhaiterais vous faire Main du Roi.

Jamais il n’oublierait la demande de Robert, même si ces mots n’avaient pas été les plus forts prononcés par le souverain ou tout du moins, pas ce qui l’avait véritablement décidé.

Tu m’as aidé à m’emparer de ce foutu trône, aide-moi, maintenant, à le conserver.

Eddard mit un genou à terre parce qu’il était effectivement en face de son futur roi et de tout ce qui restait de Robert sur cette terre. Lui qui n’avait pensé qu’à rentrer dans le Nord, il n’y a pas si longtemps, comment pouvait-il abandonner le fils de Robert dans ce nid de vipères ?

- Sire, je vous sais gré de votre confiance et j’accepte ma charge, pour aussi longtemps qu’il vous plaira que je l’occupe.

La question du prince le ramena définitivement dans le présent et la Main du Roi répondit d’une voix plus basse.

- Pas encore, seulement des conjectures sur les circonstances. Un mestre va examiner le corps du roi et l’un de mes hommes rassemble les serviteurs des cuisines pour que je les interroge. Ser Barristan surveille les allées et venues dans le Donjon Rouge, nous devrions bientôt savoir si le ou les coupables sont toujours ici.

Ned mènerait l’enquête avec toute l’impartialité dont il était capable mais si jamais il venait à interpeler les coupables, il ne pouvait pas garantir qu’il ne prendrait pas une profonde satisfaction à les voir mourir. Il était aussi probable qu’à l’instar de ce qu’il faisait au Nord, lord Stark rende en cette occasion la justice lui-même une fois le verdict rendu… en faisant tomber la lame de Glace sur leur nuque.



CODE BY LUNA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



Personnage
Age du personnage: 16 ans
Surnom:
Métier/Titre(s): Chevalier / Prince héritier des Sept Couronnes

« Prince héritier »

Copyright : moi (avatar+signature)
Corbeaux : 443
à Westeros depuis : 30/10/2012
MessageSujet: Re: Macabre découverte [PV Durran Baratheon] 01.04.17 10:49

Les paroles de Lord Stark se voulaient réconfortantes ou tout du moins, Durran choisit de les interpréter comme telles. Ser Raymar lui avait parlé de la Main du Roi dans sa jeunesse, tel qu’il l’avait côtoyé aux Eyrié : d’un naturel réservé mais qui cachait un bon cœur et surtout un sens de l’honneur qui faisait écho à celui de Lord Arryn aux yeux du Valois. Des deux pupilles de Lord Jon, Raymar considérait qu’Eddard était sans doute le plus proche du suzerain du Val d’Arryn de l’époque, tant en termes de personnalité que de sens du devoir.

Le jeune Baratheon n’avait pas l’impression que les vingt années et les guerres qui s’en étaient suivies avaient véritablement changé l’homme qui se trouvait devant lui. Oh, ce serait sûrement un équilibre bien compliqué qu’il aurait à établir entre un homme tel que lui et une femme comme sa mère, la Reine Cersei mais il aurait besoin de tous les soutiens possibles pour conserver la paix dans la majeure partie des Sept Couronnes et pour s’assurer qu’ils puissent réagir face aux menaces, intérieures comme extérieures à Westeros.

Oui, les dieux avaient donné des années à Lord Stark en compagnie de son père, et lui seulement quelques mois mais peut-être que son souvenir permettrait de cimenter les bases de leur coopération et de ce qui pourrait devenir une amitié. Il savait que la Main du Roi avait donné sa fille aînée en mariage à l’héritier du Bief, Willos Tyrell mais il lui semblait que la cadette, Arya, était toujours à la capitale. Peut-être pourrait-il prendre du temps pour la connaître et peut-être assister Lord Stark dans la recherche d’un bon mariage pour elle, s’il le souhaitait.

Durran finit par acquiescer puis il esquissa un léger sourire, porteur de reconnaissance.


- Je vous remercie, messire. Nous percevons souvent les actions des dieux comme cruelles parce que nous n’en percevons pas la finalité… ou c’est tout du moins ce que le septon de Hautjardin prêchait ! En ce qui me concerne, je préfère partir du principe que rien n’est écrit et que nous devons faire notre possible pour influencer notre destin. Je serais honoré de partager les souvenirs que vous avez de mon père, je sais qu’il vous tenait en très haute estime.

Le prince ne manqua pas de remarquer que le suzerain du Nord avait l’air quelque peu perdu dans ses pensées. Peut-être lui avait-il rappelé de mauvais souvenirs ? Dans tous les cas, le jeune homme fut surpris de voir la Main du Roi ployer le genou devant lui et l’appeler sire. Il aurait dû s’y attendre bien sûr mais le geste et le marque de respect le laissèrent sans voix quelques instants.

- Relevez-vous, Lord Stark. Je vous suis reconnaissant d’avoir accepté. Comprenez-bien que je ne suis pas aveugle à ma jeunesse et à mon inexpérience dans les affaires d’Etat, en dépit de séances du conseil restreint auxquelles j’ai assistées. Votre conseil sera toujours le bienvenu.

Durran avait certes été élevé dans l’optique de devenir roi un jour mais l’une des premières leçons qu’on lui avait enseignées était la suivante : un bon souverain n’est pas un monarque autoritaire qui donne des ordres aléatoirement, en se basant sur sa seule opinion. Un bon souverain doit peser le pour et le contre de chaque affaire et a pour première tâche de bien s’entourer pour être ainsi bien conseillé, et prendre des décisions en toute connaissance de cause.

Eddard Stark n’était probablement pas le plus habile des politiciens mais ce n’était pas ce que le prince attendrait de lui. Pour la stabilité des Sept Couronnes et de son futur règne, il aurait besoin d’une Main solide, loyale et honorable. Pour les aspects plus controversés de la politique, le jeune Baratheon se tournerait probablement vers sa mère ainsi que vers les Tyrell. Il se garderait bien de trop en demander aux Martell dans un premier temps, compte-tenu des événements récents qui avaient mis un terme à ses fiançailles avec la princesse Arianne.

Il écouta avec la plus grande attention les détails que lui fournit le Nordien concernant l’enquête en cours. Il y avait encore peu d’éléments mais ce n’était guère surprenant, si le… le corps venait à peine d’être découvert. Par les dieux, il ne pouvait s’empêcher de s’imaginer la dépouille de son père et il maudissait cet instant de faiblesse passagère qui lui assaillait le cœur ! Il lui faudrait être plus fort et avoir plus de recul sur ces événements lorsqu’il serait en public.


- Vous avez pris de bonnes dispositions, messire. Je vous fais confiance pour me tenir au courant des premières constatations qui seront faites par le mestre ainsi que des suspects qui pourraient apparaître des investigations de Ser Barristan. Si les coupables sont toujours présents, il faut les arrêter sur le champ.

Prenant une profonde inspiration, Durran essaya de faire abstraction de sa colère et de sa frustration. Lady Olenna lui avait toujours dit qu’elles étaient mauvaises conseillères mais aussi qu’elles représentaient de bonnes sources d’énergie, s’il parvenait à correctement les canaliser. Le prince s’efforça de voir plus loin et de considérer la suite des événements.

- J’informerai ma mère des événements, ainsi que Myrcella et Tommen, dans un premier temps. J’en parlerai également à Lady Margaery, cela va l’affecter elle aussi. Quand le mestre en aura terminé avec la dépouille, nous devrons nous atteler à préparer les funérailles ainsi que mon couronnement. Le Grand Septon est décédé il y a peu, nous devrons peut-être nous tourner vers sa Première Sainteté ou hâter l’élection de son successeur…

Durran passa une main sur son front. Il ne voulait pas penser à ces choses, qui lui paraissaient d’un côté si triviales en comparaison du décès de son père, mais d’un autre côté, le futur roi avait conscience qu’elles étaient nécessaires. Il comprenait aussi qu’il avait sans doute déjà assez retenu Lord Stark et que la Main, non, Sa Main désormais, avait d’autres tâches auxquelles vaquer.

- Messire, je vous remercie encore d’être venu en personne m’annoncer cette terrible nouvelle. Je vous laisse retourner à votre enquête mais n’hésitez en aucun cas à me faire quérir si vous en éprouvez le besoin. Trouver les responsables de ce régicide est notre priorité absolue.





Who wants to be next ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur



« Valar morghulis »

Copyright : jjfwh - Deviant Art
Citation : Valar morghulis. Valar dohaeris.
Pseudo : Him Of Many Faces
Corbeaux : 54
à Westeros depuis : 13/01/2014
MessageSujet: Re: Macabre découverte [PV Durran Baratheon] 08.04.17 12:23


Eddard Stark




Ne se déparant pas de son masque d’impassibilité, Lord Stark observait toujours le jeune prince avec la plus grande attention. Il commençait à comprendre ce qui frustrait tant Robert depuis l’arrivée de Durran dans la capitale mais qui paradoxalement, rassurait la Main du Roi : Durran était un Baratheon, d’aspect comme de caractère, cela ne faisait aucun doute mais on sentait dans ses paroles, et leur raisonnement sous-jacent, l’influence de leur ami Raymar et sans doute un peu des Tyrell également.

Eddard songea avec une pointe d’ironie que telle avait été la tragédie paternelle de Robert : il n’avait jamais accordé d’attention à ses bâtards et en ce qui concernait ses enfants légitimes, ou réputés comme tels, il n’avait jamais pu réellement les élever : Durran avait reçu l’éducation de Ser Raymar et des Tyrell tandis que Joffrey, Myrcella et Tommen avaient été élevés principalement par leur mère. Avoir une si vaste descendance et laisser si peu de sa propre présence dans leurs souvenirs, voilà qui était bien triste aux yeux du suzerain du Nord.

Lord Stark n’était sans doute pas un modèle en la matière, ayant lui-même été parfois absent, pendant la Rébellion de Robert bien sûr puis pendant celle des Greyjoy mais pendant les années de paix qu’avaient connu les Sept Couronnes, il s’était efforcé d’être là pour son épouse et pour ses enfants. Ils avaient grandi bien sûr, Robb gouvernait Winterfell en son nom désormais et veillait tant sur sa mère que sur Bran et Rickon. Sansa était sans doute déjà arrivée à Hautjardin où se préparait son mariage avec Willos Tyrell. Arya était avec lui au Donjon Rouge mais il avait parfois du mal à la regarder s’entraîner à l’épée avec Syrio Forel, tant cela lui rappelait une autre jeune fille aux cheveux noirs qui croisait le fer avec lui à Winterfell.

Ses pensées se tournèrent immédiatement vers Jon. Dire qu’il était au Mur désormais, un frère juré à part entière et l’intendant du Lord Commandant. Ned revoyait encore l’enfant si jeune qu’il tenait serré contre lui lors de son voyage de retour vers Winterfell, tant d’années auparavant.

Le seigneur s’était relevé à l’invitation du futur roi mais il prêta davantage attention aux paroles qu’il prononça ensuite. Le jeune homme était conscient de son inexpérience, ce qui était déjà une forme de sagesse en soi.


- Je gage que personne n’est réellement préparé à endosser ce rôle, même Robert quand il a pris le trône à l’époque. Je serai là pour vous conseiller, sire, aussi longtemps que vous le jugerez bon. Cependant, soyez aussi ferme dans vos décisions. Vos conseillers, moi-même inclus, sommes là pour vous apporter nos avis mais votre devoir et votre lourde responsabilité consiste à trancher.

Eddard ignorait si c’était un conseil que Robert ou peut-être Raymar lui avait déjà donné auparavant mais tout grand seigneur devait en être conscient. C’était Jon Arryn qui l’avait donné autrefois à ses deux jeunes pupilles, à une époque où Robert était simplement destiné à exercer la suzeraineté des Terres de l’Orage et où Ned n’était promis à rien, sinon peut-être un fort quelque part dans le Nord, selon la volonté de son père ou de son frère aîné, Brandon.

- Je ne manquerai pas de vous en informer dès que nous en saurons plus et de prendre les mesures nécessaires. Je vous recommanderai en revanche de ne pas être trop hâtif dans les jugements, de peur de se méprendre sur les coupables.

Lord Stark avait tiré leçon de la mort de Jon Arryn. Alors que Lysa avait tout fait pour suggérer que les Lannister l’avaient orchestré, il s’était avéré que Lysa elle-même était responsable, très probablement avec l’aide de son amant, Lord Baelish, qui avait disparu sans laisser de trace. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir fait rechercher l’ancien Grand Argentier mais personne n’avait été en mesure de mettre la main sur lui.

Le Nordien acquiesça lorsque le jeune homme lui indiqua qu’il informerait la reine, son frère et sa sœur de cet événement tragique, ainsi que sa fiancée. Il était préférable que l’information vienne du prince, avec qui la reine était en bons termes à sa connaissance.


- Je donnerai ordre à vos gardes de vous escorter auprès d’eux, si vous le permettez. Votre sécurité est désormais notre priorité absolue, tant que le ou les responsables n’auront pas été arrêtés. Je vais m’enquérir auprès de la Foi des circonstances des funérailles de Robert, dont la veillée commencera sans doute demain au Grand Septuaire de Baelor, ainsi que des modalités de votre couronnement. Les seigneurs des Sept Couronnes devront être prévenus au plus tôt, pour pouvoir y assister et venir vous prêter allégeance.

Ned n’avait pas manqué de remarquer l’effort fourni par le futur roi pour mettre de côté les sentiments qu’il éprouvait au profit des affaires d’état. C’était une bonne attitude même s’il faudrait voir si le jeune homme résisterait à la pression sur la durée. En effet, son père avait eu grand mal à s’habituer à cette vie de cour plutôt qu’aux champs de bataille auxquels il était habitué. Pour preuve, Eddard n’avait jamais vu son vieil ami plus vivant ces derniers mois que lors de la campagne militaire dans l’Ouest, à la tête de son ost.

La Main du Roi s’inclina lorsque le futur souverain le remercia et le congédia poliment, comprenant sans doute que Stark devait effectivement retourner à son travail. Il quitta la pièce en donnant à Desmond et à ses hommes les ordres convenus pour escorter le prince là où il désirerait aller.

Tant de choses à faire et si peu de temps. Sa motivation s’en trouvait pourtant renforcée par l’idée de rendre justice à son vieil ami. En premier lieu, il choisit de partir à la recherche de Ser Barristan pour savoir ce qu’il avait pu apprendre jusqu’ici. Ensuite, il aurait bien des lettres à écrire pour annoncer la mort du Roi… La journée promettait d’être longue mais Ned l’affronterait sans faillir. Forgés dans le froid de l’hiver, les Stark ne renonçaient, ni ne se décourageaient devant l’adversité.




CODE BY LUNA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




Contenu sponsorisé
« »

MessageSujet: Re: Macabre découverte [PV Durran Baratheon]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Macabre découverte [PV Durran Baratheon]

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Intrigue n°2 - Découverte macabre
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» découverte d'un FNI: félin non identifié! (pv fely) sujet clos
» Une étrange découverte
» La découverte de l'équipe Aura (privé Trecko)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Thrones Chronicles :: Westeros :: Les Terres de la Couronne :: Port-Réal-